📈💰 Comment gagner de l’argent sur le web en 2020 en partant de zĂ©ro, la Masterclasse (vidĂ©o 1 sur 4)

Blogs mentionnés dans la vidéo :

– Cours de Japonais : https://cours-de-japonais.com/

– Mains dans la terre : https://mainsdanslaterre.com/

– StratĂ©gie VidĂ©o : https://strategievideo.com/

â–ș Venez rejoindre des milliers de Rebelles Intelligents entrepreneurs dans le groupe Telegram https://t.me/rebellesintelligents, pour votre dose quotidienne de conseils et stratĂ©gies pour dĂ©velopper votre entreprise, devenir plus productif et plus serein, et rĂ©aliser ce qui vous tient Ă  coeur.

(Si vous ne connaissez pas Telegram, c’est comme WhatsApp mais en plus sĂ©curisĂ©. Vous pouvez l’installer gratuitement sur votre smartphone ou tablette sur https://telegram.org/ ) 🙂

â–ș Rejoignez des milliers d’entrepreneurs et de rebelles intelligents en vous abonnant Ă  ma chaĂźne : http://bit.ly/abo-OlivierRoland

â–ș Pour aller plus loin :
https://des-livres-pour-changer-de-vie.com/ – une sĂ©lection de livres rares et exigeants pour changer de vie
https://blogueur-pro.net/ – Devenez libre et indĂ©pendant financiĂšrement grĂące Ă  votre blog
https://habitudes-zen.net/ – Vivre une vie zen et heureuse
https://devenez-meilleur.co/ – Le dĂ©veloppement personnel pour les gens intelligents
https://olivier-roland.tv/videos pour ĂȘtre prĂ©venu chaque matin Ă  7H quand une vidĂ©o gĂ©niale est publiĂ©e, pour dĂ©marrer la journĂ©e avec une pĂȘche d’enfer ! 🙂

â–ș Qui suis-je ?

DĂ©couvrez mon histoire en 1 minute 41 : http://bit.ly/MonHistoire

A 18 ans, j’ai dĂ©cidĂ© de quitter l’Ă©cole pour crĂ©er ma premiĂšre entreprise. Je n’avais qu’une envie : ĂȘtre libre. AprĂšs avoir surmontĂ© de nombreux obstacles, j’ai rĂ©ussi Ă  mettre mon entreprise au service de ma vie, plutĂŽt que d’avoir une vie au service de l’entreprise… Aujourd’hui, je voyage 6 mois par an et j’inspire des milliers d’entrepreneurs et de crĂ©ateurs Ă  ĂȘtre plus libres et plus heureux.

Que vous souhaitiez changer de vie, réussir sur Internet ou tout simplement devenir une meilleure personne, ma chaßne vous y aidera. Chaque jour, vous trouverez une nouvelle vidéo inspirante pour vous aider à vivre une vie plus riche.

#RebellesIntelligents #DĂ©veloppementPersonnel

https://youtu.be/ut_pv-O0QWQ

 

Transcription texte (littĂ©rale) de la vidĂ©o “📈💰 Comment gagner de l’argent sur le web en 2020 en partant de zĂ©ro, la Masterclasse (vidĂ©o 1 sur 4)” :

 

Bonjour, ici Olivier Roland.

Vous allez dĂ©couvrir 5 blogueurs pro dans des secteurs trĂšs diffĂ©rents qui gagnent de l’argent, vivent de leur passion et sont aujourd’hui libres et indĂ©pendants grĂące Ă  leur blog et son Ă©cosystĂšme (chaĂźne Youtube, page Facebook, compte Instagram…), grĂące Ă  la mĂ©thode Blogueur Pro que j’enseigne Ă  des centaines d’entrepreneurs dans toute la France et la francophonie.

Tout d’abord, je tiens Ă  prĂ©ciser parce que parfois on me demande qu’est-ce qu’un blog et quelle est la diffĂ©rence par rapport Ă  un site web.

Aujourd’hui, il n’y a plus de diffĂ©rence. Un blog, c’est un site web.

On dit juste blog par tradition et aussi parce qu’on va en parler dans la suite de cette masterclasse, on utilise un logiciel WordPress qui, traditionnellement, est un logiciel de blog. Mais vous pouvez remplacer blog par site web, c’est exactement la mĂȘme chose.

Tous ces blogueurs ont comme points communs :

  1. d’avoir dĂ©marrĂ© leur blog Ă  temps partiel alors qu’ils avaient une activitĂ© trĂšs demandeuse en temps Ă  cĂŽtĂ©, que ce soit un job ou le fait de devoir finir leurs Ă©tudes, et parfois mĂȘme une vie de famille
  2. de n’avoir aucune expĂ©rience du blogging ou mĂȘme de l’entrepreneuriat pour certains quand ils ont dĂ©marrĂ©
  3. de n’avoir investi qu’une faible somme pour dĂ©marrer leur blog avant mĂȘme qu’ils sont aujourd’hui Ă  la tĂȘte d’une vĂ©ritable entreprise rentable
  4. de pratiquer aujourd’hui une de leurs passions et d’ĂȘtre totalement libre gĂ©ographiquement et au niveau de leur emploi du temps
  5. d’avoir vu leur business se dĂ©velopper pendant le confinement, d’avoir aujourd’hui d’excellentes perspectives d’avenir car ce type de business entiĂšrement sur le web est particuliĂšrement bien adaptĂ© Ă  la crise actuelle
  6. Et ce qui est trĂšs important, d’avoir prĂ©fĂ©rĂ© agir de maniĂšre imparfaite plutĂŽt que d’attendre la perfection pour agir ce qui, bien sĂ»r, n’arrive jamais.

Vous allez donc dĂ©couvrir Ă  travers ses interviews des exemples concrets de personnes comme vous qui sont entrepreneurs dans l’Ăąme qui ne peuvent plus se satisfaire du mĂ©tro boulot dodo et qui agissent concrĂštement pour devenir libre et indĂ©pendant.

Nous verrons l’exemple de Sophie Thomas, une professeur de japonais qui gagnait un peu moins que le Smic en donnant des cours particuliers et qui, grĂące Ă  son blog « Cours de japonais », a arrĂȘtĂ© d’Ă©changer son temps contre de l’argent puisqu’elle a gagnĂ© 67 473 € Ă  peine 4 mois aprĂšs avoir sorti sa premiĂšre formation.

Ensuite, nous irons Ă  la rencontre de Catherine Prungnaud qui, avec son blog « Mains dans la terre », partage comment sculpter l’argile et a rĂ©alisĂ© 50 000 € de ventes sur les 12 derniers mois.

Puis, nous irons en Belgique Ă  la rencontre d’Olivier Juprelle qui, jusqu’Ă  rĂ©cemment, Ă©tait musicien professionnel et qui aprĂšs s’ĂȘtre cassĂ© la main dans un combat de boxe s’est reconverti avec succĂšs dans l’enseignement de la vidĂ©o en ligne.

Je vous emmĂšnerai Ă©galement Ă  la rencontre de Paul Cabannes qui a gagnĂ© plus de 200 000 € les 12 derniers mois en enseignant le français aux brĂ©siliens tout en travaillant deux heures par jour seulement et de Maya qui a commencĂ© Ă  gagner de l’argent seulement 5 mois aprĂšs avoir crĂ©Ă© son blog sur l’apprentissage du corĂ©en.

Nous parlerons mĂȘme d’autres blogueurs dont vous pourrez recevoir la vidĂ©o bonus comme Christophe Loret, un docteur en mĂ©decine chinoise et qui enseigne la mĂ©ditation sur le blog qui porte son nom depuis son village dans le centre de la France, Xavier Roger qui vit de son blog sur la batterie, de Lucie Rondelet qui a rĂ©alisĂ© plus de 50 000 € de ventes quelques mois aprĂšs avoir ouvert son blog de la Nouvelle-CalĂ©donie, de GaĂ«lle Dobignard qui a aujourd’hui une multinationale de sa ferme dans le fin fond de la campagne française avec son blog qui vend des Ɠufs de poule.

