Comment diminuer 📉 votre stress đŸ˜„ en 4 Ă©tapes simples pour ĂȘtre plus heureux 😃

â–ș Rejoignez des milliers d’entrepreneurs et de rebelles intelligents en vous abonnant Ă  ma chaĂźne : http://bit.ly/abo-OlivierRoland

â–ș En savoir plus sur “Tout le monde n’a pas eu la chance de rater ses Ă©tudes” : https://olivier-roland.com/

â–ș Obtenez gratuitement mon livre “Soyez Zen et Heureux” en cliquant ici ! 🙂
https://olivier-roland.tv/zen-et-heureux-offert

– La vidĂ©o “COMMENT ne PLUS ĂȘtre STRESSÉ : 9 astuces SCIENTIFIQUEMENT PROUVÉES ” :https://www.youtube.com/watch?v=OllLBlC5g9g&list=PLlNaq4hbeacQkrbmTc4XhdHgTdt7UZhRD

â–ș Pour aller plus loin :
https://des-livres-pour-changer-de-vie.com/ – une sĂ©lection de livres rares et exigeants pour changer de vie
https://blogueur-pro.net/ – Devenez libre et indĂ©pendant financiĂšrement grĂące Ă  votre blog
https://habitudes-zen.net/ – Vivre une vie zen et heureuse
https://devenez-meilleur.co/ – Le dĂ©veloppement personnel pour les gens intelligents
https://olivier-roland.tv/videos pour ĂȘtre prĂ©venu chaque matin Ă  7H quand une vidĂ©o gĂ©niale est publiĂ©e, pour dĂ©marrer la journĂ©e avec une pĂȘche d’enfer ! 🙂

â–ș Qui suis-je ?

DĂ©couvrez mon histoire en 1 minute 41 : http://bit.ly/MonHistoire

A 18 ans, j’ai dĂ©cidĂ© de quitter l’Ă©cole pour crĂ©er ma premiĂšre entreprise. Je n’avais qu’une envie : ĂȘtre libre. AprĂšs avoir surmontĂ© de nombreux obstacles, j’ai rĂ©ussi Ă  mettre mon entreprise au service de ma vie, plutĂŽt que d’avoir une vie au service de l’entreprise… Aujourd’hui, je voyage 6 mois par an et j’inspire des milliers d’entrepreneurs et de crĂ©ateurs Ă  ĂȘtre plus libres et plus heureux.

Que vous souhaitiez changer de vie, réussir sur Internet ou tout simplement devenir une meilleure personne, ma chaßne vous y aidera. Chaque jour, vous trouverez une nouvelle vidéo inspirante pour vous aider à vivre une vie plus riche.

https://www.youtube.com/watch?v=qzne0dAqj2I

Transcription texte (littĂ©rale) de la vidĂ©o “Comment diminuer 📉 votre stress đŸ˜„ en 4 Ă©tapes simples pour ĂȘtre plus heureux 😃” :

« Comment gĂ©rer son stress en 4 Ă©tapes » tirĂ© de « Comment dominer le stress et les soucis » de Dale Carnegie et d’autres sources sur le web.

LiĂ© Ă  la notion de changement, c’est-Ă -dire s’adapter Ă  une structure qui bouge, le stress est un sentiment dĂ©clenchĂ© par l’interprĂ©tation d’un Ă©vĂšnement, une rĂ©action face aux contraintes et aux pressions subies dans son environnement.

Le stress peut-ĂȘtre positif s’il est perçu comme un dĂ©fi Ă  relever ou nĂ©gatif quand il est porteur de tensions dĂ©lĂ©tĂšres.

Au fond, c’est une erreur de raisonnement au niveau de l’attitude qu’on adopte ou de son comportement, une rĂ©ponse Ă  une situation pas forcĂ©ment adĂ©quate, un indicateur de dysfonctionnement du mental comme la douleur pour le physique.

Mais tout le monde peut apprendre Ă  diminuer son stress en 4 Ă©tapes simples.

La premiĂšre Ă©tape est de prendre du recul et d’analyser ce qui a dĂ©clenchĂ© le stress parce qu’avant de tenter de le rĂ©soudre, il est important de savoir ce qui l’a provoquĂ©.

En rĂ©flĂ©chissant Ă  ce qui l’a causĂ©, on peut Ă©viter certaines consĂ©quences.

Pour cela, voici ce que vous allez faire :

– Vous allez faire une liste des Ă©ventuelles sources de contrariĂ©tĂ© que vous avez : dans le travail, les transports, la famille, les amis, etc., et les classer du plus impactant au moins impactant.

Vous pouvez aussi faire l’analyse 20/80, c’est-Ă -dire identifier les 20% de sources qui amĂšnent 80% de votre stress.

