Comment Yannick Alain a utilisé les partenariats pour ACCÉLÉRER son succès (34/365)

Croisière avec le top des partenaires de l’Académie Zérolimite – Rencontre avec Yannick Alain – formateur dans le domaine de la vente et du networking – qui vous explique comment le relationnel et les PARTENAIRES dans ses vidéos l’ont aidé à ACCELERER son SUCCÈS.

Vous souhaitez devenir conférencier comme Martin ? Il vous livre ses meilleurs conseils dans cette vidéo.

► Rejoignez des milliers d’entrepreneurs et de rebelles intelligents en vous abonnant à ma chaîne : http://bit.ly/abo-OlivierRoland

► En savoir plus sur “Tout le monde n’a pas eu la chance de rater ses études” : https://olivier-roland.com/?utm_source=youtube&utm_medium=descri&utm_content=yannickalain

► Recevez gratuitement l’extrait offert du livre “Tout le monde n’a pas eu la chance de rater ses études” – Les 3 principes pour réussir dans tous les domaines de votre vie : https://olivier-roland.com/3-principes-yt/?utm_source=youtube&utm_medium=descri&utm_content=yannickalain

► Cliquez ici pour être prévenu gratuitement par email quand une nouvelle vidéo est publiée ! 😉
https://olivier-roland.tv/videos/?utm_source=youtube&utm_medium=descri&utm_content=yannickalain

– Le blog de Yannick Alain : http://yannick-alain.com/
– Sa chaîne Youtube : https://www.youtube.com/user/commercialequitable
– Sa page Facebook : https://www.facebook.com/aimantaopportunites/

► Pour aller plus loin :
https://des-livres-pour-changer-de-vie.com/ – une sélection de livres rares et exigeants pour changer de vie
https://blogueur-pro.net/ – Devenez libre et indépendant financièrement grâce à votre blog
https://habitudes-zen.net/ – Vivre une vie zen et heureuse
https://devenez-meilleur.co/ – Le développement personnel pour les gens intelligents
https://olivier-roland.tv/videos pour être prévenu chaque matin à 7H quand une vidéo géniale est publiée, pour démarrer la journée avec une pêche d’enfer ! 🙂

► Qui suis-je ?

Découvrez mon histoire en 1 minute 41 : http://bit.ly/MonHistoire

A 18 ans, j’ai décidé de quitter l’école pour créer ma première entreprise. Je n’avais qu’une envie : être libre. Après avoir surmonté de nombreux obstacles, j’ai réussi à mettre mon entreprise au service de ma vie, plutôt que d’avoir une vie au service de l’entreprise… Aujourd’hui, je voyage 6 mois par an et j’inspire des milliers d’entrepreneurs et de créateurs à être plus libres et plus heureux.

Que vous souhaitiez changer de vie, réussir sur Internet ou tout simplement devenir une meilleure personne, ma chaîne vous y aidera. Chaque jour, vous trouverez une nouvelle vidéo inspirante pour vous aider à vivre une vie plus riche.

https://www.youtube.com/watch?v=Fjh7AkmVqnM

Transcription texte (littérale) de la vidéo “Comment Yannick Alain a utilisé les partenariats pour ACCÉLÉRER son succès (34/365)” :

Olivier Roland : Je suis toujours sur la croisière dans les Caraïbes et je suis actuellement avec Yannick Alain. Salut Yannick.

Yannick Alain : Salut Olivier. Je suis trop honoré que tu m’invites sur ta chaîne. Je sais combien tu as beaucoup de succès depuis des années.

Je n’ai pas trop accroché à ce que tu faisais depuis le début quand tu t’es lancé sur internet. Et là, cette semaine, je t’ai découvert et je t’ai trouvé un peu dur. Je te trouve que tu étais un peu hard et tout ça, et moi, je suis un peu un bisounours, je suis un peu dans le love to love.