On verra exactement comment dans l’Ă©tude de cas de Laurent Breillat qui rĂ©alise plus d’un demi-million d’euros de ventes avec son blog sur la photo ou d’Olivier Vaunois qui est aujourd’hui leader dans le domaine de la parentalitĂ© positive avec son blog « Les Super Parents »… Il y aura beaucoup d’autres Ă©tudes de cas.

Évidemment, je parle de chiffres d’affaires, mais grĂące Ă  la magie d’Internet et du numĂ©rique, leurs bĂ©nĂ©fices rĂ©els sur ce chiffre d’affaires sont trĂšs importants.

Ils vous expliquent tout cela en dĂ©tail. Vous allez le voir, c’est passionnant.

Mais avant de rentrer dans le dĂ©tail de ces Ă©tudes de cas, parlons briĂšvement de l’importance du marchĂ© Ă©ducation numĂ©rique et du potentiel du marchĂ© francophone, de pourquoi le mĂ©tier de blogueurs professionnels est probablement l’un des meilleurs Ă  avoir pour se prĂ©munir contre les chamboulements que va crĂ©er l’irruption de l’intelligence artificielle dans les annĂ©es Ă  venir.

Parce qu’avant mĂȘme la crise du coronavirus, le monde Ă©tait en train de changer trĂšs vite avec la numĂ©risation de l’Ă©conomie, le tĂ©lĂ©travail, l’e-learning qui se dĂ©veloppait, donc l’intelligence artificielle qui arrive.

Au niveau du tĂ©lĂ©travail, il faut savoir que 3,52% des employĂ©s dans le monde travaillaient Ă  distance au moins une fois par semaine et 68% au moins une fois par mois et il est certain que la tendance vers le tĂ©lĂ©travail va s’accĂ©lĂ©rer suite Ă  la crise du coronavirus. Ça fera que le monde sera mieux prĂ©parĂ© si un nouveau confinement est nĂ©cessaire et c’est plus Ă©colo aussi. Donc, les gouvernements vont probablement pousser Ă  ce dĂ©veloppement.

Cela veut dire que de plus en plus de gens vont avoir l’habitude de travailler au moins partiellement Ă  la maison, ce qui implique aussi de se former de chez soi.

Parlons de la montĂ©e en puissance du e-learning, donc de l’Ă©ducation Ă  distance.

Depuis l’an 2000, la taille de l’industrie d’Ă©ducation Ă  distance a Ă©tĂ© multipliĂ©e par 9. Aujourd’hui, la taille totale de l’industrie est de 200 milliards de dollars annuels, et en 2025, il est prĂ©vu qu’elle atteigne 325 milliards.

C’est une croissance absolument fulgurante, et pour info, l’industrie du cinĂ©ma mondial gĂ©nĂšre aujourd’hui 41,7 milliards de dollars par an. Et mĂȘme en Ă©tant gĂ©nĂ©reux et en incluant les Blu-ray, les DVD, les abonnements Netflix
 l’industrie est de 136 milliards.

Donc oui, le marchĂ© de l’Ă©ducation en ligne est dĂ©jĂ  plus grand que celui du cinĂ©ma.

Le coronavirus va probablement accĂ©lĂ©rer cette tendance en permettant Ă  des millions de personnes de tester maintenant ce qu’elles n’auraient fait que dans des annĂ©es, ce qui va probablement mettre en place des habitudes qui vont durer de travail Ă  distance, d’Ă©ducation Ă  distance…

Au niveau de l’intelligence artificielle, ça va ĂȘtre le grand domaine dans lequel des progrĂšs incroyables vont ĂȘtre rĂ©alisĂ©s dans les annĂ©es Ă  venir avec parmi les rĂ©alisations des voitures automatiques et des camions automatiques, la disparition de nombreux emplois manuels comme caissier, taxi, routier. D’autres basĂ©s sur des tĂąches basiques du langage, tout ce qui est transcripteur, traducteur, correcteur. En tout cas, leurs tĂąches basiques vont probablement ĂȘtre remplacĂ©es par des IA.

Et les mĂ©tiers qui ne seront pas remplacĂ©s par l’IA seront fortement chamboulĂ©s par celle-ci, je pense notamment aux docteurs, avocats, notaires, pharmaciens


Une chose est sĂ»re, le jour oĂč l’intelligence artificielle pourra remplacer les crĂ©ateurs, les coachs, les Ă©ducateurs, elle aura probablement dĂ©jĂ  remplacĂ© tous les autres mĂ©tiers.

Donc, ĂȘtre blogueur pro et ĂȘtre infopreneur – infopreneur, c’est ĂȘtre dans le mĂ©tier de la vente d’information, pas information en tant que news mais de l’information comme des formations ou des livres qui vont aider votre audience Ă  rĂ©soudre un problĂšme, je vais revenir lĂ -dessus dans cette masterclasse – ce seront probablement parmi les derniers mĂ©tiers remplacĂ©s et un de ceux les plus utiles pendant la pĂ©riode de transition parce que tous ces gens qui n’auront plus de mĂ©tier qui, peut-ĂȘtre, Ă©ventuellement auront un revenu de base auront du temps et l’envie de se consacrer Ă  l’apprentissage de nouvelles compĂ©tences exactement comme on l’a vu pendant le confinement.

Au sujet de la situation actuelle, j’ai des centaines d’amis blogueurs et infopreneurs dans le monde entier et je suis particuliĂšrement bien connectĂ© avec ces diffĂ©rents mondes :

– anglophones : États-Unis, Canada. Australie, Grande-Bretagne


– lusophones : avec le BrĂ©sil et le Portugal

– francophones : avec la France, la Belgique, la Suisse, le QuĂ©bec, l’Afrique

– mais aussi d’autres pays comme la Russie, le Japon et le monde hispanophone.

Et je peux vous dire que les retours qu’ils m’ont partagĂ© sont Ă  99% ultra positifs. Tout le monde cartonne en ce moment avec ses blogs, ses chaĂźnes Youtube, les lancements, les webinars dans tous ces pays-lĂ . Il y a mĂȘme des infopreneurs qui ont dĂ» annuler des Ă©vĂ©nements physiques qu’ils ont transformĂ© en Ă©vĂ©nements virtuels et qui ont rĂ©ussi Ă  faire pour des centaines de milliers de dollars, d’euros, de roubles, tout ce que vous voulez, de vente de produits entiĂšrement en live sur le web.

Maintenant, c’est vraiment le meilleur moment pour dĂ©marrer. Les gens ont du temps et veulent entreprendre. Vous avez du temps et vous pouvez leur donner du contenu qui les intĂ©resse.

Parlons à présent du potentiel du marché francophone. Je vais vous partager des chiffres du site Internet World Stats sur les dix langues les plus populaires sur Internet.

Est-ce que vous remarquez quelque chose de particulier au niveau du français, quelque chose qui distingue le français des 9 autres langues les plus populaires du web ?

Si vous me dites le taux de pĂ©nĂ©tration d’Internet, vous avez raison. Eh oui, le marchĂ© francophone est celui qui a le plus de potentiel de croissance sur Internet grĂące aux millions de francophones qui vont obtenir une connexion Internet rĂ©guliĂšre et performante dans les annĂ©es Ă  venir.

Bien sĂ»r, l’essentiel de cette croissance de nouveaux utilisateurs viendra de l’Afrique francophone composĂ© de nombreux pays qui ont pour certains des challenges significatifs qui les attendent.

Mais qui dit challenge dit aussi opportunitĂ©, et aujourd’hui, si vous crĂ©ez du contenu en français, vous ĂȘtes forcĂ©ment suivi en Afrique parfois par de nombreux internautes.

