Comment travailler 6 mois par an en inspirant des centaines de milliers de personnes


On me l’a demandé, voici la fameuse conférence interrompue devant 1000 personnes, que je complète ici avec la fin d’une autre que j’ai donné à Marrakech 🙂 J’y partage comment avoir une entreprise au service de votre vie qui vous permet de voyager 6 mois par an, tout en aidant des centaines de milliers de personnes et en ayant un bon équilibre de vie 🙂

► Rejoignez des milliers d’entrepreneurs et de rebelles intelligents en vous abonnant à ma chaîne : http://bit.ly/abo-OlivierRoland

► En savoir plus sur “Tout le monde n’a pas eu la chance de rater ses études” : https://olivier-roland.com/?utm_source=youtube&utm_medium=descri&utm_content=conferenceQLRR

► Cliquez ici pour être prévenu gratuitement par email quand une nouvelle vidéo est publiée ! 😉 https://olivier-roland.tv/videos/?utm_source=youtube&utm_medium=descri&utm_content=conferenceQLRR

► Les livres mentionnés dans la vidéo sur Amazon :

La semaine de 4 heures

The E-Myth Revisited: Why Most Small Businesses Don’t Work and What to Do About It

E-myth : le mythe de l’entrepreneur revisité : Pourquoi la plupart des petites entreprises échouent et que faire pour réussir

► Pour aller plus loin :
https://des-livres-pour-changer-de-vie.com/ – une sélection de livres rares et exigeants pour changer de vie
https://blogueur-pro.net/ – Devenez libre et indépendant financièrement grâce à votre blog
https://habitudes-zen.net/ – Vivre une vie zen et heureuse
https://devenez-meilleur.co/ – Le développement personnel pour les gens intelligents
https://olivier-roland.tv/videos pour être prévenu chaque matin à 7H quand une vidéo géniale est publiée, pour démarrer la journée avec une pêche d’enfer ! 🙂

► Qui suis-je ?

Découvrez mon histoire en 1 minute 41 : http://bit.ly/MonHistoire

A 18 ans, j’ai décidé de quitter l’école pour créer ma première entreprise. Je n’avais qu’une envie : être libre. Après avoir surmonté de nombreux obstacles, j’ai réussi à mettre mon entreprise au service de ma vie, plutôt que d’avoir une vie au service de l’entreprise… Aujourd’hui, je voyage 6 mois par an et j’inspire des milliers d’entrepreneurs et de créateurs à être plus libres et plus heureux.

Que vous souhaitiez changer de vie, réussir sur Internet ou tout simplement devenir une meilleure personne, ma chaîne vous y aidera. Chaque jour, vous trouverez une nouvelle vidéo inspirante pour vous aider à vivre une vie plus riche.

NOTE : Pour les liens affiliés de cette vidéo, voir le paragraphe « Affiliation » de : http://www.des-livres-pour-changer-de-vie.fr/mentions-legales/

#RebellesIntelligents #DéveloppementPersonnel

https://www.youtube.com/watch?v=2dVTbx3GLK4

Transcription texte (littérale) de la vidéo “Comment travailler 6 mois par an en inspirant des centaines de milliers de personnes” :

Aujourd’hui, je vais partager avec vous comment vous pouvez être libre de faire ce que vous voulez 6 mois par an tout en inspirant des centaines de milliers de personnes tous les mois et en gagnant confortablement votre vie.

Je me présente rapidement pour ceux qui ne me connaissent pas. Je suis l’heureux titulaire d’un Bac-2 puisque j’ai eu la chance de quitter l’école à 18 ans pour créer ma toute première entreprise de service informatique.

Ça a été une aventure absolument extraordinaire pour moi de créer ma toute première entreprise aussi jeune, et pendant les toutes premières années, j’étais tout feu tout flamme, ça ne me dérangeait absolument pas d’avoir le rythme classique de l’entrepreneur surmené à travailler 60-70 heures par semaine.

Au bout de quelques années, j’ai commencé à ressentir un déséquilibre dans ma vie. Je me suis dit « 60-70 heures de travail », j’avais peut-être 23 ou 24 ans, je me suis dit « ce serait quand même bien d’avoir un peu plus de temps pour des choses personnelles ».

Et c’est là que j’ai réalisé que cette entreprise que j’avais créée pour devenir libre était devenue une prison puisque je ne voyais pas comment la revendre, à l’époque, je n’avais pas les compétences pour cela. Je ne voyais pas comment diminuer le temps de travail sans que cela mette en péril la rentabilité de l’entreprise parce que tout tournait autour de moi.

Il faut le savoir, en tant que gérant d’entreprise en France, on n’a pas le droit aux assurances chômage. Du coup, on ne cotise pas non plus, donc finalement c’est équilibré.

Mais j’étais là, je me disais : « c’est dingue, je voulais être libre et je suis emprisonné dans cette boite, je ne vois pas comment je peux m’en sortir ». En plus, c’était ma seule source de revenu, donc je ne me voyais pas non plus l’arrêter du jour au lendemain.

Je me suis mis en quête d’une solution pour avoir davantage de liberté dans ma vie tout en restant entrepreneur parce que s’il y a une question vraiment drôle à poser que vous pouvez poser à tous les entrepreneurs que vous rencontrez, c’est : est-ce que tu te vois redevenir employé ? Et vous allez voir, la réaction souvent, c’est : « Non, pas du tout. ». C’est assez drôle de voir cela.

Il y a deux livres qui m’ont fortement influencé là-dessus, c’est « La semaine de 4 heures » et « The E-Myth » qui vient d’être traduit en français par mon éditeur, le mythe de l’entrepreneur revisité.

Vous avez le droit de ne pas être d’accord avec ces deux livres mais tout entrepreneur devrait les avoir lus.

Egalement, j’étais influencé par deux blogueurs très influents, Steve Pavlina et Josh Kaufman qui a créé la liste du personal MBA.

