Comment dépasser l’association CATHOLIQUE gagner de l’argent 💰 = MAL 😈 (74/365)

Je rebondis sur une remarque partagée par Arnaud – créateur de l’entreprise DK Innovation – lors de mon Mastermind d’entrepreuneurs concernant l’association catholique « Gagnez de l’argent c’est mal ! ».
Je vous explique comment DÉPASSER cette croyance et ne pas plier sous cette influence.

â–º Rejoignez des milliers d’entrepreneurs et de rebelles intelligents en vous abonnant à ma chaîne : http://bit.ly/abo-OlivierRoland

â–º En savoir plus sur “Tout le monde n’a pas eu la chance de rater ses études” : https://olivier-roland.com/?utm_source=youtube&utm_medium=descri&utm_content=malgagnerargent

â–º Recevez gratuitement l’extrait offert du livre “Tout le monde n’a pas eu la chance de rater ses études” – Les 3 principes pour réussir dans tous les domaines de votre vie : https://olivier-roland.com/3-principes-yt/?utm_source=youtube&utm_medium=descri&utm_content=malgagnerargent

► Cliquez ici pour être prévenu gratuitement par email quand une nouvelle vidéo est publiée ! 😉
https://olivier-roland.tv/videos/?utm_source=youtube&utm_medium=descri&utm_content=malgagnerargent

– Le livre “L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme” de Max Weber sur Amazon : https://olivier-roland.tv/ethique-protestante-esprit-capitalisme
– Le livre “Man’s Search for Meaning” sur Amazon : https://olivier-roland.tv/search-for-meaning

– La vidéo “Pourquoi c’est GÉNIAL d’être un ENTREPRENEUR !” : https://www.youtube.com/watch?v=5-zqWi_6kvk&list=PLlNaq4hbeacQ9VZyf9jsLzPSzVO_5p-c5&index=18

â–º Pour aller plus loin :
https://des-livres-pour-changer-de-vie.com/ Рune s̩lection de livres rares et exigeants pour changer de vie
https://blogueur-pro.net/ – Devenez libre et indépendant financièrement grâce à votre blog
https://habitudes-zen.net/ – Vivre une vie zen et heureuse
https://devenez-meilleur.co/ РLe d̩veloppement personnel pour les gens intelligents
https://olivier-roland.tv/videos pour être prévenu chaque matin à 7H quand une vidéo géniale est publiée, pour démarrer la journée avec une pêche d’enfer ! 🙂

â–º Qui suis-je ?

Découvrez mon histoire en 1 minute 41 : http://bit.ly/MonHistoire

A 18 ans, j’ai décidé de quitter l’école pour créer ma première entreprise. Je n’avais qu’une envie : être libre. Après avoir surmonté de nombreux obstacles, j’ai réussi à mettre mon entreprise au service de ma vie, plutôt que d’avoir une vie au service de l’entreprise… Aujourd’hui, je voyage 6 mois par an et j’inspire des milliers d’entrepreneurs et de créateurs à être plus libres et plus heureux.

Que vous souhaitiez changer de vie, réussir sur Internet ou tout simplement devenir une meilleure personne, ma chaîne vous y aidera. Chaque jour, vous trouverez une nouvelle vidéo inspirante pour vous aider à vivre une vie plus riche.

NOTE : Pour les liens affiliés de cette vidéo, voir le paragraphe « Affiliation » de : http://www.des-livres-pour-changer-de-vie.fr/mentions-legales/

https://www.youtube.com/watch?v=nE5JQOJbkn0

Transcription texte (littérale) de la vidéo “Comment dépasser l’association CATHOLIQUE gagner de l’argent 💰 = MAL 😈 (74/365)” :

Après Dubaï, Hong Kong, Macao, Kuala Lumpur, me voilà à Singapour  et je viens juste de passer deux jours avec mon mastermind d’entrepreneurs.

Il y a quelque chose qui m’a frappé qu’a dit un des membres, Arnaud le créateur de l’entreprise DK Innovation qui crée du matériel électronique de pointe pour des industries innovantes, à un moment, quand au début du mastermind, on partageait les choses qui s’étaient passées depuis la dernière fois qu’on s’était vu.