Pour moi, tu étais un peu dur, et j’ai compris en fait à quel point tu es quelqu’un très pointu qui avait une véritable intention d’aider les autres à avoir des résultats vraiment. Ça m’a beaucoup touché. Je te remercie beaucoup pour ça.

Quelque part, tu m’as fait changer d’avis sur toi et c’est un vrai plaisir de le découvrir parce que tu es non seulement un mec extrêmement brillant, mais en plus, qui a un cœur que j’aimerais qu’on voie beaucoup plus dans les vidéos.

Je trouve que tu es un mec qui a une vraie raison d’être et une vraie mission, et merci pour ça.

Olivier Roland : Parce que tu étais aussi le récipiendaire, si on peut dire ça, tu étais une des personnes qui a reçu mon fameux défi d’une vidéo par jour.

Yannick Alain : Oui, je l’ai reçu. Toi et les autres. Oui, ils s’y sont mis à plusieurs avec Martin, avec François et toute l’équipe avec qui on est sur le bateau là.

C’est vrai que moi, je n’avais absolument pas envie de faire un défi de 30 jours. Ça me faisait chier parce que je trouvais que faire un défi de 30 jours et parler à la caméra, à ma communauté qui commence à être grandissante quand même maintenant, à me dire : « mais pourquoi j’irais les emmerder tous les jours avec une vidéo si je n’ai pas un truc intelligent à dire ? »

C’est vrai que c’était relié au fait de ne pas vouloir décevoir mon audience, mais c’était aussi relié à une peur personnelle.

Je pense que j’ai une peur de ne pas prendre ma place et je crois que tu l’as bien capté, vous l’avez bien capté et vous m’avez bien défié.

Donc, je vais faire ce que j’avais dit que je ne ferais jamais, mais il n’y a que les cons qui ne changent pas d’avis. C’est que je vais faire ce défi de vidéo de 30 jours.

Merci beaucoup pour ça et à toute l’équipe François Lemay, Martin Latulippe, toi, à Nicolas De Vicq et toute la team de Ninja qui m’avait bougé là-dessus. Donc, je vais faire ce défi-là.

Olivier Roland : Tu sais, c’est intéressant parce qu’on a fait un mini mastermind hier et tu as partagé que tu ne te sentais pas très à l’aise d’être vraiment toi mis en avant tout seul sur les vidéos et que tu avais développé des partenariats pour réussir quand même à mettre en place des beaux projets malgré finalement ce…

Yannick Alain : J’ai toujours trouvé des solutions. C’est-à-dire qu’à partir du moment où j’ai un problème, je me dis : « je vais trouver la solution qui va me permettre de… »

Il y a deux choses dans ce que tu dis qui sont importantes. La première, c’est que j’ai une valeur excellence forte, ce qui fait que j’ai envie vraiment de livrer le meilleur pour mes clients. Et pour moi, si je ne suis pas le meilleur, je vais amener le meilleur.

Livrer le meilleur à ma communauté, c’est quelque chose de très fort chez moi. C’est pour ça que je suis beaucoup plus dans une co-création dans ce que je fais que dans une création.

Maintenant, derrière ça, il y a une peur aussi.

C’est bien parce que c’est vertueux et que je pense que c’est bien pour ma communauté. Mais derrière, il y a des peurs qui font que je pense que j’ai un problème peut-être, il faudrait voir des spécialistes pour ça, mais d’estime de soi ou d’amour de soi qui font qu’à un moment donné, je ne me sentais pas légitime à vraiment être tout seul devant la caméra et que je pense que c’était plus facile pour moi de faire venir d’autres personnes.

Donc, au travers de tout ce que je fais, je fais « La Journée de l’Audace » qui est une journée aujourd’hui que pas mal de gens entendent parler. J’ai fait 70 personnes à la première édition, puis 300 personnes à la deuxième édition, puis 400 personnes à la troisième.

