Les principes indispensables pour réussir dans l’entrepreneuriat web

Aujourd’hui nous voyons d’autres principes indispensables pour pouvoir choisir vos méthodes intelligemment et réussir, en suivant ce que disait Harrington Emerson :

« Quant aux méthodes, il peut y en avoir des millions et davantage, mais les principes sont peu nombreux. L’homme qui comprend les principes peut sélectionner avec succès ses propres méthodes. L’homme qui essaie les méthodes en ignorant les principes est sûr de rencontrer des problèmes. »

Clique ici pour t’inscrire à la Masterclasse qui démarre ce 19 janvier : https://olivier-roland.tv/masterclasse-BP-2021-YT/

► Venez rejoindre des milliers de Rebelles Intelligents entrepreneurs dans le groupe Telegram https://t.me/rebellesintelligents, pour votre dose quotidienne de conseils et stratégies pour développer votre entreprise, devenir plus productif et plus serein, et réaliser ce qui vous tient à coeur.

(Si vous ne connaissez pas Telegram, c’est comme WhatsApp mais en plus privé. Vous pouvez l’installer gratuitement sur votre smartphone ou tablette sur https://telegram.org/ ) 🙂

► Rejoignez des milliers d’entrepreneurs et de rebelles intelligents en vous abonnant à ma chaîne : http://bit.ly/abo-OlivierRoland

► Pour aller plus loin :
https://des-livres-pour-changer-de-vie.com/ – une sélection de livres rares et exigeants pour changer de vie
https://blogueur-pro.net/ – Devenez libre et indépendant financièrement grâce à votre blog
https://habitudes-zen.net/ – Vivre une vie zen et heureuse
https://devenez-meilleur.co/ – Le développement personnel pour les gens intelligents
https://olivier-roland.tv/videos pour être prévenu chaque matin à 7H quand une vidéo géniale est publiée, pour démarrer la journée avec une pêche d’enfer ! 🙂

► Qui suis-je ?

Découvrez mon histoire en 1 minute 41 : http://bit.ly/MonHistoire

A 18 ans, j’ai décidé de quitter l’école pour créer ma première entreprise. Je n’avais qu’une envie : être libre. Après avoir surmonté de nombreux obstacles, j’ai réussi à mettre mon entreprise au service de ma vie, plutôt que d’avoir une vie au service de l’entreprise… Aujourd’hui, je voyage 6 mois par an et j’inspire des milliers d’entrepreneurs et de créateurs à être plus libres et plus heureux.

Que vous souhaitiez changer de vie, réussir sur Internet ou tout simplement devenir une meilleure personne, ma chaîne vous y aidera. Chaque jour, vous trouverez une nouvelle vidéo inspirante pour vous aider à vivre une vie plus riche.

#RebellesIntelligents #DéveloppementPersonnel

https://youtu.be/z1GiNkanNjo

Transcription texte (littérale) de la vidéo “Les principes indispensables pour réussir dans l’entrepreneuriat web” :

Olivier Roland : Est-ce que vous voyez d’autres principes qui sont indispensables ou en tout cas très importants pour les infopreneurs ?

On a pas mal d’experts dans la salle, donc on va voir s’ils ont un peu de valeur à apporter. Parce que là, j’en ai choisi trois, mais on pourrait en mettre beaucoup plus.

Tout à l’heure, on a eu deux excellents exemples d’un principe fondateur aussi pour être un entrepreneur ? Quelqu’un a une idée ?

Intervenant : Avoir peur.

Olivier Roland : Avoir peur et ?

Intervenant : Faire quand même.

Olivier Roland : Le faire quand même, exactement. C’est extrêmement important. Je vais le noter ici, parce que la peur, vous ne pourrez pas y échapper en fait. Pourtant cela paraît dingue parce qu’une grosse partie du business, c’est sur le web, donc finalement, il n’y a pas trop d’interaction humaine, on a l’impression que c’est très facile et qu’on n’aura jamais peur mais ce n’est absolument pas vrai. Donc, avoir peur et le faire quand même.

Parce que je peux vous donner tous les conseils du monde et vous pouvez aller voir les meilleurs coachs en gestion de peur du monde, au bout d’un moment, il va falloir vous jeter à l’eau, et puis avoir peur et le faire quand même.