J’ai trouvé cela très drôle et à la fois aussi très juste.

Il a dit : je me suis rendu compte que j’ai été éduqué dans une culture qui m’a grosso modo dit et vraiment fait en sorte que je m’imprègne de cette notion « Gagner de l’argent, c’est mal ».

Il y a quelque chose de mauvais de manière inhérente dans le fait de gagner de l’argent.

Et il a dit : Du coup, j’ai commencé une thérapie et je me suis acheté une Porsche.

Alors là, bien sûr, tout le monde était complètement mort de rire, mais il a vraiment acheté une Porsche. Ce n’est pas une blague. Mais, en même temps, j’ai trouvé ça intéressant et juste.

Ce qui est juste dans ce qu’Arnaud a dit, c’est que dans la culture chrétienne, mais pour être plus précis plutôt catholique, il y a effectivement un problème dans la relation avec l’argent qui malgré le fait qu’aujourd’hui dans la plupart des pays européens de tradition catholique, la religion, ça a beaucoup moins d’influence que ce que ça a pu avoir il y a deux siècles par exemple, ça a laissé une énorme trace dans l’inconscient collectif et ça influence toujours les pensées.

Il faut se rendre compte qu’à un moment, dans le nouveau testament, il y a Jésus qui dit : « Il est plus difficile à un chameau de rentrer par le chas d’une aiguille qu’à un riche de rentrer au royaume des Cieux ».

Donc, déjà ça calme.

Et le catholicisme s’est beaucoup basé là-dessus sur le concept qu’effectivement, le fait d’avoir des richesses, ça entrainait énormément de problèmes. Il y avait un certain idéal de pauvreté sur lequel il fallait bâtir sa vie.

On a des exemples de Saint-Jean à Saint François D’Assise qui vont même pousser ce concept jusqu’à l’extrême.

A côté de ça, on a une influence qui est différent et pourtant qui vient aussi du christianisme qui est le protestantisme qui prend complètement le problème à l’envers.

Après, je ne suis pas un théologien, je ne suis pas un spécialiste du protestantisme. Mais il y a cette influence-là où on considère quand on est protestant que le succès dans le monde matériel va déterminer le succès au ciel.

En gros, ceux qui vont accéder au paradis vont être ceux qui ont le plus réussi dans la vie. Et parmi les signes de réussite, la richesse matérielle en est une.

Ce n’est pas la seule et cela ne suffit pas juste de gagner de l’argent. Mais par contre, il n’y a plus de problème dans le fait de gagner de l’argent en tant que tel. C’est plus après comment on va l’utiliser qui est important.

Ces deux choses qui peuvent paraitre aujourd’hui anecdotiques ont profondément influencé et continuent profondément d’influencer les comportements de tous les jours dans les pays de tradition catholique et protestante, et ont un impact aussi concrètement sur les économies des pays et aussi leur philosophie économique.

Il y a un des tout premiers sociologues qui est Max Weber qui a créé un des ouvrages fondateur de la sociologie en écrivant au début du XXème siècle un livre qui s’appelle « L’Ethique protestante et l’esprit du capitalisme ».

Dans ce livre très intéressant que je recommande à tous ceux qui n’ont pas peur de lire des livres de sociologie de le lire, il dresse vraiment des parallèles entre justement la philosophie à la base du mouvement protestant et la philosophie du capitalisme. Et il montre qu’il y a énormément de corrélation notamment dans le focus sur le fait de travailler dur pour réussir, l’absence de gêne dans le fait de gagner de l’argent…

Et aujourd’hui, on peut aussi s’amuser à comparer les économies des pays occidentaux qui sont d’inspiration catholique et ceux qui sont d’inspiration protestante.

Bien sûr, après, c’est une grande généralisation, il y a plein d’autres facteurs qui sont à prendre en compte. Mais on voit qu’en général, les pays qui sont de tradition protestante ont une économie qui est plus développée que ceux de tradition catholique.