Là, je prévois d’en faire une à 1000 personnes à Toulouse en plus. Donc, on n’est pas à Paris. Et là, pareil, je mets en avant les autres personnes.

La dernière « Journée de l’Audace », alors que c’est moi qui l’organise, les risques financiers, c’est moi qui les prends. Le marketing, c’est moi qui le fais. Je m’occupe de tous les partenariats, je suis très bon là-dedans, dans la partie partenariat. J’ai décidé de ne pas me mettre sur scène parce que je ne voulais pas que mon égo me domine et j’avais un peu peur de ça.

Et quelque part, maintenant je commence à me dire que ce n’est pas grave. L’essentiel, c’est que ton égo ne domine, ne te domine pas et que ce ne soit pas lui qui pilote. Mais si tu as des choses importantes à dire aux gens, ce n’est pas grave, mets-toi en avant aussi.

Tu ne seras peut-être pas parfait, mais mets-toi en avant.

Et donc, du coup, je suis dans ce chemin-là actuellement.

Ensuite, sur la partie David Lefrançois, c’est…

Olivier Roland : Justement c’est ce que tu avais expliqué, notamment tu as fait un partenariat avec David Lefrançois, est-ce que tu peux présenter David pour ceux qui ne le connaissent pas.

Yannick Alain : David est expert en neuroscience, docteur en neuroscience, spécialisé en développement personnel. C’est un formateur de coach. C’est quelqu’un qui a une école qui cartonne qui s’appelle l’Institut des neurosciences appliquées à Paris et qui forme des centaines de coachs chaque année.

C’est quelqu’un que je trouvais brillantissime déjà, que j’ai trouvé humainement. On s’est trouvé frère lui et moi vraiment parce qu’on s’est aimé. Dès qu’on s’est vu un peu, coup de foudre professionnel, et on s’est aimé vraiment comme ça s’est passé de suite.

Et je me suis dit : « ce mec-là, pour moi, c’est lui le chainon manquant »

C’est-à-dire que moi, je ne m’étais jamais donné l’autorisation de donner des conseils de développement personnel. Pas parce que je ne pouvais pas parce que je suis formé à la PNL, à la neuroscience. Je suis formé à tout ça, mais je me disais pourquoi ne pas aller voir le meilleur, pourquoi aller voir vraiment le top of the world. Et j’ai trouvé que David était très bon là-dedans.

Moi, ce que je pouvais apporter sur lequel je fais une différence, c’est sur la notion de partenaire parce que j’ai un très bon relationnel, je sais enseigner ça aussi.

Le relationnel, la vente en face à face, tout ce qui est vraiment contact humain, je suis très bon là-dedans.

Et aujourd’hui, même si on est dans un business internet, la clé pour moi d’un business réussi, c’est le relationnel qu’on arrive à se créer avec des influenceurs et des personnes qui peuvent nous aider à nous faire grandir.

Au travers de ça, je me suis dit : qu’est-ce que je peux apporter de meilleurs à mes clients ?

J’ai la partie réseau, networking, marketing aussi puisque je me forme en marketing internet aussi et la partie vente et la partie terrain vraiment, et David, lui, pourrait apporter la partie développement personnel parce que je crois, je fais partie de ces gens qui pensent que si tu grandis personnellement, ça fait grandir ton business aussi, ça fait grandir ton portefeuille.

Et comme toi, tu le fais parce que tu es un peu au niveau de ton cerveau. Ça serait intéressant de faire une interview de David et une interview de toi. Au niveau de ton cerveau, tu as entrainé ton cerveau et tu surentraines ton cerveau tous les jours, tu fonctionnes au défi. C’est impressionnant.

Et je crois que ta réussite est liée aussi au fait que tu as grandi personnellement grâce aux livres que tu as lus. D’ailleurs, le blog que tu as « Des livres pour changer de vie » aussi, ça été l’objet de ça.

