🗝 Les deux CLÉS pour CHANGER complĂštement de VIE : retour d’expĂ©rience

â–ș Rejoignez des milliers d’entrepreneurs et de rebelles intelligents en vous abonnant Ă  ma chaĂźne : http://bit.ly/abo-OlivierRoland

â–ș En savoir plus sur “Tout le monde n’a pas eu la chance de rater ses Ă©tudes” : https://olivier-roland.com/

â–ș Recevez gratuitement l’extrait offert du livre “Tout le monde n’a pas eu la chance de rater ses Ă©tudes” – Les 3 principes pour rĂ©ussir dans tous les domaines de votre vie : https://olivier-roland.com/3-principes-yt

â–ș Cliquez ici pour ĂȘtre prĂ©venu gratuitement par email quand une nouvelle vidĂ©o est publiĂ©e ! 😉
https://olivier-roland.tv/videos

– La vidĂ©o “Quels sont les SACRIFICES Ă  faire pour ĂȘtre ENTREPRENEUR ? :)” : https://www.youtube.com/watch?v=94S7FZwvbjo&list=PLlNaq4hbeacRjWfmS4YP89UeXatvmgkxy

â–ș Pour aller plus loin :
https://des-livres-pour-changer-de-vie.com/ – une sĂ©lection de livres rares et exigeants pour changer de vie
https://blogueur-pro.net/ – Devenez libre et indĂ©pendant financiĂšrement grĂące Ă  votre blog
https://habitudes-zen.net/ – Vivre une vie zen et heureuse
https://devenez-meilleur.co/ – Le dĂ©veloppement personnel pour les gens intelligents
https://olivier-roland.tv/videos pour ĂȘtre prĂ©venu chaque matin Ă  7H quand une vidĂ©o gĂ©niale est publiĂ©e, pour dĂ©marrer la journĂ©e avec une pĂȘche d’enfer ! 🙂

â–ș Qui suis-je ?

DĂ©couvrez mon histoire en 1 minute 41 : http://bit.ly/MonHistoire

A 18 ans, j’ai dĂ©cidĂ© de quitter l’Ă©cole pour crĂ©er ma premiĂšre entreprise. Je n’avais qu’une envie : ĂȘtre libre. AprĂšs avoir surmontĂ© de nombreux obstacles, j’ai rĂ©ussi Ă  mettre mon entreprise au service de ma vie, plutĂŽt que d’avoir une vie au service de l’entreprise… Aujourd’hui, je voyage 6 mois par an et j’inspire des milliers d’entrepreneurs et de crĂ©ateurs Ă  ĂȘtre plus libres et plus heureux.

Que vous souhaitiez changer de vie, réussir sur Internet ou tout simplement devenir une meilleure personne, ma chaßne vous y aidera. Chaque jour, vous trouverez une nouvelle vidéo inspirante pour vous aider à vivre une vie plus riche.

https://www.youtube.com/watch?v=Ilt9Hch6EYs

Transcription texte (littĂ©rale) de la vidĂ©o “🗝 Les deux CLÉS pour CHANGER complĂštement de VIE : retour d’expĂ©rience” :

Je me trouve toujours Ă  Dallas pour mon Ă©vĂ©nement entrepreneurial sur le web et je vais partager avec vous aujourd’hui la nĂ©cessitĂ© de faire des sacrifices parfois pour atteindre ses objectifs y compris parfois quand il s’agit de perdre de l’argent.

Au dĂ©but 2011, j’Ă©tais Ă  un moment charniĂšre dans ma vie d’entrepreneur.

Ma premiĂšre entreprise, je l’ai crĂ©Ă© Ă  19 ans, c’est une entreprise de services informatiques et de dĂ©veloppement logiciels.

Comme je l’ai partagĂ© souvent, ça a Ă©tĂ© une aventure extraordinaire. Et aprĂšs des annĂ©es, j’en ai eu assez de vivre le rythme de vie classique de l’entrepreneur surmenĂ© Ă  travailler 70 heures par semaine, Ă  prendre une ou deux semaines de vacances par an maximum.

Quand j’ai commencĂ© Ă  dĂ©velopper mon business sur le web, ça a commencĂ© Ă  vraiment fonctionner.

Du cĂŽtĂ© de ma premiĂšre boĂźte, j’ai commencĂ© en mettant en place la mĂ©thode 20/80, en analysant les 20% des clients qui m’apportaient 80 % de chiffre d’affaires, en virant les 20% de clients qui amenaient 80% de problĂšmes, en automatisant, en apprenant Ă  dĂ©lĂ©guer plus efficacement.

Tout ça m’a permis de gagner du temps.

