đŸ„ Comment Xavier est devenu LIBRE et inspire des MILLIERS de batteurs Ă  mieux jouer avec son blog

DĂ©couvrez Xavier Roger – Batteurpro.com – grĂące Ă  son blog il est devenu LIBRE et inspire des MILLIERS de batteurs Ă  mieux jouer !

â–ș Rejoignez des milliers d’entrepreneurs et de rebelles intelligents en vous abonnant Ă  ma chaĂźne : http://bit.ly/abo-OlivierRoland

â–ș Cliquez ici pour ĂȘtre prĂ©venu gratuitement par email quand une nouvelle vidĂ©o est publiĂ©e ! 😉
https://olivier-roland.tv/videos/?utm_source=youtube&utm_medium=descri&utm_content=xavierblog

â–ș Pour aller plus loin :
https://des-livres-pour-changer-de-vie.com/ – une sĂ©lection de livres rares et exigeants pour changer de vie
https://blogueur-pro.net/ – Devenez libre et indĂ©pendant financiĂšrement grĂące Ă  votre blog
https://habitudes-zen.net/ – Vivre une vie zen et heureuse
https://devenez-meilleur.co/ – Le dĂ©veloppement personnel pour les gens intelligents
https://olivier-roland.tv/videos pour ĂȘtre prĂ©venu chaque matin Ă  7H quand une vidĂ©o gĂ©niale est publiĂ©e, pour dĂ©marrer la journĂ©e avec une pĂȘche d’enfer ! 🙂

â–ș Qui suis-je ?

DĂ©couvrez mon histoire en 1 minute 41 : http://bit.ly/MonHistoire

A 18 ans, j’ai dĂ©cidĂ© de quitter l’Ă©cole pour crĂ©er ma premiĂšre entreprise. Je n’avais qu’une envie : ĂȘtre libre. AprĂšs avoir surmontĂ© de nombreux obstacles, j’ai rĂ©ussi Ă  mettre mon entreprise au service de ma vie, plutĂŽt que d’avoir une vie au service de l’entreprise… Aujourd’hui, je voyage 6 mois par an et j’inspire des milliers d’entrepreneurs et de crĂ©ateurs Ă  ĂȘtre plus libres et plus heureux.

Que vous souhaitiez changer de vie, réussir sur Internet ou tout simplement devenir une meilleure personne, ma chaßne vous y aidera. Chaque jour, vous trouverez une nouvelle vidéo inspirante pour vous aider à vivre une vie plus riche.

https://www.youtube.com/watch?v=_3PBikAefNU

Transcription texte (littĂ©rale) de la vidĂ©o “đŸ„ Comment Xavier est devenu LIBRE et inspire des MILLIERS de batteurs Ă  mieux jouer avec son blog” :

Pourquoi la musique me passionne ?

Quand je joue de la batterie, je suis vraiment focus dans mon truc. Il peut y avoir une bombe qui tombe dans le jardin, je ne vais pas l’entendre

Puis, il y a quelque chose qui fait que je suis tout le temps en recherche d’un instrument que j’aime bien. Je suis quelqu’un qui aime bien chercher de nouvelles idĂ©es, qui aime bien chercher Ă  aider les autres personnes aussi.

J’aime beaucoup la pĂ©dagogie, j’ai vraiment envie de partager tout ça Ă  des Ă©lĂšves ou des centres. Cela fait, je crois, une grosse diffĂ©rence en tant que prof d’avoir envie de partager des trucs qu’on a trouvĂ©s notamment dans ces sessions de recherche que les autres n’ont pas forcĂ©ment envie de faire.

Tout le monde rĂ©pĂšte certaines techniques. Moi, j’aime bien chercher, aller un peu vers l’inattendu et partager ces idĂ©es-lĂ .

Je m’appelle Xavier RogĂ©, je suis professeur de batterie et je donne des cours Ă  distance via internet, et je suis blogueur Ă©galement.

J’ai accompagnĂ© mon papa pendant des rĂ©pĂ©titions.

Mon papa Ă©tait guitariste et je l’accompagnais, j’étais prĂ©sent durant les rĂ©pĂ©titions.

Un bon jour, il m’a retrouvĂ© derriĂšre une batterie, j’avais 6 ans. Puis, il s’est dit : « on va l’inscrire, on va lui faire faire des cours de percussion ».