D’ailleurs, tu t’es lancé le défi de lire 52 livres en un an. Le mec est fou, mais c’est génial. Ça t’a fait immensément grandir.

Et je crois que nous, c’est ce qu’on favorise avec David : se faire grandir personnellement et à la fois donner toutes les stratégies qui permettent aussi de créer des bons partenariats et de faire grandir son business.

Olivier Roland : C’est intéressant parce que finalement, c’est une excellente manière de dépasser certaines appréhensions qu’on veut avoir de se connecter à quelqu’un qui est bon dans d’autres domaines que nous. Mais quand tu as déjà rencontré David Lefrançois, il était déjà… parce que c’est quelqu’un qui a beaucoup de succès, non ?

Yannick Alain : Oui, déjà. Je pense qu’il en avait un peu moins qu’aujourd’hui. On s’est un peu auto propulsé tous les deux, en fait. Lui était un peu moins connu sur le web.

Olivier Roland : Est-ce que tu dirais qu’il avait plus de succès que toi quand tu l’as rencontré ou c’est à peu près pareil ?

Yannick Alain : Je n’aime pas trop les notions de comparaison, mais je pense que oui, il avait quand même plus de succès.

Olivier Roland : C’est important parce que finalement, beaucoup de personnes aimeraient faire des partenariats avec d’autres gens, mais parfois ils sont aussi bloqués par le fait qu’il y a une grosse différence dans les résultats et tout ça.

Yannick Alain : J’ai une stratégie pour ça. Je pense que le réseautage, il faut le voir de deux manières.

La première manière, c’est d’aller connecter avec des cibles.

Par exemple toi, si demain, quelqu’un démarre dans le web s’il veut connecter avec toi, ça va être plus difficile pour lui de devenir intéressant pour toi. C’est-à-dire que toi, tu vas être intéressant pour lui pour sûr et lui, est-ce qu’il va être intéressant pour toi ? Ça va être compliqué.

Donc, quelle est la solution que lui va pouvoir trouver pour devenir intéressant pour toi ?

Il peut t’acheter des programmes, grandir aussi. Ça peut devenir pour toi une jeune pousse dans tes programmes, qu’il réussit. Du coup, c’est intéressant pour toi, c’est intéressant pour lui. C’est cool, c’est une première stratégie.

Il peut, lui, trouver le moyen peut-être de te dire : est-ce qu’on peut faire un échange de service ? Est-ce que je peux peut-être te faire des montages vidéo ? Est-ce que je peux t’apporter des choses ?

C’est cette notion de gagnant-gagnant qu’il est important de voir.

L’idée, en termes de posture, quand tu vas voir quelqu’un, tu as deux postures possible : soit tu es offreur, soit tu es demandeur.

Si tu es offreur, tu as quelque chose à proposer, on te dit : non, tu n’as pas la boule, c’est OK et c’est bien.

Si tu es demandeur, tu es dans une situation où c’est presque tu te mets mode inférieur et tu viens demander quelque chose.

Si tu n’arrives pas à être à choper cette posture d’offreur, c’est compliqué de connecter avec une personne qui a en tout cas plus de succès que toi.

En ce qui concerne David et moi, je pense que j’ai su être intéressant pour lui parce que moi, j’ai été pour le coup un peu plus présent sur le web que lui à cette époque-là et lui de son côté avait plus d’affirmations avec son école. Il avait plus d’autorité que moi.

On a mixé tout ça. J’avais tout mon réseau, j’avais tout mon savoir marketing et tout mon savoir aussi terrain dans le domaine de la vente et dans le domaine de la distribution. Ça a fait un beau mariage et une belle équipe gagnante.

Olivier Roland : Tu as été le voir et, grosso modo, tu l’as dit : je peux t’aider à mettre ta boîte plus sur le web.

Yannick Alain : D’abord, on a connecté par le cœur.

Olivier Roland : Vous avez vidé une bouteille de vin au bar, c’est ça ?