On voit aussi qu’en général, les entrepreneurs sont mieux valorisés et les gens aspirent davantage à être entrepreneurs dans ces pays de tradition protestante.

Les pays de tradition protestante, c’est l’Allemagne, la Suisse, les Pays-Bas, la Grande Bretagne même si c’était sa propre forme de protestantisme, les Etats-Unis, le Canada anglophone mais pas francophone, et puis bien sûr, toutes les colonies britanniques genre l’Australie et Novelle Zélande.

Finalement, on a d’un côté le monde germanique et anglo-saxon, et de l’autre, le monde latin qui lui est resté catholique. Et c’est intéressant de voir qu’encore aujourd’hui, on voit clairement les différences que ça a mis en place dans les esprits et dans les habitudes du quotidien.

Arnaud a vraiment compris quelque chose d’important ici.

Ce qu’il a compris, c’est qu’il y a comme ça des choses qui sont inculquées par la société, qui sont souvent non explicitement dites mais qui font partie de toutes les choses qui semblent anodines qu’on va vous dire, du genre « tu sais, l’argent ne fait pas le bonheur ».

L’affirmation que l’argent ne fait pas le bonheur est complètement enracinée dans ce concept que c’est mal de gagner de l’argent, même si on peut le questionner.

Il y a des études qui montrent que plus on gagne de l’argent, plus on est heureux jusqu’à 6 500 euros par mois.

A 6 500 euros par mois, on n’est pas forcément riche, mais on est déjà très, très à l’aise. En tout cas, en Europe de l’Ouest et dans la plupart des pays du monde.

Donc, il y a une corrélation entre l’argent et le bonheur.

C’est évident que quand on est vraiment pauvre, c’est quand même un obstacle au bonheur parce qu’on est emmerdé par le moindre truc.

Vous perdez votre pièce d’un euro de votre poche, vous allez devoir prendre sur vous pour ne pas pleurer le reste de la journée.

J’exagère un peu parce que c’est quelque chose qui est important pour vous qui représente une part non négligeable de votre salaire.

Il y a des tas de choses comme ça qu’on ne détecte pas mais qui, finalement, transmettent ce message. Et ces choses se transmettent d’une génération à l’autre.

Quand on vient d’un pays de tradition catholique, il y a ce concept qui est profondément enraciné dans notre culture que gagner de l’argent, c’est mal.

Et quand on est un entrepreneur et on commence à avoir du succès, c’est important de comprendre qu’il y a cette influence parce que prendre conscience de cette influence, c’est la première étape pour choisir notre réponse à ça.

Viktor Frankl dans son fameux livre « Man’s search for meaning », donc, « La recherche du sens pour l’homme », en français. Ça a été traduit par le nom « Trouver un sens à sa vie » qui est donc un rescapé de Suisse qui a expliqué comment il avait réussi à survivre au camp de concentration justement en trouvant un sens à sa vie là où beaucoup de gens ont abandonné.

Et il dit que finalement, ce qui sépare l’être humain de l’animal, c’est que l’animal, il a un stimuli et il réagit automatiquement. Tandis que l’être humain a un stimuli du genre, je vois une belle femme passer, et après, je choisis comment j’y réponds.

« Je peux aller lui parler parce que c’est ce que je décide de faire. »

« Non, je suis marié, je me suis engagé à être fidèle. »

« J’ai envie de lui parler parce que je suis attiré par elle ». Ça, je ne peux pas choisir le stimuli. Mais par contre, je choisi de ne pas y répondre, c’est-à-dire de ne rien faire par exemple.

Ou alors, « j’aimerais beaucoup lui parler, mais finalement, j’ai vraiment quelque chose d’important à faire. Je dois aller à cette réunion où je vais pitcher ma startup. Je choisis cet objectif sur le long terme plutôt que d’aller batifoler. »

Pour pouvoir exercer ce qui fait de nous des êtres humains, et donc, pouvoir faire des choix libres, c’est important de prendre conscience des stimuli parce qu’il y a des tas de stimuli comme ça qui nous influencent, mais tant qu’on n’en a pas conscience, on ne peut pas choisir d’y répondre puisqu’il s’exerce sur nous de manière inconsciente.

