Comment avoir votre entreprise web rentable en partant de zĂ©ro – 5 exemples concrets

Nous partons Ă  la rencontre de 5 entrepreneurs qui sont aujourd’hui Ă  la tĂȘte d’un vĂ©ritable business web rentable, alors qu’ils ont sont partis de zĂ©ro, en travaillant sur leur projet Ă  cotĂ© de leur emploi et de leurs Ă©tudes, et parfois de leur vie de famille.

Cliquez ici pour participer à la masterclasse Blogueur Pro 2019 si vous regardez cette vidéo directement sur Youtube : https://blogueur-entrepreneur.net

â–ș Rejoignez des milliers d’entrepreneurs et de rebelles intelligents en vous abonnant Ă  ma chaĂźne : http://bit.ly/abo-OlivierRoland

â–ș Cliquez ici pour ĂȘtre prĂ©venu gratuitement par email quand une nouvelle vidĂ©o est publiĂ©e ! 😉 https://olivier-roland.tv/videos/?utm_source=youtube&utm_medium=descri&utm_content=entrepriserentable5exemples

â–ș Pour aller plus loin :
https://des-livres-pour-changer-de-vie.com/ – une sĂ©lection de livres rares et exigeants pour changer de vie
https://blogueur-pro.net/ – Devenez libre et indĂ©pendant financiĂšrement grĂące Ă  votre blog
https://habitudes-zen.net/ – Vivre une vie zen et heureuse
https://devenez-meilleur.co/ – Le dĂ©veloppement personnel pour les gens intelligents
https://olivier-roland.tv/videos pour ĂȘtre prĂ©venu chaque matin Ă  7H quand une vidĂ©o gĂ©niale est publiĂ©e, pour dĂ©marrer la journĂ©e avec une pĂȘche d’enfer ! 🙂

â–ș Qui suis-je ?

DĂ©couvrez mon histoire en 1 minute 41 : http://bit.ly/MonHistoire

A 18 ans, j’ai dĂ©cidĂ© de quitter l’Ă©cole pour crĂ©er ma premiĂšre entreprise. Je n’avais qu’une envie : ĂȘtre libre. AprĂšs avoir surmontĂ© de nombreux obstacles, j’ai rĂ©ussi Ă  mettre mon entreprise au service de ma vie, plutĂŽt que d’avoir une vie au service de l’entreprise… Aujourd’hui, je voyage 6 mois par an et j’inspire des milliers d’entrepreneurs et de crĂ©ateurs Ă  ĂȘtre plus libres et plus heureux.

Que vous souhaitiez changer de vie, réussir sur Internet ou tout simplement devenir une meilleure personne, ma chaßne vous y aidera. Chaque jour, vous trouverez une nouvelle vidéo inspirante pour vous aider à vivre une vie plus riche.

#RebellesIntelligents #DĂ©veloppementPersonnel

https://www.youtube.com/watch?v=BedsWaq2uF8

Transcription texte (littĂ©rale) de la vidĂ©o “Comment avoir votre entreprise web rentable en partant de zĂ©ro – 5 exemples concrets” :

Olivier Roland

Vous allez dĂ©couvrir 5 blogueurs pros dans des secteurs trĂšs diffĂ©rents qui gagnent de l’argent, vivent de leur passion et sont aujourd’hui libres et indĂ©pendants grĂące Ă  leur blog et son Ă©cosystĂšme : chaĂźne Youtube, page Facebook, compte Instagram
 grĂące Ă  la mĂ©thode Blogueur Pro que j’enseigne Ă  des centaines d’entrepreneurs dans toute l’Europe et la francophonie.

Tous ces blogueurs ont comme point commun :

1.- d’avoir dĂ©marrĂ© leur blog Ă  temps partiel alors qu’ils avaient une activitĂ© trĂšs demandeuse en temps Ă  cĂŽtĂ©, que ce soit un job ou le fait de devoir finir leurs Ă©tudes, et parfois mĂȘme une vie de famille.

2.- de n’avoir aucune expĂ©rience du blogging ou mĂȘme de l’entreprenariat pour certains quand ils ont dĂ©marrĂ©.

3.- de n’avoir investi qu’une faible somme pour dĂ©marrer leur blog alors mĂȘme qu’ils sont aujourd’hui Ă  la tĂȘte d’une entreprise rentable.

4.- de pratiquer aujourd’hui une de leur passion et d’ĂȘtre totalement libre gĂ©ographiquement et au niveau de leur emploi du temps.

Et ce qui est trĂšs important, d’avoir prĂ©fĂ©rĂ© agir de maniĂšre imparfaite plutĂŽt que d’attendre d’avoir atteint la perfection pour agir, ce qui bien sĂ»r n’arrive jamais.

Vous allez donc dĂ©couvrir Ă  travers ces interviews des exemples concrets de personnes comme vous qui sont entrepreneurs dans l’Ăąme, qui ne peuvent plus se satisfaire du mĂ©tro-boulot-dodo et qui agissent concrĂštement pour devenir libres et indĂ©pendants.

Nous verrons l’exemple de Lauriane Legrand qui a quittĂ© son emploi et a gagnĂ© 35 000 € lors des six derniers mois avec son blog « Marathon des Langues » tout en aidant des milliers de personnes Ă  parler une langue Ă©trangĂšre.

Ensuite, nous irons à la rencontre de Christophe Lorreyte, docteur en médecine chinoise et qui enseigne la méditation sur le blog qui porte son nom depuis son village dans le centre de la France.

Puis, nous irons en Normandie rencontrer Pauline Petit qui jusqu’Ă  rĂ©cemment Ă©changeait son temps contre de l’argent et travailler trĂšs dur pour faire des photos de mariage et d’autres prestations, et qui aujourd’hui a rĂ©alisĂ© en six mois trois fois ce qu’elle gagnait avant tout en travaillant moins et en ayant le temps de se consacrer Ă  son cours et Ă  ses photos artistiques.

Je vous emmĂšnerai Ă©galement Ă  la rencontre de Jean Laplace qui a gĂ©nĂ©rĂ© 35 000 € de chiffres d’affaires sur les six derniers mois avec son blog sur l’immobilier depuis Bordeaux et qui a pu partir un mois en Nouvelle-ZĂ©lande grĂące Ă  lui.

Et enfin, nous irons à Barcelone à la rencontre de Karim Joutet qui vit confortablement de son blog « Espagnol pas à pas » tout en aidant des milliers de francophones à travers le monde à mieux parler cette langue.

Nous parlerons mĂȘme d’autres blogueurs dont vous pourrez recevoir la vidĂ©o bonus comme Xavier Roger qui vit de son blog sur la batterie, de Lucie Rondelet qui a rĂ©alisĂ© plus de 50 000 € de ventes quelques mois aprĂšs avoir ouvert son blog en plus de la Nouvelle-CalĂ©donie, de GaĂ«lle Dobignard qui a aujourd’hui une multinationale de sa ferme dans le fin fond de la campagne française grĂące Ă  son blog qui vend des Ɠufs de poule, oui, vous verrez, Laurent Breillat qui rĂ©alise plus d’un demi-million d’euros de ventes avec son blog sur la photo, ou d’Olivier Vaunois qui est aujourd’hui leader dans le domaine de la parentalitĂ© positive avec son blog « Les super parents ».

Vous verrez, il y aura beaucoup d’autres Ă©tudes de cas.

Evidemment, je parle de chiffre d’affaires, mais grĂące Ă  la magie d’Internet et du numĂ©rique, leurs bĂ©nĂ©fices rĂ©els sur ce chiffre d’affaires sont trĂšs importants.

Nous commençons par rendre visite Ă  Lauriane pour comprendre comment elle a pu gagner 35 000 € lors des six derniers mois avec son blog sur l’apprentissage des langues. C’est parti !