Grâce à ces livres, à ces sources et puis à mon travail, j’ai réussi à automatiser mon entreprise. Ma toute première entreprise service informatique, une des choses que j’ai fait, c’est de la faire pivoter pour en faire une boite de développement de logiciels, on a notamment développé des logiciels à l’époque pour Peugeot et aussi en éliminant différents clients, je vais vous en reparler tout à l’heure.

Ensuite, j’ai démarré sur le web, j’ai revendu ma première boite. Aujourd’hui, je suis heureux de vous partager que j’inspire des centaines de milliers de personnes tous les mois, il y en a quelques-uns dans cette salle.

J’ai encore aujourd’hui la plus grande chaine YouTube en français sur l’entreprenariat même s’il y a beaucoup de gens qui essaient de contester ce titre, donc il faut que je surveille mes arrières.

Et comme cela a été dit tout à l’heure, je suis l’auteur d’un livre qui s’appelle « Tout le monde n’a pas eu la chance de rater ses études » qui s’est vendu à 50 000 exemplaires en 18 mois en sachant qu’en France, on considère qu’un best-seller, c’est à partir de 10 000 exemplaires, donc c’est un très beau succès.

Tout le monde peut y arriver. Après, je n’ai pas dit que c’était facile.

Tout cela c’est beau, mais en plus de cela, je ne suis plus du tout prisonnier de mon entreprise puisqu’aujourd’hui, je voyage 6 mois par an et cela fait depuis fin 2010 que je fais cela. Je travaille en moyenne quand je voyage entre 10 à 15 heures par semaine, 30 à 40 quand je ne voyage pas. Vous pouvez voir que si vous faites le calcul sur l’année, je dois être à quelque chose comme 20-25 heures, ce qui est très raisonnable.

Finalement, j’ai un style de vie très relax.

Et ce qu’il faut retenir de ça et ce que je veux partager avec vous aujourd’hui, c’est que finalement mon business est au service de ma vie plutôt que ma vie soit au service de mon business.

Et il ne faut pas se leurrer quand on regarde la plupart des entrepreneurs, je ne vais pas vous donner un pourcentage mais la plupart des entrepreneurs sont au service de leur business plutôt que l’inverse.

Je vais partager aujourd’hui comment vous pouvez faire la même chose et la première étape est contre-intuitive parce que beaucoup de personnes pensent que pour avoir davantage de temps dans leur vie pour pouvoir faire d’autres activités et ne pas être complètement envahies par le travail, elles doivent apprendre à être plus productives, elles doivent apprendre à déléguer, elles doivent apprendre à automatiser, elles doivent apprendre à éliminer.

Tout cela, c’est bien, mais ce n’est pas par cela que vous devez commencer.

Vous devez commencer par trouver quelque chose en dehors de votre travail qui vous remplit intérieurement, quelque chose pour être plus précis qui fait que quand vous ouvrez votre ordinateur, vous êtes super impatient de le fermer pour pouvoir accomplir cette chose.

Cela peut être des tas et des tas de choses. Vous devez trouver comme cela quelque chose qui vous passionne.

Pourquoi ?

Je vous pose la question. Qu’est-ce qui se passe si admettons que vous mettez en place dans votre entreprise un système de délégation, d’automatisation, de productivité qui vous fait gagner personnellement 2 heures par semaine et que vous vous retrouvez le vendredi à 16h et que vous n’avez rien à faire ?

Non seulement vous n’avez rien à faire, mais en plus, vous ne savez pas comment remplir ce vide en dehors de votre travail.

Vous êtes devant de votre ordinateur, quelle est la chose la plus facile à faire ?

Continuer à travailler, rester devant votre ordinateur, commencer à explorer le web et puis, vous vous retrouvez une heure et demie plus tard à lire un article Wikipédia sur la culture des carottes au Mexique. Cela nous est tous arrivé de nous perdre dans les méandres du web.

Donc, il n’y a pas de mal à consulter l’article Wikipédia sur la culture des carottes au Mexique, mais on est d’accord que ce n’est pas forcément ce qui va vous remplir le plus dans votre vie parce que nous humains, on a peur du vide. Et si vous vous contentez d’être plus productif et de gagner 2 heures dans votre semaine sans avoir de quoi remplir ces 2 heures par autre chose que votre travail, naturellement, vous allez faire des trucs parce que personne n’aime compter les mouches. Vous allez faire le truc le plus facile et typiquement cela va être de faire quelque chose sur votre ordinateur.

Et non seulement vous pouvez aller vous perdre dans les méandres du web, mais vous pouvez aussi tomber dans l’écueil dans lequel vous ne voulez pas tomber, à savoir le travail pour le travail. C’est-à-dire que vous allez vous trouver des tâches qui extérieurement peuvent sembler être du travail qui sans doute le sont mais qui ne sont pas vraiment productives, ne sont pas concrètement utiles dans votre entreprise.

Si je vous donne comme défi de pousser la Tour Eiffel pendant une journée et que vous prenez ce défi à cœur, vous allez à 6h du matin devant la Tour Eiffel et vous poussez de toutes vos forces jusqu’à 20h au soir, est-ce que je pourrais dire que vous avez glandé ?

Non.

Est-ce que je pourrais dire que vous avez donné vraiment toutes vos forces et que vous êtes épuisé ? Est-ce que vous serez épuisé à la fin de la journée ?

Oui, exactement.

Est-ce que pour autant, vous aurez été productif et vous aurez accompli quelque chose ? Est-ce que la Tour Eiffel aura bougé d’un millimètre ?

Non, exactement.

Donc, il ne faut pas confondre le fait de travailler, le fait d’être productif, cela n’a rien à voir. Vous pouvez à la fin de votre journée être complètement épuisé et quand même ne pas avoir accompli quelque chose de vraiment important pour votre vie et pour votre business.

Moi, ce que j’ai trouvé pour remplir le vide en dehors du travail, c’est voyager.

Quand je voyage, j’ai envie de faire un milliard d’autres choses plutôt que de travailler. Je veux découvrir les lieux, je veux rencontrer les gens, je veux faire des activités, je veux découvrir l’exotisme de l’endroit où je suis. Et du coup quand j’ouvre mon ordinateur, je n’ai qu’une seule idée en tête, c’est d’être le plus efficace possible pour pouvoir fermer l’ordi et pouvoir profiter de l’endroit où je suis.