Quand mon business sur internet a commencĂ© Ă  marcher, cette premiĂšre entreprise d’informatique a commencĂ© Ă  devenir un vĂ©ritable poids. J’ai voulu m’en sĂ©parer.

J’ai aussi voulu tester mon idĂ©e de vouloir voyager Ă©normĂ©ment parce que je me suis dit que ma boĂźte commence Ă  fonctionner et je commence Ă  gagner de l’argent sur le web, je faisais Ă  peu prĂšs 14 000 euros par mois de vente Ă  l’Ă©poque. C’Ă©tait vraiment un vrai chiffre d’affaires de TPE.

Je me suis dit qu’il faut que je fasse un test pour voir si vraiment c’est un mode de vie qui me convient ou si je ne suis pas en train de me faire des illusions et que, finalement, je ne vais pas regretter aprĂšs avoir vendu mon entreprise informatique de l’avoir vendu.

Je me suis dit que je vais faire le test le plus simple possible.

Je pars un mois Ă  l’autre bout du monde pour tester le fait de voyager en mode « extrĂȘme ». Donc, je pars 15 jours Ă  Wallis-et-Futuna qui est une petite Ăźle, un petit territoire français perdu au milieu du pacifique et 15 jours Ă  Fidji.

Ce sont deux territoires extrĂȘmement loin. Je n’avais jamais quittĂ© l’Europe avant et c’Ă©tait vraiment un bon test pour moi qui me challenge, qui me faisait sortir de ma zone de confort, qui me faisait dĂ©couvrir de nouvelles cultures, qui me faisait partir Ă  l’autre bout du monde.

Ça m’a motivĂ© Ă  vendre la partie de mon entreprise qui Ă©tait la plus consommatrice de temps puisque je l’ai vendu sous forme de trois portefeuilles clients.

Ça, c’est quelque chose que la plupart des gens ne se rendent pas compte. On n’est pas obligĂ© de vendre l’entreprise comme structure, on peut la vendre comme portefeuille client et donc la casser en plein de petits morceaux sans aucun problĂšme.

C’est ce que j’ai fait.

J’ai analysĂ© le tiers de mon entreprise qui me prenait plus de temps. Typiquement, c’Ă©tait tout ce qui Ă©tait des prestations informatiques, gestion de rĂ©seaux


Je l’ai vendu et j’ai laissĂ© les clefs du reste Ă  mes employĂ©s et je suis parti un mois.

Quand je suis rentrĂ©, j’ai trouvĂ© ça absolument extraordinaire. Je me suis dit que c’est vraiment ce que je veux faire.

Il restait deux tiers de l’entreprise Ă  vendre que j’ai vendus sous forme de deux portefeuilles clients. La premiĂšre, c’Ă©tait les dĂ©veloppements de logiciels et la troisiĂšme, c’Ă©tait un grand contrat avec le plus gros client que j’avais Ă  l’Ă©poque, tout un rĂ©seau de concessions et automobiles dont je gĂ©rais complĂštement l’informatique.

J’ai rĂ©ussi Ă  vendre facilement la partie de dĂ©veloppements logiciels parce qu’il y avait un confrĂšre qui Ă©tait sur le mĂȘme crĂ©neau pour qui c’Ă©tait Ă©vident de le faire. Mais je n’ai pas rĂ©ussi Ă  vendre la partie de ce contrat de service avec une grande entreprise.

Je n’ai pas trĂšs bien compris pourquoi parce que ça rapportait quelques dizaines de milliers d’euros par an. Je le vendais au mĂȘme prix que ce que ça rapportait en un an.

Ça veut dire qu’au bout d’un an, si vous n’avez pas fait de bĂȘtises, si vous n’Ă©tiez pas fait virer comme prestataire de cette entreprise, vous allez rentabiliser votre truc.

Quand j’ai vu que ça ne partait pas assez vite et que ça commençait Ă  me peser parce que la structure existait toujours, j’avais toujours ce client et qu’en plus mes employĂ©s allaient partir et que cela veut dire que j’aurais dĂ» aller chez ce client lĂ  ou trouver une autre solution du genre faire la sous-traitance
 ce qui m’aurait vraiment pris la tĂȘte et ce qui m’aurait surtout distrait par rapport Ă  mon objectif de dĂ©velopper mon entreprise sur le web et de profiter de la vie, de voyager beaucoup


Je me suis dit au final : qu’est-ce que je veux ?

Est-ce que je veux gagner de l’argent en vendant ce contrat au bon prix ou est-ce que je veux Ă  ce moment charniĂšre de ma vie mettre toutes les chances de mon cĂŽtĂ© pour que mon nouveau business fonctionne bien et enfin rĂ©aliser mes rĂȘves ?

J’ai choisi la deuxiĂšme option.