Lauriane Legrand

Pour moi, salariat Ă©gal privation de libertĂ©. Je ne supporte pas qu’on me dit de travailler de telle heure Ă  telle heure, je trouve que c’est vraiment contre-productif et ça va vraiment Ă  l’encontre de mes valeurs.

J’avais cette envie trĂšs forte de sortir de ce schĂ©ma et j’avais cette haute envie de dĂ©velopper quelque chose dans ma passion, dans l’apprentissage des langues, dans les voyages. Et avant de choisir l’argent, j’ai choisi vraiment le bien-ĂȘtre et l’Ă©panouissement du quotidien en me disant : mais tout le reste suivra. Et voilĂ  ça a payĂ© quoi !

Je m’appelle Lauriane, j’ai 29 ans et donc j’Ă©cris un blog qui s’appelle « Marathon des langues » qui est un site qui donne des conseils sur : comment mieux apprendre les langues Ă©trangĂšres, apprendre plus vite. J’ai Ă©galement une formation sur l’apprentissage de l’anglais qui s’appelle « Comment parler anglais en six mois sans partir Ă  l’Ă©tranger ».

L’objectif principal d’une langue, c’est quand mĂȘme de la parler et le souci, c’est qu’en sortant de l’école, on n’y arrive pas.

Et j’ai moi aussi Ă©tĂ© dans ce cas de figure en partant de 6/20 en anglais Ă  l’école, aujourd’hui, je me trouve Ă  parler cinq langues et ça va beaucoup plus rapidement qu’au dĂ©but, et je me rends compte que je peux aider beaucoup de personnes. Et ça, c’est vraiment un vrai bonheur.

En fait moi, j’ai toujours Ă©tĂ© passionnĂ©e de voyages, c’est un peu ce qui a dictĂ© ma vie jusque-lĂ . Donc, j’ai repoussĂ© mes Ă©tudes au maximum parce que dĂ©jĂ  non seulement j’adorais apprendre, mais en plus j’adorais voyager, et je pouvais mixer le tout. Je me disais toujours : mais moi ma vie, je veux que cela soit ça, je veux ĂȘtre payĂ©e Ă  apprendre en fait.

Il y a un moment, il a bien fallu y passer. Je suis rentrĂ©e dans le salariat. J’avais un peu la gorge nouĂ©e en me disant : ça y est ! J’ai la corde au cou, je suis bloquĂ©e. Je vais rentrer dans ce schĂ©ma des cinq semaines de congĂ©s par an et ces horaires imposĂ©s 8h-18h/20h par jour, et je ne me voyais vraiment pas Ă©voluer comme cela.

Entre deux contrats, entre un CDI et un CDD, donc un contrat plus souple, j’en ai profitĂ© pour repartir faire un voyage notamment au BrĂ©sil. J’étais partie un mois au BrĂ©sil, et donc, j’allais dans une Ă©cole de portugais les matinĂ©es oĂč j’étais avec d’autres personnes, d’autres polyglottes. Et au bout de deux semaines, une semaine ou deux semaines, j’ai des Ă©lĂšves qui venaient me demander comment je faisais pour apprendre aussi vite.

Et lĂ , je me dis : Ok ! J’ai peut-ĂȘtre quand mĂȘme quelque chose Ă  partager.

C’est lĂ  oĂč je suis tombĂ©e sur les vidĂ©os d’Olivier Roland et lĂ , je me suis dit : Ok ! Bingo ! C’est cela. J’ai le quoi, j’ai le comment. Maintenant, on y va. Et cela a dĂ©marrĂ© de cette maniĂšre.

Moi, j’étais tout le temps sur la route dans mon ancien travail et cela me permettait d’écouter beaucoup de podcasts, d’écouter les cours toute la journĂ©e. Et le matin, je me levais plus tĂŽt pour travailler. J’exploitais tous mes week-ends, tous mes congĂ©s.

Quand je me suis lancĂ©e, j’avais une idĂ©e assez floue de comment le faire parce qu’il y a aussi ce syndrome un peu de l’imposteur oĂč on se dit : mais est-ce que je vais vraiment satisfaire mes clients, est-ce que vraiment cela va fonctionner et comment je vais pouvoir les aider au mieux ?

Du coup, on se met un peu des barriĂšres mentales Ă  soi et cela bloquait un peu pour cela pour avancer. Mais j’ai continuĂ© Ă  travailler, Ă  me former.

Vraiment, j’étais dĂ©diĂ©e Ă  100 % sur le dĂ©veloppement de mon business, de mon blog.

Lorsque j’ai dĂ©missionnĂ©, j’avais gagnĂ© 200 € avec mon blog, autrement dit, rien, mais je sentais que lĂ , c’est bon, j’étais sur le point de vraiment lancer le business. Et la suite, c’est que c’était gĂ©nial parce que je croyais travailler du matin au soir sur mon business, et aujourd’hui, je n’ai aucun regret parce que cela a vraiment fonctionnĂ© encore mieux que ce que je pensais.

Aujourd’hui, j’ai non seulement cette libertĂ© au quotidien de gĂ©rer mon temps comme je veux, mais j’ai aussi cette libertĂ© financiĂšre parce qu’au final, moi je gagne mieux ma vie que quand j’étais salariĂ©e. Je ne sais pas ce que je pourrais demander de plus parce que lĂ  vraiment, tout est alignĂ©. Cela a cartonnĂ© quoi !

La communautĂ© Blogueur Pro, c’est gĂ©nial encore une fois de voir d’autres personnes qui vivent la mĂȘme chose, qui partagent les mĂȘmes galĂšres, les mĂȘmes frustrations. On essaie de se rencontrer.

Donc lĂ , on s’est retrouvĂ© pour ce troisiĂšme Mastermind dans une maison au bord de la plage Ă  cĂŽtĂ© de Montpellier pour faire cette session de travail pendant une semaine.

Le Mastermind, ce sont des sessions de travail oĂč chacun va apporter ses forces et le but du groupe, c’est comment tu peux dĂ©passer tes peurs, comment on peut t’aider. Tiens, fais plutĂŽt cela, je te conseille cela. Cela permet d’y voir plus clair. Et quand on dĂ©couvre de nouveaux outils par exemple ou de nouvelles stratĂ©gies, chacun donne son point de vue et on s’entraide pour la mise en application. On a une personne qui est plutĂŽt geek, une personne qui est plutĂŽt Ă  l’aise avec l’écriture, une autre qui a plutĂŽt un sens analytique.

Sandra Fesquet

Mon blog, c’est « lecarnetdigital.com ». Sur ce blog, le principe, c’est que j’apprends aux gens Ă  dessiner tout simplement.

Je dessine pour le jeu vidĂ©o parce que c’est mon mĂ©tier Ă  la base. Quand on produit un jeu vidĂ©o, on ne gagne pas d’argent parce qu’on ne peut pas le vendre puisque le produit n’est pas encore terminĂ©.

MĂȘme pendant cette pĂ©riode-lĂ , je sais que j’aurai toujours un petit matelas de sĂ©curitĂ© financiĂšre grĂące au blog. Et cela me permet vraiment d’avoir cette indĂ©pendance financiĂšre.

Johann Berby

Je suis l’auteur du blog « bassistepro.com ». Ce blog a pour vocation d’accompagner les amateurs de basse Ă  progresser et improviser avec leurs instruments.

Le fait d’avoir son propre blog, on peut communiquer son message plus facilement, plus rapidement puisqu’il n’y a pas de barriĂšre, il n’y a pas d’intermĂ©diaire. Et ça, c’est quand mĂȘme un gros plus pour un artiste de pouvoir discuter avec sa communautĂ©, lui demander ce qu’elle veut, ce qu’elle dĂ©sire.