Je suis rĂ©cemment allĂ© Ă  Dakar au SĂ©nĂ©gal oĂč j’ai organisĂ© une rencontre au dernier moment avec mon audience. C’Ă©tait vraiment au dernier moment. J’ai littĂ©ralement publiĂ© un post sur Facebook pour annoncer cette rencontre 3 jours avant, il y a une cinquantaine de personnes qui sont venues alors que je n’avais jamais mis les pieds au SĂ©nĂ©gal avant.

D’ailleurs, voici une photo de la rencontre qui a Ă©tĂ© trĂšs prise tard quand des gens Ă©taient dĂ©jĂ  partis. J’ai Ă©tĂ© absolument impressionnĂ© par la qualitĂ© du projet des gens prĂ©sents, leur ambition, leur volontĂ© et leur Ă©tat d’esprit entrepreneurial.

Donc clairement, ce marché est à surveiller et à considérer pour les années à venir.

Mais dans tous les cas, le marchĂ© francophone mĂȘme sans l’Afrique est dĂ©jĂ  suffisamment vaste pour vous permettre d’avoir un business en ligne qui cartonne, comme vous allez pouvoir le voir dans ces Ă©tudes de cas.

Un mot au sujet de la réalisation de ces études de cas.

D’habitude, je fais venir un rĂ©alisateur de documentaires du QuĂ©bec pour tourner ces vidĂ©os, mais Ă©videmment Ă©tant donnĂ© la situation, ce n’Ă©tait pas possible.

Donc une fois n’est pas coutume, j’ai rĂ©alisĂ© ces Ă©tudes de cas Ă  distance. Vous pourrez voir les prĂ©cĂ©dentes Ă©tudes de cas de qualitĂ© dans le documentaire en bonus. Je vous explique comment les obtenir Ă  la fin.

Nous commençons par rendre visite Ă  Sophie Thomas, une professeur de japonais qui gagnaient un peu moins que le Smic en donnant des cours particuliers et qui grĂące Ă  son blog Cours de japonais a arrĂȘtĂ© d’Ă©changer son temps contre de l’argent puisqu’elle a gagnĂ© 67 473 € Ă  peine 4 mois aprĂšs avoir sorti sa formation. Vous allez le voir, c’est passionnant.

Sophie Thomas

Je m’appelle Sophie Thomas, je tiens un blog qui s’appelle cours-de-japonais.com. J’enseigne le japonais aux grands dĂ©butants principalement. On parle Ă©galement de culture japonaise, de cuisine japonaise, de musique, un petit peu tout pour les passionnĂ©s du Japon.

Olivier Roland

Sophie, bienvenue, bonjour, merci d’avoir acceptĂ© de te faire interviewer.

Sophie Thomas

Merci Ă  toi.

Olivier Roland

Sophie, tu es une membre de Blogueur Pro et, du coup, c’Ă©tait quoi ta vie avant de t’inscrire Ă  Blogueur Pro et de te lancer dans ce projet ? Qu’est-ce que tu faisais ?

Sophie Thomas

J’Ă©tais professeur particulier de japonais, je donnais des cours soit Ă  domicile dans ma rĂ©gion, soit sur Skype. Je ne pouvais pas forcĂ©ment prendre Ă©normĂ©ment d’Ă©lĂšves Ă  la fois, je suis limitĂ©e dans mon emploi du temps, ce qui faisait que je gagnais un petit peu moins d’un smic en travaillant Ă  mon compte. Donc, c’est vrai que le fait d’avoir plus que tripler, en 4 mois, j’ai gagnĂ© l’Ă©quivalent de quasiment 4 ans de salaire, 3 ans et demi, ça fait un choc.

Olivier Roland.

Et comment tu as découvert Blogueur Pro ?

Sophie Thomas

Avec mon mari en 2018, on a eu besoin de se faire un break dans notre vie et on s’est pris 6 mois de sĂ©jour linguistique au Japon. On a vraiment fait le point lĂ -dessus.

En rentrant, j’ai repris ma pile de livres Ă  lire et toutes au-dessus, il y avait « Tout le monde n’a pas eu la chance de rater ses Ă©tudes ». Je l’ai lu, ça m’a ouvert l’esprit sur beaucoup de choses bien Ă©videmment.

Comme par hasard – alors je ne crois pas au hasard, je crois plutĂŽt au destin – le lendemain, tu proposais un atelier en ligne sur comment vivre de son blog. Et suite Ă  ça, comme tu ouvrais les inscriptions pour ta formation Blogueur Pro, c’est lĂ  oĂč je me suis dit « on saute le pas, on y va » et je me suis lancĂ© dans la formation.

Olivier Roland

Et aujourd’hui, tu vis de ton blog.

Sophie Thomas

C’est ça. C’est assez rĂ©cent puisque ça fait maintenant 4 mois que j’ai lancĂ© vraiment ma formation en ligne qui me permet d’en vivre confortablement. Le blog en lui-mĂȘme, il a un peu plus d’un an et demi. LĂ  depuis dĂ©but janvier, donc en Ă  peine quatre mois, j’ai fait 67 473 € de chiffre d’affaires uniquement grĂące Ă  mon blog.

Je m’Ă©tais fixĂ© 50 000 € la premiĂšre annĂ©e, lĂ , je l’ai dĂ©jĂ  dĂ©passĂ© rapidement. Donc, on va essayer de viser peut-ĂȘtre les 100 000, histoire d’arrondir, ce serait sympa.

Non, en vrai, je n’ai pas de but prĂ©cis. Je prends comme ça vient, mais je suis trĂšs, trĂšs contente, ça part trĂšs fort.

Olivier Roland

Est-ce que tu saurais estimer Ă  peu prĂšs combien d’heures tu as passĂ© par semaine la premiĂšre annĂ©e Ă  suivre la formation Blogueur Pro et Ă  dĂ©velopper ton blog ?

Sophie Thomas

C’est vrai qu’en travaillant dĂ©jĂ  Ă  mon compte, je n’ai pas l’habitude de compter mes heures. Donc, je ne pourrais pas vraiment estimer. Il y a des semaines qui Ă©taient forcĂ©ment plus lourdes que d’autres. Je pense qu’au minimum, j’y ai passĂ© deux heures par jour, ça c’est sĂ»r, souvent les week-ends aussi.

Olivier Roland

Donc, ça fait à peu prÚs 14 heures par semaine, dans ces eaux-là.

Sophie Thomas

Je pense entre 10 et 20 heures, oui, je pense. Ça dĂ©pend. Parfois, j’ai juste besoin de me faire un week-end tranquille aussi, c’est normal, mais oui, j’avais envie de ça.

Olivier Roland

Au final, pour dĂ©velopper un business qui aujourd’hui te permet de gagner en un mois ce que tu faisais en un an, c’est plutĂŽt pas mal quand mĂȘme comme investissement en temps.

Sophie Thomas

Ça, je pense que c’est bien rentabilisĂ©.

Olivier Roland

Est-ce que tu peux nous dĂ©crire un peu ce que tu as dĂ©couvert dans la formation ? Quels ont Ă©tĂ© les Ă©lĂ©ments qui ont eu le plus d’impact pour toi, qui t’ont le plus aidé ?

Sophie Thomas

Je n’étais pas forcĂ©ment trĂšs douĂ©e en informatique, ce sont des choses que j’ai quand mĂȘme dĂ©couvert, il y a des outils que je ne connaissais pas. AprĂšs, tout est expliquĂ© pas Ă  pas, donc ça m’a assez rassurĂ©.

Donc, j’ai appris beaucoup de choses d’un point de vue technique et Ă©galement ça m’a ouvert quand mĂȘme les yeux sur des possibilitĂ©s de vie que je n’imaginais pas forcĂ©ment.