Yannick Alain : Vider une bouteille, non. Lui, il ne boit pas et moi, je ne bois pas.

J’ai plein de stratégies pour connecter avec les gens évidemment, je peux en partager plein. Mais ce qui s’est passé, c’est que lui, il venait à peine d’être vu à « l’Académie Zéro Limite » de Martin.

Olivier Roland : C’était à Paris en 2016.

Yannick Alain : C’était avant, c’était 2015 ou 2014. Je ne me rappelle même plus de la date.

David faisait des photos parce que c’est un passionné d’appareil photo. Je suis allé le voir et j’ai fait le con devant son appareil photo. Je lui ai fait rire parce qu’une de mes clés de connexion, c’est l’humour. Ça me correspond à moi.

Cela ne vous correspond peut-être pas à vous. Mais en tout cas, c’est une de mes clés à moi.

J’ai dit une connerie et ça l’a fait marrer.

Je lui ai dit : « Je sais que tu es David Lefrançois, j’ai adoré ta conférence. J’aimerais en savoir plus sur toi et j’adorerais t’interviewer. Donc, si tu as un petit moment pour moi, est-ce que tu peux m’accorder un tout petit temps pour moi, j’adorerais t’interviewer ? »

Il m’a dit : « bien sûr, avec grand plaisir ».

J’ai dit : « j’ai loué en bas une salle, retrouve-moi demain à midi ».

Il m’a dit : « ce sera super facile pour moi de venir ».

Il a regardé mon blog et il a trouvé ça génial. Il est venu, je l’ai interviewé.

Dans l’interview, il a été touché aussi par mon histoire personnelle. J’ai mon ex-femme qui est en fauteuil roulant. Et donc, lui, c’était une cause le handicap qui le touchait aussi.

Je pense qu’on s’est connecté vraiment par le cœur, lui et moi. Et c’est lui qui m’a rappelé quelque temps après pour me dire : « ce ne serait pas mal qu’on se revoit et qu’on se reparle ».

Après, je l’ai reconnecté pour refaire un séminaire de Napoleon Hill. J’ai préfacé un livre de Napoleon Hill qui s’appelle « La maitrise de la persuasion ». Et je lui ai dit de venir, d’apparaître dans le livre au moins dans la préface et de faire le séminaire avec moi.

Il est venu au séminaire. Il a vu une de mes conférences, j’ai vu une de ses conférences. Il a adoré ma conférence, j’ai adoré la sienne. On s’est dit que ce serait bien qu’on monte un programme ensemble. On a réfléchi pendant 2 ans et on a lancé l’année dernière.

Voilà pour la petite histoire.

Olivier Roland : Donc, c’est aussi intéressant.

Tu t’es connecté avec le cœur, mais tu as quand même proposé. Au fond, tu as offert de la valeur, c’est-à-dire que tu maitrisais des choses que lui ne maitrisait pas.

Yannick Alain : Je pense que quand tu veux connecter avec quelqu’un et quand tu veux faire du business avec lui, c’est toujours pareil, le cœur, c’est une chose, mais il y a le business et la réalité derrière qui sont importants.

Je pense que si tu développes de la crédibilité vis-à-vis d’une personne, c’est-à-dire que par rapport à comment tu es, ce que tu dégages, l’expertise que tu vas pouvoir dégager se développe de la crédibilité et de la sympathie auprès d’une personne, tu as tout gagné d’un point de vue connexion

C’est ce que j’ai fait avec David et ce qu’il a fait avec moi.

Il avait déjà développé de la crédibilité, lui, et on a développé par le cœur ensuite. Et moi, j’ai développé d’abord par le cœur avec lui. Ensuite, j’ai développé ma crédibilité par la suite pour lui.

Ça a fait un match entre tous les deux et on a pu s’associer comme ça.

Après, c’était important pour lui qu’il avait son business établi et que moi, j’avais mon business établi.