Donc, Arnaud a fait la première étape.

Après, la réponse qu’il a apportée, à savoir acheter une Porsche, moi, ce n’est pas celle que forcément je vais vous recommander. C’est clair. Moi, je ne suis pas très grosse bagnole et tout ça. Mais pourquoi pas ?

A partir du moment où vous avez pris conscience de ça, c’est à vous de choisir comment vous répondez à ça.

Il y a des personnes qui prennent conscience justement de ces choses qui ont été inculquées de manière inconsciente par la société, la famille, l’école… et qui se disent : « Oui, c’est une bonne chose. Ok. Maintenant, je me rends compte que ça m’a influencé. Je me rends compte que ça m’influence toujours et je pense que fondamentalement, c’est une bonne chose. Donc, je le garde. «

Finalement, on rejoint aussi à ce que disait Descartes dans le « Discours de la méthode ».

Il commence en disant que quand il a grandi, il s’est rendu compte que ce qui allait faire de lui un homme rationnel et plus libre, c’est qu’il allait examiner chacune des choses qu’on lui avait inculqué pendant l’enfance et l’adolescence et qu’il allait ensuite choisir si ces choses étaient vraies ou pas.

C’est important de prendre conscience de ça dans les pays latins. Malheureusement, il y a ça qui est profondément ancré. Et dans certains pays européens, il y a eu aussi ensuite toute une tradition communiste et socialiste qui ont apporté des choses sympathiques, mais qui aussi ont apporté cette notion-là.

Après, je ne suis pas en train de dire que gagner de l’argent, c’est forcément extraordinaire aussi.

Ce que je suis en train de dire, c’est qu’à un moment quand on est entrepreneur et qu’on a une entreprise qui fonctionne bien, vous allez obligatoirement gagner de l’argent. Cela fait partie des règles du jeu.

Je ne suis pas en train de dire non plus que l’argent est à placer sur un piédestal et qu’il faut en faire le premier objectif. Je dis juste que si vous ne pouvez pas être entrepreneur et avoir un problème avec le fait de gagner de l’argent. C’est fondamentalement incompatible et ça peut vous mener à votre perte, ça peut vous mener à des auto-sabotages qui sont extrêmement insidieux parce que peu de personnes vont voir, et peut-être même vous, vous n’allez pas vous en rendre compte.

Si vous êtes profondément convaincu à l’intérieur de vous, même si une partie de vous doute en disant : « est-ce que gagner de l’argent, c’est mal ? », quand votre entreprise va commencer à apporter de la valeur, à gagner de l’argent et tout, il y a une partie de vous qui va dire : « Mon Dieu, qu’est-ce que tu es en train de faire ? Tu es en train de devenir le diable en personne. Tu es en train d’aller du côté obscure de la force, il faut absolument que tu arrêtes ça. »

Ça peut être une partie de vous justement dont vous n’avez pas conscience et qui va quand même déclencher des actes de sabotages, vous ralentir, vous faire douter…

Je pense personnellement que gagner de l’argent, c’est quelque chose de neutre au final quand on est entrepreneur. C’est comme un jeu vidéo. C’est les points qui vous montrent que vous réussissez à faire quelque chose ou pas.

Il y a des manières qui sont éthiques de gagner de l’argent, d’autres qui ne le sont pas. Il y a des manières qui sont à faire, d’autres qui ne le sont pas. Ce qui est important quand on est entrepreneur, c’est d’essayer d’apporter de la valeur au monde et de la valeur à soi et à ses proches, et de faire en sorte d’essayer de rendre le monde meilleur.

En tout cas, le laisser un peu meilleur que quand on l’a quitté tout en gagnant de l’argent. Et à partir de ce moment-là, ça ne pose absolument aucun problème.

Vous avez aimé cette vidéo ? Cliquez ici pour vous abonner gratuitement à la chaîne Youtube ! 🙂