Je suis allĂ© voir un confrĂšre Ă  moi avec qui j’avais dĂ©jĂ  parlĂ© de ce contrat, qui s’Ă©tait montrĂ© intĂ©ressĂ© mais finalement qui n’avait rien fait. Je lui dis que je venais pour lui faire une proposition irrĂ©sistible. Je lui expliquais tout.

Je lui dis : « Ce contrat m’embĂȘte aujourd’hui. Je ne veux plus m’occuper de cette entreprise, j’ai mon nouveau business qui marche bien, j’ai un voyage qui est prĂ©vu bientĂŽt. Donc, je veux m’en dĂ©barrasser. Je te donne toutes les infos, tu pourrais en profiter pour essayer de nĂ©gocier.

Voilà ce que je te propose : je te propose à 50% du prix, ça rapporte autant par an, tu ne me paies que la moitié de ça.

Cela veut dire qu’en six mois, tu vas rentabiliser ton investissement et tout le reste, ce sera du bonus. Qu’est-ce que tu en penses ? »

Et lĂ , il m’a regardĂ© et m’a dit : « Oui, c’est vraiment une offre irrĂ©sistible ».

Il a signĂ© deux jours plus tard. Ça a Ă©tĂ© comme sur des roulettes.

Je l’ai prĂ©sentĂ© Ă  cette entreprise. J’avais mis une garantie comme quoi s’il n’acceptait pas, je rembourserais Ă©videmment.

Ça s’est trĂšs bien passĂ©. Il a pris le relais, il a travaillĂ© et il travaille encore pour eux d’ailleurs, cela fait 7 ans dĂ©jĂ .

La solution la plus facile dans ce cas-lĂ , c’est de s’accrocher Ă  cet argent qu’on va perdre, c’est de se dire : non ce n’est pas possible, il faut que je fasse un bon deal, 


Et quelque part, c’est aussi une bonne dĂ©marche d’entrepreneur. Mais il y a des moments oĂč il faut savoir dĂ©passer la simple notion de rentabilitĂ© dans l’immĂ©diat et voir la vision plus globale.

C’est une des meilleures dĂ©cisions que j’ai prises de toute ma vie parce que si je n’avais pas rĂ©ussi Ă  trouver d’acheteur rapidement, j’aurais dĂ» soit aller directement chez ce client, soit trouver une solution. Ça m’aurait bouffĂ© du temps et de l’Ă©nergie, ça m’aurait stressĂ© et ça m’aurait distrait par rapport Ă  mon business aujourd’hui.

Et sans doute que mon business aujourd’hui ne serait pas autant oĂč il en est si je m’Ă©tais laissĂ© distraire par ça.

J’ai acceptĂ© de m’asseoir sur une somme d’argent qui n’était pas nĂ©gligeable du tout en me disant que je n’Ă©tais pas obligĂ© de rĂ©cupĂ©rer cette somme par la maniĂšre dont je l’avais perdu.

Quand on perd de l’argent, on peut essayer de le rĂ©cupĂ©rer ailleurs – et il faut se mĂ©fier aussi avec cette philosophie parce que c’est comme ça que les gens s’endettent en disant qu’ils vont rĂ©cupĂ©rer ailleurs et ils ne font rien – mais quand vous savez que vous avez des moyens de gagner de l’argent qui sont autres, qui sont concrets, que vous avez prouvĂ©s.

Vous avez compris que je ne me suis pas lancĂ© dans l’inconnu comme ça. J’ai fait cela progressivement.

Mon business sur internet marchait dĂ©jĂ , j’avais dĂ©jĂ  vendu les deux tiers de mon entreprise, j’avais vu que je voulais voyager. J’ai fait tout progressivement. Et c’est quand j’Ă©tais assurĂ©, que j’avais rĂ©duit mon risque au minimum, que j’ai commencĂ© Ă  faire ça.

Quand vous combinez cette approche Lean startup, de tester progressivement les choses en Ă©tant connectĂ© sur le terrain, et que vous avez une vision qui vous porte, vous pouvez vous permettre de faire ce genre de sacrifice de perdre de l’argent en vous disant : de toute façon, si je ne fais pas ça, je vais avoir un coĂ»t d’opportunitĂ©.

C’est-Ă -dire que si je vends ce contrat au prix que je veux, je vais peut-ĂȘtre attendre six mois de plus ou trois mois de plus. Mais par contre pendant ce temps-lĂ , je ne vais pas bosser sur ma boĂźte et finalement ça va me faire perdre plus d’argent que si je le perdais immĂ©diatement comme ça.

Vous avez aimĂ© cette vidĂ©o ? Cliquez ici pour vous abonner gratuitement Ă  la chaĂźne Youtube ! 🙂