– Demandez-vous : En quoi consiste la difficulté ? Quelle est la cause de ce stress dans ces sources ? Et quelles sont les consĂ©quences les plus graves que je subis ou que je risque de subir si cela continue ?

– Comprenez l’émotion qui est produite dans ces moments. Puis, vĂ©rifiez s’il s’agit d’une peur rĂ©elle ou plutĂŽt d’une inquiĂ©tude thĂ©orique qui n’a pas grande chance de se produire.

– Et si une situation est vĂ©ritablement inĂ©vitable, il faut se prĂ©parer Ă  l’accepter. Il faut renoncer Ă  l’impossible parce que rien n’est plus stressant que de sentir une situation nous Ă©chapper et n’avoir aucun moyen d’agir pour la faire changer.

Afin d’éviter cela, il faut prĂ©voir les situations dans lesquelles on risque de se retrouver dans une impasse.

Une fois ces situations identifiées, il faut tenter de les fuir absolument ou de changer le cours des choses dÚs le départ.

Garder le contrĂŽle, c’est aussi faire le deuil de ce qui est impossible. Il est inutile de se fixer des objectifs inaccessibles.

La deuxiĂšme Ă©tape est d’anticiper et de visualiser.

La meilleure façon de gĂ©rer le stress est d’anticiper.

À partir des listes que vous avez rĂ©alisĂ©es Ă  la premiĂšre Ă©tape – les sources du stress, les causes, les consĂ©quences – imaginez des solutions et des rĂ©ponses possibles.

Demandez-vous : pourquoi vous acceptez d’ĂȘtre dans cette situation ?

Peut-ĂȘtre qu’il y a une bonne raison. Et si ce que vous faites a du sens, cela limite le stress.

Décidez de la façon dont vous voulez vivre un évÚnement en particulier.

Un Ă©vĂšnement qui vous arrive peut n’avoir aucun effet sur vous jusqu’au moment oĂč vous choisissez des mots pour le qualifier parce que si vous dites qu’un Ă©vĂšnement est heureux, ennuyeux, triste ou extraordinaire, il peut le devenir.

En le qualifiant, vous le modifiez un petit peu et surtout vous modifiez votre perception de cet Ă©vĂšnement.

La maniÚre dont vous le vivez détermine la réaction de votre organisme.

Prenez donc un moment pour réfléchir avant de juger et classer une situation comme entiÚrement négative.

Pour vous donner un exemple concret.

Quand je me suis mis Ă  la mĂ©ditation, parfois il y avait le chien du voisin qui se mettait Ă  aboyer alors que j’essaie de me concentrer sur ma respiration.

Au dĂ©but, je trouvais cet Ă©vĂšnement stressant, je trouvais que ça interrompait ma mĂ©ditation, ça interrompait ma concentration et ça m’énervait. Puis, au bout d’un moment, je me suis rendu compte que ce n’était pas le chien qui aboyait en lui-mĂȘme qui Ă©tait stressant, c’était mon interprĂ©tation des faits.

A partir du moment oĂč j’ai arrĂȘtĂ© de me dire que le fait que le chien aboie Ă©tait une source de stress et qu’en fait, c’est quelque chose de neutre et peut-ĂȘtre mĂȘme quelque chose de positif, j’ai commencĂ© Ă  apprĂ©cier quand le chien aboie. Ça faisait partie de l’environnement. C’était un son qui finalement Ă©tait agrĂ©able, qui faisait partie du quotidien et qui Ă©tait un signe de vie tout simplement.

L’imagination peut ĂȘtre mise Ă  contribution et aider Ă  combattre le stress.

Mettez-vous en condition avant un Ă©vĂšnement stressant. Vous pouvez crĂ©er un environnement mental positif en sortant d’un cadre qui, lui, est anxiogĂšne.

Pensez Ă  des choses simples qui vous plaisent au quotidien, Ă  vos vacances, Ă  vos projets en cours. Visualisez un Ă©vĂšnement joyeux, un souvenir heureux.

La troisiĂšme Ă©tape est de s’organiser et communiquer.

S’organiser et gĂ©rer son emploi du temps permet de limiter le stress, de se sentir dĂ©bordĂ©. Pour cela :

– Essayez de prĂ©voir 10 Ă  20 minutes supplĂ©mentaires sur vos temps de trajet par exemple.

– Faites des listes de tĂąches prioritaires Ă  faire et Ă  ne pas faire. Essayez d’identifier les mauvaises habitudes Ă  Ă©liminer les tĂąches, Ă  dĂ©lĂ©guer.

– Automatiser un maximum.

