Einstein : le modèle du Rebelle Intelligent ? Ce qu’on peut apprendre de sa vie (302/365)

Je vous présente une analyse de la BIOGRAPHIE d’EINSTEIN par Walter Isaacson (“Einstein: His Life and Universe”). ➽ A travers mes explications et CITATIONS du livre, découvrez la richesse de sa vie et ce qu’il peut nous apporter pour améliorer notre propre vie !

► Rejoignez des milliers d’entrepreneurs et de rebelles intelligents en vous abonnant à ma chaîne : http://bit.ly/abo-OlivierRoland

► En savoir plus sur “Tout le monde n’a pas eu la chance de rater ses études” : https://olivier-roland.com/

► Recevez gratuitement l’extrait offert du livre “Tout le monde n’a pas eu la chance de rater ses études” – Les 3 principes pour réussir dans tous les domaines de votre vie : https://olivier-roland.com/3-principes-yt

► Cliquez ici pour être prévenu gratuitement par email quand une nouvelle vidéo est publiée ! 😉
https://olivier-roland.tv/videos

Les livres sur Amazon :

– Einstein: His Life and Universe :
https://olivier-roland.tv/biographie-einstein
– Benjamin Franklin: An American Life : https://olivier-roland.tv/benjamin-franklin
– Sapiens : Une brève histoire de l’humanité : https://olivier-roland.tv/sapiens
– Steve Jobs : https://olivier-roland.tv/steve-jobs

Les vidéos :

– “Sapiens : un livre qui DÉCAPE ton cerveau (144/365) ” : https://www.youtube.com/watch?v=BSNu6_ch9ZU&list=PLlNaq4hbeacQc4dlU08WU1sX8A9RGjUMb
– “Comment un MASTERMIND peut CHANGER votre VIE ” : https://www.youtube.com/watch?v=bA2qTQM7nWs&list=PLlNaq4hbeacRjWfmS4YP89UeXatvmgkxy
– “La Salope Éthique ” : https://www.youtube.com/watch?v=ADq1m_cDclI
– “Steve Pavlina : projets 30 jours, parties à trois, sexe 3.0 et développement de soi (186/365) ” : https://www.youtube.com/watch?v=0Qpiwnk4PLI&list=PLlNaq4hbeacQ0NHD2G2udahAG5GwbLdx-

► Pour aller plus loin :
https://des-livres-pour-changer-de-vie.com/ – une sélection de livres rares et exigeants pour changer de vie
https://blogueur-pro.net/ – Devenez libre et indépendant financièrement grâce à votre blog
https://habitudes-zen.net/ – Vivre une vie zen et heureuse
https://devenez-meilleur.co/ – Le développement personnel pour les gens intelligents
https://olivier-roland.tv/videos pour être prévenu chaque matin à 7H quand une vidéo géniale est publiée, pour démarrer la journée avec une pêche d’enfer ! 🙂

► Qui suis-je ?

Découvrez mon histoire en 1 minute 41 : http://bit.ly/MonHistoire

A 18 ans, j’ai décidé de quitter l’école pour créer ma première entreprise. Je n’avais qu’une envie : être libre. Après avoir surmonté de nombreux obstacles, j’ai réussi à mettre mon entreprise au service de ma vie, plutôt que d’avoir une vie au service de l’entreprise… Aujourd’hui, je voyage 6 mois par an et j’inspire des milliers d’entrepreneurs et de créateurs à être plus libres et plus heureux.

Que vous souhaitiez changer de vie, réussir sur Internet ou tout simplement devenir une meilleure personne, ma chaîne vous y aidera. Chaque jour, vous trouverez une nouvelle vidéo inspirante pour vous aider à vivre une vie plus riche.