Mais c’est vrai que tout au long de la formation, mine de rien, on se met Ă  discuter avec d’autres blogueurs, on va voir un peu comment eux ils ont rĂ©ussi, comment ils ont fait. D’un point de vue humain et d’un point de vue technique, il y avait les deux.

Olivier Roland

Est-ce que la communauté Blogueur Pro, cela a été un atout pour toi ?

Sophie Thomas

La communautĂ© de Blogueur Pro m’a beaucoup aidĂ© en particulier mes deux compagnes de route. On se motivait les unes les autres quand on avait un petit coup de mou ou pour partager nos rĂ©ussites aussi tout simplement. Donc ça, ça m’a beaucoup aidĂ©.

Et puis, comme j’ai assistĂ© Ă  la rencontre Blogueur Pro Ă  Bruxelles, Ă©galement Ă  ce moment-lĂ , j’ai pu rencontrer d’autres blogueurs avec qui je suis encore en contact. Oui, c’est vrai que ça aide beaucoup de se serrer les coudes.

Olivier Roland

C’est excellent parce que oui, j’insiste beaucoup sur le fait que vous vous connectiez les uns entre les autres, que vous trouvez des amis de blog
 pour ne pas ĂȘtre tout seul dans votre coin. Donc, je suis ravi de savoir que ça a Ă©tĂ© un atout important pour toi.

Sophie Thomas

Ça m’a beaucoup aidĂ© personnellement et je recommande Ă  mes Ă©lĂšves de faire pareil, de se trouver un compagnon de route pour apprendre le japonais ensemble. Et je sais qu’il y a dĂ©jĂ  des belles amitiĂ©s qui sont nĂ©es depuis, donc c’est super.

J’avais toujours mon emploi Ă  plein temps en parallĂšle de la crĂ©ation de mon blog, tout cela. Donc forcĂ©ment concilier les deux, ce n’est pas toujours Ă©vident. C’est de me dire « Ok, tu as vraiment envie de changer de vie, tu as vraiment envie de vivre de ton blog, du coup, tu en fais une priorité ».

D’autant plus que j’ai eu la chance de ne pas connaĂźtre la traversĂ©e du dĂ©sert, c’est-Ă -dire que rapidement, mon contenu, mes articles, mes vidĂ©os ont eu des bons retours, ne serait-ce que quelques retours positifs en se disant « tiens, cet article-lĂ , il a rĂ©ellement aidĂ© des gens Ă  progresser en japonais », « cette vidĂ©o-lĂ , elle a plu pour telle ou telle raison », et mine de rien, cela aide Ă  avancer, de se dire « Ok, ce que je fais, ça plaĂźt ». VoilĂ , on ne voit pas trop le temps passer.

Olivier Roland

Et donc aujourd’hui, vu que ton blog cartonne, est-ce que tu continues Ă  donner des cours particuliers ou est-ce que tu as complĂštement arrĂȘtĂ© ça ?

Sophie Thomas

J’ai progressivement arrĂȘtĂ© les cours particuliers. LĂ , c’est le dernier mois oĂč je donne des cours particuliers. À partir du mois prochain, je me consacre Ă  100% Ă  la formation parce que mine de rien, j’ai dĂ©jĂ  97 Ă©lĂšves qui sont dans ma formation, donc en 4 mois, ce qui demande un certain suivi, je rĂ©ponds Ă  leurs questions, on a une classe mensuelle tous les mois.

LĂ , j’ai la moitiĂ© de la formation qui est crĂ©Ă©e. Il reste la seconde moitiĂ© Ă  crĂ©er, donc cela demande quand mĂȘme beaucoup d’investissements pour les vidĂ©os, les exercices
 Donc, je pense que je suis facilement peut-ĂȘtre Ă  25 heures, 30 heures par semaine, peut-ĂȘtre plus. HonnĂȘtement, j’ai du mal Ă  me rendre compte.

DÚs que le contenu de la formation sera créé, aprÚs, ça roule tout seul.

C’est vrai que pendant un an, j’ai produit du contenu qui Ă©tait entiĂšrement gratuit, les articles, les vidĂ©os et d’un coup, tu dis « si vous voulez aller plus loin, il faut payer », parce que c’est normal, je dois en vivre. Mais les personnes qui me suivaient Ă©taient tellement bienveillantes et tellement contentes que je puisse leur proposer ça parce qu’elles avaient envie d’apprendre le japonais avec moi et pas avec une autre personne, je n’ai eu que des retours positifs. ZĂ©ro retour nĂ©gatif, ce n’Ă©tait que du bonheur.

Le premier lancement que j’ai fait sur une semaine, j’ai fait trĂšs exactement 39 106 € de chiffre d’affaires, ce qui reprĂ©sente plus de deux fois ce que je gagnais par an.

Olivier Roland

Comment tu t’es senti quand tu as vu ce rĂ©sultat ?

Sophie Thomas

HonnĂȘtement, entre l’euphorie et presque la panique, de se dire « Ok, maintenant, j’ai de nouveaux problĂšmes, il faut que je trouve un comptable, il faut que je me forme un petit peu. »

La comptabilitĂ©, tout ça, ce n’Ă©tait pas des problĂšmes que j’avais avant.

J’ai fait un deuxiĂšme lancement deux mois aprĂšs le premier parce que j’ai reçu beaucoup de demandes, notamment pendant la pĂ©riode de confinement, les gens n’avaient que ça Ă  faire, que d’apprendre le japonais.

Et effectivement, j’ai fait un deuxiĂšme lancement sur trois jours uniquement. J’ai fait un atelier en ligne, et ensuite, j’ai ouvert les inscriptions pendant trois jours. Pendant ces trois jours, j’ai fait 28 367 € de chiffre d’affaires.

Olivier Roland

Est-ce que tu as hĂ©sitĂ© avant de t’inscrire ?

Sophie Thomas

J’ai hĂ©sitĂ©. ForcĂ©ment, je pense que c’est normal. Une part, c’Ă©tait le prix, de sortir ça alors qu’on rentrait du Japon. On avait quand mĂȘme pas mal tapĂ© dans les rĂ©serves, donc il fallait un peu de temps pour se refaire.

On en a discutĂ© toute la soirĂ©e avec mon mari, et puis, on s’est dit « franchement si on ne le fait pas, on aura des regrets, c’est sĂ»r ». Je me suis dit « si ça marche pour les autres, pourquoi cela ne marcherait pas pour moi ? » Donc, je me suis lancĂ© et puis j’ai eu raison.

Olivier Roland

Pour finir, qu’est-ce que tu pourrais dire Ă  quelqu’un qui regarde cette vidĂ©o et qui trouve ton parcours intĂ©ressant, ton tĂ©moignage sympa, et qui hĂ©sitent encore Ă  s’inscrire Ă  la formation ?

Sophie Thomas

Cela ne coĂ»te rien d’essayer. Cela coĂ»te le prix de la formation, certes, mais derriĂšre ce qui va en dĂ©couler, c’est un changement de vie que je n’aurais pas pu imaginer il y a un an. Et on peut dĂ©jĂ  parler d’acheter une maison avec mon mari. Je n’aurais pas pu imaginer ça.

C’est tellement un changement de vie qui bouleverse, ce n’est que du positif en termes de projet de vie.

Olivier Roland

Merci beaucoup d’avoir partagĂ© tout cela et peut-ĂȘtre qu’on se retrouvera dans une annĂ©e prochaine pour suivre l’Ă©volution de tout ça.

Sophie Thomas

Avec grand plaisir, merci Ă  toi.

Olivier Roland.

Comme vous avez pu le voir, la formation Blogueur Pro a permis Ă  Sophie de se connecter Ă  d’autres blogueurs motivĂ©s comme elle. Ils Ă©changent rĂ©guliĂšrement et se soutiennent mutuellement.

Ce genre de groupe d’échange est fondamental pour votre succĂšs et Blogueur Pro va vous permettre de vous connecter Ă  de tel groupe.