Je crois qu’une association réussie, c’est quand les deux sont stables. C’est comme un couple. C’est que les deux d’abord apprennent à être heureux l’un tout seul, et après, une fois que tu te mets ensemble, tu te mets ensemble par choix et par besoin.

Et nous, c’est vraiment ce qui s’est passé, ce qui fait qu’on a pu se dire les choses, faire les choses tranquillement, prendre notre temps sans se mettre de pression, sans mettre trop d’enjeux sur les choses.

Je pense aussi que c’est une des clés de notre partenariat.

Et ce que je viens de te dire, je pense que c’est la première fois que je le dis parce que je viens d’en prendre conscience. Merci pour ton invitation encore.

Olivier Roland : C’est intéressant d’avoir cette approche, tu te connectes émotionnellement avec les gens toi aussi. Il y a quelques petits hacks.

Yannick Alain : Je dis toujours que c’est un art de vivre pour moi.

Olivier Roland : Et tu es toujours dans l’apport de valeur et essayer de trouver gagnant-gagnant. Ça, c’est très important.

Yannick Alain : La valeur se crée aussi par l’émotion.

Olivier Roland : Il y a aussi quelque chose que j’ai trouvé intéressant.

Si vous suivez le monde de l’infoprenariat, vous apprenez forcément des méthodes et des techniques qui, pour les infopreneurs, paraissent évidentes et qui, pour le reste du monde, sont complètement hallucinantes.

On a l’exemple ici avec nous de Paul Pyronnet, vous avez dû voir l’interview qui était publié sur la chaîne il y a deux ou trois jours, qui explique qu’il a un business off line qui n’est pas sur internet qui cartonne. Et il a beaucoup du mal, c’est son gros challenge aujourd’hui, à en faire un business sur internet.

Il y a des tas de business comme ça, énormément. Et ça peut être une approche d’avoir celle que tu as eue d’aller voir quelqu’un qui est vraiment très bon dans ce qu’il fait, mais qui n’a pas encore appliqué ou mis en pratique des stratégies internet efficaces.

Si vous, vous pouvez lui apporter quelque chose par rapport à ça, en partenariat « facile à faire », ou en tout cas, qui forcément va apporter de la valeur aux deux parties parce que vous pouvez être très compétent à l’internet, mais vous avez du mal à démarrer parce que c’est toujours difficile de démarrer une machine.

Yannick Alain : C’est toujours pareil, il faut mettre beaucoup d’énergie. C’est un peu comme une fusée. Tu mets souvent 80 % de ton kérosène au tout début pour très peu de résultat au début. Et une fois que tu es dessus, que tu as passé le seuil critique et que tu arrives dans la stratosphère, tu as juste des petits ajustements à faire pour arriver à mener ta barque comme il faut.

Après, il faut être un bon pilote, mais c’est plus facile quand même.

C’est vrai qu’au début, c’est beaucoup d’énergie pour peu de résultat. Donc, il faut chauffer la machine fort, c’est sûr.

Olivier Roland : Je pense qu’on a appris beaucoup de choses sur comment mettre en place des partenariats pour avoir du succès pour tout le monde.

Yannick Alain : Oui, je vais peut-être même partager avec toi une stratégie qui permettrait aux gens de… tu sais, quand on veut par exemple rencontrer quelqu’un comme toi ou autres, des fois, tu te retrouves en situation où tu te dis : « il faut que tu parles à Olivier Roland, c’est quelqu’un qui est top ou autre ».

Puis, Olivier a sa posture, sa confiance et tout ça et il dégage une énergie forte. Du coup, on se dit : « comment je vais faire pour aller le connecter ? »

Mais il y a l’asiatique qui l’avait la dernière fois interviewé, il m’avait dit qu’il fallait que j’aille voir et que j’aille vers les autres. Donc, je vais y aller.

