đŸ“ș J’ai retrouvĂ© mon PREMIER passage tĂ©lĂ© en 2001 ! (163/365)

â–ș Rejoignez des milliers d’entrepreneurs et de rebelles intelligents en vous abonnant Ă  ma chaĂźne : http://bit.ly/abo-OlivierRoland

â–ș En savoir plus sur “Tout le monde n’a pas eu la chance de rater ses Ă©tudes” : https://olivier-roland.com/?utm_source=youtube&utm_medium=descri&utm_content=toutpremierfrance3

â–ș Cliquez ici pour ĂȘtre prĂ©venu gratuitement par email quand une nouvelle vidĂ©o est publiĂ©e ! 😉
https://olivier-roland.tv/videos/?utm_source=youtube&utm_medium=descri&utm_content=toutpremierfrance3

â–ș Pour aller plus loin :
https://des-livres-pour-changer-de-vie.com/ – une sĂ©lection de livres rares et exigeants pour changer de vie
https://blogueur-pro.net/ – Devenez libre et indĂ©pendant financiĂšrement grĂące Ă  votre blog
https://habitudes-zen.net/ – Vivre une vie zen et heureuse
https://devenez-meilleur.co/ – Le dĂ©veloppement personnel pour les gens intelligents
https://olivier-roland.tv/videos pour ĂȘtre prĂ©venu chaque matin Ă  7H quand une vidĂ©o gĂ©niale est publiĂ©e, pour dĂ©marrer la journĂ©e avec une pĂȘche d’enfer ! 🙂

â–ș Qui suis-je ?

DĂ©couvrez mon histoire en 1 minute 41 : http://bit.ly/MonHistoire

A 18 ans, j’ai dĂ©cidĂ© de quitter l’Ă©cole pour crĂ©er ma premiĂšre entreprise. Je n’avais qu’une envie : ĂȘtre libre. AprĂšs avoir surmontĂ© de nombreux obstacles, j’ai rĂ©ussi Ă  mettre mon entreprise au service de ma vie, plutĂŽt que d’avoir une vie au service de l’entreprise… Aujourd’hui, je voyage 6 mois par an et j’inspire des milliers d’entrepreneurs et de crĂ©ateurs Ă  ĂȘtre plus libres et plus heureux.

Que vous souhaitiez changer de vie, réussir sur Internet ou tout simplement devenir une meilleure personne, ma chaßne vous y aidera. Chaque jour, vous trouverez une nouvelle vidéo inspirante pour vous aider à vivre une vie plus riche.

https://www.youtube.com/watch?v=T42wJciXaDU

Transcription texte (littĂ©rale) de la vidĂ©o “đŸ“ș J’ai retrouvĂ© mon PREMIER passage tĂ©lĂ© en 2001 ! (163/365)” :

Je suis en train de déménager et comme souvent quand on déménage, on tombe sur des objets plus ou moins oubliés.

Et lĂ , je suis tombĂ© sur la cassette de mon tout premier passage tĂ©lĂ© sur France 3. Il y a un magnifique post-it Ă  l’intĂ©rieur qui dit : « Initiative hebdo du 19 mai 2001 pour Olivier Roland ».

Quand j’ai revu cette cassette, je me suis empressĂ© d’aller la faire numĂ©riser et j’ai un peu ri. AprĂšs, j’ai quand mĂȘme eu un petit peu honte. Puis, au final, je me suis dit : « je peux quand mĂȘme ĂȘtre fier des chemins parcourus ».

Et je me suis dit que ça serait intĂ©ressant de partager avec vous pour vous inspirer, pour vous montrer Ă  quel point ça ne sert Ă  rien d’attendre d’ĂȘtre parfait pour vous lancer, qu’il vaut mieux vous lancer aujourd’hui avec toute votre imperfection et vous amĂ©liorer au fur et Ă  mesure sur le terrain plutĂŽt que de devenir le meilleur entrepreneur ou le meilleur auteur ou le meilleur ce que vous voulez de votre chambre.

Le 19 mai 2001, cela fait un petit peu moins d’un an que j’ai crĂ©Ă© ma toute premiĂšre entreprise, une entreprise de service informatique, celle que j’ai crĂ©Ă© aprĂšs avoir quittĂ© l’école Ă  18 ans.

Cette premiĂšre annĂ©e a Ă©tĂ© la pire annĂ©e en termes de rĂ©sultat financier de toute ma carriĂšre d’entrepreneur, ce qui au final est assez logique vu que je ne connaissais absolument rien et que cela n’a pas Ă©tĂ© facile de passer du mĂ©tier de lycĂ©en au mĂ©tier d’entrepreneur.