Nous continuons ce tour avec Catherine Prungnaud qui avec son blog « Mains dans la terre » partage comment sculpter l’argile et rĂ©aliser 50 000 € de ventes sur les 12 derniers mois.

Catherine Prungnaud

Bonjour et bienvenue dans mon atelier, je suis Cathy du blog mainsdanslaterre.com

Olivier Roland

Je suis actuellement avec Cathy Prungnaud du blog « Les Mains dans la terre ». Salut Cathy.

Catherine Prungnaud

Salut Olivier.

Olivier Roland

Comme je viens de le dire, tu as un blog qui s’appelle « Les Mains dans la terre » dans lequel tu enseignes la sculpture, est-ce que tu peux nous dĂ©crire un peu la vie que tu avais avant de lancer ça ?

Catherine Prungnaud

Je suis une nomade dans l’Ăąme.

Moi, j’ai eu beaucoup de chance puisque j’ai vĂ©cu 20 ans dans les dĂ©partements d’Outre-Mer, dans les Îles, et c’Ă©tait en parallĂšle une vie d’artiste. Ensuite, je suis arrivĂ©e Ă  La RĂ©union. C’est Ă  ce moment-lĂ  que mes mains ont rencontrĂ© la terre, l’argile et que je suis devenue de peintre Ă  sculpteur.

Comme cela ne marchait pas vraiment au niveau des expos Ă  La RĂ©union, j’ai ouvert un atelier et quand je suis rentrĂ©e en France en 2012, je me suis dit que j’allais ouvrir Ă  nouveau un atelier, c’est ce que j’ai fait et puis ça ne marchait absolument pas.

Produire, exposer, attendre des heures et des heures mais pas de retour, c’est trĂšs frustrant.

Ce constat m’a aidĂ© Ă  franchir le cap complĂštement et je me suis dĂ©cidĂ© Ă  ouvrir un blog sur la sculpture, sur l’enseignement de la sculpture.

Je n’avais pas de modĂšle, donc ça, c’est toujours un peu compliquĂ© quand on commence.

Comme je suis la seule en francophonie Ă  proposer ça, on se dit « est-ce que je ne me trompe pas ? » ou « est-ce que c’est vraiment une bonne idĂ©e ? »

J’ai commencĂ© Ă  m’intĂ©resser Ă  tout ce qui tournait autour de la formation en ligne, de la vente, de la formation en ligne, et inĂ©vitablement, je suis tombĂ©e sur ton nom.

Olivier Roland

Bravo, parce que c’est vrai qu’il y a beaucoup d’artistes qui n’ont pas du tout le bon marketing, l’idĂ©e de vendre leurs Ɠuvres, qui ont certains a priori par rapport Ă  ça. A priori, tu avais une vraie ouverture d’esprit sur le sujet. Et au final, je pense que pour l’esprit de beaucoup de gens, tu resteras toujours la premiĂšre et c’est ça aussi le gros intĂ©rĂȘt de dĂ©marrer dans un marchĂ© vierge. Mais comme tu l’as dit, l’inconvĂ©nient, c’est que tu te demandes si ça va fonctionner ou pas.

Combien de temps tu as passé au début pour travailler sur ton projet de blog et poursuivre la formation ? Et est-ce que tu faisais une activité à cÎté ? Et si oui, comment tu as fait pour gérer les deux ?

Catherine Prungnaud

J’ai suivi ce que tu me conseilles, c’est-Ă -dire j’ai publiĂ© un article par semaine, la fameuse mĂ©thode Ikea oĂč on peut suivre tout pas Ă  pas.

Mais ce qui a vraiment fait dĂ©coller mon blog, c’est Youtube, c’est-Ă -dire que j’ai offert beaucoup de contenus sur Youtube et en particulier des cours gratuits de sculpture. En 6 mois, j’avais publiĂ© pas mal de vidĂ©os et je suis passĂ©e, je me rappelle, de 350 inscrits Ă  1500.

Olivier Roland

Combien de temps tu as mis entre le moment oĂč tu as dĂ©marrĂ© ton blog et le moment oĂč tu as commencĂ© Ă  le monĂ©tiser ?

Catherine Prungnaud

J’ai mis Ă  peu prĂšs une annĂ©e. C’était en donnant, donnant, donnant beaucoup, beaucoup, beaucoup que j’ai rĂ©ussi Ă  monter ma liste, et j’ai commencĂ© Ă  faire des offres Ă  partir de 1500 personnes sur ma liste et ça a tout de suite fonctionnĂ©.

On est dans le modÚle créatif, donc ce sont des petits prix.

Je ne fais pas de ce qu’on appelle les lancements orchestrĂ©s. Par contre ce que je fais, ce sont des offres rĂ©guliĂšres en parallĂšle.

Quand on sait que ça fonctionne, si ça marche les premiÚres ventes, on se dit « Ok, on continue ».

Olivier Roland

Est-ce que tu pourrais peut-ĂȘtre partager tes chiffres de vente sur les 12 derniers mois pour qu’on sache un peu quel type de business tu as ?

Catherine Prungnaud

Les 12 derniers mois, je tourne autour de 50 000 €.

Olivier Roland

C’est vraiment excellent, tu connais beaucoup de sculpteurs qui gagnent autant ?

Catherine Prungnaud

Pas vraiment non pour avoir frĂ©quentĂ© beaucoup ce milieu, mĂȘme pas du tout. Je n’ai jamais gagnĂ© cela en tant qu’artiste.

Olivier Roland

C’est aussi l’avantage d’un blog, c’est que ça te laisse le temps de dĂ©velopper des compĂ©tences, de mĂ»rir « psychologiquement » pour que tu sois prĂȘt ou prĂȘte Ă  cela, Ă  monĂ©tiser ton savoir, ton art auprĂšs de ton audience, et ça permet d’y aller tranquillement tout simplement.

Aujourd’hui, combien d’heures tu travailles Ă  peu prĂšs sur ton blog et la chaĂźne Youtube par semaine ?

Catherine Prungnaud

Je dirais en moyenne trois heures par jour.

Olivier Roland

Ce n’est pas beaucoup dĂ©jĂ  parce que mĂȘme en prenant compte 7 jours par semaine, cela fait 21 heures par semaine.

Et qu’est-ce que ça t’a apportĂ© au final ? Est-ce qu’aujourd’hui, tu as l’impression d’ĂȘtre Ă©panouie dans ce que tu fais ?

Catherine Prungnaud

Comme je te le disais, le plaisir de pouvoir partir avec mon ordi partout et faire mes offres de partout, cette liberté qui est une de mes valeurs trÚs profondes.

Le choix aussi d’acquĂ©rir cette formation, c’est que derriĂšre, il y avait un rĂȘve. Mon projet avec mon mari, c’est vraiment d’aller vivre 6 mois Ă  Tahiti et puis, le reste de l’annĂ©e, voyager comme toi Olivier.

Donc, c’est parfait, c’est ce que j’ai d’ailleurs commencĂ© Ă  faire puisque l’annĂ©e derniĂšre, je n’ai pas arrĂȘtĂ© de voyager. LĂ  au mois de mars, j’étais un mois Ă  Phuket en ThaĂŻlande.

Et de le vivre, de le toucher, Ă  chaque fois, je suis quand mĂȘme bluffĂ©e.

Il y a derriĂšre aussi avec le retour de mes Ă©lĂšves le plaisir de tout ce qu’elles me partagent. Je dis elle parce que c’est quand mĂȘme une grosse majoritĂ© de femmes mĂȘme si j’ai quand mĂȘme des hommes, des personnes qui avaient abandonnĂ© un peu par dĂ©pit la sculpture et qui remettent les mains dans la terre grĂące Ă  mes cours, grĂące Ă  mes partages.

