Comment ces 4 blogueurs sont devenus libres et indépendants grâce à leur blog en partant de zéro

Accédez à 16 études de cas supplémentaires et les 3 vidéos qui suivent celle-ci en allant sur <a href=”https://blogueur-entrepreneur.net” target=”_blank” rel=”nofollow”>https://blogueur-entrepreneur.net !

Car les prochaines vidéos de l’atelier ne seront *pas* publiées sur cette chaîne 😉

– Le blog de Jonathan Hatchi : https://cours-saxophone.com/
– Le blog de Gaelle Dobignard : http://oeuf-poule-poussin.com/
– Le blog de Sébastien Ascon : http://louer-en-courte-duree.fr/
– Le blog de Bertrand Millet : http://fastnfluent.com/

► Pour aller plus loin :
https://des-livres-pour-changer-de-vie.com/ – une sélection de livres rares et exigeants pour changer de vie
https://blogueur-pro.net/ – Devenez libre et indépendant financièrement grâce à votre blog
https://habitudes-zen.net/ – Vivre une vie zen et heureuse
https://devenez-meilleur.co/ – Le développement personnel pour les gens intelligents
https://olivier-roland.tv/videos pour être prévenu chaque matin à 7H quand une vidéo géniale est publiée, pour démarrer la journée avec une pêche d’enfer ! 🙂

► Qui suis-je ?

Découvrez mon histoire en 1 minute 41 : http://bit.ly/MonHistoire

A 18 ans, j’ai décidé de quitter l’école pour créer ma première entreprise. Je n’avais qu’une envie : être libre. Après avoir surmonté de nombreux obstacles, j’ai réussi à mettre mon entreprise au service de ma vie, plutôt que d’avoir une vie au service de l’entreprise… Aujourd’hui, je voyage 6 mois par an et j’inspire des milliers d’entrepreneurs et de créateurs à être plus libres et plus heureux.

Que vous souhaitiez changer de vie, réussir sur Internet ou tout simplement devenir une meilleure personne, ma chaîne vous y aidera. Chaque jour, vous trouverez une nouvelle vidéo inspirante pour vous aider à vivre une vie plus riche.

Transcription texte (littérale) de la vidéo “Comment ces 4 blogueurs sont devenus libres et indépendants grâce à leur blog en partant de zéro” :

Voici 4 Blogueurs Pro dans des secteurs différents qui gagnent de l’argent, vivent de leurs passions et sont aujourd’hui libres et indépendants grâce à leurs blogs, grâce à la méthode Blogueur Pro que j’enseigne à des centaines d’entrepreneurs dans toute l’Europe et la francophonie.

Tous ces blogueurs ont comme points communs :

1- De n’avoir eu aucune expérience du blogging ou même de l’entreprenariat pour certains quand ils ont démarré.

2- De n’avoir investi qu’une faible somme pour démarrer leur blog alors même qu’ils sont aujourd’hui à la tête d’une véritable entreprise rentable.

3- De pratiquer aujourd’hui une de leurs passions et d’être totalement libre géographiquement et au niveau de leur emploi du temps.

4- Pour la plupart d’entre eux, d’avoir démarré leur blog à temps partiel alors qu’ils avaient une activité très demandeuse à côté, que ce soit un job ou le fait de devoir finir leurs études.

5- Et le plus important, d’avoir préféré agir de manière imparfaite plutôt que d’attendre d’avoir atteint la perfection pour agir, ce qui bien sûr n’arrive jamais.

Vous allez découvrir à travers ses interviews des exemples concrets de personnes comme vous qui sont entrepreneurs dans l’âme et qui ne peuvent plus se satisfaire du métro-boulot-dodo, qui agissent concrètement pour devenir libres et indépendantes.

Nous verrons l’exemple de Jonathan Hatchi qui, en tant que passionné de saxophone, avait toutes les peines du monde pour vivre de son art et qui aujourd’hui gagne de l’argent grâce à son blog tout en étant aidant des milliers des personnes à mieux jouer du saxophone.

Nous irons à la rencontre de Gaëlle Dobignard qui, après avoir travaillé avec des chevaux toute sa vie, a dû renoncer à cette passion à cause de problèmes médicaux. Elle a lancé un blog qui lui permet aujourd’hui de gagner de l’argent en vendant des œufs de poule dans le monde entier, mais ce ne sont pas des œufs de poule ordinaire.