Je vous ai mis quelques photos d’illustration. A gauche, je suis en train de me relaxer sur une petite île déserte des Philippines, magnifique endroit. A droite, je prends des cours de pilotage d’avion. A gauche, c’est avec des amis dans le Sud de la France et à droite, j’ai pris des cours de Katana japonais avec un maître japonais, c’était absolument incroyable. J’ai aussi pris des cours de méditation avec lui.

Voici le genre de chose que j’utilise pour remplir le vide quand je me balade.

Donc, retenez cela. A partir du moment où vous trouvez cette chose qui vous remplit en dehors du travail, tout le reste sera plus facile parce que tout de suite, vous aurez une motivation supplémentaire pour mettre en place toutes ces techniques d’optimisation dont je vais vous parler.

Et peut-être qu’il y en a parmi vous qui se disent « Ok, super mais moi franchement, je n’arrive pas à trouver des choses en dehors du travail qui me remplissent, comment faire ? »

Il y a plein de manières de résoudre ce problème. C’est souvent une question d’exploration.

Peut-être qu’aujourd’hui, vous êtes le plus grand passionné du monde de parachutisme et vous n’avez jamais fait de parachutisme de votre vie. Peut-être que vous êtes le plus grand passionné du monde de surf et vous n’avez jamais fait de surf dans votre vie… Donc, il faut explorer.

Une fois que vous avez trouvé cette chose qui vous remplit, il y a des tas de choses à mettre en place dans votre business pour qu’il soit au service de votre vie. Et notamment, en tant qu’infopreneur, une des clés, c’est de créer ce que j’appelle du contenu sans date d’expiration.

C’est un contenu conçu pour aider les gens à résoudre un problème dans votre marché et qui va toujours être valide dans 2, dans 3, dans 5, dans 10 et même dans 20 ans.

Bien sûr, parfois il faudra peut-être faire une petite mise à jour sur ce contenu, mais cela doit être du contenu qui demande un entretien absolument minimal.

Et c’est une option absolument critique et d’ailleurs, vous allez voir que je vais en rebondir pour parler de : « est-ce que le blogging est mort ou pas ? », parce qu’on m’a déjà posé la question plusieurs fois parce qu’apparemment, il y a des intervenants qui ont parlé de cela.

Je vais en parler un peu ici même si ce n’est pas le sujet principal de cette conférence.

D’abord, je vais vous donner l’exemple de quelqu’un qui fait un blog sur le judo, il fait un blog sur le judo pour aider les gens à être des meilleurs judokas, et on va prendre l’exemple avec deux univers parallèles où dans ces deux univers, il y aura le même blogueur qui va créer le blog sur le même sujet donc en l’occurrence le judo et qui vont avoir la même quantité de travail. En l’occurrence, ils vont écrire 50 articles par an. Ce qui fait qu’au bout de 200, il y aura 100 articles qui seront sur ces blogs.

Dans l’univers A, le blogueur va avant tout créer du contenu d’actualité autour du judo. On va dire 90 % de ces articles, donc 90 articles parlent d’actualité.

Dans l’univers B, c’est l’inverse. 90 % du contenu sera du contenu sans date d’expiration, c’est-à-dire du contenu qui va toujours apporter de la valeur à quelqu’un qui va apprendre le judo dans un temps.

Je vous pose la question. Imaginez un nouveau lecteur qui ne connait pas ce blog, qui débarque 2 ans après la création dans les deux univers, quel univers il va y avoir le plus de valeur pour ce lecteur ? Est-ce que cela va être l’univers A ? Est-ce que cela va être l’univers B ?

C’est l’univers B, exactement.

Et c’est ça qui est extraordinaire. Avec la même quantité d’efforts dans les deux cas, vous avez une différence fondamentale qui se met en place très rapidement. C’est que dans l’univers B, tout le travail ou presque du blogueur qui a été fait continue à travailler pour lui. Il va continuer à travailler pour lui dans les mois, les années à venir.

Alors que dans l’univers A, le blogueur doit toujours mettre du bois dans la machine pour l’alimenter parce que qui cela s’intéresse de savoir ce qui s’est passé il y a un an ou un an et demi dans le domaine du judo ? Cela n’intéresse personne, cela n’apporte plus de valeur. Donc, le visiteur qui tombe dessus, déjà il a peu de chance de tomber dessus via Google parce qu’il ne va pas forcément taper des termes de recherche via ces actualités qui sont anciennes, mais en plus s’il tombe dessus par hasard, cela ne va pas lui apporter de valeur, il y a de forte chance qu’il ne continue pas la visite sur le blog, qu’il ne s’inscrit pas à la mailing list…

Je vais donner un exemple concret pour bien vous montrer à quel point c’est utile. Le blog qui m’a permis de devenir blogueur professionnel et infopreneur, c’est « Des Livres Pour Changer de Vie » et il s’est passé quelque chose il y a quelques temps, il y a eu un énorme pic de trafics qui arrivait.

Quand j’ai vu cela, je suis allé plonger dans Google Analytics pour comprendre d’où cela venait et je me suis rendu compte qu’il y a le journal « Les Echos » qui avait partagé un lien vers un de leurs articles.

C’est un magazine assez connu dans le monde économique.

Quand je suis allé voir l’article, il y a vraiment quelque chose qui m’a frappé, c’est que l’article qui avait plu au journaliste et qu’il avait partagé sur Les échos, c’était un article que j’avais écrit 5 ans auparavant.

Je ne me rappelais même plus l’avoir écrit. J’étais là, je me suis dit « C’est dingue, j’ai écrit un truc là-dessus ? ».

J’ai été cliqué, je l’ai lu et je me suis dit : « oui, ce n’était pas mal ».

Voilà le pouvoir du contenu sans date d’expiration.

