⛵ Vous ne devez PAS brûler vos navires derrière vous : voici pourquoi !

Je vous explique pourquoi vous ne devez pas BRÛLER vos navires derrières vous, ou autrement dit ne pas TOUT quitter d’un coup pour vous lancer dans un nouveau défi !
➽ Vous aussi, posez-moi vos questions dans les commentaires ou sur Instagram.

► Rejoignez des milliers d’entrepreneurs et de rebelles intelligents en vous abonnant à ma chaîne : http://bit.ly/abo-OlivierRoland

► En savoir plus sur “Tout le monde n’a pas eu la chance de rater ses études” : https://olivier-roland.com/?utm_source=youtube&utm_medium=descri&utm_content=brulervosnavires

► Cliquez ici pour être prévenu gratuitement par email quand une nouvelle vidéo est publiée ! 😉 https://olivier-roland.tv/videos/?utm_source=youtube&utm_medium=descri&utm_content=brulervosnavires

– Vidéo complémentaire “🐭 Comment Gaston a quitté la Rat Race en créant son entreprise à temps partiel (101/365)” : https://www.youtube.com/watch?v=7jp35wOJBIY&index=170&list=PLlNaq4hbeacS07PeMWQJLiCEcWpNqX_IH&t=0s

► Pour aller plus loin :
https://des-livres-pour-changer-de-vie.com/ – une sélection de livres rares et exigeants pour changer de vie
https://blogueur-pro.net/ – Devenez libre et indépendant financièrement grâce à votre blog
https://habitudes-zen.net/ – Vivre une vie zen et heureuse
https://devenez-meilleur.co/ – Le développement personnel pour les gens intelligents
https://olivier-roland.tv/videos pour être prévenu chaque matin à 7H quand une vidéo géniale est publiée, pour démarrer la journée avec une pêche d’enfer ! 🙂

► Qui suis-je ?

Découvrez mon histoire en 1 minute 41 : http://bit.ly/MonHistoire

A 18 ans, j’ai décidé de quitter l’école pour créer ma première entreprise. Je n’avais qu’une envie : être libre. Après avoir surmonté de nombreux obstacles, j’ai réussi à mettre mon entreprise au service de ma vie, plutôt que d’avoir une vie au service de l’entreprise… Aujourd’hui, je voyage 6 mois par an et j’inspire des milliers d’entrepreneurs et de créateurs à être plus libres et plus heureux.

Que vous souhaitiez changer de vie, réussir sur Internet ou tout simplement devenir une meilleure personne, ma chaîne vous y aidera. Chaque jour, vous trouverez une nouvelle vidéo inspirante pour vous aider à vivre une vie plus riche.

#RebellesIntelligents #DéveloppementPersonnel

https://www.youtube.com/watch?v=N5DW69qp4qk

Transcription texte (littérale) de la vidéo “⛵ Vous ne devez PAS brûler vos navires derrière vous : voici pourquoi !” :

Olivier Roland : Les deux grandes écoles des Français, la première, c’est je brûle mes ponts derrière moi, je brûle mes navires. Je fais en sorte que je n’ai qu’une seule possibilité, en fait j’en ai deux, soit je réussis, soit j’échoue et je suis à la soupe populaire. J’exagère un peu, mais c’est un peu ça.

Intervenant : C’était ça, oui.

Olivier Roland : Mais ça, c’est une école des Français, ce n’est pas la mienne du tout personnellement. Comme tu ne peux pas faire autre chose que de réussir, tu vas te donner tous les moyens.

Je trouve cela extrêmement dangereux comme manière de faire.

Je pense que la plupart des entrepreneurs malins ont une approche plus intelligente que ça. C’est la méthodologie Lean Startup.

Qu’est-ce que ça veut dire ?

Ça vient de la Silicon Valley à la base. C’est cette idée que tu vas à côté de ton boulot, de ton occupation actuelle, te dire : j’ai mon envie d’entreprise, mon idée de produit, qu’est-ce que je peux mettre en place comme expérience la plus simple, la plus efficace et la moins coûteuse en argent, en temps et en énergie sur le terrain ?

Je donne un exemple concret.

J’ai arrêté l’école à 18 ans pour créer ma boîte à 19. C’est assez audacieux, mais je ne l’ai pas fait sur un coup de tête, je me basais sur une expérience que j’avais faite sur le terrain et qui me donnait la confiance nécessaire pour faire ça.

C’est-à-dire que je me suis rendu compte avec un ami qu’on dépannait régulièrement les problèmes informatiques des gens qui leur paraissaient insurmontables, mais nous, on résolvait ça comme ça. Je me dis : pourquoi on ne gagnait pas de l’argent avec ça ?