Nous irons rencontrer Sébastien Ascon qui a quitté un travail qu’il s’est mis à détester pour se consacrer à sa passion « les investissements immobiliers » et son blog sur le sujet qui lui permet aujourd’hui de faire vivre sa famille et lui donne des perspectives d’avenir radieuses.

Et je vous emmènerai à la rencontre de Bertrand, entrepreneur en série, qui en avait assez d’échanger son temps contre de l’argent et qui a réalisé 100 000 euros de vente l’année dernière avec son blog « Fast n’Fluent » sur l’apprentissage efficace des langues.

Et même d’autres blogueurs dont vous pourrez recevoir la vidéo bonus comme Roy Pallas qui réalise plus 30 millions par an avec son blog sur le dessin, Nicolas Elzeard qui réalise 70 000 euros par an avec un blog sur le cyclisme et dont le blog lui a permis d’avoir ce 4e enfant qu’il voulait tellement, Laurent qui avec son blog leader dans le domaine de la photo réalise plus de 700 000 euros de chiffre d’affaires par an tout en ayant le temps de pratiquer ses autres passions, ou Olivier Vaunois qui cartonne avec son blog sur la parentalité positive.

Évidemment, je parle de chiffre d’affaires. Mais grâce à la magie d’internet et du numérique, leur bénéfice réel sur ces chiffres d’affaires sont très importants.

Ces blogueurs vous expliquent tout cela en détail. C’est passionnant.

Nous commençons par rendre visite à Jonathan dans son magnifique coin de paradis en Guadeloupe pour comprendre comment il gagne de l’argent grâce à son blog sur le saxophone alors qu’il avait du mal à joindre les deux bouts en tant qu’artiste.

Jonathan Hatchi : Je m’appelle Jonathan et je suis l’auteur du blog « cours-saxophone.com ». J’aide les saxophonistes à progresser.

J’ai fait un lancement sous le conseil d’Olivier. A mon dernier lancement, j’ai pu faire 20 000 euros de chiffre d’affaires. Ça m’a permis de pouvoir aider un maximum de saxophoniste à progresser.

Et c’est ce qui rend le plus heureux, qui donne le plus de satisfaction : d’avoir au moins des gens qui ont des retours, qui m’ont remercié du travail que je fais et de tout ce que je fais pour eux. Ça fait vraiment plaisir.

Ça me fait du bien de jouer de la musique parce que lorsqu’on joue, c’est dû à un travail qu’on a fait en amont.

Le fait d’avoir travaillé en amont et de voir après le fruit de son travail lorsqu’on joue, c’est quelque chose qui fait plaisir.

C’est exactement la même chose avec la formation d’Olivier Roland. C’est un travail qui a été fait en amont.

C’est un travail qui demande de la persévérance et de la régularité, et qui au final produit le fruit de son travail. Et ça, c’est quelque chose qui fait plaisir. Il faut avoir un pourquoi fort de savoir où est-ce qu’on va, quels sont nos objectifs.

J’ai des objectifs bien précis que je relis tous les jours. Donc, je sais exactement où je vais et pourquoi je le fais.

Lorsqu’il y a un petit sacrifice à faire peut-être sur un an, deux ans, trois ans, on sait pourquoi on le fait pour pouvoir vivre la vie que j’ai envie, ma vie sur mesure que j’ai envie de créer dans quelques années.

Voyager, c’est quelque chose qui me passionne. C’est de pouvoir jouir d’une liberté absolue.

Je ne veux plus que ça soit mon portefeuille qui décide pour moi de ce que je veux faire ou pas. J’ai envie de choisir d’habiter où je veux, de pouvoir manger des aliments bio si j’ai envie.

Lorsque je cours, je pense à mes objectifs. Je me vois dans 5 ans. Qui je suis dans 5 ans, dans 10 ans ? Où je suis ?

Je suis quelqu’un qui voit vraiment grand. Et mon objectif avec le blog, c’est de mieux faire des chiffres d’affaires, pouvoir aider un maximum de gens.

Actuellement, j’habite à Guadeloupe depuis à peu près 2, 3 ans.

Il est clair que quand on a un blog, on peut travailler de partout. Je peux profiter de tout le paysage qui est en Guadeloupe, de l’air frais, de la température, surtout le soleil.

Ici, il fait beau, il fait 30° toute l’année. Donc ça, ça fait plaisir.