Ce journaliste, il est tombé sur cet article 5 ans après que je l’ai écrit alors que je l’avais complètement oublié, il l’a trouvé pertinent, il l’a partagé sur son journal. Et cela, c’est un exemple visible. Il y a d’autres exemples de gens qui tombent dessus qui vont le partager dans les médias sociaux, qui vont s’abonner à la liste…

Donc, retenez cela : le contenu sans date d’expiration, il vous amène en permanence des visiteurs, des prospects et des clients. « Des Livres Pour Changer de Vie », je l’ai créé en Octobre 2018. Là, je viens de fêter pour le 10ème anniversaire. Il y a des articles que j’ai publié il y a 10 ans qui, encore aujourd’hui, tous les jours me ramènent des visiteurs, des prospects et des clients.

C’est déjà un premier élément de réponse dans la question : est-ce que le blogging est mort ?

A partir du moment où vous faites les choses intelligemment et que vous faites du contenu comme cela, absolument pas parce que c’est justement une machine à vous ramener des prospects qualifiés et des leads qui demandent beaucoup moins d’entretiens que toutes les autres sources de trafic, ce qui ne veut pas dire bien sûr qu’il ne faut pas utiliser les autres sources de trafic bien évidemment.

Donc, dites-vous cela, quand quelqu’un vous dit « le blogging est mort », il est en train de vous dire Google est mort.

Est-ce que Google est mort ?

Absolument pas.

Google reste aujourd’hui la source de trafic majeur des blogs et à partir du moment où vous faites du contenu de la bonne manière, vous êtes sûr que cela va vous faire un flux de trafics qualifiés pendant longtemps.

Après, j’ai moi-même un compte Instagram, un compte Facebook… mais simplement je mets le blog au centre de mon écosystème.

Il y a beaucoup d’autres arguments à dire sur ce sujet, je ne vais pas les développer ici parce que ce n’est pas le sujet. Si vous voulez en savoir plus, j’ai fait une interview de plus de 15 minutes, c’est Aurélien Amacker qui m’a interviewé sur le sujet sur « Est-ce que blogging est mort ou pas ? ». Vous pouvez aller voir sur YouTube, vous tapez juste : Aurélien, Olivier blog et vous tombez dessus directement et puis je serai ravi aussi de répondre à vos questions après si vous en avez.

Deuxième étape, après que vous ayez trouvé cette passion en dehors de votre travail : publiez du contenu sans date d’expiration parce que tout de suite, cela vous demande beaucoup moins de travail tous les jours dans votre entreprise, que ce soit par vous ou votre équipe.

Ensuite, on va parler un peu du management et de l’organisation parce que la manière dont est organisée mon entreprise est très différente de celle de la plupart des entreprises aujourd’hui.

Parce que la plupart des entreprises aujourd’hui utilisent ce que j’appelle le modèle synchrone. Et au final, pendant des millénaires d’histoires, il n’y avait pas d’autres choix. C’était le seul modèle possible et imaginable si vous avez un business.

Et ce n’est que très récemment, ce n’est même pas 10 ans, peut-être 15 ans pour les plus early adopters parmi nous qu’on peut faire ça vraiment avec la technologie d’aujourd’hui.

Qu’est-ce que je veux dire par modèle synchrone ?

Simplement que les entreprises qui sont bâties autour de ce modèle partent du principe implicite que tous les échanges, toutes les conversations doivent se faire en temps réel. C’était la seule manière possible de faire jusqu’à très récemment.

Donc, cela implique des tas de choses, cela implique qu’on va privilégier les appels téléphoniques, qu’on va privilégier les réunions, qu’on privilégier les outils de discussion en direct et qu’on va aussi se dire c’est important que tous les gens soient dans un bureau au même endroit, parce que forcément si tous les échanges se font par conversation en temps réel, c’est quand même important que tout le monde puisse être là au même endroit au même moment.

C’est vrai que ces entreprises utilisent aussi l’email qui est asynchrone mais on demande en général dans ces entreprises que les gens répondent rapidement aux emails typiquement dans la journée, voire même parfois instantanément.

Mon business est basé autour du modèle que j’appelle le modèle asynchrone et qui part du principe, qu’aucune des conversations n’a besoin d’être en temps réel. Et non seulement dans mon cas, on ne s’attend pas à ce que ce soit en temps réel, mais on le décourage activement.

Cela implique que l’essentiel de la communication se fait via deux outils : les emails et surtout un logiciel de gestion de projets, de gestion de tâches.

Moi personnellement, j’utilise Asana. C’est un logiciel absolument extraordinaire d’organisation de travail en équipe.

Je vous invite à tester cela aujourd’hui, vous pouvez l’installer sur votre Smartphone, vous pouvez créer un compte très facilement sur le web.

Il faut savoir que bien sûr, ils ont une version payante, mais Asana, il va falloir que si un jour je rencontre leur CEO ou quelqu’un, que je leur pose des questions parce que moi, j’utilise Asana depuis 2014, j’ai une équipe de 12 personnes qui est sur ce logiciel et je n’ai jamais compris à quel moment je devais leur envoyer de l’argent.

Donc, il faudra qu’on m’explique un jour. Ils ont un compte payant, mais la version gratuite me suffit largement pour mes besoins. Si vous avez une équipe de cette taille ou plus petite, vous pouvez déjà beaucoup utiliser ce logiciel sans débourser un seul centime et c’est vraiment quelque chose que je vous recommande de tester en bon septique.

Le deuxième corolaire de ce modèle asynchrone, c’est que comme on ne demande pas aux gens d’échanger en temps réel, vous n’avez pas besoin de bureau, pas besoin que les gens soient au même endroit au même moment. Cela n’a absolument aucune importance.

Comme on n’a pas de bureau, on n’a pas non plus d’horaire de bureau. Ce n’est pas grave si quelqu’un… On connait tous, je pense, des gens qui ne sont pas vraiment du matin, qui aiment se lever tard et ils ne sont productifs que dans l’après-midi.

J’ai mon ami Laurent Breillat, il aime se dire qu’il se lève tôt parce qu’il se lève à 14h du matin. Il y a des gens comme cela et les horaires typiques 9h-midi, 14h-18h, ce n’est pas du tout adapté pour eux.