– Concentrez-vous sur les tĂąches qui apportent immĂ©diatement des rĂ©sultats visibles.

– Evitez de vous Ă©parpiller.

– Evitez tous ces tics qui font perdre du temps comme le fait de regarder vos emails dĂšs qu’ils arrivent, de laisser votre tĂ©lĂ©phone ĂȘtre votre maĂźtre en le faisant sonner tout le temps comme si vous Ă©tiez un tamagotchi…

– Faites les choses en leur temps.

Chaque tĂąche mĂȘme minime doit ĂȘtre complĂ©tĂ©e avant de passer Ă  la suivante. Non seulement votre concentration s’en verra amĂ©liorĂ©e, mais vous pourrez vous appuyer sur la satisfaction personnelle procurĂ©e par ces rĂ©alisations pour vous donner un coup de fouet avant de rĂ©pondre Ă  un nouvel impĂ©ratif qui vous permettra de lutter contre le stress plus efficacement.

– Marquez des pauses dans la journĂ©e et cultivez la patience.

Profitez de toutes les situations d’attente oĂč votre patience est mise Ă  rude Ă©preuve. Au lieu de subir, de pester et de soupirer, tirez-en partie.

Par exemple, dans une file d’attente, Ă  la Poste, au bus, dans des guichets, etc., appliquez la consigne : Attente = DĂ©tente et respirez profondĂ©ment avec votre abdomen.

Recentrez-vous sur vous et le moment présent en pleine conscience.

– Communiquez.

Le stress nait bien souvent du fait que nous ignorons ce que nos interlocuteurs attendent effectivement de nous. Vous ne pouvez pas lire dans leur esprit. N’hĂ©sitez donc pas Ă  demander clairement ce que les gens attendent de vous.

Osez poser des questions et prenez clairement le parti de la communication directe.

Bannissez l’égo et lĂąchez prise sur le fait d’avoir raison. Vous pouvez aussi Ă©viter les sujets sensibles.

– Apprenez Ă  dire non.

Si vous ne pouvez pas rendre le service que l’on vous demande car vous manquez de temps et de moyens ou que vous ne pouvez pas prendre de responsabilitĂ© supplĂ©mentaire, alors, expliquez-le Ă  votre interlocuteur.

Celui-ci comprendra la situation et vous trouverez un arrangement qui vous conviendra Ă  tous les deux.

Il est préférable de dire non dÚs le départ plutÎt que de ne pas tenir ses engagements. Adopter cette attitude vous évitera de vous sentir débordé.

La quatriĂšme Ă©tape est de se dĂ©tourner ou s’adapter et accepter.

– Se dĂ©tourner de l’élĂ©ment dĂ©clencheur du stress, limiter les contacts avec des individus qui vous stressent.

Soyez conscient de l’environnement qui vous entoure et prenez-en le contrîle.

Par exemple, prenez une route alternative pour Ă©viter les embouteillages. Eteignez la tĂ©lĂ©vision, ces informations vous rendent anxieux…

Si vous avez bien fait l’analyse des 20% de source qui vous amĂšnent 80% de votre stress, essayez de limiter vos contacts au maximum, voire d’éliminer vos contacts avec ces 20% de sources de stress.

– Adaptez-vous en Ă©tant prĂȘt Ă  faire des compromis. Soyez assertif en adaptant vos exigences et en Ă©vitant le perfectionnisme.

Recadrez les conflits en analysant le problÚme de maniÚre positive, en regardant le bon cÎté des choses et en décelant les avantages éventuels de votre situation.

Focalisez-vous sur les éléments positifs.

– Acceptez l’élĂ©ment dĂ©clencheur du stress.

Admettez que vous ne pouvez pas tout contrĂŽler, tout gĂ©rer. Cherchez des possibilitĂ©s de croissance. Concentrez-vous sur les avantages relatifs du stress que vous vivez et ce qu’ils peuvent vous apprendre.

Attachez-vous au dicton « Ce qui ne vous tue pas vous rend plus fort » et demandez-vous : comment je peux grandir suite Ă  de telles expĂ©riences ? Qu’est-ce que j’ai appris ?

– Pardonnez.

Acceptez que les autres fassent des erreurs et essayez d’évacuer tout sentiment de colĂšre.

Lorsque vous vous libérerez de toute cette énergie négative, vous parviendrez beaucoup plus facilement à vous remettre sur le droit chemin.

En rĂ©sumĂ©, « La meilleure arme contre le stress est de choisir un mode de pensĂ©e plutĂŽt qu’un autre » comme le disait William James.

Vous avez aimĂ© cette vidĂ©o ? Cliquez ici pour vous abonner gratuitement Ă  la chaĂźne Youtube ! 🙂