La voie du blog, ça va être clairement cette liberté.

Il n’y a pas d’obligation géographique, on n’a pas de patron, on gère comme on veut, c’est du contenu que l’on donne. En plus, on aide des gens. C’est royal.

Lorsque j’ai décidé de souscrire à la formation d’Olivier Roland, j’étais assez sceptique, mais un sceptique intelligent.

Et à force de voir des exemples, puis il y a aussi une rencontre Blogueur Pro où là, on voit qu’il y a d’autres gens qui sont comme nous à un niveau plus élevé puisqu’ils sont déjà autonomes et ils vivent de leurs blogs, là, on se dit que c’est vraiment vrai.

Autour de moi, il n’y a personne qui vit ça. J’étais le seul, je ne connaissais personne qui faisait ça.

Donc, au fur et à mesure des modules, je me suis vraiment convaincu et je me disais bien que de toute façon, par rapport au contenu, la pédagogie vue comment elle était faite, même si ça ne fonctionnait pas, j’apprenais quand même énormément de choses.

Ça me faisait évoluer. Dans tous les cas, j’étais gagnant.

Après, à un moment donné, j’étais vraiment convaincu. Je me dis que c’est une évidence, c’est sûr que ça va fonctionner.

En ce moment, je travaille à peu près une heure par jour sur mon blog. Ça n’a pas toujours été comme ça. J’ai travaillé un peu plus durant la formation d’Olivier.

Si vous avez envie de changer votre vie, que vous en avez marre d’avoir une vie métro-boulot-dodo et que vous pensez que c’est possible de vivre autre chose que ça, je confirme que c’est possible. Ça ne dépend que de vous de choisir votre destination, de créer votre vie sur mesure. Si vous ne faites rien aujourd’hui, il ne va rien se passer.

C’est vrai. Ce n’est pas des paroles en l’air, ce n’est pas des paroles de magicien. Ça va demander du travail, mais en tout cas, c’est possible.

Et si jamais vous voulez vraiment vous en sortir, vous pouvez le faire. La formation d’Olivier Roland est l’une des opportunités qui permet de le faire.

Olivier Roland : Nous continuons avec Gaëlle Dobignard qui partage comment elle gère une multinationale de sa ferme à la campagne tout en mettant les respects des animaux et de la nature au cœur de son éthique. Aujourd’hui, elle gagne de l’argent avec sa passion tout en vendant ses œufs dans le monde entier. C’est fascinant.

Gaëlle Dobignard : Je suis Gaëlle Dobignard, l’auteur du blog « œuf-poule-poussin.com » et de la boutique « œuf-poule-poussin.fr. »

La vocation du blog, c’est de parler du poulet en tant qu’animal de compagnie.

La boutique a également pour vocation de vendre les œufs fécondés pour permettre à chacun de faire éclore chez soi des poussins et de se retrouver avec des petits poulets de compagnie super sympa.

Quand je me suis inscrite à la formation Blogueur Pro, j’étais encore complètement dans l’optique équestre. J’avais besoin de faire une reconversion professionnelle plus ou moins rapide, mais je voulais rester dans le milieu équestre.

Je voulais partager et communiquer tout mon savoir sur les équidés. J’avais envie de continuer à partager et à enseigner tout ce que j’avais emmagasiné pendant tant d’années.

J’ai en même temps en parallèle fait le blog « œuf-poule-poussin.com » qui a pris énormément d’ampleur, et j’ai assez rapidement fait la balance entre les deux et presque laisser tomber les deux autres pour me consacrer à celui qui fonctionne et qui aujourd’hui me draine du trafic, de la clientèle, des lecteurs et beaucoup de personnes qui sont aussi devenues des amis.

Et ça, c’est chouette.

Le blog « œuf-poule-poussin.com » était juste au départ pour relater notre apprentissage vis-à-vis des petites poules, des poulets puisqu’on n’avait jamais eu de poule. Je n’avais jamais touché de poule encore il y a 4 ans.

Au départ, j’ai fait un article disant que j’avais à disposition des œufs de brahma bleue. Et depuis, je suis un petit peu dépassé par les retombés du blog suite à cet article.

Il y a eu énormément de demandes, beaucoup plus de demandes d’achat en œuf que ce que produisait ma petite poule.

Donc, on a rapidement acquis une ou deux autres poules pour répondre à la demande. Puis rapidement, comme j’avais une reconversion professionnelle à faire, je me suis orientée vers l’élevage des petites cocottes.