Chacun travaille aussi d’où il veut.

Comme il n’y a plus besoin d’avoir des conversations en temps réel, peu importe où les gens se trouvent dans le monde. Les personnes peuvent être à Tokyo, à Tombouctou, à Montréal ou que sais-je encore parce qu’on n’a pas non plus besoin que les personnes soient sur le même fuseau horaire, évidemment puisqu’on n’a pas besoin d’avoir des conversations en temps réel.

Pour concrétiser un peu tout cela, je vous montre un exemple réel tiré de mon entreprise. Ça, c’est le process que j’utilise pour publier des vidéos sur YouTube.

Pour ceux qui me suivent, vous savez que je suis pour la troisième fois dans un défi d’une vidéo par jour pendant un an et je ne me serais pas lancé dans un défi comme cela si je n’avais pas un process extrêmement rodé. En fait, moi, je tourne juste les vidéos et après, mon équipe se charge de tout le reste quasiment.

C’est un process très classique, on en voit dans toutes les entreprises, il n’y a rien de spécial par rapport à lui.

Quand je dis « il n’y a rien de spécial », il y a quand même quelque chose qui le différencie de la plupart des process qu’on trouve dans la plupart des entreprises, c’est qu’en général dans une entreprise, les personnes qui vont utiliser ce process vont travailler justement au même endroit.

Dans mon cas, c’est un peu différent parce qu’il y a mon monteur vidéo Raphaël qui se trouve être à Paris.

Il y a Younes qui s’occupe de tout ce qui est annotation YouTube, les liens, tout ce qui est l’administratif autour de YouTube qui est au Maroc.

Quand je fais des interviews en anglais de personnes, il y a Melek qui est en Tunisie qui s’occupe des sous-titres en français pour la traduction.

Il y a mon assistante administrative Alexandra qui, aujourd’hui, vit à Arras en France. Quand elle a commencé à travailler pour moi, elle était en Chine, ensuite elle s’est déplacée au Brésil pendant plus d’un an. Et donc, elle a été très contente comme cela de pouvoir travailler avec quelqu’un qui se foutait complètement de l’endroit où elle vivait dans le monde parce que ça lui permettait d’avoir comme ça une constante tout en voyageant.

Il y a mon assistant Iron Man, ma super assistante exécutive Elisabeth qui vit à Londres.

Mon réalisateur vidéo auquel je fais appel quand je veux faire des vidéos super chiadées, c’est François, il vit dans la ville de Québec.

Et il y a Yves qui est un spécialiste du branding en vidéo qui lui vit à Tokyo.

Et aussi, j’ai une société qui fait la transcription de texte de mes vidéos qui se trouve à Madagascar.

Cela, c’est juste un exemple pour un process de où se trouve mon équipe. Et bien sûr, cela, c’est quand ils ne sont pas en train de voyager.

Au-delà du fait que vous donnez à votre équipe potentiellement cette liberté d’aller vivre où vous voulez, c’est aussi un énorme avantage pour vous parce que jusqu’à très récemment, quand vous aviez un business, vous n’avez pas le choix. Pour trouver des gens dans votre équipe, il fallait chercher autour de chez vous. Vous cherchez maximum dans un rayon de quelques dizaines de kilomètres, pas plus.

Aujourd’hui avec ce modèle-là, vous ne recherchez plus seulement des talents au niveau local mais vous avez le monde qui est à votre portée.

Vous pouvez trouver les meilleurs talents partout et peu importe où ils se trouvent, vous n’êtes plus limité par votre contrainte géographique.

Aussi, le gros avantage quand vous faites cela, c’est que vous ne faites plus de réunion.

Je ne dis pas que c’est absolument impossible et que si vraiment vous avez envie de faire une réunion, vous ne pouvez pas, bien sûr que vous pouvez. Mais naturellement, ce modèle asynchrone fait que vous faites beaucoup moins de réunions que dans un modèle synchrone.

Et le problème des réunions, on les connait. Il y a une enquête très sérieuse qui a été faite aux Etats-Unis, les gens qui ont répondu ont dit que dans 91% des cas, ils rêvassent en réunion. 45% se sentent accablés par le nombre de réunions, complètement accablés, ils en ont trop, c’est la réunionnite, c’est un gros problème dans les entreprises, et 47% trouvent que les réunions sont des pertes de temps.

Et la science est aussi très claire, sur la productivité moyenne de la réunion moyenne, elle est négative.

Ce qui est bien aussi avec ce modèle, c’est que naturellement, vous avez beaucoup moins d’interruptions.

Les interruptions, qu’est-ce que c’est ?

C’est simplement le fait quand vous êtes concentré sur une tâche, un projet, le fait qu’on vous interrompt, que ce soit un appel téléphonique, un message que vous allez vérifier, quelqu’un qui ouvre la porte de votre bureau et qui commence à vous parler.

La science est aussi très claire sur les interruptions, c’est le tueur numéro 1 de plaisir, de bonheur, de productivité et de sérénité non seulement sur la place de travail mais aussi dans votre vie.

Et le simple fait d’être interrompu augmente significativement votre pourcentage de chance de faire des erreurs, mais aussi il faut le savoir, chaque interruption en plus du temps qu’elle dure en elle-même vous fait perdre en général 64 secondes par interruption parce qu’une fois que vous avez été interrompu, que vous avez fini l’interruption, vous avez besoin de temps pour vous replonger dans la tâche que vous étiez en train de faire pour mettre à nouveau tout dans votre mémoire vive et être efficace à nouveau.

On peut faire un calcul très simple. Si vous avez prévu de vous concentrer pendant une heure sur un projet, que vous recevez 3 appels téléphoniques de 2 minutes, 5 sms, 3 messages Skype – on n’est pas dans des scénarios catastrophiques, c’est quelque chose d’assez typique – déjà, cela vous fait perdre 23 minutes avec les interruptions et le temps nécessaire pour vous replonger dans votre projet.

Cela veut dire que sur 7 heures de travail, vous avez avant la pression et après 1 heure, parce que c’est facile d’oublier toutes ces interruptions et de ne pas les remarquer.