Contrairement au travail d’artiste qui est un travail d’introspection, on est seul dans son atelier Ă  produire, Ă  crĂ©er. C’est chouette, je le fais encore quelquefois, c’est bien, mais je trouve que le partage et offrir son savoir, ça, c’est quelque chose pour moi d’indispensable aujourd’hui.

Je dis toujours que pour changer le monde, il faut changer de vocabulaire. Je ne mĂąche pas les mĂȘmes mots aujourd’hui que je mĂąchais quand j’Ă©tais artiste. C’est vraiment une question de choix de vie, une question aussi de transmission parce que j’avais eu tellement de bonheur Ă  transmettre dans mon atelier en prĂ©sentiel. Je suis Ă©panouie grĂące au blogging et Ă  tout ce que ça m’apporte.

Olivier Roland

Et donc en ce moment, il y a eu le confinement du coronavirus, il y a beaucoup d’infopreneurs et blogueurs qui ont vu leur activitĂ© augmenter parce que voilĂ  plus de trafics. Est-ce que toi, tu as vu un effet positif ?

Catherine Prungnaud

Oui, un effet extrĂȘmement positif.

Dans un coin de ma tĂȘte, depuis un moment, il y avait les live Facebook qui m’interpellaient et puis les vieilles peurs m’avaient empĂȘchĂ© d’en faire jusqu’Ă  prĂ©sent. Et lĂ , je me suis dit « allez, lance-toi, je crois que c’est le moment, tout le monde est chez soi derriĂšre les Ă©crans ».

Et j’ai fait des live, j’ai donnĂ© des cours de sculpture en direct, c’était assez marrant avec l’aide de mon mari qui lisait les questions et tout. C’Ă©tait un peu le folklorique mais ça a Ă©normĂ©ment plu. J’ai jusqu’Ă  220 personnes dans un cours, donc c’Ă©tait vraiment chouette.

Et surtout, ça a apportĂ© beaucoup d’intimitĂ© avec les personnes parce que mĂȘme si je parlais toujours toute seule dans mon atelier, les gens Ă©taient lĂ . MĂȘme s’il y a ma photo sur le blog, mĂȘme s’ils me voyaient en vidĂ©o, c’est complĂštement diffĂ©rent d’ĂȘtre en direct avec eux. ComplĂštement diffĂ©rent et ça a resserrĂ© les liens.

J’ai fait deux lancements. En plus, j’avais une formation qui Ă©tait prĂȘte, il y a une nouvelle formation qui allait sortir. Donc, je l’ai lancĂ© pendant le confinement, je l’ai terminĂ© dimanche, et oui, c’Ă©tait gĂ©nial.

Olivier Roland

Pour finir, qu’est-ce que tu pourrais dire Ă  quelqu’un qui a regardĂ© cette Ă©tude de cas qui trouve ton parcours inspirant mais qui hĂ©sitent encore Ă  s’inscrire Ă  la formation ?

Catherine Prungnaud

Comme je disais, ce que j’ai aimĂ©, c’est ce cĂŽtĂ© structurĂ©.

J’ai eu beaucoup d’Ă©chos d’autres formations, des gens qui Ă©taient trĂšs déçus parce qu’ils avaient beaucoup d’informations mais toutes Ă©taient un peu livrĂ©es comme ça en vrac et puis dĂ©brouille-toi. LĂ , j’aime ça. Pourtant, je ne suis pas quelqu’un de trĂšs structurĂ© Ă  la base, je suis plutĂŽt quelqu’un qui fait dans l’instant, j’aime faire tout de suite et c’est trĂšs rassurant.

On a une question et forcĂ©ment il y a la rĂ©ponse. A un moment ou un autre dans la formation, il y a la rĂ©ponse, donc n’hĂ©sitez pas.

En plus, il y a plein de garanties, Olivier vous donne plein de garanties.

N’hĂ©sitez pas, osez sauter ce pas. Et je dirais mĂȘme si vous avez l’impression qu’il n’y a personne qui fait ce que vous faites, c’est tout nouveau, mais allez-y parce que c’est ce qui s’est passĂ© pour moi et je ne regrette pas du tout.

Olivier Roland

Excellent. Et donc, merci d’avoir partagĂ© tout ça Cathy. Je pense qu’on a maintenant un trĂšs bon aperçu de comment tu as dĂ©marrĂ© ton blog, comment tu l’as dĂ©veloppĂ©. Merci Ă  toi.

Catherine Prungnaud

Merci Olivier.

Olivier Roland

Ensuite, nous allons en Belgique Ă  la rencontre d’Olivier Juprelle qui jusqu’Ă  rĂ©cemment Ă©tait musicien professionnel et qui aprĂšs s’ĂȘtre cassĂ© la main dans un combat de boxe s’est reconverti avec succĂšs dans l’enseignement de la vidĂ©o en ligne.

Olivier Juprelle

J’ai passĂ© 15 ans de ma vie Ă  ĂȘtre musicien professionnel et c’Ă©tait une super vie, j’ai adorĂ© ça. J’ai fait des tournĂ©es, des concerts. J’enregistrais pas mal de disques aussi qui ont connu leur succĂšs.

En mĂȘme temps arrivĂ© Ă  40 ans, avec les enfants, avec le fait que j’avais aussi des ambitions financiĂšres plus Ă©levĂ©es, j’ai commencĂ© Ă  ressentir une certaine frustration. Comme je suis un passionnĂ© de chanson française, je me suis dit « je vais faire un blog sur la chanson française et apprendre Ă  jouer les classiques de la chanson française Ă  la guitare acoustique. »

C’Ă©tait assez nichĂ©, mais je pensais que ce n’Ă©tait pas mal.

Ce qui s’est passĂ©, c’est que quelque mois plus tard, je me suis cassĂ© la main pendant un combat de boxe un petit peu violent, donc pendant plusieurs mois, je n’ai pas pu jouer de la guitare. Et Ă  ce moment-lĂ  ce que j’ai fait, c’est qu’à part Ă©crire un article sur comment jouer de la guitare avec la main dans le plĂątre, je ne savais pas faire grand-chose.

Et justement, j’Ă©tais en train de chercher des solutions pour essayer de travailler moins et gagner plus, et je suis tombĂ© sur ta chaĂźne Youtube et ça a Ă©tĂ© un vrai choc pour moi parce que je venais d’un milieu oĂč la forme avait beaucoup d’importance, c’Ă©tait le super pouvoir, et je tombe sur tes vidĂ©os oĂč finalement la forme n’a pas beaucoup d’importance, ce qui compte, c’est le fond.

C’est un choc pour moi de voir que tu te filmes avec ton smartphone Ă  15 cm de ton visage en marchant dans la rue.

Olivier Roland

Je ne vois pas du tout de quoi tu parles.

Olivier Juprelle

Et un contenu super intéressant.

Donc finalement, je me suis inscrit Ă  Blogueur Pro parce que j’ai vu des Ă©tudes de cas qui Ă©taient vraiment super inspirantes, j’ai vu aussi des garanties qui Ă©taient en bĂ©ton et donc je me suis dit « Ok, je me lance. »

J’ai mis le pied Ă  l’Ă©trier et j’ai suivi la mĂ©thode en mode Ikea. C’Ă©tait quand mĂȘme beaucoup de travail, l’air de rien, et aujourd’hui, je suis trĂšs heureux d’avoir terminĂ© cette formation complĂštement.

Olivier Roland

Est-ce que tu te rappelles si tu avais hĂ©sitĂ© avant de t’inscrire ? Et si oui, qu’est-ce qui t’a fait dĂ©passer cette hĂ©sitation ?

Olivier Juprelle

La premiĂšre hĂ©sitation que j’ai eue, je me suis dit « comment est-ce possible qu’il puisse proposer du contenu encore plus approfondi que ce qu’il y a dĂ©jĂ  dans tout son contenu gratuit ? »

Et lĂ , j’ai vu l’Ă©tude de cas de Laurent Breillat qui expliquait le contraire, qui disait qu’en fait, le contenu de la formation Ă©tait beaucoup plus approfondi que les bonus gratuits. Donc, ça m’a convaincu dĂ©jĂ .