La première fois où j’étais super contente, c’est quand j’ai reçu une première commande de La Réunion et de la Guadeloupe. Je disais : « c’est complètement fou, les gens sont là-bas et ils me demandent d’envoyer les œufs, est-ce que je vais y arriver ? ».

Petit à petit, de bouche à oreille, on s’est retrouvé avec énormément de demandes d’outre-mer, puis de l’étranger. Et là, on se dit que c’est chouette car on distribue du bonheur partout.

On a un taux de fertilité des œufs extraordinaire.

On a aussi un taux d’éclosion rendu à destination qui m’époustoufle même cette année parce que je n’imaginais pas que les gens auraient autant de poussins, autant de réussites même sur de très longues distances avec des œufs qui vont voyager pendant 6, 7, 8, 10 jours parfois.

Tous les jours, j’ai des retours des mails qui sont super positifs où les gens m’envoient des photos en faire part d’éclosion. Quand j’ouvre l’ordinateur et que je vois tout ça, ma journée démarre bien.

Je dirais que le plus important pour moi, c’est mon cadre de vie au quotidien.

Je n’ai pas de voisin, c’est hyper calme. Je suis au milieu de nulle part, mais on y est bien.

Je suis isolée peut-être géographiquement, mais virtuellement je voyage tous les jours un peu partout dans le monde.

Je vais discuter avec un Canadien, avec une personne au Mali, avec un client qui est en Guadeloupe, puis en Guyane, et je repars sur le Sri Lanka puisqu’on travaille avec une association sur le Sri Lanka.

J’ai des contacts partout à travers le monde tous les jours. C’est un truc de fou.

À la création du blog, j’ai facilement passé 2 heures par jour pour tout installer, pour mettre beaucoup de visuels tout de suite : des images, du texte, qu’il y ait tout de suite un peu de contenu, que les gens n’arrivent pas sur quelque chose de vide parce qu’on se décourage vite quand il n’y a que 3 articles à lire.

Maintenant, je n’ai plus tellement l’opportunité d’écrire. Même si j’ai l’envie, je n’ai plus de temps parce que c’est la pleine saison des œufs et il y a autre chose à faire. Mais j’essaie de continuer à régulièrement l’alimenter parce que tous ceux qui m’écoutent ont envie d’avoir des nouvelles de Brahmaland. Ils ont envie d’avoir de nouveaux articles, de nouvelles expériences à partager, etc.

Donc, je me dois de continuer à partager ce plaisir et ce bonheur avec tout le monde.

La plus grande difficulté que j’ai croisée dans la formation Blogueur Pro, c’est de me retrouver face à une caméra.

Et je me rappelle. Même à l’époque, j’en avais parlé lors d’un coaching commun à Olivier qui m’avait dit : « je te lance un défi. La semaine prochaine, tu fais n’importe quel vidéo où tu te filmes, tu te présentes pour dire bonjour à tout le monde, montrer ta tronche. »

Je l’ai fait et c’est vrai que ça débloque.

Maintenant, en plus, j’apprécie de faire ça. Que je sois devant la caméra ou derrière, je trouve cela génial. C’est un moyen formidable de partager et de communiquer avec les autres qui sont très interactifs.

À chaque lancement de la formation d’Olivier Roland, j’ai des contacts de gens qui m’écrivent, qui me demandent ce que je pense de la formation, qui me demandent si ça m’a été utile.

Évidemment, je n’imaginais pas un jour créer un site internet et me retrouver en plus avec une boutique de vente en ligne. Moi, ça m’a apporté beaucoup.

Je peux dire que je suis épanouie dans mon activité professionnelle.

Je suis super contente de ce que je fais, je m’éclate dans mon boulot. C’est quelque chose que je n’aurais pas imaginé et que je n’aurais pas vécu sans cette aventure de cocottes.

Olivier Roland : Nous allons à présent à la rencontre de Sébastien qui n’en pouvait plus de son travail, et a décidé de se consacrer à sa passion l’immobilier. Il a généré plus de 50 millions de vente dans les dix premiers mois où il a monétisé son blog.

Il partage comment il a fait ça et comment vous pouvez le faire aussi.

Sébastien Ascon : Je m’appelle Sébastien, j’habite en région toulousaine. Je suis ingénieur informatique de formation et j’ai commencé à investir dans l’immobilier sur la location de courte durée.

