Faut-il arrêter ses études après avoir lu “Tout le monde n’a pas eu la chance de rater ses études” ?

On me demande si je recommande d’arrêter les études à tout prix. La réponse est non, je recommande de vivre des expériences concrètes et de prendre des risques mesurés, pas inconsidérés.

► Rejoignez des milliers d’entrepreneurs et de rebelles intelligents en vous abonnant à ma chaîne : http://bit.ly/abo-OlivierRoland

► En savoir plus sur “Tout le monde n’a pas eu la chance de rater ses études” : https://olivier-roland.com/

► Recevez gratuitement l’extrait offert du livre “Tout le monde n’a pas eu la chance de rater ses études” – Les 3 principes pour réussir dans tous les domaines de votre vie : https://olivier-roland.com/3-principes/

► Cliquez ici pour être prévenu gratuitement par email quand une nouvelle vidéo est publiée ! 😉
https://olivier-roland.tv/videos

– La vidéo “Posez-moi toutes vos questions ! 🙂 (115/365) “: https://www.youtube.com/watch?v=wfIehckPwzQ&list=PLlNaq4hbeacS07PeMWQJLiCEcWpNqX_IH
– La vidéo ” Comment créer votre ENTREPRISE quand vous êtes ÉTUDIANT 🙂 “: https://www.youtube.com/watch?v=CRNRrmLPhoU&list=PLlNaq4hbeacRenu3pV65ir209cjP6CZph

► Pour aller plus loin :
http://www.des-livres-pour-changer-de-vie.fr/ – une sélection de livres rares et exigeants pour changer de vie
http://blogueur-pro.com/ – Devenez libre et indépendant financièrement grâce à votre blog
http://www.habitudes-zen.fr/ – Vivre une vie zen et heureuse
http://devenez-meilleur.fr/ – Le développement personnel pour les gens intelligents
https://olivier-roland.tv/videos pour être prévenu chaque matin à 7H quand une vidéo géniale est publiée, pour démarrer la journée avec une pêche d’enfer ! 🙂

► Qui suis-je ?

Découvrez mon histoire en 1 minute 41 : http://bit.ly/MonHistoire

A 18 ans, j’ai décidé de quitter l’école pour créer ma première entreprise. Je n’avais qu’une envie : être libre. Après avoir surmonté de nombreux obstacles, j’ai réussi à mettre mon entreprise au service de ma vie, plutôt que d’avoir une vie au service de l’entreprise… Aujourd’hui, je voyage 6 mois par an et j’inspire des milliers d’entrepreneurs et de créateurs à être plus libres et plus heureux.

Que vous souhaitiez changer de vie, réussir sur Internet ou tout simplement devenir une meilleure personne, ma chaîne vous y aidera. Chaque jour, vous trouverez une nouvelle vidéo inspirante pour vous aider à vivre une vie plus riche.

https://www.youtube.com/watch?v=2NvaSjY8YU8

Transcription texte (littérale) de la vidéo “Faut-il arrêter ses études après avoir lu “Tout le monde n’a pas eu la chance de rater ses études” ?” :

Je continue de répondre aux questions que vous m’avez posée et il y a une question d’Alexandre Evrard : « Ne penses-tu pas que ton livre pourra aussi avoir des effets pervers du style des gens qui se mettront à fond dans leurs activités d’entrepreneurs assez jeunes, et du coup, laissent tomber leurs études ? Ce qui serait très pénalisant si leurs activités ne fonctionnent plus ou pas. »

C’est une question extrêmement intéressante.

Ce sont des questions que je me suis posées parce qu’il y a une démarche éthique, il faut réfléchir à l’aspect éthique de différentes choses.

Dans « Tout le monde n’a pas eu la chance de rater ses études », j’insiste vraiment fortement sur le fait que je ne recommande pas forcément d’arrêter ses études.

Au contraire, je dis qu’il faut toujours assurer ses arrières.

Ce que j’encourage à faire, c’est de mettre en place des expériences concrètes sur le terrain qui permettent de réduire le risque au minimum à côté de son activité.

Je dis surtout : N’arrêtez pas vos études.

Si vous avez une idée d’entreprise, d’abord testez-la à temps partiel à côté de vos études ou de votre job si vous êtes employé. Et si ça fonctionne uniquement, à ce moment-là, vous prenez les données que vous avez récoltées.

Si vous avez vraiment gagné de l’argent et que vous voyez qu’il y a un intérêt réel, dans ce cas, vous pouvez prendre le risque mais il doit être mesuré.

Et vous devez faire en sorte que :

  1. Si jamais le pire se produit, vous puissiez minimiser les pertes que vous allez avoir.
  2. D’avoir un plan B, un plan C, un plan D, un plan F, un plan Z, etc.

J’insiste vraiment là-dessus.

C’est aussi un des mythes de l’entreprenariat de croire que les entrepreneurs à succès sont des espèces de kamikazes qui se mettent en bandana autour de la tête, un couteau entre les dents et qui foncent dans le tas en hurlant bonzaï.

Ce n’est pas vrai.

Les entrepreneurs prennent des risques, oui, mais des risques mesurés.

Quelqu’un qui suit ces recommandations, qui fait une expérience à côté de ses études, qui voit que son projet marche et qui décide d’arrêter en assurant ses arrières, ses risques ne sont pas énormes.

Au pire, il pourra toujours revenir faire des études. Ce n’est pas dramatique.

C’est ce qui m’a donné aussi la confiance pour arrêter l’école à 18 ans et créer ma boite à 19.

Déjà, j’avais fait une expérience sur le terrain où j’avais vu que concrètement, il y a des gens qui étaient intéressés par mon service de prestations informatiques qui m’avaient donné de l’argent.