Ensuite, j’ai vu les Ă©tudes de cas. J’ai vu des personnes qui avaient rĂ©ussi Ă  franchir le cap, Ă  se dire « Ok, moi, j’Ă©tais musicien avant professionnel et maintenant, je vis grĂące Ă  mon blog en enseignant la musique », donc ça m’a convaincu aussi.

J’Ă©tais encore occupĂ© avec mon mĂ©tier de musicien, mais je sentais tout doucement que je mettais moins d’Ă©nergie lĂ -dedans et que je mettais de plus en plus d’Ă©nergie dans mon blog. Et puis alors derriĂšre, il y avait Ă©videmment des garanties en bĂ©ton, notamment le fait que si on ne gagnait pas 2 000 € par mois d’ici un an, on Ă©tait remboursĂ©. LĂ , je me suis dit « le gars a l’air sĂ©rieux » et je me suis lancĂ©.

Donc si c’Ă©tait Ă  refaire, je pense que j’irai plus vite. Mais c’est vrai qu’au dĂ©but, j’ai travaillĂ© plus que les 10 heures par semaine, et c’est vrai qu’encore aujourd’hui en tant que blogueur professionnel, je travaille beaucoup lĂ -dessus mais c’est parce que je m’Ă©panouis dans le travail.

C’est vrai qu’encore aujourd’hui, je continue Ă  beaucoup travailler sur mon blog.

Olivier Roland

La plupart des Ă©lĂšves passent entre 10 et 15 heures par semaine, et je recommande au moins 10 heures mĂȘme si on a eu des cas d’Ă©lĂšves qui ont fait moins et d’autres qui ont fait plus, comme apparemment, c’est ton cas.

Olivier Juprelle

A cĂŽtĂ© de ça, j’ai organisĂ© mon premier Ă©vĂ©nement qui a rassemblĂ© 110 personnes. J’ai travaillĂ© trois mois Ă  fond la caisse dessus pour ce premier Ă©vĂ©nement. J’ai lancĂ© deux formations, je fais de l’accompagnement haut de gamme.

Olivier Roland

Et donc dans la formation Blogueur Pro, j’enseigne une mĂ©thode de vente qui est extrĂȘmement efficace qui s’appelle le lancement de produit. Est-ce que tu peux nous parler un peu ton premier lancement de produit ? C’Ă©tait combien de temps aprĂšs que tu as crĂ©Ă© ton blog et qu’est-ce que tu as eu comme rĂ©sultat ?

Olivier Juprelle

J’ai crĂ©Ă© mon blog en janvier 2018, et trois mois plus tard au mois de mars, j’ai fait ce premier lancement qui n’était pas un lancement parfait, on va dire. Il Ă©tait totalement imparfait surtout avec le recul aujourd’hui, mais quand mĂȘme il y a 15 personnes qui se sont inscrites Ă  ma formation qui Ă©tait vendue 500 €, donc ça fait un chiffre d’affaires de 7 500 €.

J’Ă©tais super content. Je me suis dit « oui, ça marche » parce qu’on ne se sent pas nĂ©cessairement Ă  la hauteur, pas nĂ©cessairement compĂ©tent. On se rend compte en fait quand on s’intĂ©resse Ă  un domaine de tout ce qui nous manque encore et de tout ce qu’on doit encore apprendre mĂȘme si on sait dĂ©jĂ  beaucoup de choses, et donc, c’est vrai que je me suis senti valorisĂ© par rapport Ă  tout mon travail, je me suis dit « waouh, ça, c’est du concret ».

Ça a Ă©tĂ© vraiment pour moi une grosse prise de conscience, je me suis dit « ça fonctionne, ça marche, maintenant, il n’y a plus qu’Ă  amĂ©liorer un peu tout ça et ça va aller de mieux en mieux ».

Olivier Roland

Donc aujourd’hui, tu en sais comment utiliser les vidĂ©os pour dĂ©velopper son business, comment faire de meilleures vidĂ©os pour convaincre des prospects de se transformer en clients. Est-ce que dĂ©jĂ , tu vis de cette activité ? Est-ce que ça te permet de subvenir aux besoins de ta famille ?

Olivier Juprelle

Aujourd’hui, c’est devenu mon job Ă  temps plein. Ma vie a complĂštement changĂ©. Je suis passĂ© de musicien professionnel avec une vie un peu frugale Ă  blogueur professionnel. Donc oui, cela me permet de vivre confortablement avec ma femme et mes deux enfants dans une chouette maison avec piscine Ă  15 km de Bruxelles.

Olivier Roland

Je trouve qu’un atout vraiment de Blogueur Pro, c’est sa communautĂ©. Est-ce que la communautĂ© t’a aidé ? Est-ce que tu t’es connectĂ© Ă  des collĂšgues Blogueur Pro pour t’aider Ă  garder la motivation, l’inspiration ?

Olivier Juprelle

J’adore cette communautĂ© Blogueur Pro. Ça a Ă©tĂ© un choc aussi pour moi de voir ça, moi qui venais du milieu artistique oĂč finalement tout le monde se tire dans les pattes.

Et me retrouver dans la communautĂ© Blogueur Pro oĂč tout le monde s’échange ses meilleurs filons, au dĂ©but, franchement, je n’y croyais pas.

Donc, il y a la communautĂ© en ligne et puis il y a aussi les Ă©vĂ©nements annuels. Alors ça, c’est gĂ©nial, moi j’adore. Ça, c’est clair que s’il y a un Ă©vĂ©nement que je bloque dans mon agenda annuel, c’est pour ĂȘtre au rendez-vous Blogueur Pro pour rencontrer tout le monde, parce que c’est vrai qu’on se suit pendant toute l’annĂ©e, puis se rencontrer en vrai, c’est inspirant et ça donne l’Ă©nergie pour continuer.

Olivier Roland

Quelle est ta plus grande difficulté dans ton parcours de Blogueur Pro ? Et comment tu as fait pour la surmonter ?

Olivier Juprelle

Ma plus grande difficultĂ©, c’est que je n’arrive pas Ă  ĂȘtre 20/80 et c’est la raison pour laquelle j’ai accrochĂ© avec toi.

J’ai trouvĂ© ça trĂšs inspirant toute ton approche 20/80 du business. Il faut essayer de se concentrer sur les effets de levier. Quels sont les dĂ©tails sur lesquels on se concentre qui vont avoir un impact sur nos rĂ©sultats et qu’est-ce qu’on peut laisser tomber ? Quel est le superflu ?

C’est un problĂšme auquel je suis encore confrontĂ© aujourd’hui. Je suis perfectionniste. J’étais perfectionniste pendant 15 ans en tant que musicien, et ça me fait beaucoup de biens d’ĂȘtre en contact avec toi et de voir comment tu travailles parce que je me rends compte que je m’arrĂȘte sur des dĂ©tails qui sont insignifiants, qui n’ont pas beaucoup d’importance, qui n’ont pas d’effet de levier.

Olivier Roland

Aujourd’hui, on vit une crise qui est assez profonde mais elle affecte diffĂ©rents secteurs diffĂ©remment. En quoi le coronavirus a affectĂ© ton entreprise ?

Olivier Juprelle

Les gens, aujourd’hui, sont bloquĂ©s chez eux ou en tout cas ont au moins l’occasion de faire des loisirs, et donc ils sont plus derriĂšre leurs Ă©crans.

Moi, j’ai senti une diffĂ©rence significative flagrante au niveau de ma chaĂźne Youtube, au niveau de mon trafic et sur mon blog aussi d’ailleurs. Sur ma chaĂźne Youtube, le nombre de vues journaliĂšres a Ă©tĂ© multipliĂ© par deux ou trois et le nombre d’abonnĂ©s mensuels aussi.