Alors plutôt de se dire, on arrête nos études et on crée notre boîte, on n’avait pas le courage pour faire ça. Et heureusement, nous, on avait raison. La peur, des fois, ça vient de bonnes choses.

On s’est dit : comment on pourrait tester notre idée ?

Le plus simple, on va passer une petite annonce dans un journal d’annonce locale, c’était en 1999 et c’était encore en francs. On a mis 50 francs d’investissement et on a eu 5 000 francs de vente en un mois.

À l’époque, 18 ans, j’avais 50 francs d’argent de poche par semaine.

J’ai fait waouh, cool, expérience concluante.

Ce n’était pas un truc théorique dans sa chambre. J’étais sur le terrain, j’ai vu les gens, j’ai dépanné leurs problèmes, ils étaient contents et ils m’ont payé. Là, c’est un vrai test.

C’est le test le plus simple et basique que tu peux faire, mais en même temps qui te connecte à la réalité du terrain.

C’est une excellente manière de te donner à la fois l’assurance mais aussi l’expérience pour te lancer à côté de quelque chose qui est confortable, parce qu’on ne te demande pas d’arrêter ton truc confortable, ce n’est pas facile de faire ça dans tous les domaines.

Si tu veux construire une centrale nucléaire, c’est compliqué de construire une centrale dans ton jardin pour faire un test. Mais pour beaucoup de domaine, c’est possible. Et il faut que tu appliques ce raisonnement.

C’est cette idée que tu mets en place qu’on appelle dans la méthodologie Lean Startup « le produit minimum viable », le prototype, le truc le plus simple possible parce qu’en l’occurrence, il y avait plein de trucs qui ne collaient pas finalement. Je n’avais pas de structure, tout était au black, le prix n’était vraiment pas assez cher… mais c’était une mauvaise expérience, c’est mieux que la meilleure théorie de ta chambre dans tous les cas.

Même les entrepreneurs les plus incroyables tombent de temps en temps dans ce problème. C’est qu’ils passent des mois et des années à créer le produit dont ils ont envie et ils se rendent compte trop tard que tout le monde s’en fout.

Quand ils sortent leurs produits, ils ont bossé des mois dessus et tout le monde s’en fout.

C’est arrivé même à des mecs comme Steve Jobs, avec Apple qui ont sorti des produits qui n’ont pas rencontré de succès.

L’idée, c’est que tu te connectes avec la réalité du terrain pour pouvoir voir concrètement ce que les gens veulent et adapter.

Et ça a le double effet qui se coule de minimiser tes risques à fond. Tu peux déjà commencer à gagner de l’argent et te donner la confiance nécessaire pour après, parce que quand tu sais que ça marche, que tu as déjà un truc qui fonctionne et que tu n’es pas juste en train d’halluciner dans ta chambre, tu dis : « Finalement, mon boulot est tranquille et ça m’ennuie ».

Si tu trouves quelque chose qui te passionne et qui fonctionne, tous les jours quand tu iras au travail, tu vas te dire : « à quelle heure je finis pour pouvoir me mettre à faire mon truc ».

Tu changes complètement la dynamique, tu changes complètement le questionnement et ça rend les choses plus faciles.

Donc la question à se poser, c’est : quelle expérience je vais mettre en place concrètement sur le terrain ?

Avant, j’avais une boîte informatique que j’avais créée et quand j’ai commencé à en avoir marre de travailler trop et que j’ai voulu me lancer sur le web, pareil, j’ai commencé à temps partiel à côté de mon premier business en faisant l’expérience sur le terrain.

J’ai commencé à créer un blog, puis un deuxième, puis un troisième. Ce n’est que le troisième qui a rencontré le succès « Des livres pour changer de vie » et à partir de là, j’ai réussi de devenir blogueur professionnel deux ans après avoir créé mon premier blog.

Ça a pris du temps, mais j’ai fait cela à côté en diminuant quelques loisirs. Ça demande des sacrifices, c’est sûr, tu n’as rien sans rien.

Et quand ça a commencé à marcher, quand j’ai commencé à dégager un véritable chiffre d’affaires d’entreprise avec mon blog, là, j’ai commencé à vendre ma première boîte sous forme de portefeuille client progressivement.

Tout ça s’est fait progressivement sans jamais brûler mes ponts.

Je savais que si mon business sur le web n’allait pas marcher, que j’allais pouvoir toujours continuer ma première boîte et que ça ne posait pas de problème.

 

Vous avez aimé cette vidéo ? Cliquez ici pour vous abonner gratuitement à la chaîne Youtube ! 🙂