J’ai décidé d’expliquer aux gens comment investir dans l’immobilier, comment faire de la location courte durée à travers mon blog qui s’appelle « louer-en-courte-durée.fr ».

J’ai démarré le blog en septembre 2015 parce que je suis passionné par ce que je fais, sur l’immobilier et la location courte durée, et je voulais vraiment véhiculer ça pour les gens, leur expliquer comment faire pour obtenir des résultats.

Cette idée de blog est venue comme ça.

Sur le blog, je ne loue pas mes appartements, mais j’explique plutôt aux gens comment investir sereinement dans l’immobilier et comment louer en location courte durée.

Je me suis inscrit à la formation Blogueur Pro parce que je me levais tous les matins et j’étais en train de dire : « je ne veux pas y aller dans ma société » jusqu’au jour où ma compagne m’a dit : « mais si tu ne veux pas y aller, dis-leur que tu ne veux plus y aller ». J’étais salarié à l’époque.

C’est comme ça que j’ai décidé de quitter mon emploi.

Je me suis inscrit à la formation parce que j’étais arrivé dans une logique entrepreneuriale. Je me suis dit que Blogueur Pro peut vraiment être la jointure entre cette envie d’entreprendre et  mon activité immobilière. Je relie les deux et j’évangélise auprès de toutes les personnes qui voudront me suivre pour faire de l’immobilier dans ma spécialité : « La location courte durée ».

C’est comme ça que je me suis inscrit à Blogueur Pro et que je me suis lancé dans cette aventure.

J’ai hésité à m’inscrire et je me suis dit que je n’ai absolument rien à perdre car j’ai deux ans devant moi.

J’ai cliqué. Et aujourd’hui, je reconnais que l’investissement en valait largement la chandelle. Je suis très content.

J’ai créé mon premier produit 8 mois après avoir démarré la formation. Je l’ai mis en vente 9 mois après avoir démarré la formation. Sur ce premier lancement, j’ai gagné un peu plus de 3 500 euros.

Gagner 3 500 euros en une semaine, c’est déjà la récompense du travail fourni. Honnêtement, je n’ai jamais gagné autant d’argent en si peu de temps. Donc, c’était très positif, c’était gratifiant.

Et c’est là que je m’étais dit que j’avais fait le bon choix parce qu’en seulement 9 mois, la formation a été plus qu’amortie.

Mon deuxième lancement s’est fait 3 mois plus tard. J’ai lancé un séminaire que j’ai organisé sur ma thématique. Et là, j’ai remonté. On était entre 12 000 et 13 000 euros de chiffre d’affaires.

Je me suis senti encore plus valorisé. J’avais vraiment la conviction que j’avais fait le bon choix.

Mes objectifs sur cette seconde année de Blogueur Pro sont à 80 000 euros.

Si j’atteins ces 80 000 euros, je pense que je vais lever un peu les pieds pour avoir des revenus plus passifs et passer davantage de temps avec ma famille parce qu’on me sollicite.

Une de mes craintes en suivant la formation, c’était cette traversée du désert dont on nous parle régulièrement. Je pense que je m’étais mis ça bien en tête.

Je l’ai assumé. Elle faisait partie des choses à appréhender. Et je ne l’ai absolument pas senti passer.

En début de formation, une journée, c’était 100 % de suivi de cours. Puis, quand j’ai commencé à publier du contenu, on était à 50 % de cours et 50 % de contenu.

Aujourd’hui, je suis plutôt passé à certaines journées où j’ai uniquement publié du contenu, et d’autres journées où j’ai uniquement travaillé sur des formations à mettre à la vente.

L’objectif d’ici quelques mois ou un an, c’est d’avoir un catalogue produit suffisamment fourni de façon à me concentrer uniquement sur le contenu gratuit pour toujours apporter de la valeur aux gens mais réduire ce temps de travail.

Un des objectifs avec cette nouvelle vie, c’est de pouvoir se dégager du temps et pouvoir profiter de ce temps pour voyager avec les enfants. Ils sont en âge de pouvoir comprendre un certain nombre de choses.

Aujourd’hui, ça va être quelque chose de beaucoup plus facile. Il y a plein des pays qui nous attirent sans forcément avoir besoin d’aller à des milliers des kilomètres.