Après 7 heures, vous aurez été réellement productif que 37 minutes sur votre projet. C’est un scénario finalement assez banal qui parfois peut être bien pire en fonction de votre situation.

Ce qu’il faut retenir dans tout cela, c’est que mon business est conçu pour donner un maximum d’autonomie à ces membres. Donc, il ne peut pas y avoir d’urgence dans l’entreprise.

Il n’y a personne dans mon équipe qui a mon numéro de téléphone parce qu’on n’a pas besoin de m’appeler, personne n’a besoin de m’interrompre dans ce que je fais. Déjà, je suis toujours en train de voyager, je peux être dans un fuseau horaire qui est complètement incompatible.

Tout est conçu dans mon entreprise pour que les gens soient un maximum autonomes et puissent se débrouiller sans moi.

Il y a des procédures écrites, des procédures en vidéo.

Il y a quand même une exception, c’est mon assistant Iron Man. Je l’appelle Iron Man par rapport au film. Si vous avez vu le film, vous savez de quoi je parle. L’assistante de l’Iron Man dans les films, elle sait tout faire, elle sait où sont les chaussettes de Iron Man et elle peut gérer son empire.

Donc, j’ai quelqu’un comme cela qui s’occupe de tout. Elle a mon numéro mais elle ne m’appelle jamais parce qu’elle sait comment je fonctionne.

Justement j’aimerais vous lancer un challenge parce que cela, cela peut vous paraitre peut-être un peu éloigné surtout si vous êtes en train de démarrer, vous dites : ok génial ! Mais au début, c’est clair que quand vous démarrez votre boite, vous mettez le couteau entre les dents. La synchronicité, ce n’est peut-être pas pour tout de suite et de toute façon, vous chopez un maximum de clients et c’est comme cela.

Mais je voudrais quand même vous lancer un challenge pour vous initier un peu à cette manière de penser.

Le challenge que j’aimerais vous lancer, c’est tout simplement parce que vous avez vu, je vous ai montré la science sur le fait d’être interrompu, pendant 7 jours, vous allez reprendre le contrôle de votre téléphone, vous allez en faire un outil non plus votre maître, c’est-à-dire que vous n’allez pas laisser votre téléphone vous interrompre quand vous êtes en train de faire quelque chose, c’est vous qui allez avoir la démarche d’aller chercher sur votre téléphone les choses dont vous avez besoin quand vous en avez besoin.

Donc ce que je vous propose, c’est pendant 7 jours, vous supprimez toutes les notifications de votre téléphone.

C’est facile sur IOS ou sur Android de désactiver toutes les notifications de vos apps.

Le but de cela, c’est que quand vous êtes en train de vous concentrer sur quelque chose ou de parler à quelqu’un, il n’y a aucun outil qui devrait avoir le pouvoir comme cela de vous faire sortir de ce que vous êtes en train de faire.

Et j’ai un challenge encore plus audacieux pour les plus courageux parmi vous.

Là, je n’ai pas mon téléphone sur moi mais quand on tape email dans le système de recherche de mon téléphone, il n’y a rien parce que j’ai effacé l’application. En fait, je n’ai jamais mis mes emails sur mon Smartphone.

Pourquoi ?

Parce que c’est juste le pire appareil jamais inventé dans toute l’histoire de l’humanité pour répondre à ces emails. C’est super petit, on ne voit rien, ce n’est pas pratique pour taper…

Peut-être que votre cas est différent mais en général, quand je vais voir des entrepreneurs qui utilisent leur email sur leur téléphone et je leur demande « comment tu utilises cela concrètement ? », ils me disent en général : « c’est super important parce que je regarde mes emails, comme cela, je sais que je dois y répondre. ». Et j’ai dit « d’accord mais tu veux dire que tu réponds tout de suite ». Ils me disent « non, je sais que je dois y répondre quand je retourne au bureau ou quand je suis devant mon ordinateur »…

Je ne sais pas si c’est votre cas, mais dans tous les cas si vous avez ce mode de fonctionnement, c’est hautement inefficace.

Donc pour les plus courageux parmi vous, je vous propose de supprimer pendant 7 jours votre application email de votre téléphone et de voir si vous survivez.

Testez pendant 7 jours. Moi, ce que je vous propose, c’est une vraie expérience scientifique. Si au bout de 7 jours, vous êtes en train de ramper par terre, que vous êtes en train de mourir et que vous voyez que vous ne pouvez survivre sans, vous les remettez. Si vous voyez que finalement tout va bien, que la vie est belle et que même peut-être vous avez plus de sérénité, vous pouvez continuer tout simplement.

On n’est pas non plus dans le monde de Bisounours et de Disneyland, ce modèle n’est pas parfait, il a aussi des inconvénients. J’en parle rapidement.

Il n’est pas pour tout le monde, il n’est pas pour les gens qui ont besoin d’un cadre pour se structurer.

Il y a des personnes à qui vous allez dire : « tu travailles quand tu veux, il n’y a pas d’horaire de bureau, tout ce qui m’importe, c’est que tu finisses les tâches en temps et en heure », elles vont être complètement perdues et elles ne vont pas réussir à accomplir quoi que ce soit. Clairement, ce modèle n’est pas fait pour ces gens-là.

Ensuite, ce n’est pas fait pour les gens qui ont besoin de la socialisation automatique apportée par l’entreprise. Il y a des personnes qui ont du mal à socialiser en dehors du travail et pour qui le fait de travailler derrière un écran sans avoir de collègue, elles vont avoir une vie misérable. Donc, ce n’est pas pour ces gens-là.

Mais j’ai envie de dire que vous avez aussi les avantages des inconvénients parce que vous allez justement attirer des profils qui vont adorer ce modèle-là, des gens qui sont autonomes, qui sont capables de se débrouiller sans l’entreprise, qui vont adorer ne pas avoir de patron dans leur dos en permanence pour leur dire quoi faire, qui vont juste aimer finalement le fait que vous leur donnez des responsabilités et que vous leur dites « tant que tu fais les choses en tant et en heure, tu te débrouilles ».