Si par exemple, vous avez peur de faire un saut en parachute mais vous voulez vraiment le faire parce que c’est un objectif de vie, oui, Ok, vous allez pouvoir prendre des coachs qui vont vous permettre de dépasser votre peur, mais au bout d’un moment, vous allez être dans l’avion et vous allez quand même flipper. Et la meilleure manière de faire disparaître la peur, c’est de le faire une fois et plusieurs fois jusqu’à ce qu’elles n’apparaissent plus.

Un exemple typique, c’est le trac : plus vous faites des présentations et moins vous avez peur d’aller sur scène…

Et il y a plusieurs étapes que j’ai identifié de peur dans la carrière d’un infopreneur. La première, c’est de montrer votre visage, aussi de parler de votre projet autour de vous, de faire des vidéos. D’abord, l’audio parce que mon dieu, votre voix, c’est horrible.

La première fois que j’ai fait un podcast, je me suis dit « mais c’est dingue, je n’arrête pas d’hésiter, des fois, je me trompe, ça va être horrible », je me suis dit « les gens vont me jeter des tomates dans la rue ». Et puis, il ne s’est absolument rien passé. Bien sûr, tout le monde s’en foutait complètement.

Donc, cela fait partie des peurs. Il y a la peur de faire des vidéos parce que mon dieu, pareil, on montre son visage. Oh là là, mon langage du corps, il n’est pas terrible … La peur de mettre la lightbox sur son site. Cela paraît fou.

La lightbox, pour ceux qui ne connaissent pas, c’est la petite fenêtre qui apparaît devant votre article quand vous êtes en train de lire un blog. Il y a des gens qui ne dépassent jamais cette étape. Ils restent bloqués des années en se disant « Mais je ne peux pas mettre cela, moi, j’ai horreur des lightbox. Si je mets cela, mon audience va me détester, ils vont me jeter des tomates dans la rue. »

Voilà, c’est ce que je dis toujours à ces gens-là « installez la lightbox et regardez si les gens vous jettent des tomates dans la rue, tout le monde s’en fout complètement. »

Et cela aussi, c’est un autre principe qu’on pourrait ajouter. Ce n’est pas parce que vous détestez quelque chose que votre audience va le détester. Ça, c’est aussi une erreur que je vois souvent, c’est de croire que votre comportement est le comportement typique de votre audience. Ce n’est souvent pas le cas.

Moi, je ne suis pas passionné par les lightbox, je ne vais pas aller visiter un site juste pour regarder la lightbox, sauf quand je suis dans une analyse pour essayer d’augmenter le taux de transformation. Je n’aime pas cela, mais en même temps, j’appuie sur Echap et la lightbox disparaît. Ce n’est pas non plus quelque chose de très important.

Et puis, il y a une peur fondamentale, c’est « mon dieu, ça y est, j’ai une audience, ils m’aiment bien, ils adorent mon contenu, il va falloir que je leur demande d’acheter un produit. Oh là là, j’étais Luke Skywalker, je vais devenir Dark Vador. Jamais, je ne vais pouvoir faire cela. Pareil, ils vont me jeter des tomates dans la rue. Je vais mourir tout nu dans la forêt. Je vais être expulsé du village. »

Donc, avoir peur et le faire quand même, c’est super important parce que j’ai coaché des centaines, des milliers de personnes là-dedans et j’ai vu des gens qui, malheureusement, sont restés bloquer à chacune des étapes que je vous ai décrit. Cela peut arriver. Alors qu’ils auraient juste fait cela et peut-être en 24 heures, ils auraient compris qu’il n’y avait pas besoin de se prendre la tête plus que cela.

Et parfois cela prend des formes insidieuses parce que vous pouvez vous cacher le fait que vous avez peur et faire ce que j’appelle de « la procrastination intelligente » qui est la procrastination bête et méchante du genre « Ok, c’est sûr, aujourd’hui, je bosse sur ma chaîne youtube », puis vous passez votre journée à regarder Netflix. Là, vous ne pouvez pas trop rationaliser, c’est tout, vous avez juste regardé Netflix. Vous pouvez vous sentir coupable et vous dire « demain, Ok, je vais arrêter de procrastiner ».

Il y a une manière intelligente de procrastiner qui est de se donner des tas de trucs qui, de l’extérieur, ont l’air d’être du travail. Donc « Ok, je me suis promis aujourd’hui de faire une vidéo sur ma chaîne youtube, allez ! »

« Mais non, attends, d’abord il, faut que je mette à jour les plugins sur mon blog. »

« Ah ! Mais j’avais oublié. Il faut que je partage le dernier article-là sur Facebook et puis, il faut que je réponde quand même aux gens qui m’ont écrit sur Instagram, sinon ce n’est pas sympa »… Et puis, hop ! Le temps passe, vous vous retrouvez à 20 heures et vous n’avez toujours pas fait votre vidéo.