NOTE : Pour les liens affiliés de cette vidéo, voir le paragraphe « Affiliation » de : http://www.des-livres-pour-changer-de-vie.fr/mentions-legales/

https://www.youtube.com/watch?v=F2_qtZOpa8s

Transcription texte (littérale) de la vidéo “Einstein : le modèle du Rebelle Intelligent ? Ce qu’on peut apprendre de sa vie (302/365)” :

Je vais vous parler de la toute dernière biographie d’Einstein écrite par Walter Isaacson, celui qui a écrit la célèbre et magnifique biographie de Steve Jobs, et celui un petit peu moins célèbre mais tout aussi magnifique biographie de Benjamin Franklin.

La première chose qui frappe dans la vie d’Einstein, c’est les points communs qu’il a avec beaucoup de rebelles intelligents parce qu’Einstein a toujours été quelqu’un d’extrêmement indépendant et attaché à sa liberté.

Je pense que c’est un trait commun à beaucoup d’entrepreneurs. En tout cas, c’est un trait que je partage, autour duquel j’ai articulé toute ma vie et mes projets.

C’est pour ça que c’est quelqu’un qui était extrêmement à gauche. Il était pour un idéal socialiste et même communiste, mais il a toujours détesté tous les régimes communistes de son temps au point qu’il a toujours refusé d’aller en Russie, pourtant, ce n’est pas les invitations qui ont manqué mais parce qu’il ne pouvait pas supporter les privations de liberté des régimes communistes.

Ça rejoint le paradoxe dont je vous parlais dans la vidéo sur Homo Sapiens. C’est le plus gros paradoxe défi de la société moderne occidental, le paradoxe entre liberté et égalité, deux principes qui sont fondamentalement irréconciliables dans le sens où quand on donne plus de liberté, on a moins d’égalité. Et quand on donne plus d’égalité, on a moins de liberté.

C’est exactement comme au moyen âge quand on avait les principes du christianisme, de bonté, de pardon, de miséricorde avec les principes guerriers. Il fallait s’imposer, il fallait gagner sur le champ de bataille, il ne fallait pas hésiter à faire verser le sang pour faire valoir ses droits.

D’après l’auteur, c’est cette bataille, cette confrontation entre deux principes fondamentalement opposés qui a été une des causes de la fin du moyen âge.

Voici un passage qui explique bien ce trait très important chez Einstein : Bien qu’il souscrivait aux idéaux socialistes, il était beaucoup trop un individualiste pour être confortable à l’idée d’un contrôle de l’état excessif ou d’une notoriété centralisée.

Ces instincts impudents qui l’ont servi tellement bien quand il était un jeune scientifique l’ont rendu allergique au nationalisme, au militarisme, et à tout ce qui pouvait ressembler à une mentalité de groupe. »

Ce qui est aussi intéressant chez Einstein, c’est au final, qu’on s’intéresse aux raisons de sa brillance, de son génie et de son succès.

On voit qu’il y a certaines choses qu’il appliquait dont on peut tirer des clés pour notre propre vie.

Quand il était un jeune étudiant, il n’a jamais bien performé avec l’apprentissage bête et répété.

Plus tard en tant que théoricien, son succès n’est pas seulement venu de la puissance brute de sa puissance mentale, mais de son imagination et de sa créativité.

Il pouvait construire des équations complexes. Mais de manière plus importante, il savait que la mathématique est le langage que la nature utilise pour décrire ces merveilles.

Il pouvait visualiser comment ces équations étaient reflétées dans la réalité, comment les équations des champs électromagnétiques découverts par James Clerk Maxwell par exemple pouvaient se manifester comme un garçon qui est en train de courir à côté d’un rayon de lumière.

Et comme il l’a déclaré : l’imagination est plus importante que le savoir.

Une des grandes découvertes que j’ai faites en lisant ce livre, c’est de me rendre compte que quand Einstein a écrit ses articles scientifiques, souvent il mettait dedans des équations qui ne sont pas compréhensibles pour les communs des mortels, mais il mettait aussi des explications, des métaphores qui étaient à la portée de tout le monde et qui étaient extrêmement claires et limpides, qui ont énormément aidé à la diffusion de ses théories.

Un autre trait de caractère qui a fait le génie et le succès d’Einstein, c’est sa non-conformité.