Coralie Garnier

J’ai un blog qui s’appelle « Les6doigtsdelamain » et c’est un blog qui aspire Ă  changer le monde par l’éducation.

J’accompagne les parents qui sont dĂ©cidĂ©s Ă  amĂ©liorer l’ambiance dans leur famille en cherchant un autre mode de relation avec leurs enfants, en sortant des relations verticales adulte/enfant et dĂ©veloppant le respect de l’enfant et l’implication dans les relations.

C’est trĂšs enrichissant de pouvoir continuer Ă  partager cela avec d’autres, c’est-Ă -dire que quand ce groupe de Mastermind avec Lauriane s’est montĂ©, j’étais Ă  ce moment-lĂ  en contact avec eux et c’était le moment oĂč je rentrais en France.

Et oui, cela m’a crĂ©Ă© une communautĂ© d’entraide et de soutien parce qu’à ce moment-lĂ , on avait dĂ©jĂ  fini la formation, et donc, cela nous a permis de continuer Ă  garder une dynamique et aller plus loin.

Lauriane Legrand

C’est vraiment des sessions qui sont trĂšs importantes pour chacun d’entre nous et ici on peut s’isoler, rĂ©flĂ©chir. Et encore une fois, ce n’est pas que du technique, que de la stratĂ©gie. Il y a aussi beaucoup d’états d’esprit oĂč on parle beaucoup, on se pose beaucoup de questions sur la vie, comment ĂȘtre mieux au quotidien ?

Il y a beaucoup de dĂ©veloppement personnel au final dans ce Mastermind et c’est cela qui nous fait grandir vraiment Ă  chaque fois.

Ce que je peux dire, c’est juste : arrĂȘtez de se trouver des excuses parce qu’au fond quand on commence une phrase et qu’on fait mais
 quelque chose, c’est juste une excuse.

Il faut arrĂȘter, il faut se lancer. Et sinon, si on ne fait pas maintenant, on le fera quand ?

Et lĂ  aujourd’hui, je me dis : je fais ce que j’aime. J’aime ce que je fais au quotidien. Je suis bien dans ma vie, j’apporte quelque chose Ă  mes clients, je les aide Ă  avancer et j’ai la libertĂ© de pouvoir renouer avec mes voyages.

Je n’ai plus l’impression d’avoir ce carcan. Je suis libre et en phase avec ce que je veux de la vie.

Olivier Roland

La formation Blogueur Pro a permis Ă  Lauriane de se connecter Ă  tout un Mastermind d’entrepreneurs motivĂ©s comme elle. Ils se rencontrent rĂ©guliĂšrement et se soutiennent mutuellement. Ce genre de groupe d’échange est fondamental pour votre succĂšs, et Blogueur Pro va vous permettre, vous connecter Ă  de tels groupes.

Nous continuons ce tour avec Christophe Lorreyte qui vivait dans un petit village du centre de la France d’oĂč il gĂšre le blog qui porte son nom.

Il partage dans cette interview comment son blog lui a permis de faire dĂ©coller encore plus son cabinet de mĂ©decine chinoise, lui permet de voyager davantage et d’inspirer des milliers de personnes bien au-delĂ  de son village.

Christophe Lorreyte

Dans la mĂ©ditation, il y a un Ă©tat d’esprit qui correspond avec notre Ă©poque et notamment avec des mondes de notre Ă©poque. On est dans une sociĂ©tĂ© qui pense trop, trop intellectuelle mais on sent que frĂ©tille de nouvelles valeurs, parce qu’aujourd’hui le monde va tellement vite que les gens ne profitent plus du tout du moment prĂ©sent et ils ont envie de se libĂ©rer de tout ça et de renouer avec la vie.

Je vois tous les jours des patients qui ont des vies magnifiques mais qui ne le voient plus. En rĂ©alitĂ©, s’ils regardaient un peu plus et surtout avec un autre point de vue, avec le point de vue de la mĂ©ditation, ils lĂącheraient prise sur la perfection et ils deviendraient des acteurs de leurs vies hyper Ă©panouis et hyper heureux.

On travaille la posture, et ensuite, cette posture s’assouplit et l’esprit s’assouplit. Et on pacifie son mental et le regard que l’on porte sur la vie est totalement diffĂ©rent. Il est beaucoup plus objectif. On ne cherche plus Ă  fuir, on ne cherche plus Ă  Ă©viter. On est dans l’action, on est dans la vie.

Pour moi, la vie, c’est un souffle. Ce n’est pas quelque chose qui est structurĂ©. C’est comme un effet papillon, c’est-Ă -dire on fait quelque chose qui nous emmĂšne sur autre chose. Donc moi, je ne regrette rien de ce que j’ai fait.

Je travaillais dans les finances et au bout d’un moment, je me suis aperçu que ce n’était pas du tout mon truc. J’ai refait des Ă©tudes. J’ai fait des Ă©tudes de psycho, c’était bien. Mais il manquait aussi une autre dimension. Et la dimension qui manquait, c’était une dimension sur le corps physique. Donc, j’ai dĂ©cidĂ© de reprendre mes Ă©tudes, les Ă©tudes de mĂ©decine traditionnelle chinoise. LĂ , j’ai fait des grandes Ă©tudes de 5 ans. AprĂšs, j’ai ouvert mon cabinet.

Je suis un gĂ©nĂ©raliste, et dans la pratique de la mĂ©decine traditionnelle chinoise, j’ai intĂ©grĂ© ma pratique de mĂ©ditation. J’ai aussi bien des personnes qui viennent me voir pour des migraines que pour des insomnies, que pour des problĂšmes psychologiques ou des problĂšmes physiologiques. Il y a de tout. Donc, il faut s’adapter. On travaille avec de l’acuponcture pour pouvoir rĂ©guler l’énergĂ©tique des patients.

Ce que je veux, c’est qu’ils changent vĂ©ritablement. J’ai envie que les personnes prennent conscience, qu’ils peuvent prendre leur vie en main, qu’ils peuvent faire sauter leur peur et qu’ils peuvent avoir une vie extraordinaire.

Aprùs 52 ans, tu es là et tu te dis : qu’est-ce que je fais. Est-ce que je continue ? Est-ce que je continue comme je fais en attendant la retraite ? Ou est-ce qu’au contraire, je continuais à avoir des nouveaux projets et puis avoir de nouveaux challenges ?

Blogueur Pro, ça permet ça. Ça permet d’asseoir de nouveaux rĂȘves et de continuer Ă  vivre autre chose.

J’ai eu envie de faire un blog sur la mĂ©ditation pour aider un peu plus encore mes patients pour aller beaucoup plus loin dans le soin et dans la pratique. En plus, je voulais aider beaucoup plus de personnes parce que j’arrivais Ă  un moment donnĂ© oĂč j’avais vraiment beaucoup de patients et j’étais obligĂ© de refuser du monde. Et lĂ , mes amis m’ont dit : mais tu n’as qu’à transmettre, tu as une mĂ©thode qui est gĂ©niale en fait, il n’y a que toi qui l’enseignes. C’est gĂ©nial. Pourquoi tu ne ferais pas un blog sur ce que tu connais ?

Donc, j’ai fait le blog. Et trĂšs vite, je me suis aperçu que j’étais limitĂ© parce que je n’y connaissais pas grand-chose aussi bien en informatique. J’ai regardĂ© sur le web et c’est lĂ  Ă  ce moment-lĂ  que j’ai trouvĂ© la formation d’Olivier Roland. J’ai Ă©coutĂ© le tĂ©moignage et elle m’a paru vraiment adaptĂ©e totalement. J’avais tout pas Ă  pas, au fur et Ă  mesure, et c’était progressif. C’est pour ça que j’ai trouvĂ© ça vraiment gĂ©nial.