Et vous allez attirer des gens qui vont être naturellement autonomes et presque des intrapreneurs, voire même des entrepreneurs.

Quand je vous dis que j’ai une équipe de 12 personnes, je n’ai pas d’employés, c’est tous des freelances.

Et je vous disais tout à l’heure que ce modèle vous permet d’attirer des talents du monde entier, mais imaginez l’avantage concurrentiel énorme que vous avez pour attirer les talents avec un modèle comme cela par rapport à votre concurrent qui lui est resté dans le modèle 1.0 classique.

Quand entre deux jobs au même salaire, vous dites « il n’y a pas d’horaire de bureau, tu peux voyager partout et tu t’organises comme tu veux » versus, « non, c’est 9h-18h, il faut que tu viennes, tu as 5 semaines de congé par an ».

D’après vous, quel est le modèle le plus sexy ?

Oui, le premier. Peut-être même que vous pouvez vous permettre de proposer un salaire ou un tarif un peu moins cher parce que vous permettez cette flexibilité.

Cela vous permet aussi de fidéliser votre équipe à un niveau que peu de gens dans le business model classique peuvent faire.

Donc, retenez cela au final. Aujourd’hui, il y a plein de gens qui vont encore au travail davantage par tradition que par réflexion parce qu’à partir du moment où vous êtes en train de travailler sur votre ordinateur ou quelqu’un travaille sur un ordinateur, il n’a plus besoin d’être quelque part en particulier. Tout ce qui peut être fait sur un ordinateur peut être fait de n’importe où, où il y a une connexion Internet, ce qui représente beaucoup d’endroits.

Pour vous rendre aussi la chose plus accessible, je ne vous dis pas que vous devez transformer votre boite en modèle asynchrone comme cela du jour au lendemain, vous pouvez peut-être commencer simplement par dire à quelques-uns des membres de votre équipe « tu sais, j’ai réfléchi et je pense mettre en place une journée de télétravail par semaine où tu pourras travailler à la maison, par exemple le vendredi, pour que cela soit plus flexible pour toi. Est-ce que cela t’intéresse ? ».

Rien que cela. Cela vous permet de tester le modèle et de voir si les gens dans votre équipe sont réceptifs à cela.

Posez-vous les questions, quelles sont les tâches et les postes qui pourraient être faits au moins à distance dans votre équipe ?

Je vais passer rapidement sur Pareto.

Le 20/80, à la base, c’est un économiste italien qui s’est rendu compte que 20% des pays du monde se partageaient 80% des richesses et que dans ces pays, 20% des gens se partageaient 80% des richesses.

Et on s’est rendu compte dans les années 50 que ce principe s’appliquait à des tas de choses qui n’étaient pas prévus au départ, que dans les entreprises typiquement à la base dans la qualité, vous avez 20% des produits qui vont amener 80% des problèmes, 20% des clients qui vont amener 80% des problèmes…

Et typiquement dans une entreprise, vous allez avoir 20% des clients qui amènent 80% des ventes.

Comme je vous disais, une majorité de vos problèmes sont créés par une minorité de gens, que ce soit dans votre business ou dans votre vie.

Et un truc très intéressant que vous pouvez faire, c’est faire la liste de toutes les personnes qui vous cassent les pieds à la fois personnellement et professionnellement et d’essayer de passer un minimum de temps avec eux.

Je vous ai parlé tout à l’heure que j’ai automatisé ma toute première entreprise dans les services informatiques et je vais vous dire quelque chose. Quand j’ai découvert le principe de Pareto, j’ai fait immédiatement l’analyse, je me suis rendu compte que 17% de mes clients faisaient 80% de chiffres d’affaires mais je me suis fait cette analyse jouissive, je me suis dit « quels sont les 20% de clients qui amènent 80% de problèmes ? »

Et je me suis rendu compte que de manière étrange, ces 20% là qui étaient les plus casse-pieds ne faisaient pas partie des 20% qui amenaient le plus de ventes.

Alors, qu’est-ce que j’ai fait ?

Je les ai virés tout simplement.

Je peux vous dire que dans la vie d’un entrepreneur, il y a rarement des choses plus jouissives que de virer les clients casse-pieds. C’est quelque chose que vous pouvez faire. Et du jour au lendemain, mon entreprise était transformée. J’ai passé beaucoup moins de temps, j’étais beaucoup plus heureux, beaucoup plus serein.

Posez-vous la question : quels sont les clients qui sont les plus casse-pieds et qui ne rapportent pas d’argent ? Et puis, virez-les tout simplement, il n’y a rien qui vous oblige de travailler avec eux.

Et le corolaire, une majorité de votre bonheur est créée par une minorité des gens que vous vous fréquentez.

Pareil, vous pouvez faire la liste et essayez de fréquenter davantage ces gens plutôt que les personnes que vous n’aimez pas.

Il y a cette citation de Ben Johnson que j’adore : « Beaucoup pourraient aller au paradis avec la moitié du travail qu’ils font en enfer. »

Il y a des tas de business model comme cela qui sont intrinsèquement bons, mais c’est cela. Comme les entrepreneurs qui sont dedans, ils n’ont rien pour les remplir en dehors du travail, donc ils comblent le vide en bossant davantage.

Ils n’ont pas d’entreprises asynchrones, ils ont des urgences qui ne sont finalement pas si nécessaires que cela et ils n’utilisent pas le principe de Pareto pour faire les analyses dont je vous ai parlé. Ils travaillent plus qu’il ne faudrait pas pour finalement arriver à un résultat qui n’est pas si différent.

Donc une chose que vous pourrez faire, c’est très simple, mais elle est très facile à procrastiner pour vraiment mettre cela en pratique. Et je vous le dis en connaissance de cause parce que pendant des années, je l’ai procrastiné. Donc, ne faites pas comme moi s’il vous plaît.

Vous avez 20% des tâches qui vous amènent 80% de résultats. Pendant une semaine et c’est un nouveau challenge que je vous lance, toutes les demi-heures, vous posez la question et là je vous autorise à mettre une notification dans votre Smartphone pour vous rappeler cela.