Cette approche lui demandait d’embrasser la non-conformité. « Longue vie à l’impudence, c’est mon ange gardien dans le monde », exultait-il à son amante qui, plus tard, est devenue sa femme.

De nombreuses années plus tard, quand d’autres pensées que sa réticence a embrassé la mécanique quantique montrait qu’il avait juste perdu une partie de son intelligence, il s’est lamenté pour me punir d’avoir eu autant de dédains pour l’autorité. Le destin a fait de moi une autorité par moi-même.

Son succès venait du fait de me remettre en cause la sagesse commune, de challenger l’autorité et de s’émerveiller devant des mystères que d’autres trouvaient absolument banales.

Cela l’a amené à embrasser une moralité et une politique basée sur le respect des esprits libres et des individus libres.

La tyrannie le répulsait. Il voyait la tolérance non seulement comme une vertu agréable, mais surtout comme une condition nécessaire pour une société créative.

Il est très important de nourrir l’individualité, disait-il car seulement l’individu peut produire des nouvelles idées.

Tout ceci a fait d’Einstein un rebelle avec une révérence pour la nature, quelqu’un qui avait juste le mix parfait d’imagination et de sagesse pour transformer notre connaissance de l’univers.

Ces traits sont tout aussi vitaux aujourd’hui dans ce nouveau siècle de mondialisation dans lequel nos succès vont dépendre de notre        créativité, tout comme il l’était au début du XXIe siècle quand Einstein a aidé à créer l’âge moderne.

Déjà ce qu’on peut retenir, c’est qu’Einstein foncièrement était vraiment farouchement indépendant, libre et rebelle. Mais aussi, il a nourri cette attitude et il a mis toute une philosophie autour de ça.

Je pense que beaucoup de rebelles intelligents peuvent se nourrir de cet aspect de la vie d’Einstein pour se rassurer sur le fait que c’est un comportement intéressant qui peut amener des résultats sympathiques même si tout le monde n’aura pas le même résultat qu’Einstein et aussi pour avoir davantage conscience de ces traits pour les nourrir tout comme Einstein l’a fait.

Bien sûr, comme tout le monde, Einstein était imparfait. Il avait les qualités de ses défauts et les défauts de ses qualités.

Notamment, l’auteur dit : La capacité du jeune Einstein à systématiser, c’est-à-dire à identifier les lois qui gouvernent un système, était largement supérieure à sa capacité à avoir de l’empathie, à avoir envie de s’occuper des autres. Ce qui a amené certains à se demander s’il aurait pu avoir des symptômes légers de désordre comportemental.

L’auteur n’est pas très convaincu de ça. Mais il est clair que quand on est quelqu’un de très individuel pour qui la liberté est la valeur la plus sacrée, on se méfie un peu de l’attachement aux autres parce que dès qu’on s’attache à quelque chose à quelqu’un, il y a une partie de notre liberté qui est perdue puisqu’on a peur de perdre quelque chose. Du coup, ça façonne une partie de notre comportement.

Je me retrouve dans ce trait de caractère. On aime avant tout la liberté. On est plus amoureux de la liberté que d’autre chose. Ce qui bien sûr n’est pas sans inconvénient, il n’y a rien de toute façon qui est sans inconvénient dans la vie.

Une autre caractéristique intéressante d’Einstein qu’on peut tirer parti dans nos propres vies est qu’il était un passionné de musique, pas seulement en tant que spectateur passif mais aussi en tant que musicien.

Il jouait du violon et il était persuadé que c’est quelque chose qui l’a énormément aidé dans sa créativité.

C’est une manière pour lui de se détendre, de sortir un peu de ses travaux et de faire travailler son cerveau autrement.

Il était notamment fan de Mozart et il disait : « la musique de Mozart est tellement pure et tellement belle que je la vois comme une réflexion, comme un miroir de la beauté interne de l’univers lui-même ».

C’est joli. Je pense qu’on peut dire qu’Einstein avait ses moments de poésie. C’est ça qui est intéressant.