Avec la formation de Blogueur Pro, on a commencĂ© Ă  construire. Puis, on a vu qu’on passait de l’amateurisme Ă  quelque chose de beaucoup plus professionnel. Ça s’est fait au fur et Ă  mesure, tranquillement, on a pris du plaisir Ă  le faire. On a considĂ©rĂ© que nos week-ends, tous nos moments de plaisir passaient dans le blog. Et on s’est vraiment super Ă©clatĂ©, ce sont des nouveaux challenges Ă  chaque fois.

Le blogging, c’est encore une nouvelle chose pour moi. C’est tout rĂ©cent. Ça fait Ă  peine 2 ans. Et dĂ©jĂ  en 2 ans, il y a plein de choses qui se sont passĂ©es, des choses merveilleuses. Ça a tellement bien marchĂ© que je me suis retrouvĂ© face Ă  un paradoxe.

J’ai fait le blog pour avoir un peu plus de temps et rĂ©duire un peu mon temps de travail au cabinet. Et en fait, ça m’a apportĂ© encore plus de monde et j’ai Ă©tĂ© vu par le national et non pas simplement par le centre.

Avec Blogueur Pro, il y a une ouverture sur le monde. C’est-à-dire qu’en fait, tu deviens visible. De l’invisible, tu passes au visible.

J’ai crĂ©Ă© une formation qui s’appelle la formation TANGRAM qui sortira au mois de juin. C’est une formation pour prĂ©parer des gens Ă  ĂȘtre coachs en mĂ©ditation. J’ai mis ça en place parce que j’ai plein de patients, plein de personnes, des clubs sportifs qui me demandent tous les jours de faire mes confĂ©rences et de les former Ă  la mĂ©ditation. Malheureusement avec le cabinet, je n’ai pas le temps de tout faire. Donc, j’ai dĂ©cidĂ© de former des gens pour le faire.

Ma vie pour moi, c’est une passion. Il n’y a pas de diffĂ©rence entre le travail et ma vie privĂ©e. Et Ă  travers ça, j’expĂ©rimente la vie. Puis au fur et Ă  mesure, j’essaie de m’amĂ©liorer et d’apporter toutes mes connaissances Ă  l’extĂ©rieur et aux autres. LĂ , je suis Ă  la maison. Je reçois du monde. Je vois des gens. Je communique, j’aide les autres. C’est gĂ©nial.

Il y a beaucoup de personnes qui disent : mais c’est fou quoi ! Tout ce que tu peux faire dans une journĂ©e, tu travailles Ă©normĂ©ment, tu fais du sport, tu mĂ©dites, tu Ă©cris des articles, tu fais des vidĂ©os. Tu as un emploi du temps super chargĂ© dans ton travail et tu travailles Ă©normĂ©ment. Comment tu t’en sors et quels sont tes moments de repos ?

Mes moments de repos, c’est quand je fais du blogging, c’est quand je fais de la mĂ©ditation, c’est quand je fais du sport. En fait, ma vie, c’est un souffle. Ce n’est absolument pas quelque chose de morcelĂ©. Ce n’est pas le travail d’un cĂŽtĂ©, et puis, des occupations et des loisirs de l’autre cĂŽtĂ©.

Il y a une grosse diffĂ©rence entre travailler dans un cabinet oĂč on est un peu tributaire d’horaire, alors que blogging, c’est la libertĂ©. C’est la libertĂ© parce qu’on continue toujours Ă  travailler, mais on travaille d’une autre maniĂšre. C’est-Ă -dire on prend son ordinateur, on peut trĂšs bien ĂȘtre Ă  New York, on peut trĂšs bien ĂȘtre en ThaĂŻlande, on peut ĂȘtre en Chine, on peut ĂȘtre partout, et on peut quand mĂȘme continuer Ă  travailler tout en intĂ©grant des loisirs intĂ©rieurs.

Aujourd’hui, ce que je souhaite, c’est former des gens Ă  la mĂ©ditation, former des coachs en mĂ©ditologie pour pouvoir avoir plus de temps, pour pouvoir Ă©crire, faire des vidĂ©os et transmettre l’esprit de la mĂ©ditation. Ça, ça me ferait vraiment plaisir.

Le blog m’a permis de regrouper un peu toutes mes connaissances, et ensuite de les offrir au plus grand nombre. Et c’est ça que le trouve gĂ©nial. C’est-Ă -dire que Blogueur Pro, c’est une Ăąme, ce n’est pas simplement une formation.

Je me suis aperçu qu’il y avait derriĂšre une vĂ©ritable communautĂ© oĂč tout le monde a envie de s’entraider et de se tenir la main pour rĂ©ussir. Ça devrait ĂȘtre comme ça dans la vraie vie. C’est trĂšs rare quand c’est comme ça, mais lĂ  dans le blogging, c’est vraiment ce qu’on a.

L’esprit de la mĂ©ditation, c’est de faire sortir les fausses croyances, les croyances limitantes, celles qui ne nous permettent pas d’évoluer. Comme j’ai toujours dit Ă  mes enfants : tout est possible.

Quand j’ai commencĂ© le blogging Ă  50 ans, j’ai plein de mes copains qui attendaient la retraite et qui me disaient : mais attends, tu es fou furieux, tu vas ĂȘtre vu par tous tes patients, qu’est-ce qu’ils vont dire ? Est-ce qu’ils vont te prendre au sĂ©rieux ?

J’ai dit : mais je m’en fiche qu’ils ne me prennent pas au sĂ©rieux, je vais faire du blogging parce que ça me plaĂźt, parce que j’ai envie d’explorer d’autres voies. Je n’ai pas envie d’ĂȘtre dans la sĂ©curitĂ©. Moi, ce que j’aime, c’est vĂ©ritablement m’ouvrir sur des nouvelles voies, m’ouvrir sur des nouvelles choses, aider les autres autrement.

Olivier Roland

Ensuite, nous allons en Normandie rencontrer Pauline Petit qui jusqu’Ă  rĂ©cemment Ă©changeait son temps contre de l’argent et travaillait dur pour faire des photos de mariage et d’autres prestations.

Elle partage comment son blog l’a libĂ©rĂ© et lui a permis de gagner trois fois plus lors des six derniers mois que ce qu’elle gagnait avant, tout en lui donnant tout le temps de se consacrer Ă  sa passion de la photo artistique.

Pauline Petit

On a menĂ© conjointement un chantier dans la maison. Un chantier sur le blog et finalement un chantier sur nos vies oĂč pendant deux ans, tout a Ă©tĂ© en travaux. On commence Ă  voir un peu le bout du tunnel. On se dit que dans quelque temps, on aura une belle maison.

On a un blog qui fonctionne, des Ă©lĂšves qui sont au top et une nouvelle vie de photographe auteur qui s’ouvre Ă  moi.

J’ai plus confiance en moi. Et grñce à Blogueur Pro, mon travail maintenant est reconnu par des milliers de personnes, et je ne suis plus la petite photographe Doudeville mais une photographe qui a une vraie place.

Je suis une personne crĂ©ative depuis toujours. Quand j’étais petite, j’adorais dessiner. Je joue de la guitare, j’aime la danse, j’aime tous les moyens qui permettent de s’exprimer. J’ai travaillĂ© 4 ans dans le tourisme comme agent d’accueil et guide randonnĂ©. Je m’occupais Ă©galement du local d’exposition et je voyais chaque mois des artistes venus exposer, des peintres, des photographes. Et Ă  ce moment-lĂ , j’ai eu un petit dĂ©clic et je me suis dit : la photo, c’est cool.