Mais vous avez bossé sur votre blog. Cela, il n’y a personne qui peut vous dire le contraire. S’il y a votre conjoint qui vous a regardé toute la journée, il ne peut rien dire. Vous avez travaillé, vous n’avez pas regardé des vidéos de chats non plus. Cela, c’est la procrastination intelligente si vous vous donnez des tas de tâches qui, de l’extérieur, et même de l’intérieur semblent être du travail, mais en fait, cela ne vous avance pas vraiment vers votre objectif.

Et souvent, cela vient de ça. Donc, il faut faire attention aussi à cela et vraiment avoir à cœur ce principe d’avoir peur et de le faire quand même. J’essaierai de vous le démontrer demain. On a déjà eu des belles démonstrations ici.

Donc, s’il vous plaît quand je vous demande de venir sur scène même si vous êtes super méga timide, osez.

Osez et je vous promets que cela se passera bien, que personne ne vous mangera et qu’on ne vous jettera pas de tomates non plus. En plus, on n’a pas de tomates, donc cela tombe bien.

Quoi d’autres comme principes ? Oui ?

Intervenante : Répondre à un besoin.

Olivier Roland : Répondre à un besoin, exactement, effectivement. Après, cela dépend, on peut vouloir créer un blog ou une chaîne youtube par pur hobby, juste pour un loisir. Mais bien sûr, vous n’êtes pas là pour cela, vous êtes là pour créer et développer un business.

Quoi d’autres ?

Intervenant : Déléguer.

Olivier Roland : Déléguer, oui.

On peut être infopreneur sans déléguer. Je ne mettrais pas ça comme un principe absolument fondateur, mais c’est vrai que si on veut être un infopreneur ambitieux, arrivé à un certain niveau, c’est obligatoire, je suis d’accord avec toi. Mais on peut vouloir rester juste tout seul, tranquille avec son petit business. Donc, je suis d’accord avec toi, cela dépend finalement de l’objectif final, mais je ne vais pas le mettre.

Intervenant : Se rendre aux évènements.

Olivier Roland : Se rendre aux évènements, yes. Qui est d’accord avec cela ? Tu emportes l’adhésion Olivier, c’est impressionnant. Oui, est-ce qu’on peut devenir un infopreneur à succès sans aller aux évènements ?

Alex : Oui.

Olivier Roland : Alex dit « oui ». C’est ton premier évènement Alex ? Ok.

Il y a des exceptions effectivement, je suis assez d’accord avec cela. Par contre, Alex, il répond à un besoin, il a été bon sceptique, il a compris qu’il y a des meilleures méthodes qui existent, il a eu peur, il l’a fait quand même.

Est-ce que tu n’as jamais eu peur quand tu as… dans ton ? Tu as eu très peur.

Je suis assez d’accord qu’aller aux évènements, c’est assez corrélé au succès. Et je pense fermement que quand on veut devenir un infopreneur à succès, c’est une faute professionnelle de ne pas venir au moins à un évènement par an quel que soit l’évènement.

D’ailleurs j’ai une élève, je ne vais pas la nommer, mais qui avait beaucoup de potentiel et qui travaillait trop dans son business parce que ce n’est pas magique, il faut mettre en place les bonnes méthodes, les bonnes stratégies, les bonnes approches pour cela. On essayait de la coacher, mais à distance, c’est difficile et je lui ai dit « il faut que tu viennes aux évènements, c’est super important ». Elle n’est jamais venue aux évènements. Et cela a été un facteur dans son échec puisqu’elle a fait un burn-out, elle a complètement effacé son blog.

C’est assez rare ce genre d’exemple dans les élèves de Blogueur Pro, mais cela arrive.

Quoi d’autres comme principes ? Oui ?

Intervenante : La légitimité.

Olivier Roland : On va dire « bâtir sa légitimité ».

Intervenante : Se sentir légitime, ça fait partie des peurs.

Olivier Roland : Alors oui, c’est sûr que pour devenir un infopreneur à succès, à un moment, il faut se sentir légitime.

On peut démarrer sans se sentir complètement légitime, on peut démarrer en se disant « Ok, pour l’instant, je ne suis pas encore complètement carré, mais je vais développer mon expertise au fur et à mesure », mais c’est sûr que pour devenir un infopreneur qui gagne de l’argent, il faut oser vendre ses produits à ses clients et donc se sentir légitime pour cela.