Einstein ne serait pas juste un scientifique caricatural qui passait son temps plongé dans les mathématiques. C’était quelqu’un qui était profondément artiste et qui a exprimé une partie de cette créativité que d’autres artistes plus exubérants ont fait mais à travers le langage des mathématiques. Ce qui lui a permis de faire des découvertes intéressantes.

Il faut se rendre compte qu’à la base, Einstein est un théoricien. Ce n’est pas quelqu’un qui va faire des expériences dans son laboratoire. Il dit lui-même qu’il est mauvais pour ça.

D’abord, il imagine, il visualise différents concepts ou choses de l’univers. Il essaie d’en tirer des équations. Après, il refile le boulot de vérification aux gens qui sont faits pour ça.

L’auteur continue. Il dit : Il jouait souvent du violon dans sa cuisine tard dans la nuit en improvisant des mélodies tout en réfléchissant à des problèmes compliqués.

Et ça, c’est un point intéressant pour nous.

Quel est le loisir qui vous inspire le plus, qui vous permet à la fois de vous détendre mais aussi de libérer, préparer, inspirer votre cerveau pour résoudre les problèmes les plus complexes ?

Pour beaucoup de personnes, la musique, ça fonctionne très bien.

Pour d’autres notamment comme Beethoven dont c’était le métier, il ne pouvait pas trop utiliser la musique comme détente. C’est la promenade par exemple, se promener dans la nature.

Pour d’autres, ça peut être de méditer.

Peut-être que vous le savez et que vous ne l’avez pas assez exploré.

Quelle est cette activité qui comme la musique pour Einstein vous détend et vous inspire en même temps ?

Ce qui aussi est intéressant pour nous rebelles intelligents, c’est qu’Einstein a profondément détesté l’école. C’était en fin du XIXe, début XXe siècle. Donc, c’était encore moins drôle qu’aujourd’hui.

L’auteur dit : Le ton militaire de l’école, l’entrainement systématique dont le respect suprême à l’autorité qui était supposée entraîner les élèves depuis leur plus jeune âge à une discipline militaire était particulièrement déplaisant au jeune Einstein.

On ne peut pas dire qu’il a eu la chance de rater ses études. Il était contrairement à certaines croyances loin d’être un cancre en mathématique, il était même un génie très tôt à l’école. Mais ce qui est sûr, c’est qu’il détestait l’école en grande partie à cause de cette soumission obligatoire à l’autorité alors que ce qui a nourri son génie et ses créativités, c’était ce refus de statu quo.

C’est aussi quelque chose qu’on retrouve dans la plupart des entrepreneurs.

Donc, Einstein se plaignait de l’apprentissage mécanique qui, comme il le disait, paraissait très proche des méthodes de l’armée prussienne où une discipline mécanique était obtenue avec la répétition permanente d’ordre sans aucun intérêt et sans aucune âme.

Et ce qui est intéressant, c’est que comme moi et comme de nombreux autres rebelles intelligents, Einstein n’était pas particulièrement apprécié et le bienvenu dans les écoles où il allait.

L’auteur dit : Son mépris de l’autorité n’allait pas très bien avec la manière dont étaient dirigées les écoles à l’époque. Comme résultat, un de ses professeurs proclama que son insolence faisait qu’il n’était pas bienvenu à l’école.

Quand Einstein a insisté sur le fait qu’il n’avait fait absolument rien de répréhensible, son professeur a répondu : oui, c’est vrai, mais tu es assis là dans le fond de la classe et tu souris, et ta simple présence ici diminue le respect que la classe a pour moi.

Ça, c’est dingue parce que ça me rappelle ce moment où je me suis fait convoquer par le directeur de mon lycée et qui m’a dit : Olivier, tu es tellement démotivé en classe que tu démotives les profs.

Bien sûr, ce n’est pas exactement la même chose. C’est juste que l’attitude d’Einstein ou son mépris d’autorité se diffuse à travers toute la classe tellement elle est violente, alors que moi, c’était plutôt ma démotivation.

Mais on retrouve cette capacité à communiquer, par le langage verbal et d’autres choses, aux autres ce mépris ou cette absence de respect alors que normalement, c’est demandé.