Faire partie de la formation Blogueur Pro, c’est avoir la possibilité de vivre de l’une de ses passions, et je trouve que c’est une raison suffisante pour devoir s’inscrire.

Aujourd’hui, il y a beaucoup de personnes qui ont déjà obtenu de joli résultat. J’en fais partie. Donc, il ne faut pas se poser 10 000 fois la question.

Se lancer dans le blogging, c’est une exploration de soi-même.

C’est un travail à faire sur soi, mais une fois qu’on a trouvé la bonne thématique, le sujet qui nous passionne : « c’est se lever tous les matins, aller travailler, mais sans forcément avoir l’impression d’être au boulot », c’est quelque chose d’appréciable.

C’est le jour et la nuit par rapport à ce que je pouvais connaitre avant.

J’ai l’impression d’apporter plus de valeurs que dans mon ancien métier parce que là, on est directement en contact avec du particulier.

Je suis ravi de voir des gens qui me remercient parce qu’ils ont réussir à investir, parce qu’ils gagnent de l’argent avec leur immobilier. C’est super gratifiant.

Ça me conforte dans l’idée que je peux apporter de la valeur aux gens et je suis content de constater tout ça.

Olivier Roland : Nous allons à présent à la rencontre de Bertrand, un entrepreneur en série qui avait déjà des succès mais en avait assez de devoir échanger son temps contre de l’argent. Il a donc créé un blog sur une de ses passions, « L’apprentissage accéléré des langues ».

Il parle huit langues. Il a généré 100 000 euros de vente la première année. Il partage comment il a fait cela et comment vous pouvez le faire aussi.

Bertrand : Parfois, on passe beaucoup plus de temps à construire son bonheur qu’à le vivre. Je crois que c’est une vraie discipline de se dire : « je m’accorde autant de temps, voire même plus de temps, à vivre mon bonheur qu’à le construire. »

Internet a été le premier pas pour cela parce que ça recentre là-dessus. Ça fait bouger aussi des croyances. Je peux maitriser mon emploi du temps, je peux bosser à certains moments, et je peux m’arrêter à d’autres. Ça a été une invitation à recréer une vie entière qui est juste superflue.

J’ai un blog qui s’appelle « fastinfluent.com ». C’est un blog que j’ai lancé il y a maintenant 2 ans sur une idée que j’ai eu il y a un peu plus, et c’est sur l’apprentissage accéléré des langues étrangères.

À côté de ça, il y a d’autres activités qui sont apparus qui m’a permis d’apprendre plein de techniques parce qu’Internet est un univers extrêmement riche. L’avantage avec ce genre de business, c’est que si vous avez un peu de la discipline, vous n’avez pas besoin de beaucoup pour le faire, une fois que c’est lancé pour l’entretenir, pour faire en sorte qu’il se maintienne et qu’il grandisse.

Donc, ça permet d’aller explorer d’autres choses, d’autres voies. C’est vraiment l’intérêt d’avoir une activité sur Internet.

Quand j’ai rencontré ma compagnie actuelle Johanna, je lui dis : « J’ai un projet en tête. Si ça te dit, on le fait ensemble ».

Donc, on a développé cette méthode ensemble et il ne manquait plus qu’un truc, c’était : sur quel média ?

Par rapport à ce qu’on avait envie de vivre, Internet s’est avéré le choix le plus pertinent.

Au début, j’ai tenté de le faire moi-même, j’ai voulu bricoler, j’ai voulu essayer. Puis au bout d’un moment, ça m’a fatigué et je me suis dit que je vais essayer de trouver une formation qui m’explique comment mettre cela en place.

Donc, j’ai été à la recherche sur le Net. Et c’est vrai qu’assez rapidement, on tombe sur la vidéo d’Olivier Roland.

Il y en a une qui m’a parlé particulièrement. C’est celle où Olivier disait : « si dans un an, tu ne génères pas 2 000 euros de revenu, je te rembourse la formation. »

Pour moi, ça a été un déclencheur important parce que ça reflète la façon dont moi, j’aime travailler. C’est-à-dire qu’avec mes clients, si je promets quelque chose et que je ne peux pas tenir ma promesse, je les rembourse, je répare, je fais mon truc.

Je me souviens très bien de ce mail particulier d’Olivier parce que je me suis dit que s’il s’engage avec moi, dans ce cas-là, je peux y aller les yeux fermés.

Et là, je n’ai pas du tout hésité. Je me suis inscrit dans les 40 secondes qui ont suivi ce mail-là.