Est-ce qu’il y a des gens qui pourraient être suffisamment en manque de confiance en eux pour vendre des produits sans se sentir légitime ?

Probablement pas, à part des arnaqueurs qui dans ce cas-là sont très conscients par rapport à cela, mais je suis d’accord avec toi, donc on peut le rajouter.

Bâtir sa légitimité, je vais mettre « bâtir » parce qu’on peut démarrer sans se sentir complètement légitime et le syndrome de l’imposteur, c’est quelque chose de très réel qu’il faut aussi combattre.

On va peut-être en prendre un ou deux de plus.

Intervenant : Il vaut mieux fait que parfait.

Olivier Roland : Mieux vaut fait que parfait, oui, exactement, c’est clair.

Cela, c’est vrai qu’on peut complètement le rajouter. On va dire « être imparfait et le faire quand même ». Cela rejoint le fait d’avoir peur et de le faire quand même.

Etre imparfait et le faire quand même, c’est vrai qu’il y a beaucoup de choses aussi qui sont reliées à ce principe-là.

Pareil, la procrastination intelligente, cela peut aussi venir de cela. C’est qu’on est tellement perfectionniste que dans un coin de notre tête, on se dit « mon dieu, la vidéo, je sais, je me connais, je vais passer trois jours dessus, ça va me prendre la tête. Il va falloir que je fasse la musique, les découpages, que je trouve la police parfaite pour afficher les textes… et du coup, pareil, on décide de procrastiner à la place.

Mais cela peut aussi, le perfectionnisme, être une forme de procrastination intelligente, de se dire justement « Ah oui, ma vidéo youtube, Ok, j’ai passé deux semaines dessus pour être sûr qu’elle soit absolument parfaite ».

Donc, être imparfait et le faire quand même, il faut intégrer cela à votre vie, c’est clair.

Quoi d’autres ?

Intervenant : Avoir un pourquoi puissant.

Olivier Roland : Un pourquoi puissant, oui. Avoir un pourquoi puissant, c’est clair que cela aide. Un pourquoi puissant, c’est-à-dire vraiment avoir une mission quelque part et se dire « Ok, j’ai une mission ».

Par exemple, je vois que les gens ne savent pas danser la salsa. Ma mission, c’est de faire en sorte que les gens qui veulent danser la salsa, ils savent bien la danser.

Intervenant : Un objectif clair

Olivier Roland : D’accord, un objectif clair. Ce n’est pas la même chose que le « pourquoi ». Enfin, ça peut l’être, mais Ok. On peut oui, on peut avoir un objectif clair sans avoir forcément de « pourquoi fort ». Ok, je comprends ce que tu veux dire. Pour moi, le pourquoi, c’est lié à la valeur que tu vas apporter au monde, mais tu peux avoir un « pourquoi égoïste » aussi qui est de dire « moi je veux juste devenir riche et ne plus travailler et boire des mojitos sur la plage toute la journée ». Donc oui, il faut de la clarté dans la vision.

Est-ce que quand on démarre, on a vraiment une clarté absolue sur cela ?

C’est vrai que je suis d’accord avec toi, il faut une sorte de désir brûlant. Oui, il faut un désir. Je suis d’accord avec toi.

Il y a beaucoup de gens finalement qui ont envie de devenir riche ou envie de devenir libre plutôt, on va dire cela, mais voilà, oui, Ok, on a envie de devenir… oui, j’ai envie de devenir.. Si ça me tombe un jour au coin de la rue, je ne vais pas dire « non », ça c’est sûr, mais en attendant, je vais plutôt regarder Netflix, ce sera plus sympa.

Donc, effectivement, avoir ce désir brûlant, cette envie vraiment de réaliser, de vous réaliser, d’apporter de la valeur et d’atteindre un objectif, c’est super important. Plus votre désir est brûlant et plus les montagnes se transforment en colline. Tout devient plus facile. Ce qui ne veut pas dire c’est facile en tant que tel, mais tout devient plus facile parce que vous vous faites moins arrêter, vous vous faites moins démotiver, vous avez plus la niaque, vous avez plus d’énergie, vous êtes plus à l’écoute des opportunités.