Si bien que j’ai eu l’opportunitĂ© de passer sur cette Ă©mission rĂ©gionale sur France 3. Je ne sais plus comment, je pense que c’était un des organismes qui m’avait financĂ©, qui m’a mis en contact et la journaliste a simplement dit : la seule condition, c’est que normalement on ne peut pas faire de pub pour une entreprise, donc il faudra dire que vous recherchez un financement et ce genre de chose.

Bien sĂ»r, je ne comptais absolument pas sur cette Ă©mission pour trouver des financements parce que ce que je voulais, c’était d’avoir davantage de clients.

Je vais vous partager aprĂšs si cela a marchĂ© ou pas, mais d’abord, place Ă  cette magnifique premiĂšre Ă©mission tĂ©lĂ©visĂ©e.

Journaliste : Bonjour Laura ou re-bonjour ! Le coup de pouce de la semaine aujourd’hui dans l’Initiative Hebdo est destinĂ© Ă  un jeune littĂ©raire qui a complĂštement diffĂ©rent dans sa carriĂšre, le voilĂ  as du dĂ©pannage informatique.

Laura : Tout Ă  fait. Olivier Roland a bien compris qu’il y avait des opportunitĂ©s Ă  saisir dans ce domaine. C’est vrai qu’on se sent souvent perdu quand il tombe en panne sans raison apparente.

Alors lui, il a tout juste 20 ans et il a laissĂ© tomber ses Ă©tudes littĂ©raires pour ouvrir son magasin de dĂ©pannage informatique. Et donc, il se dĂ©place chez les particuliers mais aussi chez les professionnels et puis, il propose des formations trĂšs basiques, une formation dont j’avais bien besoin, je l’avoue.

« Votre cher ordinateur vous fait encore une fois le coup de la panne, aprĂšs avoir vĂ©rifiĂ© que la prise est bien branchĂ©e, aprĂšs l’avoir dĂ©montĂ© piĂšce par piĂšce sans succĂšs, il faut se rendre Ă  l’évidence, seul, vous n’avez aucune chance.

Solution : faire appel à un professionnel ! »

Olivier Roland : Je faisais des Ă©tudes littĂ©raires. Cela fait 5 ans que j’étais passionnĂ© par l’informatique. Je n’étais plus trĂšs motivĂ© par ces Ă©tudes. Et donc, j’ai dĂ©cidĂ© de quitter l’école pour crĂ©er mon entreprise.

J’avais remarquĂ© que souvent des amis m’appelaient parce qu’ils avaient des problĂšmes informatiques qui leur paraissaient vraiment difficiles et que moi, je rĂ©solvais trĂšs facilement. Et je me suis dit : « pourquoi je ne gagnerais pas de l’argent avec cela ? »

Quand j’ai achetĂ© un PC, j’ai eu des problĂšmes comme tout le monde. Mais au lieu d’appeler le dĂ©panneur, j’ai essayĂ© de les rĂ©soudre moi-mĂȘme.

J’ai dĂ©montĂ© mon PC pour voir comment ça fonctionnait. J’ai les mains dans le cambouis un peu.

Voilà, j’ai appris comme ça. Il y a des essais, erreurs. Puis, je tourne les livres.

Ma prestation principale, c’est le dĂ©pannage de PC Ă  domicile que ce soit pour les particuliers ou les professionnels, un dĂ©pannage rapide et efficace.

C’est une formation aussi personnalisĂ©e, c’est-Ă -dire avec le ou les logiciels et sur la machine du client. J’explique un peu le bureau, les icĂŽnes, machins, comment on lance Word, des trucs de base de Windows.

Mes projets dĂ©jĂ , c’est de le faire dĂ©velopper dans les entreprises. C’est difficile, c’est la premiĂšre annĂ©e. Ça ne marche pas si bien qu’on le voudrait.

Moi, ce que j’ai besoin en tout, c’est qu’on ait un fond de roulement. J’ai besoin un fond de roulement assez Ă©levĂ©. Mais pour ça, il me faut un peu d’investissement pour continuer plus sereinement.

Journaliste : Voilà ! Comme quoi les études littéraires mÚnent à tout. Et Laura, je vous désigne chef informatique de notre bureau à partir de maintenant.

Si on veut, il recherche un partenariat financier, un petit peu d’assise l’ami Olivier. Donc, si on veut le contacter ?

Laura : Il se trouve Ă  Lille, Rue LĂ©on blum, 70. Vous pouvez l’appeler au 03 20 30 04 19 et son magasin, c’est HYPRO.

Comme vous pouvez voir, j’étais vraiment l’exemple ludique, un peu timide, un petit peu bizarre aussi qui ne savait pas du tout s’habiller. Je portais une taille au-dessus de ce que j’aurais dĂ» porter.