Puis, j’ai fait un lancement en plein pendant la crise et c’est vrai que c’est un lancement qui a trĂšs bien fonctionnĂ©.

Olivier Roland

Le fait que tu as un business qui tourne sur le web, ça te permet d’en vivre. Qu’est-ce que ça t’a apportĂ© au niveau personnel ? Est-ce que tu te sens peut-ĂȘtre plus Ă©panoui ? Est-ce que ça t’a donnĂ© davantage de libertĂ© dans ta vie ?

Olivier Juprelle

J’avais envie que mes enfants, je puisse voyager avec eux. J’avais envie aussi que je puisse par exemple leur offrir des cours d’anglais ou des beaux stages en Ă©tĂ©. J’ai envie aussi qu’on mange bio dans la famille.

Par exemple, on a besoin d’une plus grande maison et j’ai envie d’habiter dans un endroit sympa en Belgique, une baby-sitter pour pouvoir souffler de temps en temps. C’est vraiment quelque chose qu’aujourd’hui, je peux me permettre grĂące Ă  ma formation Blogueur Pro et le fait que je suis devenu blogueur professionnel.

J’ai rĂ©guliĂšrement des sollicitations pour aller donner des confĂ©rences en Belgique, parfois mĂȘme Ă  l’Ă©tranger. J’ai une grande audience sur Internet grĂące Ă  ma chaĂźne Youtube, grĂące Ă  mon blog, et ce sont des personnes que je peux rĂ©guliĂšrement sonder. Je leur pose des questions, j’essaie de voir quelles sont leurs plus grosses frustrations. Et j’ai identifiĂ© une grosse frustration qui est celle du montage vidĂ©o.

Il y a des entrepreneurs qui en ont marre de devoir s’occuper du montage vidĂ©o, qui veulent s’occuper de leur business. Donc, j’ai crĂ©Ă© une plateforme de mise en relation des monteurs avec les entrepreneurs qui fonctionnent trĂšs bien.

Olivier Roland

Excellent. Merci beaucoup Olivier d’avoir partagĂ© tout ça.

Qu’est-ce que tu pourrais dire Ă  quelqu’un qui a regardĂ© cette Ă©tude de cas en entier, qui trouve que vraiment ton parcours est inspirant mais qui hĂ©site encore Ă  s’inscrire Ă  la formation Blogueur Pro. Qu’est-ce que tu pourrais lui dire pour lui permettre de dĂ©passer cette hĂ©sitation ?

Olivier Juprelle

C’est tout Ă  fait normal d’hĂ©siter. Moi-mĂȘme, j’ai hĂ©sitĂ© avant de m’inscrire et je ne regrette absolument pas mon inscription Ă  la formation Blogueur Pro, c’est la meilleure formation qui existe pour le blogging.

Moi, cela a Ă©tĂ© mon meilleur investissement. Chaque euro que j’ai investi dans Blogueur Pro, ça a Ă©tĂ© multipliĂ© par 10, par 20, par 30 aprĂšs. Donc, foncez, allez-y, ça vaut absolument le coup.

Olivier Roland

Merci Ă  toi, et puis peut-ĂȘtre qu’on fera une autre Ă©tude de cas dans quelques annĂ©es pour suivre un peu ton Ă©volution.

Olivier Juprelle

Super, merci beaucoup Olivier. Je suis honorĂ© de faire partie de tes Ă©tudes de cas et sache que tu continues Ă  m’inspirer encore tous les jours.

Olivier Roland

J’espĂšre que ces interviews vous ont plu et qu’elles vous ont motivĂ© et convaincu de vous lancer dans le blogging pour crĂ©er ou dĂ©velopper votre business sur le web.

Je vais Ă©galement vous offrir davantage d’Ă©tudes de cas, plus de 30 autres, je vous explique comment je vais vous les envoyer dans un instant.

Mais avant, attention, peut-ĂȘtre que voir ces interviews vous a fait penser que rĂ©ussir dans le blogging, c’est facile. Je tiens Ă  le prĂ©ciser, ce n’est pas facile, c’est difficile, notamment parce qu’Ă  un moment, il faut agir et agir est l’Ă©tape oĂč beaucoup trop de personnes s’arrĂȘtent.

La plupart des personnes qui vont regarder cette vidéo vont se dire génial et ensuite elles ne feront absolument rien, elles continueront à regarder la télé ou à jouer au jeu vidéo sans rien accomplir.

Alors, je vous pose la question : que croyez-vous qu’il se passera pour elles ? Rien du tout Ă©videmment.

Mais j’ai fait cette vidĂ©o pour des gens comme vous qui ont l’Ăąme d’un entrepreneur et qui sont capables d’agir pour rĂ©aliser leurs rĂȘves.

Donc, voici ce que je veux que vous fassiez maintenant pour que je puisse vous aider et pour vous envoyer ces fameuses interviews bonus :

Celle de Paul Cabannes qui a gagnĂ© plus de 200 000 € en 12 mois en enseignant le français aux brĂ©siliens tout en travaillant deux heures par jour seulement.

Celle de Maya qui a commencĂ© Ă  gagner de l’argent seulement 5 mois aprĂšs avoir crĂ©Ă© son blog sur l’apprentissage du corĂ©en.

Celle de Lucie qui a gagnĂ© plus de 50 000 € en quelque mois avec son blog.

Celle de Xavier qui gagne sa vie avec son blog sur la batterie.

Celle de GaĂ«lle qui vend des Ɠufs de poule dans le monde entier grĂące Ă  son blog.

Celle de Bertrand qui cartonne avec son blog sur l’apprentissage des langues.

Et de nombreuses autres que je vous laisserai découvrir.

Donc tout d’abord, cliquez sur le bouton ci-dessous pour rejoindre le groupe secret Telegram qui accompagne cette masterclasse afin d’obtenir du contenu supplĂ©mentaire et d’ĂȘtre prĂ©venu de la publication des prochaines vidĂ©os.

Cliquez Ă©galement sur le bouton Messenger ci-dessous pour vous permettre d’ĂȘtre prĂ©venu directement et gratuitement sur Facebook, Messenger quand la prochaine vidĂ©o « Les 5 critĂšres pour devenir blogueur professionnel » sera disponible.

Puis, laissez-moi un commentaire ci-dessous pour rĂ©pondre Ă  cette question : que se passerait-il si vous pouviez comme Sophie, Catherine, Olivier, Paul, Maya et les autres avoir un blog qui est une vĂ©ritable entreprise et qui vous permet d’ĂȘtre libre, de travailler Ă  votre rythme, de voyager de partout dans le monde tout en gagnant confortablement votre vie ?

Est-ce que vous iriez faire ce voyage dont vous rĂȘvez depuis longtemps ? Est-ce que vous quitteriez la ville pour aller dans cette maison de campagne qui vous fait tant envie ? Est-ce que vous utiliseriez ce temps gagnĂ© pour passer plus de temps avec vos proches, vos amis, votre famille ?

Cliquez sur les boutons juste en dessous pour ĂȘtre sĂ»r de ne pas rater les prochaines vidĂ©os, puis rĂ©pondez-moi dans les commentaires ci-dessous maintenant. C’est assez important pour que je puisse vous aider de maniĂšre plus personnalisĂ©e.

DÚs que votre commentaire sera posté, je vous enverrai les nouvelles interviews dans lesquelles Paul, Maya, Christophe, Lucie, Xavier, Gaëlle, Bertrand et les autres vous expliqueront comment ils sont devenus libres avec leurs blogs et comment vous pouvez devenir libre aussi. Et je vous donnerai aussi accÚs au groupe de discussion Facebook réservé à cette masterclasse.

Vous avez aimĂ© cette vidĂ©o ? Cliquez ici pour vous abonner gratuitement Ă  la chaĂźne Youtube ! 🙂