Dans ma vie des salariĂ©s, j’ai subi malheureusement du harcĂšlement moral. J’étais trĂšs mal en allant travailler, la fameuse boule au ventre, des nuits courtes Ă  penser comment va se passer la journĂ©e de travail du lendemain et j’ai quittĂ© cet emploi dans le tourisme.

Blogueur Pro arrive une fois que la photographie est devenue mon seul et unique métier.

Quand mon entreprise de photographie tournait bien, je me suis rendue compte tout simplement que j’étais en non-stop toute la journĂ©e. Je multipliais les prestations : des prestations de mariage, de reportage famille. Je rĂ©alisais des prises de vue en maternitĂ©. Je rĂ©alisais des sorties photo, des cours photo, des ateliers individuels. Bref, j’étais hyper dynamique et je me suis rendue compte que mĂȘme si j’étais fiĂšre de moi de pouvoir vivre de la photo, je ne vivais vraiment que de ça et je n’avais plus de vie Ă  cĂŽtĂ©.

Je suivais Olivier Roland Ă  peu prĂšs depuis 6 mois. J’ai regardĂ© toutes les Ă©tudes de cas. J’ai beaucoup rĂ©flĂ©chi et j’ai regardĂ© tout. J’ai relu les vidĂ©os et les pages de vente. J’ai tout vu et je me suis dit que quand on est photographe, on dĂ©pense dĂ©jĂ  des milliers d’euros dans son matĂ©riel chaque annĂ©e pour progresser, ça ne faisait pas partie on va dire de l’investissement prĂ©vu. C’était un risque.

J’ai quand mĂȘme Ă©tĂ© voir Fabien et je lui ai dit : qu’est-ce que tu en penses ? Et Fabien m’a dit simplement : tu vas encore t’investir des heures dans un blog, tu vas t’investir des heures dans de vidĂ©os. Pour une fois, investis dans toi et puis prends-la la mĂ©thode et vas jusqu’au bout.

Je me suis inscrite Ă  Blogueur Pro, et un mois aprĂšs, on a eu avec mon compagnon un coup de cƓur pour une maison. Et du coup, on s’est retrouvĂ© Ă  mener deux projets en parallĂšle : celui de dĂ©velopper le blog et de suivre la formation et celui de restaurer une maison de 200m2 en entier.

Les journĂ©es Ă©taient un peu chargĂ©es parce que finalement, pour suivre la formation de Blogueur Pro, je consacrais Ă  peu prĂšs une journĂ©e par semaine soit Ă  l’écriture d’un article, soit Ă  la rĂ©alisation d’une vidĂ©o.

LĂ , on avait mis en pause les travaux de la maison. Je m’étais arrangĂ©e pour faire le lancement de la formation aprĂšs la saison des mariages pour ĂȘtre sur une pĂ©riode un peu plus calme, et finalement, c’était tout simplement une question d’organisation.

Blogueur Pro, c’est beaucoup de remises en question. Mais en fait, la perfectionniste que je suis s’est rĂ©pĂ©tĂ© une phrase en tĂȘte toujours se disant : il vaut mieux faire imparfaitement que de ne pas faire du tout.

Donc au bout d’un moment, Ă  chaque fois que j’étais bloquĂ©e, je me disais : Ă©coute, arrĂȘte de te bloquer, tu le fais et tu vas voir ce que ça donne.

On a l’impression que c’est une montagne à franchir, et finalement un pas aprùs l’autre, on arrive au sommet.

Apprendre la photo de portrait, c’est un blog qui se destine aux photographes amateurs comme dĂ©butants mais aussi aux modĂšles photo qui souhaitent tout simplement Ă  prendre la photographie de portrait.

Chaque mois, je retrouve mes Ă©lĂšves autour d’un coaching commun pour discuter un peu avec eux de leurs photos. Je vois leur Ă©volution, mais j’apprends aussi Ă  les connaitre un peu plus, Ă  cerner lĂ  oĂč ils veulent aller, leur style, leur difficultĂ© personnelle, et je peux vraiment beaucoup plus les aider et adapter la formation.

Le blog est toujours en ligne. A l’heure actuelle, j’ai une liste de 15 000 personnes qui me suivent sur le blog, 12 000 personnes sur Youtube. Donc, je commence Ă  avoir une petite communautĂ© assez sympathique.

J’ai pris ma place un peu dans le monde de la photo d’autant plus que c’est plutĂŽt un monde d’homme, et qu’en tant que femme, je dois ĂȘtre la femme la plus suivie Ă  l’heure actuelle.

CĂŽtĂ© financier, grĂące Ă  Blogueur Pro et Ă  la formation, j’ai rĂ©alisĂ© un chiffre d’affaires correspondant Ă  peu prĂšs Ă  un an et demi de chiffre d’affaires de mon entreprise de photographe de base. Donc sur l’annĂ©e, on peut dire que mon salaire a Ă©voluĂ© de 1 400 Ă  Ă  peu prĂšs Ă  1 600, 1 700€ net par mois, ce qui me suffit largement pour vivre simplement par rapport Ă  mes besoins et qui me permet par contre de rĂ©cupĂ©rer Ă©normĂ©ment de temps pour me lancer dans la photographie artistique.

J’ai vraiment envie d’exprimer et de crĂ©er un univers autour de la photographie d’auteur, la photographe artistique pour m’amuser parce que ça m’éclate, et puis pour vivre cette vie d’artiste qui me fait rĂȘver depuis toujours.

Moi, j’ai eu la chance d’ĂȘtre repĂ©rĂ©e par un directeur d’exposition pour ĂȘtre invitĂ©e sur un gros festival photo au niveau de Paris auprĂšs d’un public de photographe averti.

Pendant la rĂ©alisation de cette sĂ©rie en noir et blanc, j’ai dĂ©veloppĂ© beaucoup de techniques autour du maquillage adaptĂ© Ă  la peau prĂ©vue pour. Et Ă  un moment, j’ai senti des limites dans ce type de produit et j’ai fait le pari fou de peindre avec de la peinture acrylique, de la peinture qui pouvait y avoir sur le chantier.

Et mĂȘme si les produits n’étaient pas adaptĂ©s, ils m’apportaient une nouvelle texture, une nouvelle vision et des nouvelles idĂ©es pour aller encore plus loin dans mon travail d’auteur. Et j’ai commencĂ© une seconde sĂ©rie cette fois-ci en couleur oĂč je peins de gens. Je peins des gens de plein de façons. Je peins des gens de façon toile, je peins des gens de façon dessin. Je m’éclate avec la peinture et les couleurs.

Je suis une autre personne. Je suis une autre photographe. Je suis une autre entrepreneuse et j’ai une toute nouvelle façon de voir les choses. Je suis plus sereine aussi sur l’avenir.

Pour toutes les personnes qui se posent la question autour de Blogueur Pro, sachez que j’y Ă©tais Ă  votre place et que moi, aussi je me suis posĂ© ces mĂȘmes questions-lĂ . Moi aussi, j’ai doutĂ©. Puis finalement, je me suis quand mĂȘme lancĂ©e et mes promesses ont vraiment Ă©tĂ© au rendez-vous.

C’est la premiĂšre fois que j’investissais en moi, et ça m’a littĂ©ralement changĂ© aussi ma façon de voir de l’entreprise. Maintenant, je suis beaucoup plus ouverte Ă  investir, Ă  rĂ©flĂ©chir diffĂ©remment. Et franchement, je n’ai qu’une chose Ă  vous dire : allez-y.

Pour rien au monde, je ne regretterais cette dĂ©cision. Et il faut avoir ce petit caractĂšre de toujours vous ramer de l’avant, de se dire que vos difficultĂ©s sont passagĂšres, que les problĂšmes ont tous des solutions et qu’au final, la route est belle.