De lĂ , j’ai commencĂ© Ă  faire de la percussion classique. Mais c’est beaucoup plus tard, c’est-Ă -dire vers 18 ans, que j’ai dĂ©cidĂ© de me consacrer Ă  la batterie et de me spĂ©cialiser Ă  ça, Ă  force de rencontrer des gens, de rencontrer des professionnels qui m’ont dit : tu as un truc diffĂ©rent, il faut que tu perces lĂ -dedans et que tu cherches Ă  en faire ton mĂ©tier.

J’ai cherchĂ© Ă  en faire mon mĂ©tier et ça l’est devenu tout naturellement.

J’ai fait des tournĂ©es mondiales pendant quatre ou cinq ans dans lesquelles je faisais en moyenne 200 concerts par an.

J’ai commencĂ© Ă  travailler comme une renommĂ©e dans le milieu assez intĂ©ressant, mais ça restait quand mĂȘme pas toujours Ă©vident notamment avec la vie de famille.

Il y avait probablement tous les jours oĂč je n’Ă©tais pas du tout lĂ , ce qui est pour la famille pas Ă©vident. Puis, quand je rentrais, j’Ă©tais Ă©puisĂ©, je n’avais pas l’Ă©nergie pour jouer avec mes enfants.

Je m’attendais Ă  ce que tout le monde puisse comprendre que j’Ă©tais fatiguĂ©, ce que personne ne comprenait parce que j’étais parti pendant X jours
 Donc, ce n’Ă©tait pas une super ambiance au sein de la famille, sans compter que j’avais des problĂšmes de santĂ© aussi parce que ça allait avec un certain stress gĂ©nĂ©rĂ© par le travail.

Donc, j’ai cherchĂ© Ă  continuer Ă  faire de la musique, mais faire les choses radicalement autrement. C’est comme ça que j’ai envisagĂ© le fait de faire du blogging et de crĂ©er notamment des formations pour apprendre la batterie.

C’était via mon Ă©pouse qui faisait une autre formation sur internet qui m’a dit : « il y a justement une formation pour arriver Ă  faire du blogging, pourquoi tu ne t’y inscrirais pas ? »

J’ai regardĂ© un peu ce que proposait Olivier.

J’avais peur d’arrĂȘter les tournĂ©es parce que je faisais 200 concerts par an. Si je dis tout d’un coup j’arrĂȘte ça, je refuse tout un tas de contrats pour faire du blogging.

Mais je me suis dit qu’il faut que je saute le pas et ça m’a donnĂ© suffisamment confiance. Ça avait l’air suffisamment professionnel pour me dire : « je tente le truc parce que je veux me donner la chance de pouvoir rĂ©ussir dans ce milieu-là ».

Évidemment comme tout le monde, quand on fait ce genre de choses, on peut se poser plein de questions, on va douter. On va se dire : « oui, mais moi, je n’y arriverai pas, j’ai telle ou telle question, je n’ai pas compris. »

Je suis rentrĂ© en contact avec d’autres blogueurs musiciens qui avaient dĂ©jĂ  crĂ©Ă© des formations et qui m’ont dit : « oui, vas-y, fais ton truc, vas-y ».

Je n’y croyais pas au dĂ©but et puis, ça a super bien marchĂ©.

Ça m’a aidĂ© Ă  garder une motivation sur le long terme, ce qui est importante pour que ça puisse fonctionner. Ça ne marche pas en deux semaines, il faut mettre de l’eau au moulin.

Mais maintenant, c’est chouette parce que j’ai encore un contact avec ces gens-lĂ  assez rĂ©guliĂšrement par mail. On fait des Skype. Il y a vraiment une petite communautĂ© sympathique qui est en train de se crĂ©er. C’est trĂšs impressionnant.

Pour l’instant, je travaille plus qu’avant parce que j’ai des objectifs plus importants qu’avant parce que maintenant, je sais que je peux arriver Ă  des rĂ©sultats importants.

Je peux, des fois, faire des journĂ©es oĂč je travaille vraiment Ă©normĂ©ment. Je me lĂšve Ă  6h du matin et termine Ă  minuit, mais je ne vais pas faire ça tous les jours, c’est-Ă -dire que je suis vraiment beaucoup plus libre de mon temps que ce que je pouvais faire avant.

Avant, j’Ă©tais vraiment liĂ© Ă  un agenda que je ne pouvais pas bouger. Aujourd’hui, je suis plus dĂ©pendant du climat qu’il va faire Ă  l’extĂ©rieur que d’un agenda fixe.

Si je vois qu’il fait moche dehors, je vais travailler sur mon blog, je vais faire des vidĂ©os. S’il fait beau pendant quatre jours, j’en profite, j’y vais.