Et tu vas le voir et, toi, tu dis : « Salut Olivier, ça va ? »

Puis, Olivier dit : « ça va ».

Et là, tu te retrouves un peu con parce que tu ne sais pas quoi dire. Tu n’es pas bien.

Toi, tu dis : « Oui, s’il te plaît Dieu, donne-moi une question intelligente s’il te plaît pour que je ne passe pas comme un con devant Olivier Roland ».

Et du coup, j’ai un petit hack, car je sais que tu aimes bien le hack. Je vais te donner un hack là-dessus que j’utilise.

Vous allez prendre deux sujets principaux. Vous allez prendre un sujet professionnel et un sujet le moins invasif.

Si ce n’est pas Olivier Roland et que vous ne connaissez pas Olivier Roland par exemple, un sujet professionnel, ça peut être une question : qu’est-ce que tu fais dans la vie ?

Olivier te dit : « Je suis blogueur professionnel et j’enseigne le blogging ».

Il dit ça et, là, vous vous dites : « qu’est-ce que je vais faire ? »

L’objectif quand on connecte avec quelqu’un, c’est de trouver un point commun.

Une fois que tu trouves un point commun, un point d’accroche avec quelqu’un, c’est beaucoup plus facile d’enchaîner les choses.

Et là, vous êtes calé parce que vous vous dites : « je ne sais pas quoi dire, j’essaie de trouver une question, mais je ne sais pas comment continuer. »

Et là, vous allez prendre votre même question et vous allez l’amener dans le passé. « Tu as toujours fait ça ? »

Il va dire : « Non, je n’ai absolument pas toujours fait ça. Ce que je faisais avant, c’est que j’avais une boîte informatique. » Et là, vous allez pouvoir embrayer sur autre chose.

Si jamais vous êtes calé là aussi, vous pouvez aller dans le futur : « OK, c’est quoi tes projets ? C’est quoi ton envie ? »

Ce qui fait que d’une seule question, vous en faites 3. Donc, vous n’êtes plus en galère, vous avez le temps de réfléchir et trouver un truc plus intelligent à dire.

Après, vous commencez à créer un petit peu de lien avec lui que vous trouvez, pas forcément le point d’accroche qui va bien, il faut aller vers le personnel : « toi, tu vis où aujourd’hui ? »

« Je vis autour du monde » parce que toi, c’est un petit peu ça.

Et vous, vous pouvez accrocher là-dessus, pareil. Votre question personnelle, vous pouvez l’amener ou dans le passé ou dans le futur, et ça vous aide à avoir de la conversation et trouver ce point d’accroche, ce lien émotionnel qui va faire que vous allez vous connecter tous les deux et où ça va être beaucoup plus facile.

Olivier Roland : Merci beaucoup. Justement ça allait être ma dernière question : est-ce que tu as un dernier conseil ? Tu as anticipé, c’est magique, c’est magnifique, c’est extraordinaire.

Pour ceux qui veulent aller voir où tu en es dans ton défi de 30 jours, tu as une chaîne Yannick Alain, c’est ça ?

Yannick Alain : Oui, j’ai une chaîne Yannick Alain qui n’est pas alimentée depuis 3 ans, mais je vais avoir de nouvelle vidéo.

Olivier Roland : Là, tu vas avoir de la vidéo.

Yannick Alain : Ou alors sur ma page Facebook aussi, je mettrais les vidéos sur les deux.

Page Facebook, Yannick Alain aussi. Vous pouvez liker si ça vous plaît. Si ça ne vous plaît pas, ne faites rien et n’en parlez à personne.

Mais en tout cas, si ça vous plaît et si ce que je vous partage vous intéresse, ce sera un grand plaisir pour moi de vous avoir dans ma communauté.

Merci Olivier pour ton partage et merci pour ton invitation.

Vous avez aimé cette vidéo ? Cliquez ici pour vous abonner gratuitement à la chaîne Youtube ! 🙂