Je rĂȘve d’exposer en galerie, d’éditer mon livre, et surtout de continuer toujours et de pouvoir avoir ce temps prĂ©cieux pour multiplier les projets, multiplier les rencontres, toujours me former, toujours aller plus loin et crĂ©er.

Olivier Roland

Nous partons maintenant Ă  Bordeaux Ă  la rencontre de Jean Laplace qui a gĂ©nĂ©rĂ© 35 000 € sur les six derniers mois avec son blog « investir et immobilier ». Il partage dans cette interview comment son blog l’a libĂ©rĂ© et lui a permis par exemple de partir un mois en voyage en Nouvelle-ZĂ©lande.

Jean Laplace

Ce que reprĂ©sente la formation, c’est un mode de vie, c’est une façon de penser. C’est tout un univers qu’il y a derriĂšre.

Olivier, en fait, ce qu’il a vraiment fait par le biais de la formation, c’est de me faire rentrer dans ce monde-lĂ  de l’infoprenariat et de me rendre compte que c’était la solution Ă  cette vie que je recherchais, c’est-Ă -dire c’est trouver comment on pouvait vivre cette libertĂ© dans quelque chose qu’on aimait. Et tout le cĂŽtĂ© automatisation, asynchronie, dĂ©localisation qui sont les trois clĂ©s du blog, c’est vraiment ça qui a changĂ© en fait, qui a Ă©tĂ© une application de ce que moi je recherchais : cette idĂ©e de reprendre le contrĂŽle et d’ĂȘtre vraiment dans quelque chose que tu as choisie et oĂč tu vas pouvoir aider les gens Ă  ta façon.

Je m’appelle Jean Laplace et j’ai un blog qui s’appelle « investir-et-immobilier.com » sur lequel j’aide les gens Ă  se lancer dans l’achat/revente immobilier.

Je suis marchand de biens, c’est mon mĂ©tier principal. Le principe, c’est d’acheter des biens, tout type de biens : des terrains, des maisons, des appartements. Et aprĂšs, on va les valoriser pour les revendre et prendre un bĂ©nĂ©fice entre les deux.

Tout de suite aprĂšs mon baccalaurĂ©at, ce que j’ai voulu faire, c’était avoir vraiment des mĂ©tiers vocations, des mĂ©tiers qui me parlaient et qui me permettaient de faire quelque chose que j’aimais rĂ©ellement. C’est comme ça que je me suis retrouvĂ© d’abord en peloton d’intervention de gendarmerie et dans un deuxiĂšme temps aprĂšs un accident de moto, j’ai Ă©tĂ© sapeur-pompier de Paris.

Mais finalement, le problĂšme de ces mĂ©tiers mĂȘme si la mission Ă©tait vraiment extraordinaire, c’était le cadre d’emploi, c’est-Ă -dire c’est un peu la situation de salariĂ© oĂč je n’avais pas le choix de dĂ©cider mon emploi du temps, les missions
 et je ne me sentais pas libre. Donc finalement, je suis parti de ces mĂ©tiers-lĂ . Mon besoin, c’était de reprendre cette indĂ©pendance et d’essayer de faire quelque chose qui m’appartenait et qui permettait de faire mes choix pleinement. C’est comme ça que je me suis retrouvĂ© dans un premier temps dans l’immobilier parce que vraiment j’avais l’organisation dĂ©jĂ  de ma journĂ©e et puis dans un second temps avec le blog oĂč lĂ  vraiment t’es complĂštement moteur de la crĂ©ation et de la construction de ton aventure.

La formation principale que je vous propose, c’est comment se lancer dans l’achat/revente immobilier sereinement ? L’objectif, c’est vraiment de faire ses premiĂšres opĂ©rations en toute sĂ©rĂ©nitĂ© sans piĂšge et puis de devenir autonome en achat/revente pour pouvoir justement avoir une forte croissance selon le modĂšle que j’ai pu essayer pendant ces derniĂšres annĂ©es.

Quand j’ai vraiment dĂ©marrĂ© cette idĂ©e de blog, il y avait deux idĂ©es majeures : c’était un, partager mes connaissances sur l’achat/revente parce qu’il y avait trĂšs peu de choses en fait sur Internet par rapport Ă  ça, ça c’était le premier point, et le deuxiĂšme point c’était vraiment l’aspect reptilien, c’est-Ă -dire de rĂ©pondre Ă  la problĂ©matique de survie, d’avoir des revenus, et donc pour moi, c’était un revenu alternatif.

En fait vraiment la commercialisation au niveau du blog, lĂ  oĂč je me suis mis Ă  vendre les formations, c’est arrivĂ© il y a Ă  peu prĂšs un an seulement, l’étĂ© dernier Ă  peu prĂšs. Et donc sur les six premiers mois, j’ai gĂ©nĂ©rĂ© 30.000 € de chiffre d’affaires en vente Ă  peu prĂšs et sur les trois mois qui ont suivi, lĂ  on a augmentĂ© Ă  35.000 € de chiffre d’affaires. Et maintenant, les choses augmentent toujours de plus en plus au fur et Ă  mesure du temps qui passe.

En fait, je me suis rendu compte que j’étais face Ă  une communautĂ© complĂštement passionnante de gens hyper positifs, et finalement ce qui a Ă©tĂ© le plus intĂ©ressant dans le projet, c’est vraiment tout l’aspect humain qui a Ă©tĂ© beaucoup plus important que ce Ă  quoi je m’attendais et il y a vraiment une notion de partage et de transmission importante.

La particularitĂ© du premier lancement que j’ai fait, c’est que c’est un lancement prĂ©-vente. Donc, en fait en toute transparence avec les Ă©lĂšves, je leur ai proposĂ© une structure de formation en disant : je pense que c’est ça qui est important Ă  aborder pour vous, pour rĂ©pondre Ă  vos questions, et si finalement Ă  la fin de la formation, il manque des Ă©lĂ©ments, on va la complĂ©ter ensemble.

Quand tu as ces Ă©changes-lĂ  avec les Ă©lĂšves comme ils te posent des questions, pour pouvoir y rĂ©pondre prĂ©cisĂ©ment, tu vas devoir toi-mĂȘme faire une introspection et Ă©voluer dans ta propre discipline. Tu ne peux pas dire n’importe quoi, donc tu fais vraiment attention Ă  ce que tu dis et ça t’oblige Ă  ĂȘtre meilleur tous les jours.

Ce qu’il y a de vraiment intĂ©ressant dans l’infoprenariat et le fait de faire des formations, c’est qu’il y a trois Ă©lĂ©ments majeurs : le premier, c’est l’automatisation. Comme tout se passe sur Internet, c’est disponible 24h/24 pour les gens, et donc, c’est automatique. Tout se fait sans qu’on soit en contact direct comme sur une entreprise physique classique. Le deuxiĂšme point, c’est que c’est asynchrone. Donc en fait, je vais pouvoir choisir les jours de la semaine oĂč je travaille et oĂč je mets les choses en place pour les gens sur le net et aprĂšs, les gens vont pouvoir venir le soir, le matin, dans trois semaines
 Et le dernier Ă©lĂ©ment qui est sĂ»rement un des plus pratiques, c’est que tu peux travailler de maniĂšre complĂštement dĂ©localisĂ©e. Que tu sois Ă  l’autre bout du monde ou ici aujourd’hui, ça ne pose aucun souci. La seule contrainte, c’est d’avoir une connexion Internet qui fonctionne.

Donc lĂ , ça m’a permis rĂ©cemment de passer un mois en Nouvelle-ZĂ©lande dans un van avec ma compagne. On a pu visiter toute la Nouvelle-ZĂ©lande, et malgrĂ© tout, j’ai pu gĂ©rer mon blog Ă  distance depuis la Nouvelle-ZĂ©lande. Il n’y a pas de souci, il y avait un dĂ©calage horaire, mais comme je n’ai pas besoin d’ĂȘtre en direct avec ce qui se passe, ça ne posait pas de problĂšme de rĂ©pondre aux gens ou de faire Ă©voluer les choses tranquillement.