Du coup, Einstein s’est profondément ennuyé à l’école jusqu’à ce qu’il tombe sur une école qui était très différent des autres. C’était à Zurich en Suisse. Il a passé au début sa vie entre l’Allemagne qui était La Prusse à l’époque et la Suisse.

L’auteur dit : C’était l’école parfaite pour Einstein.

C’est intéressant. Ce n’est pas pour rien que j’ai basé toute la première partie de mon livre là-dessus.

Les enseignements étaient basés sur la philosophie d’un reformeur de l’éducation suisse du début du XIXe siècle, Johann Heinrich Pestalozzi, qui croyait dans le fait d’encourager les étudiants à visualiser des images.

Il pensait aussi qu’il était important de nourrir une dignité intérieure et l’individualité de chaque enfant.

Les étudiants devaient être autorisés à atteindre par eux-mêmes leur conclusion, disait Pestalozzi, en utilisant une série d’étapes qui commençait par les observations sur le terrain, ensuite en procédant par l’intuition, la pensée conceptuelle, l’imagination et le fait de visualiser les résultats.

Einstein a adoré ça. D’ailleurs, ça a en grande partie façonné sa pensée.

Comme il l’a dit plus tard : « Cette méthode d’enseignement m’a fait clairement réaliser à quel point est supérieure une éducation basée sur l’action libre et la responsabilité personnelle plutôt que celle qui se base sur l’autorité. »

Il y a quelque chose d’intéressant dans ce qui a fait qu’Einstein a réussi à révolutionner la science.

Une grande partie de son succès est venu du fait qu’il a osé remettre en question des choses qui étaient considérées comme presque des tabous en science à l’époque, des choses qui paraissaient évidentes, évidemment vraies.

Et notamment, il y avait un scientifique français Henri Poincaré qui était lui-même une énorme tête, un scientifique de génie, un extraordinaire mathématicien qui était tout près de trouver la théorie de la relativité. Mais non, il ne l’a pas trouvé.

Poincaré était un scientifique extrêmement connu.

S’il avait décidé d’aller un peu plus loin et trouver cette théorie, sans doute que tout le monde l’aurait écouté. Alors qu’Einstein, personne ne le connaissait. Il travaillait dans un bureau de brevet en Suisse. Donc, il était vraiment le parfait inconnu.

C’est Einstein qui a trouvé la théorie de la relativité et non pas Poincaré.

La différence essentielle entre Poincaré et Einstein est que Poincaré était par tempérament conservateur alors qu’Einstein était par tempérament révolutionnaire.

Quand Poincaré a regardé la nouvelle théorie de l’électromagnétisme, il a essayé le plus possible de préserver ce qu’il pouvait des anciennes théories. Poincaré adorait l’Ether.

L’Ether, c’était la grande théorie de l’époque. Les scientifiques pensaient que l’espace était rempli d’une sorte de substance qui expliquait des tas de choses qui ne pouvaient pas s’expliquer à l’époque.

Poincaré a continué de croire en l’Ether même après que sa propre théorie a montré que l’Ether était complètement non observable.

Einstein, de l’autre côté, voyait toutes les anciennes théories comme ennuyantes et non nécessaires, et était ravi de s’en débarrasser.

Là, on a un point essentiel de différence entre quelqu’un qui est naturellement conservateur et quelqu’un qui est naturellement révolutionnaire. Dans un cas, la personne va essayer de garder ce qui peut lui passer, tandis que dans l’autre, la personne est absolument ravie de se débarrasser du passé.

Poincaré qui était pourtant un énorme génie qui était tout près de trouver la théorie de la relativité. Comme l’a dit l’auteur, on n’a jamais apparemment vraiment compris la percée d’Einstein. Jusqu’à sa mort en 1912, il n’a jamais vraiment laissé tomber le concept d’Ether.

Il avait compris qu’Einstein avait trouvé quelque chose d’intéressant, mais il pensait toujours qu’il manquait quelque chose. Il manquait de rajouter ce fameux Ether qui aujourd’hui a été une théorie complètement abandonnée par les physiciens et qui s’est juste être révélée une lubie qui était poursuivie pendant des décennies par les scientifiques les plus sérieux.