Ça peut facilement se mettre en place en me disant : « finalement, j’ai fait bien assez de chose, si on allait manger une glace avec les enfants en ville maintenant, je terminerai mon truc plus tard », il n’y a aucun problĂšme alors que souvent, on va dire : « oui, mais pas aujourd’hui parce que papa est fatiguĂ©, parce qu’on a dĂ©jĂ  fait ceci ou cela. » LĂ , on peut beaucoup plus ĂȘtre Ă  l’écoute de nos enfants.

On a dĂ©veloppĂ© une maison qui est, ce n’est pas 100 % Ă©cologique parce qu’on parle d’une maison qui Ă©tait existante, mais il n’y a pas de chaleur partout, des pompes Ă  chaleur qu’on a pu installer, ça prend quand mĂȘme pas mal de temps.

On a pu faire un jardin qui partait de zĂ©ro. En deux ans et demi, on a transformĂ© et c’est devenu un truc de biodiversitĂ© pas possible.

On produit plus de 120 variĂ©tĂ©s de lĂ©gumes comestibles juste sur place qu’on consomme Ă  l’annĂ©e, mĂȘme en plein hiver. En qualitĂ© de vie, c’est fantastique. Évidemment, on ne trouve pas ça en magasin par exemple.

On a rĂ©guliĂšrement des gens qui demandent : « comment vous faites pour ĂȘtre en autonomie ? Ce n’est pas possible, vous avez un tout petit terrain. »

J’envisage peut-ĂȘtre mĂȘme de faire des petites formations, des petits cours. Et puis, j’ai crĂ©Ă© un blog sur le jardin qui est en stand-by pour l’instant, pourquoi pas un jour dispenser des formations lĂ -dessus ?

On m’a dĂ©jĂ  demandĂ© de faire des plans de jardin pour des gens qui veulent des choses Ă©cologiques trĂšs poussĂ©es.

Clairement, j’ai gagnĂ© en qualitĂ© de vie, produit mon alimentation via le jardin, ce qui n’est pas possible si je fais un travail extĂ©rieur puisque ça prend quand mĂȘme pas mal de temps.

Ma santĂ© s’est bien amĂ©liorĂ©e parce que je suis tout le temps sur la route, mort, crevé 

J’ai gagnĂ© en relation dans ma famille. Mes enfants me voient presque tout le temps en sachant que j’ai pu les scolariser Ă  la maison, ce qui n’Ă©tait pas possible si je travaille Ă  l’extĂ©rieur.

Ça, c’est un changement de qualitĂ© de vie Ă©norme, il n’y a pas photo.

Ce que le blog m’a apportĂ© directement assez rapidement : il y a un gars qui m’a contactĂ© pour animer un stage de batterie tous les ans, un super truc spĂ©cialisĂ© batterie.

A part ça, j’ai trĂšs rĂ©guliĂšrement des gens qui font des centaines de kilomĂštres pour venir prendre quelques jours de cours avec moi, ce qu’ils n’auraient jamais fait si j’Ă©tais restĂ© dans mon petit coin ou mĂȘme si j’avais continuĂ© Ă  faire des disques parce que quand on entend un disque, on n’a pas forcĂ©ment envie d’aller prendre un cours avec la personne qui joue sur le disque. Tandis que quand on voit comment la personne enseigne, ça motive tout de suite plus. Donc, c’est une opportunitĂ© assez intĂ©ressante.

Les retours que j’ai pu avoir, c’est quasiment 100 % de satisfaction positive.

Tout le monde a dit : « c’est gĂ©nial, jamais personne n’avait expliquĂ© ça comme ça. J’ai fait dix ans de cours lĂ , lĂ  et lĂ . Et en fait, au premier cours, tu m’as appris un truc, je n’avais jamais vu ça comme ça, ça change ma maniĂšre de voir l’instrument. »

Il y a plein de commentaires comme ça.

Ça, c’est vraiment cool de se dire qu’on peut apporter une autre vision. Je crois que ça motive les gens Ă  s’adonner Ă  leur passion avec plaisir.

Le gros avantage d’internet, c’est que l’on peut donner accĂšs Ă  de trĂšs haute qualitĂ© d’enseignement qu’on pourrait trouver comme dans certains Ă©tablissements spĂ©cialisĂ©s.

Si j’avais eu accĂšs Ă  cet outil-lĂ  quand j’ai appris la batterie, j’aurais bĂ©ni les dieux pour apprendre l’instrument.

Vous avez aimĂ© cette vidĂ©o ? Cliquez ici pour vous abonner gratuitement Ă  la chaĂźne Youtube ! 🙂