Et j’en suis l’exemple vivant. Quand j’étais à l’école, à la dernière année quand j’étais dans cette fameuse 1ère littéraire, j’étais tellement démotivé que je dormais en cours. Je me suis fait convoquer par le directeur de l’établissement. Il m’a dit « Olivier, asseyez-vous, il faut qu’on parle ». Je dis « Ok, Mon Dieu, cela commence bien ». Il m’a dit « vous êtes tellement démotivé que vous démotivez les profs ». J’étais arrivé à ce niveau-là. Il m’a dit « il y a des profs qui ne veulent plus aller en cours quand vous y êtes ».

Vous imaginez ? J’étais tellement perdu et démotivé que j’aspirais la motivation des autres, c’était incroyable quand même. J’étais devenu un trou noir à motivation. Vous étiez là super motivé et vous vous approchez de moi, et hop, vous êtes là « Mon Dieu, la vie est terrible, je ne veux plus faire cours. » D’ailleurs, il m’a dit à ce moment-là « on ne va pas vous réinviter l’année prochaine ». Ça m’a aussi accompagné dans ma démarche d’arrêter l’école pour créer mon entreprise.

Et ce qui est dingue, c’est qu’un an plus tard, j’étais complètement transformé. J’étais exactement le même Olivier, le geek-là, vous avez vu, mais j’avais le feu sacré. J’étais ultra motivé, je ne me laissais arrêter par rien, et pourtant, je n’avais pas beaucoup d’atouts. Vous avez vu, j’ai dû convaincre quand même, ce n’était pas facile. J’ai dû convaincre mes parents, les réseaux d’accompagnement, les banquiers…

Qu’est-ce qui a fait cette transformation ?

C’est juste que j’avais un projet clair et l’envie absolument irrésistible de le réussir. Et ce n’est même pas que cela m’a transformé, cela m’a révélé à moi-même en fait.

Quel que soit le degré d’apathie des gens que vous pouvez connaître ou de vous peut-être, ce n’est absolument pas fatal, il vous faut juste trouver quelque chose qui vous passionne.

Après, la passion, c’est une chose et l’envie de le faire, c’est une autre. C’est une chose aussi, mais bien sûr après, il faut le potentiel économique, bâtir votre expertise… Mais effectivement, je suis d’accord, c’est un élément extrêmement important.

C’est intéressant de réfléchir un peu aux principes parce qu’on parle tout le temps des méthodes, mais c’est facile d’oublier cela. Et s’il vous manque un de ces principes, tout le reste va être plus compliqué quelle que soit la méthode que vous utilisez.

Donc, on avait dit clarté, feu sacré.

Et pour avoir le feu sacré, il faut aussi avoir une douleur quand même. Si vous êtes vraiment bien dans votre job et que c’est très confortable pour vous, c’est plus compliqué – je ne dis pas que c’est impossible – de vous lancer dans quelque chose d’autre, de prendre le risque de vous lancer dans l’entrepreneuriat.

Typiquement si vous avez un emploi qui vous dessèche de l’intérieur, où vous vous dites vraiment ce n’est pas comme ça que je vais m’épanouir, cela va aider.

D’autres principes, je pense qu’on a déjà fait pas mal le tour, on va peut-être prendre un dernier.

Alex : Aller vers les autres.

Olivier Roland : Est-ce qu’on peut être un infopreneur à succès sans aller vers les autres ? Cela me paraît compliqué quand même. Alex, tu as discuté avec des gens quand même ? Tu avais des amis un peu ? Donc, tu n’allais pas aux évènements mais tu avais quand même ton réseau finalement.

On peut finalement faire une catégorie connexion dans laquelle on englobe les évènements.

On va finir par David qui veut absolument… tu veux prendre un micro David peut-être.

David : Vu qu’on parle d’infopreneuriat, connaître le fonctionnement de la perception de valeur par les êtres humains des informations me semble complètement incontournable, c’est-à-dire qu’il y a des principes en termes de comment les informations sont valorisées ou pas par les gens de manière générale.

Olivier Roland : Oui, je suis d’accord avec cela. Effectivement, on peut résumer cela par c’est impossible d’aller à l’encontre de la psychologie humaine, vous ne pouvez pas. On est tous très différents, il y a une culture différente… mais on a aussi beaucoup de choses en commun évidemment.

Et vous ne pouvez pas lutter contre ces principes universels qu’on a tous en commun. Cela va toujours être plus facile de vendre si vous êtes perçu comme un expert dans votre domaine que comme quelqu’un qui ne sait pas de quoi il parle, c’est logique.