On me demande souvent Ă  quoi ressemble mon emploi du temps et c’est trĂšs difficile d’y rĂ©pondre parce que justement l’avantage de cette situation, c’est qu’il n’y a pas une routine obligatoire. Donc, on peut le partager entre les temps de travail oĂč j’essaie de faire Ă©voluer les formations, le blog, les vidĂ©os et puis les temps de loisirs oĂč justement je peux faire ce que je veux, voyager ou aller faire du golf ou aller courir ou faire des choses comme ça. Mais il n’y a pas d’organisation spĂ©cifique.

En fait, tu n’as pas besoin de faire semblant de travailler. Souvent quand on a un travail de salariĂ©, on est au travail, on reste au travail parce qu’il faut montrer qu’on travaille. LĂ , ça ne sert Ă  rien. En fait, si j’ai fini de faire un travail efficace, j’arrĂȘte de travailler tout simplement.

C’est vraiment d’avoir la libertĂ© de faire tes choix au quotidien, d’organiser ton emploi du temps au quotidien, d’aller dans les directions, de faire les expĂ©riences que tu veux sur ton projet et d’avoir surtout le lien direct qu’il y a entre tes actions et ta rĂ©ussite ou tes actions et tes Ă©checs.

En Ă©tant complĂštement maĂźtre de ton projet, crĂ©ateur de ton projet, il y a un lien direct avec ton propre Ă©panouissement personnel. L’intĂ©rĂȘt de tout ça, c’est qu’une fois que tu as rĂ©ussi justement Ă  te dĂ©gager du temps, dĂ©jĂ  mĂȘme de dĂ©gager du temps intellectuellement parce que tu n’es pas stressĂ© par ta situation de vie, ce qui est bien, c’est que tu peux profiter de tous tes loisirs et de tout ce que tu aimes faire. Donc moi, en fait, je suis un fan de golf. En ce moment, c’est vraiment ma passion. Et puis quand ce n’est pas ça, c’est tout simplement profiter de tes amis, ta famille et de pouvoir aller voir, aller se balader en ville ou boire un coup, manger avec les copains. C’est ce qui est chouette et justement ça permet de t’organiser autour de ça sans stress.

Quand tu commences Ă  mettre le pied dans cette idĂ©e de formation en ligne, tu te rends compte que ce sont des accĂ©lĂ©rateurs en fait. Ces formations, elles te permettent de rĂ©aliser en quelques semaines, quelques mois ce que tu aurais mis peut-ĂȘtre des annĂ©es Ă  dĂ©couvrir tout seul et avec oh ! Combien d’erreurs et de ratĂ©s. Et en fait, c’est un investissement, ça m’aide dans mon Ă©panouissement personnel et ça accĂ©lĂšre mon Ă©panouissement professionnel.

C’est assez intĂ©ressant parce que ça se passe Ă  diffĂ©rents niveaux. Quand Olivier a fait son projet de Blogueur Pro, son projet a eu un impact sur mon projet. En faisant Blogueur Pro, il a modifiĂ© ma vie, il a modifiĂ© mes projets, et aujourd’hui moi en ayant justement ce blog et ces formations, je me retrouve Ă  impacter la vie de gens derriĂšre. Donc, il y a vraiment cet effet en cascade qui est super intĂ©ressant et qui est trĂšs agrĂ©able parce que ce que tu fais finalement va rendre service Ă  des gens sur le long terme et ça va continuer comme ça sur plusieurs niveaux. C’est chouette, c’est la partie la plus agrĂ©able d’un point de vue humain.

Moi, je vous recommande la formation. A partir du moment oĂč tu commences Ă  te poser la question comme ça, c’est qu’au fond de toi, tu sais que ça peut correspondre. Et si tu sens que ce mode de vie peut te correspondre, il ne faut pas hĂ©siter Ă  passer le pas, et la seule chose qui fera la diffĂ©rence, c’est le fait de passer Ă  l’action.

La formation, quand on la suit en mode Ikea comme dit Olivier, il n’y a pas de problĂšme. Elle est trĂšs bien faite, elle a changĂ© la vie de dizaines et de centaines de personnes. Maintenant, ce qu’il faut, c’est vraiment juste appliquer. Donc, la question que vous devez vous poser, c’est : est-ce que vous allez appliquer les choses ou pas ?

Olivier Roland

Nous partons maintenant à Barcelone à la rencontre de Karim Joutet qui vit confortablement de son blog « Espagnol pas à pas » tout en aidant des milliers de francophones à mieux parler cette langue dans le monde entier.

Karim Joutet

Je m’aperçois que ma vie est encore plus sympa aujourd’hui. D’ĂȘtre sorti de ma zone de confort, d’ĂȘtre parti vers le blogging, vers le on line, vers l’entrepreneuriat, vers la vie d’expat, tout ça fait que tu rajoutes des piĂšces au puzzle et tu as d’autres dimensions qui s’ouvrent Ă  toi. C’est un peu comme apprendre une langue.

La formation de Blogueur Pro en fait n’apprend pas seulement Ă  crĂ©er un blog, elle apprend Ă  devenir entrepreneur. Et ça, j’en n’avais pas conscience quand je me suis lancĂ© dans l’aventure Blogueur Pro. Je voulais avant tout apprendre Ă  crĂ©er un blog, Ă  rĂ©pondre aux attentes des lecteurs, Ă  crĂ©er une formation pourquoi pas ?

Le blog a un peu chamboulĂ© mes plans. S’il y a deux ans, on m’avait dit que je serais aujourd’hui auto-entrepreneur on line ici Ă  Barcelone Ă  gĂ©rer la compta, la communication, Ă  gĂ©rer les cours, Ă  gĂ©rer des profs qui bossent avec moi, ça, ça aurait Ă©tĂ© complĂštement fou. Et aujourd’hui, c’est le cas.

Je m’appelle Karim Joutet, je suis enseignant agrĂ©gĂ© d’espagnol et docteur en civilisation espagnole. J’ai Ă©galement crĂ©Ă© le blog « Espagnol pas Ă  pas ». J’enseigne l’espagnol aux francophones dans cette salle de classe Ă  l’Institut Français de Barcelone et je le fais aussi on line.

Le plan Ă©tait de rester ici 2 ans, de finir mon doctorat et de rentrer en France pour enseigner dans le secondaire ou Ă  l’universitĂ©. Et en fait quand je suis arrivĂ© ici, j’ai lancĂ© le blog parce que j’ai toujours adorĂ© l’enseignement et je ne me voyais pas faire 2 ans de recherche sans enseigner. Donc, le blog a Ă©tĂ© une maniĂšre de continuer d’ĂȘtre prof.

En tant qu’enseignant en prĂ©sentiel dans le secondaire en France, j’avais des doutes sur le fait de pouvoir enseigner la langue via Internet. Et quand les lecteurs qui sont au QuĂ©bec, qui sont
 j’en ai un peu partout, j’en ai en Afrique, j’en ai en France Ă©videmment, en Espagne et en AmĂ©rique latine, c’est eux qui m’ont dit : moi, je ne peux pas avoir de cours avec toi alors que j’aimerais bien, est-ce que tu lances quelque chose en ligne ? Et sur une bonne annĂ©e, j’ai rĂ©flĂ©chi Ă  la maniĂšre dont on pouvait sans se voir physiquement comment je pouvais apprendre Ă  un Ă©lĂšve Ă  apprendre l’espagnol.