A l’époque, je vivais dans une chambre d’étudiant de 13m2 coincĂ© entre la douche et les toilettes de mon immeuble.

Donc quand France 3 m’a proposĂ© de venir tourner chez moi ou dans mes bureaux, je me suis dit que ça n’allait pas le faire parce que mon bureau Ă©tait tout petit dans un quartier pas terrible.

Je suis allé voir mes parents en leur disant : « est-ce que je peux faire venir une équipe de France 3 à la maison et tourner dans mon ancienne chambre tout simplement qui était vide ? ».

C’est ce qu’on a fait. Et le lieu qu’on voit dans la vidĂ©o, c’est ma chambre d’adolescent qui, Ă  l’époque, avait Ă©tĂ© vidĂ©e. J’avais ramenĂ© un vieil ordinateur que la journaliste m’avait demandĂ© pour des raisons d’illustration.

Ça, c’est des dĂ©tails techniques. Le plus important, c’est qu’on peut voir trĂšs clairement que je ne suis pas encore quelqu’un qui a beaucoup de confiance en lui, que je n’ai pas encore des compĂ©tences sociales extraordinaires, je ne sais clairement pas m’habiller.

Il y a plein de choses qui jouent contre moi et ça se voit immédiatement.

C’est clair comme de l’eau de roche, j’ai Ă©tĂ© complĂštement et absolument imparfait. J’avais beaucoup d’inexpĂ©riences, pas mal de dĂ©fauts et finalement, il y a plein de gens qui hallucinaient totalement quand ils apprenaient que j’avais crĂ©Ă© une entreprise parce que ça ne se voyait pas Ă  mon apparence.

Donc, j’étais complĂštement imparfait, mais je l’ai fait quand mĂȘme.

Quand vous voyez l’adolescent ou la presque adulte que j’ai Ă©tĂ© avec toutes ces imperfections qui s’est quand mĂȘme lancĂ© et qui, encore une fois, a failli planter sa boĂźte mais qui, lui, a Ă©tĂ© sur le terrain, qui a appris de ses erreurs et qui au final a rĂ©ussi, je pense qu’on peut ĂȘtre d’accord pour se dire que la plupart des gens se mettent des barriĂšres inutiles dans leurs tĂȘtes.

J’espĂšre que cette vidĂ©o va ouvrir vos chakras et que ça va vous inspirer Ă  vous lancer enfin dans ce projet que vous vous procrastiner depuis trop longtemps parce que vous attendez le moment parfait ou d’ĂȘtre parfait, ce qui bien sĂ»r n’arrive jamais.

Pour info, cette premiĂšre annĂ©e, je reparle dans « Tout le monde n’a pas la chance de rater ses Ă©tudes » et je dis notamment que j’ai failli mettre la clĂ© sur la porte 6 mois aprĂšs la crĂ©ation. C’est grĂące Ă  quelques actions judicieuses que j’ai mis en place, et d’ailleurs pendant ces actions, j’ai vraiment fait preuve je pense d’un bon Ă©tat d’esprit, de ce qu’il fallait, j’ai montrĂ© que j’avais l’étoffe pour ĂȘtre entrepreneur et ça me suffit Ă  mettre la tĂȘte en dehors de l’eau pour quelques mois.

Ensuite, comprendre comment ça marche, avoir une entreprise rentable dĂšs la deuxiĂšme annĂ©e et j’ai pu la faire croĂźtre jusqu’à la vendre au bout de 10 ans pour une belle somme.

Bien sĂ»r, j’aurais pu aussi Ă©chouer. Mais il y a toujours une prise de risque pour quoi que ce soit qui en vaille la peine dans la vie.

Et parmi cette prise de risque, il y a ce risque de se confronter à la réalité, au monde tout en étant complÚtement imparfait.

Il faut savoir prendre ce risque pour vraiment s’accomplir, accomplir ce qui nous tient Ă  cƓur et nous transformer Ă  devenir meilleur nous-mĂȘme parce qu’il y a eu du chemin parcouru depuis cette vidĂ©o et je ne pense pas que je serais l’homme que je suis aujourd’hui si je ne m’étais pas lancĂ© dans ce projet qui a Ă©tĂ© une transformation humaine absolument extraordinaire et qui m’a ouvert des portes absolument insoupçonnĂ©es.

MalgrĂ© le fait que je n’avais pas de diplĂŽme, mĂȘme pas le Bac, et que j’avais l’apparence que j’avais, le simple fait d’ĂȘtre entrepreneur m’a offert cette opportunitĂ© de passer Ă  une Ă©mission et ça en a ouvert bien d’autres.

Vous avez aimĂ© cette vidĂ©o ? Cliquez ici pour vous abonner gratuitement Ă  la chaĂźne Youtube ! 🙂