En 1911, on a l’intervention d’un entrepreneur qui a parfaitement compris l’intérêt des Mastermind.

Un Mastermind, c’est un cerveau collectif.

En tant qu’entrepreneur, si vous voulez faire partie d’au moins un Mastermind ou peut-être de plusieurs, c’est un groupement avec d’autres entrepreneurs dans lequel vous partagez vos joies, vos peines, ce qui fonctionne, ce qui ne fonctionne pas.

En faisant ça, vous allez beaucoup plus loin ensemble que si vous restez chacun tout seul dans votre coin.

Il y a un entrepreneur Belge Ernest Solvay qui connaissait le pouvoir des Mastermind et s’est dit qu’il allait l’utiliser pour accélérer la science.

Voici le passage : Parce qu’Ernest voulait faire quelque chose d’inhabituel mais d’intéressant et d’utile avec son argent, et aussi parce qu’il avait quelques théories un peu bizarres sur la gravité, il a décidé de financer un rassemblement de l’élite des physiciens de l’Europe.

Il y a 20 des plus grands scientifiques qui se sont retrouvés à Bruxelles. Notamment, il y avait Einstein, Poincaré, etc.

De cette rencontre est né des tas de choses absolument géniales qui sont décrites dans ce bouquin.

Bien sûr, vous n’êtes pas scientifique ou peut-être que vous l’êtes, mais vous êtes sans doute plutôt entrepreneur. Ne négligez pas le pouvoir des Mastermind, des rencontres avec d’autres esprits avec lesquels vous partagez.

Il y a un autre point intéressant dans la vie d’Einstein que je ne connaissais pas du tout, c’était une surprise quand j’ai lu sa biographie.

J’ai déjà parlé des relations poly amoureuses avec la chronique du livre « La salope éthique » et dans d’autres vidéos, notamment l’interview de Steve Pavlina qui lui-même est poly amoureux.

Et Einstein était comme ça, ce qui finalement est logique quand on met la liberté au-dessus de tout.

L’auteur nous dit : L’amour que recherchait Einstein apparemment n’était pas un romantisme sauvage, mais surtout un support et de l’affection non compliquée.

Et il a dit : Plein de fois dans sa vie, Einstein ne croyait pas en les relations monogames entre êtres humains.

Ce qui est aussi fascinant, c’est que malgré tout son génie, malgré son pacifisme, malgré tout ce qu’il a apporté à l’humanité, ça ne l’a pas empêché d’être super critiqué par des gens sur des tas de choses qu’il n’avait absolument rien à voir parce qu’il était juif.

Il n’était pas très religion en tant que tel. Il croyait en un Dieu, mais pas en le Dieu de la Bible.

C’est un théiste, c’est-à-dire qu’il croit à un Dieu qui n’interfère pas avec les êtres humains et qu’on ne peut pas contacter. C’était un juif de tradition d’histoire. Il était persécuté dans l’Allemagne Nazi.

C’est pour dire que même Einstein s’est fait critiquer. Donc, haters gonna hate. Ça, vous ne pouvez pas faire autrement.

Mais ce qui est intéressant, c’est sans doute le fait que justement il a été juif dans une Allemagne qui était profondément antisémite, ce n’est pas pour rien qu’elle apportait les nazis au pouvoir via la démocratie, ça a contribué à la rébellion d’Einstein.

Einstein est juste un scientifique juif parmi d’autres, il y en avait beaucoup qui ont énormément contribué à la science de l’époque.

D’ailleurs, ça a été une énorme erreur stratégique de la part d’Hitler de baser tout son mouvement sur l’antisémite parce que ça a fait fuir tous ces scientifiques qui étaient au top du top. Ils sont pour la plupart partis aux États-Unis. Et il y a pas mal d’entre eux qui se sont mis ensuite à travailler sur le projet Manhattan de la bombe atomique et qui ont aussi donné d’autres avantages aux alliés.