La première année, ça avait généré l’équivalent de 3 000 ou 4 000 euros de revenu par mois. Pendant les 6 mois qui ont suivi, on a tourné en moyenne à 3 500, 4 000 euros par mois. C’était à peu près ce qu’on faisait de façon récurrente si je ne compte pas le lancement lissé sur l’année en arrivant à Malte, il y a 6 mois maintenant.

Là au fur et à mesure, on a commencé à devenir de plus en plus inspiré, de plus en plus efficace.

J’ai appris énormément de choses pour améliorer encore le business. Chaque mois, on prend 1 500-2 000 euros de plus de revenus assez régulièrement sans lancement.

Donc, aujourd’hui, on va travailler une vingtaine d’heures par semaine à deux pour au minimum 100 000 euros de chiffre d’affaires dans l’année. Mais ce sera forcément plus puisque les 3 premiers mois entiers nous donnent des signes que ça va être bien au-delà de ça.

Avec ma compagne, on a décidé de venir s’installer à Malte en novembre.

Pour moi, c’était un rêve depuis très longtemps. Je voulais vivre au soleil et près de la mer. Ça, c’était vraiment extrêmement important.

Puis, la façon dont on s’y prend avec ma compagne quand on déménage, ce qu’on fait à peu près toutes les années et demi, deux ans, c’est qu’on fait une liste de quelles sont les choses les plus importantes pour nous.

Moi, c’était plutôt cette espèce de cadre de vie : soleil, mer, la classe. C’est un vrai rêve d’enfant.

Je pense qu’avec ma compagne, notre vie quotidienne, c’est une célébration de ce qu’on a créé comme truc, avec le fait de dire qu’on a de la liberté, on peut voyager le week-end, aller à droite, à gauche.

Au quotidien, j’ai pu refaire de la guitare, j’ai pu refaire du sport. Donc, ça, c’est top, et c’est une vraie célébration.

Comme je dis souvent, je n’ai pas ce qu’on appelle par définition une vie de rêve, mais je le revendique.

Ma vie n’est pas une vie de rêve, c’est une vie réelle. Et elle est géniale parce que je l’ai construite point par point. C’est une vie sur mesure tout simplement.

Je voulais ça, j’ai ça. Puis demain, si je veux autre chose, j’aurai autre chose. Il n’y a plus de limite maintenant. Ça, c’est top.

La plus grande difficulté que j’ai pu vivre dans le parcours Blogueur Pro, c’est la difficulté à pouvoir agencer tous mes agendas en même temps avec le blogging qui est quand même quelque chose qui est gourmand en temps, surtout au début où il faut produire du contenu sans en recevoir directement de rémunération.

C’est un vrai pari sur l’avenir et ce n’est pas un moment facile au départ. Il faut garder vraiment la foi et de se dire : j’investis, j’y crois, je continue, je garde en ligne de mire pourquoi je fais ce truc-là.

Ça, c’est vraiment important.

Quand vous êtes avec d’autres blogueurs et que vous voyez qu’il s’est passé des choses à untel au bout d’un mois, il s’est passé pour un autre aussi, vous continuez. Vous vous dites que ce n’est pas pour rien que vous le faites, qu’il va se passer la même chose pour vous.

Il n’y a qu’à regarder même dans le salariat, les gens changent 4, 5, 10 fois de carrière.

Et donc, je me dis, même quelqu’un qui se demanderait par exemple « est-ce qu’il est parti sur le bon blog, est-ce que son blog va durer toute sa vie ou quoi que ce soit ? », vous acquérez tellement de compétence quand vous bloguez.

Ce sont des investissements sur sa propre vie qui sont géniaux pour tout le reste de sa vie.

Olivier Roland : J’espère que ces interviews vous ont plu et qu’elles vous ont motivé et convaincu de vous lancer dans le blogging pour créer ou développer votre business sur le web.

Je vais également vous en offrir 4 autres.

Attention ! Peut-être que voir ces interviews vous a fait penser que réussir dans le blogging, c’est facile.

Je tiens à le préciser : ce n’est pas facile, c’est difficile notamment parce qu’à un moment, il faut agir. Agir est l’étape où beaucoup trop de personnes s’arrêtent.

Vous avez aimé cette vidéo ? Cliquez ici pour vous abonner gratuitement à la chaîne Youtube ! 🙂