Toutes les demi-heures, vous posez la question : pourquoi je fais cela ? Est-ce que c’est vraiment nécessaire ?

C’est une question qui va vraiment vous ouvrir les yeux sur des tas de choses que vous faites aujourd’hui peut-être par tradition, par habitude, qui peut-être il y a quelques années étaient utiles mais qui avec le temps ne l’est plus tant que cela.

Et à chaque fois que vous posez la question, vous pouvez vous demander : Ok, c’est nécessaire que je le fasse dans ma boite, mais est-ce que c’est nécessaire que je le fasse moi-même ? Est-ce que je peux l’éliminer ?

Et donc, c’est simplement vous poser cette question : quoi éliminer, quoi déléguer, quoi automatiser et qu’est-ce que je peux moi-même arrêter de faire ?

C’est tellement facile de se mettre dans des habitudes qui peut-être à un moment ont été utiles mais qui au bout de plusieurs mois, plusieurs années ne servent plus à rien, on n’aime plus faire grand-chose.

Et vous pouvez même vous poser la question qui va au-delà, c’est : Ok, je fais cela pour cela, mais est-ce que je dois encore le faire moi-même ?

Ensuite, vous avez grosso modo 4 décisions :

  • Oui, Ok, cela apporte de la valeur, je continue.
  • Non, finalement cela ne sert à rien, j’arrête.
  • Je délègue.
  • J’automatise.

Peut-être que vous faites des choses aujourd’hui que vous avez commencé il y a 10 ans, mais qu’aujourd’hui, il y a des logiciels que sont capables de le faire à votre place ou en grande partie…

Je vais vous donner un exemple concret pour vous montrer comment moi, j’applique cela dans ma vie avec l’exemple de l’écriture de mon livre « Tout le monde n’a pas eu la chance de rater ses études ».

Il faut savoir que quand j’ai démarré mon livre, je me suis donné comme objectif d’écrire 1000 mots par jour. Or, j’ai mis 4 ans à l’écrire et le livre fait 230 000 mots.

Vous pouvez faire un calcul rapide et voir que j’ai complètement échoué dans mon objectif d’écrire 1 000 mots par jour, parce que sinon je l’aurais écrit en 230 jours et pas 4 ans.

Clairement, j’ai peut-être été trop ambitieux, mais il y a quand même un moment dans ces 4 ans où j’ai réussi de manière constante à atteindre cet objectif et à faire 1000 mots par jour, et aussi à être extrêmement productif dans mon business et en même temps à m’éclater comme jamais.

C’était à El Nido qui est un gros village de l’île de Palawan aux Philippines, c’est un paradis sur terre. Vous imaginez : plage de sable blanc, cocotier, eau transparente. Quand vous nagez, il y a des poissons partout… le rêve.

Quand j’étais à El Nido, j’avais une routine, des habitudes extrêmement précises.

Je me levais tous les jours sans réveil, aux alentours de 9h30-10h, je me levais quand j’avais envie.

J’allais ensuite manger mon petit déjeuner dans le restaurant en face de la mer.

Et juste après, sans que je puisse avoir aucune excuse, no matter what comme disent nos amis anglo-saxons, j’écrivais mes 1000 mots par jour.

Peu importe dans quel état j’étais, s’il y avait du soleil ou pas, ce que mes amis me voulaient faire…, j’écrivais mes 1000 mots. Point barre. C’était la toute première chose que je faisais dans la journée après avoir mangé mon petit déj.

Et ensuite, je travaillais environ 30 à 60 minutes sur mon business en mode ultra focus 20/80.

Ensuite, je prenais mon déjeuner puis je pouvais apprécier le reste de ma journée. Je profitais de la plage, il y a ce genre de paysage là-bas. On a fait du camping dans des petites îles paradisiaques.

J’en ai même profité pour fêter mon anniversaire. Là, on est en février, donc vous imaginez un peu le climat, c’est très sympa. On a été faire des expéditions comme cela en bateau dans les îles, j’en ai même profité pour passer mon niveau 2 de PADI, de plongée.

Je me suis éclaté comme un fou et j’étais extrêmement productif puisque pendant ces 30 jours, j’ai réussi à écrire 1000 mots par jour. Donc, au bout d’un mois, j’avais fait 30 000 mots.

Je vous rappelle, le livre fait 230 000 mots, cela veut dire que j’ai dû faire quelque chose comme 12 ou 13% du livre en un mois sur les 4 ans, il faudrait calculer mais cela va être du 12% sur 2% du temps ou quelque chose comme cela, parce que j’avais tout combiné au final.

D’abord, j’étais dans un lieu où je n’avais vraiment pas envie de passer ma journée devant mon ordinateur. Vous avez vu un peu les photos. J’étais devant mon ordi et je me disais « oui, je suis super motivé, oui ce projet d’écrire un livre, cela me tient super à cœur, je vais écrire mon chef d’œuvre… », mais il ne faut pas déconner. Je suis quand même super impatient de fermer mon ordi pour pouvoir aller voir mes amis à la plage, faire des excursions, passer mon niveau 2 de plongée…

Ensuite, j’avais les habitudes que j’ai mis en place dont je vous ai parlé, j’avais fait une analyse 20/80 et je le savais exactement sur quoi je devais travailler après avoir bossé sur mon bouquin et j’avais donc quelque chose pour remplir le vide, avec tout cela basé sur aussi le modèle asynchrone qui permet beaucoup plus facilement de faire cela.

Donc, j’étais à la fois extrêmement productif et dans l’éclate totale.

La question que je vous pose, c’est : qu’est-ce que vous, vous pouvez réaliser en combinant tout cela : le modèle asynchrone, remplir le vide, l’analyse 20/80, les habitudes puis aussi du contenu sans date d’expiration qui vous amène tous les jours des visiteurs, des prospects et des clients qualifiés ?

Vous avez aimé cette vidéo ? Cliquez ici pour vous abonner gratuitement à la chaîne Youtube ! 🙂