Sigmund Freud disait : une partie du succès des scientifiques juifs était leur scepticisme créatif qui est venu de leur nature d’outsider.

C’est-à-dire que comme ils ne sont pas forcément très bien intégrés à la société dans laquelle ils vivaient, forcément ça nourrissait une sorte de scepticisme créatif par rapport à toutes les valeurs et traditions que d’autres personnes pouvaient croire comme étant éternelles et vraies. Alors que eux, comme déjà ils se sentaient un peu exclus de ça, ils avaient une plus grande motivation pour remettre en cause ces principes.

Je pense que c’est aussi un trait que chaque rebelle intelligent devrait nourrir : le scepticisme créatif.

Dans « Tout le monde n’a pas eu la chance de rater ses études », je parle du bon scepticisme.

C’est vrai que si en plus, on y rajoute de créativité pour essayer d’inventer quelque chose qui défie le sens commun et le statu quo d’une manière intelligente, c’est encore mieux.

Mais rappelez-vous, haters gonna hate.

Une des critiques d’Einstein par exemple, c’était à Paul Wellin qui était un ingénieur et qui ne connaissait rien du tout en physique et en relativité. C’est juste un ingénieur. Par contre, il a publié des articles qui dénonçaient la relativité comme une énorme arnaque. Il a créé même une organisation appelée « Le groupe d’étude des scientifiques Allemands pour la préservation de la science pure ».

L’auteur dit que l’Allemagne des années 1920, ce n’était ni le bon endroit ni le bon moment pour être un internationaliste, un pacifique et un juif intellectuel. Ce sont trois caractéristiques qui définissaient Einstein.

C’est aussi un point intéressant pour nous les rebelles intelligents.

Il faut savoir qu’Einstein n’a pas arrêté de bouger d’un pays à un autre. Il a eu des nationalités différentes.

À la base, il est né en Allemagne de l’époque, La Prusse et il avait la nationalité Prusse.

Ensuite, il a bougé en Suisse pour ne pas faire le service militaire allemand parce qu’il détestait ça. Il a renoncé à sa nationalité allemande sans avoir de nationalité.

Pendant plusieurs années, il était apatride. Il n’avait aucune nationalité.

Ensuite, il a demandé la nationalité Suisse qu’il a gardée toute sa vie.

Après, l’Allemagne avant qu’elle devienne nazi, s’est rendue compte de son potentiel et lui a offert à nouveau la nationalité allemande sans obligation de faire le service militaire qu’il a accepté.

Puis, quand les nazis sont arrivés au pouvoir, il a renoncé à sa nationalité allemande. Il a migré aux États-Unis et il a demandé la nationalité américaine qu’il a conservée jusqu’à la fin de sa vie tout à côté de sa nationalité suisse.

Peut-être que vous aussi, votre pays où vous vivez en ce moment, ce n’est ni le bon moment ni le bon endroit pour vous. Il n’y a aucune honte à quitter ce pays pour aller ailleurs si vous sentez que ce n’est pas le bon moment et ce n’est pas le bon endroit pour vous.

Pour conclure, je trouve qu’Einstein a eu une mort magnifique qui est une magnifique manière de terminer une vie extrêmement belle et dans laquelle il a apporté énormément de valeur.

Il est mort dans un lit d’hôpital la nuit du 18 avril 1955. Quand on l’a trouvé le matin, 12 pages d’équation écrite de manière très serrée avec de nombreuses ratures et corrections était sur son lit.

Jusqu’à la toute fin, il s’est battu pour essayer de trouver une théorie des champs unifiés.

Et la dernière chose qu’il a écrite juste avant de s’endormir pour la dernière fois était une ligne de plus de symbole et de nombre qu’il espérait pouvoir l’aider ainsi que le reste d’entre nous à s’approcher juste un peu plus du manifeste spirituel qui se trouve dans les lois de l’univers.

Vous avez aimé cette vidéo ? Cliquez ici pour vous abonner gratuitement à la chaîne Youtube ! 🙂