Au tout dĂ©but, j’ai suivi le blog d’Olivier Roland et j’ai crĂ©Ă© mon blog « Espagnol pas Ă  pas » Ă  partir de ses conseils gratuits, et j’étais surtout en mode observation. J’ai vĂ©rifiĂ© un peu tout ce qu’il y avait autour du story telling d’Olivier Roland et je m’apercevais que tout Ă©tait tout simplement vrai. Et c’est quand j’ai vu que ça fonctionnait, que j’avais du trafic, que j’avais des gens qui me suivaient sur Facebook et qu’il y avait de l’intĂ©rĂȘt pour ce que je faisais que je me suis dit : en effet, je ne peux pas aller plus loin tout seul, donc je vais me tourner vers quelqu’un qui saura m’accompagner. Et donc, c’est lĂ  que j’ai pris la formation d’Olivier Roland pour permettre d’aller plus loin. Je ne suis pas du tout informaticien ni communicant. Donc, j’avais besoin qu’on me donne les outils pour aller plus loin et rĂ©pondre aux attentes des lecteurs du blog.

Le fait de revenir ici Ă  Barcelone pour le doctorat, pour terminer ma thĂšse, d’avoir lancĂ© un blog comme ça et de me dire oui quand mĂȘme je suis bien ici dans ce cadre en continuant en plus de faire ce que j’ai toujours fait, c’est-Ă -dire enseigner l’espagnol Ă  des francophones, lĂ  ce serait juste super et Blogueur Pro me permet aujourd’hui de vivre ces choses-lĂ  sans me dire que dans 2 ans, je dois faire mes valises et rentrer. Et le blog est un reflet de ma vie Ă  la mĂ©diterranĂ©enne.

Je tourne souvent mes vidĂ©os Ă  la plage parce que ça m’inspire. Ça m’ouvre de voir l’horizon simplement et ça m’apaise. Et en mĂȘme temps, ça me motive. J’ai plein d’idĂ©es quand je suis Ă  la plage.

C’était trĂšs excitant de lancer la formation, de lancer le blog. En fait, il y a l’excitation de l’entrepreneur que je ne connaissais pas au dĂ©but et que je ne connaissais pas lorsque j’étais dans la fonction publique.

Quand tu lances une formation, c’est un moment trĂšs intense et en mĂȘme temps, c’est hyper excitant parce que tu demandes l’avis aux lecteurs, ils te disent : je veux ça, je veux ça. Toi, de ton cĂŽtĂ©, tu crĂ©es quelque chose et tu reviens avec quelque chose sur un plateau : tu m’as demandĂ© ça, je te donne ça. Qu’est-ce que tu en penses ? C’est trĂšs excitant et trĂšs enrichissant.

Olivier, dans sa formation, il y a des classes virtuelles tous les mois dans lesquelles on peut poser des questions, on voit les questions des autres. Une fois par an, on se rĂ©unit tous et c’est hyper sympa parce qu’on peut parler avec Olivier, et surtout, on peut parler avec les copains avec qui on a parlĂ© pendant les classes virtuelles et c’est trĂšs enrichissant en motivation et en conseils pratiques aussi.

Ce qui est assez dingue avec Blogueur Pro, c’est que je ne pensais pas qu’on pouvait en vivre financiĂšrement. J’avais comptĂ© qu’il fallait au moins trois Ă©lĂšves pour payer les frais que j’avais et aussi dĂ©gager un petit truc. En fait, je suis arrivĂ© et j’ai entre 30 et 40 Ă©lĂšves. Donc avec un peu de recul, depuis septembre, je m’aperçois que j’aurais trĂšs bien pu rester un prof on line et vivre de ma formation. Ça, c’est complĂštement dingue, ça ne rajoute pas juste une cerise sur les gĂąteaux, ça te rajoute un
 C’est un deuxiĂšme travail que je me suis crĂ©Ă© en y passant en peu de temps au final par semaine.

Aujourd’hui, je vis de mon activitĂ© en tant que prof d’espagnol pour francophones et le blog me permet vraiment de vivre de ma passion sans aucun souci et de choisir de rester vivre ici Ă  Barcelone. Et ça, c’est un luxe. C’est une ville qui, en plus, est bilingue. On est en Catalogne, donc les gens parlent catalan et espagnol. On a une double identitĂ© ici Ă  Barcelone et tu rajoutes en plus le cĂŽtĂ© international, c’est vraiment trĂšs, trĂšs sympa.

Ce qui est trĂšs intĂ©ressant dans cette aventure de Blogueur Pro qui est avant tout une aventure d’entreprenariat, c’est que tu es libre de tes dĂ©cisions, tu es libre d’assumer tes Ă©checs comme d’assumer tes rĂ©ussites.

Un truc qui est juste complĂštement dingue en tant que prof et lĂ  je pense que tous les profs de France vont m’envier, c’est qu’ici, je choisis mon programme, je choisis mon manuel, je choisis mes sorties, je choisis ce que je fais Ă  mes Ă©lĂšves, je choisis tout et il y a une seule chose qui va me dire si j’ai fait le bon choix ou pas, c’est Ă  la fin de l’annĂ©e, si mes Ă©lĂšves sont satisfaits, s’ils peuvent se dĂ©brouiller dans la rue pour parler espagnol. Et ça, c’est une sensation de libertĂ© en tant qu’enseignant complĂštement d’ailleurs.

Moi, j’ai juste envie de dire aux gens : foncez et regardez les Ă©tudes de cas, vĂ©rifiez ce qu’il y a Ă  cĂŽtĂ© et vous allez vous apercevoir que tout est cohĂ©rent, tout est simplement vrai, tout est efficace et qu’on peut vivre une trĂšs belle aventure grĂące Ă  Blogueur Pro comme je suis en train de vivre. Donc si vous ĂȘtes frileux comme moi, analysez et regardez bien, mais Ă  un moment donnĂ©, il faut foncer.

Moi de septembre, j’ouvre l’école, j’avais 60 Ă©lĂšves. Octobre, je lance la formation Blogueur Pro et j’ai 40 Ă©lĂšves et je vis Ă  cent Ă  l’heure. Donc, lĂ  les projets, quels sont les projets pour « Espagnol pas Ă  pas » ? De me dĂ©gager un peu plus de temps pour moi, en faisant que la boĂźte vive pour moi et que je ne vive pas pour la boĂźte. Alors, ce n’est pas du tout prĂ©tentieux ce que je vais dire, mais c’est simplement gĂ©rer le succĂšs en fait.

Olivier Roland

J’espĂšre que ces interviews vous ont plu et qu’elles vous ont motivĂ© et convaincu de vous lancer dans le blogging pour crĂ©er ou dĂ©velopper votre business sur le web.

Je vais Ă©galement vous offrir plus de 20 Ă©tudes de cas en vidĂ©o d’une qualitĂ© similaire.

Mais attention ! Peut-ĂȘtre que voir ces interviews vous a fait penser que rĂ©ussir dans le blogging, c’est facile. Je tiens Ă  le prĂ©ciser : ce n’est pas facile, c’est difficile, notamment parce que Ă  un moment, il faut agir. Et agir est l’Ă©tape oĂč beaucoup trop de personnes s’arrĂȘtent.

La plupart des personnes qui vont regarder la vidéo vont se dire : waouh ! Génial ! Et ensuite, elles ne feront absolument rien, elles continueront à regarder la télé ou à jouer aux jeux vidéo sans rien accomplir.

Que croyez-vous qu’il se passera pour elles ?

Rien du tout Ă©videmment.

Mais j’ai fait la vidĂ©o pour des gens comme vous qui ont l’Ăąme d’un entrepreneur et qui sont capables d’agir pour rĂ©aliser leur rĂȘve.

Vous avez aimĂ© cette vidĂ©o ? Cliquez ici pour vous abonner gratuitement Ă  la chaĂźne Youtube ! 🙂