J’avais vu que je pouvais résoudre leurs problèmes. Ça m’a donné la confiance nécessaire.

Et je savais que dans le pire des cas, je pouvais toujours retourner à l’école pour passer mon bac et on n’en parlait plus. Ça m’aurait fait un an ou deux ou trois ans d’expérience extrêmement intéressante.

Récemment dans mon mastermind, le plus jeune membre qui a 18 ans a une boite vraiment florissante, qui cartonne.

Il s’ennuyait dans ses études. Il a demandé au groupe : « Les amis, je suis vraiment dans un choix difficile parce que ma boîte marche très bien, mes études m’ennuient fortement, je n’apprends pas grand-chose. Est-ce que vous pensez que je devrais arrêter ou pas ? »

On a chacun donné notre point de vue en lui disant : « C’est un choix difficile et on ne peut que de te donner nos points de vue. Mais au final, c’est vraiment un choix qui t’appartient. »

Je lui ai proposé de se poser des questions parce que quand on a des choix à faire qui sont difficiles et qui impliquent quelque chose qui va beaucoup à l’encontre du point de vue général, c’est-à-dire qu’il faut faire le maximum d’écoles, d’études, etc., il n’y a rien de tel que de se poser des questions pour essayer de réfléchir par soi-même.

Et je lui dis : « Pose-toi la question : quel est le scénario du pire ?

Dans le pire des cas réalistes, genre un astéroïde va tomber sur ma maison, il va y avoir une invasion de zombie et ça va être la fin du monde.

Quel est le pire des cas réalistes qui peut se produire ? Et dans ce cas-là, quels sont tes moyens pour minimiser l’impact de ce scénario catastrophe et aussi de réduire les chances qu’ils se produisent ?

Quels sont tes plans B, C, D ? Est-ce que tu peux retourner à l’école si jamais ça ne fonctionne pas ?

Ensuite, qu’est-ce que tu vas retirer de cette expérience même si c’est un échec ? Est-ce que ça va être quelque chose de positif dans ta vie ? »

Je lui dis que gérer son entreprise pendant plusieurs années, surtout une boîte qui marche déjà, c’est une expérience que l’école ne pourra jamais te donner.

Sur un CV, c’est sympa, ça fait bien de dire : « j’ai créé ma boîte, j’ai appris ça et ça ».

Puis, ça te donne juste une expérience qui est ahurissante. Tu vas apprendre beaucoup plus vite quand tu développes ton entreprise qu’ailleurs.

C’est à toi de voir.

Qu’est-ce que tu en retires, même si c’est un échec ? Et qu’est-ce que tu en retires si ça fonctionne parce qu’il y a aussi une chance que ça fonctionne.

Là en l’occurrence, c’est une bonne chance vu que la boîte marche déjà.

On se pose vraiment la question du risque réel, du gain potentiel de si on gagne. Et même si on échoue parce que ce n’est pas parce qu’on échoue que forcément, c’est quelque chose de négatif.

Bien sûr qu’on préfère réussir, mais vous pouvez échouer tout en progressant. Et après, vous revenez à l’école.

Je ne suis absolument pas un partisan de l’école : il faut brûler ses navires derrière soi, et on y va en mode kamikaze. Au contraire, je suis vraiment un partisan de l’école : on y va progressivement en prenant le moins de risque possible, mais il faut quand même prendre des risques au bout d’un moment.

Malgré tout ça, il y a forcément des personnes qui vont avoir des problèmes qu’elles n’auraient pas eus en lisant mon bouquin pour des tas de raisons.

Déjà parce qu’ils n’auront pas forcément tout compris ou appliqué tout ce que j’ai dit.

Il y a aussi des gens qui vont appliquer exactement tout ce que je dis pour qui ça n’a pas marché et qu’ils vont avoir des dettes, etc.

Mais au bout d’un moment, il faut accepter cela. On ne peut pas tout contrôler.

Si par exemple, je suis un passionné de cyclisme et que je suis tellement passionné que j’arrive à convaincre des gens autour de moi de faire plus de vélos, plus d’activités physiques, et que j’écris des bouquins là-dessus. Fatalement à un moment, il y a quelqu’un qui va avoir un accident avec son vélo et qui va mourir.

Peut-être que ça ne serait jamais arrivé si je ne l’avais pas motivé à faire du vélo, mais c’est une possibilité. C’est même quasiment obligatoire statistiquement à partir d’un certain nombre de personnes que vous influencez.

Mais si vous vous laissez arrêter par ça. Dans ce cas-là, on ne fait plus rien.

C’est fatal qu’à partir du moment où vous touchez une portion de la population, vous allez avoir des gens pour qui ce n’était pas la meilleure chose.

Et ça, c’est impossible à prédire. C’est impossible de savoir, et ça fait partie des aléas de la vie.

De toute façon, si on était paralysé par la peur en disant : « Oui, mais attention ! Sur les 50 000 personnes qui vont lire mon bouquin, il y en a quelques-uns qui vont mourir, qui vont avoir un accident. », on ne fait plus rien.

J’estime vraiment que j’ai tout donné dans mon livre, j’ai essayé d’apporter le maximum de valeur. Et je pense qu’il va apporter davantage de valeurs que de malheurs, et que ça va aider davantage des gens que le reste.

Après, on ne sait jamais ce qui se produit. On ne peut pas tout contrôler, on ne peut pas tout savoir.

En tout cas, n’y allez pas en mode kamikaze, prenez des risques mesurés.

Vous avez aimé cette vidéo ? Cliquez ici pour vous abonner gratuitement à la chaîne Youtube ! 🙂