Cela va être plus facile de vendre si, on peut prendre un des leviers émotionnels dont on va parler après, mais si vous êtes sympathique que si vous êtes patibulaire. D’accord ?

Si vous allez dans un magasin de chaussures, vous avez un vendeur qui ne vous dit même pas bonjour, vous avez l’impression de l’emmerder, ou un vendeur très sympa qui vous sourit et qui vous demande « Comment ça va ? Vous allez l’acheter à qui la paire de chaussures ? », pourtant la paire de chaussures, c’est la même, cela ne va pas faire de différence concrète dans votre vie. Donc, voilà.

Il faut effectivement comprendre les principes psychologiques de communication et les appliquer.

Et c’est vrai que c’est important David, merci d’avoir mentionné cela parce que c’est facile aussi de se dire « mon dieu, moi, je ne vais jamais utiliser cela parce que c’est de la manipulation, les gens vont être suffisamment intelligents pour comprendre que mon produit est génial ».

La plupart des gens qui font cela malheureusement, ce sont les mêmes qui disent que les gens ne comprennent rien, que ce sont des génies maudits et que finalement, le monde est pourri.

Convaincre. La limite entre convaincre et manipuler peut être difficile à définir. A partir du moment où vous êtes enraciné dans l’éthique et vous proposez un produit qui a de la valeur, n’hésitez pas, c’est du marketing.

Intervenante : Bonjour, un point qui est important aussi, c’est au niveau de l’expertise, le fait de se tenir à jour

Olivier Roland : De se former ?

Intervenante : De produire et de se former parce qu’à un moment donné, on est has been par rapport à son propre domaine d’expertise.

Olivier Roland : Cela rejoint le fait de bâtir sa légitimité. Là, tu rajoutes une nuance qui est de finalement entretenir sa légitimité.

Intervenante : C’est plus au niveau du contenu qu’en termes de légitimité au niveau psychologique. Pour moi, ce sont deux choses différentes.

Olivier Roland : Qu’est-ce que tu veux dire exactement ?

Intervenante : La légitimité par rapport au syndrome de l’imposteur, cela, c’est une chose, mais il y a la légitimité perçue par soi mais celle par les autres. Et en termes d’expertise, le fait de se tenir à jour permet justement d’avoir aussi une vue sur ce qui se fait à l’heure actuelle, de ne pas être dépassé par les évènements et de rester aussi un entrepreneur à succès.

Olivier Roland : Oui, tout à fait.

Intervenante : Sinon, on oublie la personne parce qu’on se dit elle est complètement dépassée.

Olivier Roland : On pourrait résumer cela par s’éduquer tout au long de sa vie, c’est cela.

Donc, s’éduquer tout au long de sa vie, oui, je suis d’accord avec cela, continuer à se former, continuer, jamais trop se reposer sur ses lauriers.

On peut faire des cycles, en fait, des cycles où on est à fond, on apprend… des cycles où on se repose un peu plus et enchaîner par d’autres cycles derrière. Ok, je suis d’accord avec cela, s’éduquer tout au long de sa vie.

Waouh, vous vous êtes lancés là, c’est super. J’ai vu quelqu’un qui avait levé une main, mais on va peut-être arrêter après. Non, c’est bon ? Ok.

Donc, s’éduquer tout au long de sa vie, je suis d’accord. Je suis d’accord pour maintenir le succès, pas pour y arriver, il faut s’éduquer, mais pour le maintenir. Oui, effectivement.

Tous ces principes-là, vous pouvez les noter, je vous encourage à noter, peut-être prendre une photo de ma magnifique écriture. Je pense d’ailleurs qu’on pourra envoyer ce magnifique truc dans un concours d’art moderne ou un truc comme cela.

Notez cela et à chaque fois que vous voyez une nouvelle méthode ou même une ancienne méthode, peu importe, à chaque fois que vous voyez une méthode d’infopreneuriat, demandez-vous : Ok, super cette méthode, déjà en quoi elle est connectée à tous ces principes ici qu’on a vu, plus ceux du livre, plus ceux que j’ai partagé avec vous ? Et qu’est-ce que, dans tous ces principes-là, je n’applique pas déjà aujourd’hui ?

Plus vous allez appliquer de ces principes et plus le reste sera facile.

Et je ne vais pas dire que la méthode va devenir secondaire, mais vous allez avoir un peu plus de marges d’erreurs possibles tout simplement.

Vous avez aimé cette vidéo ? Cliquez ici pour vous abonner gratuitement à la chaîne Youtube ! 🙂