Une idée reçue démontée : les mots ne sont pas importants dans la communication

Dans cette vidéo je démonte un mythe qui a la vie dure, et qui veut que les mots comptent seulement pour une petite partie dans la communication. Ce n’est pas totalement faux, mais ce n’est pas totalement vrai non plus, comme je vous l’explique en détails 🙂

L’article d’Albert Mehrabian dont je vous parle : “”Silent Messages” — A Wealth of Information About Nonverbal Communication (Body Language)” http://www.kaaj.com/psych/smorder.html

Pour aller plus loin :
http://www.des-livres-pour-changer-de-vie.fr/ – une sélection de livres rares et exigeants pour changer de vie
http://blogueur-pro.com/ – Devenez libre et indépendant financièrement grâce à votre blog
http://www.habitudes-zen.fr/ – Vivre une vie zen et heureuse
http://devenez-meilleur.fr/ – Le développement personnel pour les gens intelligents

http://youtu.be/ZrpcHuXz0CY

 

Transcription texte (littérale) de la vidéo :

Bonjour, ici Olivier Roland et bienvenue dans cette nouvelle vidéo.

Alors, je me trouve actuellement à Bordeaux où je vais interviewer un client entrepreneur qui a une belle histoire à raconter. Et donc, j’en profite pour vous faire la vidéo d’aujourd’hui dans laquelle j’aimerais tout simplement partager avec vous des données pour casser un mythe qui est très répandu. Ce mythe touche à la communication.

En effet, quand on parle communication, enfin très souvent, vous allez trouver en fait ces chiffres-là, les chiffres que je vais vous donner dans les formations sur la PNL, sur la communication, sur les tas de sujets qui touchent à ça.

Et en général les chiffres qui reviennent tout le temps, c’est que en fait, les mots comptent seulement pour 7% dans la conversation, suivis par 38% pour la voix et 55% pour la gestuelle. Ça, c’est vraiment, on va dire, les chiffres classiques qui ressortent tout le temps. Et le corollaire, c’est que les mots comptent pour une part beaucoup plus faible que le langage corporel et que l’intonation de la voix dans la communication.

Et le problème de ces chiffres, c’est que en fait, Scoop, c’est une légende urbaine. Enfin pas tout à fait. J’exagère un petit peu en disant ça. Ce n’est pas une légende urbaine, ça l’est parce que c’est complètement sorti du contexte, ça ignore comment ça a été mesuré et ça ignore les précautions qui ont été données par les découvreurs même de ces chiffres-là.

Alors qui est le découvreur de ces chiffres ? C’est Albert Mehrabian qui est à la base un psychologue de la communication, qui a fait des recherches dans les années 70 sur ce sujet. Et il précise sur son propre site web, je vous ai mis le lien juste en dessous, vous pouvez vérifier, c’est en anglais. Il précise que c’est chiffres-là ne sont valables que dans un contexte très particulier, à savoir si vous exprimez une émotion ou une attitude. Ça veut dire que si par exemple vous dites : « Je t’aime ! » ou je ne sais pas moi « Je te hais ! » ou voilà. Quand vous exprimez une émotion, ou je me sens mal ou vous dites je suis très méchant, voilà, vous exprimez une attitude, là d’après lui, les chiffres qu’il a trouvé sont effectivement valables.

Par contre, si vous parlez de tout autre chose comme par exemple, j’aime manger du bœuf, ou si vous dites : Je pense que pour développer notre entreprise, il va falloir recruter une force de vente et faire du phoning au niveau des entreprises B to B. Et bien là, dans ce cas-là, ça ne fonctionne pas. Les mots ne comptent pas pour 7%, le langage du corps ne compte pas pour 54%, etc. Donc ces chiffres ne sont pas bons dans d’autres contextes.

Donc ça, c’est quand même quelque chose d’important, à savoir que le découvreur même de ces chiffres-là précise bien que c’est dans un contexte limité. Et ça malheureusement, le problème c’est que vous allez entendre ces chiffres partout et que jamais, ils ne vous expliquent d’où ça vient et quel est le contexte, ni vous mettent en garde en vous disant que c’est à prendre avec des pincettes et que en fait, ce n’est pas applicable à toutes les situations.

Et il a des chercheurs qui se sont penchés là-dessus et qui ont trouvé ça très intéressants. Notamment, il y a eu Judee Burgoon, David Buller, Gill Woodall, qui sont aussi des psychologues du langage et qui ont dit qu’en gros voilà. L’adage qui dit : « Ce n’est pas ce que vous dites qui compte, c’est la façon de le dire », ça peut être vrai sur certaines circonstances, ça peut ne pas être vrai autrement.

C’est évident que l’intonation ça a une importance, c’est évident que le langage du corps ça a une importance, mais les mots aussi ont leur importance.

Je veux dire d’après vous, quelle est l’importance du langage du corps quand vous téléphonez par exemple ?

Alors évidemment, il ne faut pas tomber dans l’excès inverse, il ne faut pas croire que ça a 0% d’impact. Par exemple, on sait que quand on sourit, notre voix est différente et que ça s’entend au téléphone. Quand on est debout, on a aussi plus d’énergie, etc. Mais voilà, il ne faut pas croire à ces chiffres tels quels.

Donc en fait, ces chercheurs-là ont fait une méta-analyse. Une méta-analyse c’est quand ils étudient en fait plusieurs études. En l’occurrence, ils ont étudié plus de 100. Et en fait, ils disent et c’est exactement ce que dit Mehrabian d’ailleurs, ils disent que l’importance relative des mots, du langage du corps et de l’intonation dépend du contexte. Et en gros, ils disent, je donne quelques contextes.

Par exemple, dans une présentation importante comme une conférence ou une argumentation, la répartition des sources s’inverse, c’est-à-dire que le langage du corps passe de 55% d’importance à 32. Déjà, ce n’est plus pareil. Le ton de la voix passe de 38 à 15% et le message, les mots passent de 7 à 53%. Vous voyez donc, si vous devez persuader, convaincre, faire une conférence en présentant un sujet, l’impact des mots en tout cas d’après ces chercheurs est plus important que tout le reste. C’est-à-dire que même si vous dites ça de manière ennuyeuse, que vous n’avez pas un langage du corps exceptionnel, ce qui est finalement le cas par exemple de beaucoup de scientifiques, néanmoins les mots vont avoir de l’importance.

Ça ne veut pas dire qu’il faut négliger évidemment le langage du corps, qu’il faut négliger l’intonation, mais dans ce cas-là précis, c’est faux de dire que c’est la manière de le dire qui est plus importante.

Donc, voilà. C’est ce que je voulais partager avec vous aujourd’hui. Il y a comme ça beaucoup de mythes qu’on entend un petit peu partout, en particulier dans le secteur du développement personnel. Et moi, je suis un grand fan du développement personnel. Je m’estime moi-même partie intégrante du secteur du développement personnel mais il y a des mythes que je rencontre comme ça régulièrement et qui, à chaque fois, ça m’attriste un petit peu surtout que souvent, c’est répété par des gens qui sont de bonne foi, qui ont souvent beaucoup de bonnes intentions et qui ne pensent pas à vérifier leurs sources, qui ne pensent à chercher un petit peu plus loin.

Donc, le message que je voudrais passer aujourd’hui : finalement, qu’est-ce qu’on retient de ça ? C’est que dans la communication, il faut tout soigner : les mots, la gestuelle, l’intonation et qu’il ne faut surtout pas négliger les mots. Je veux dire qu’il y a quand même une discipline qui existe et qui ne pourrait pas exister si les mots n’avaient pas leur importance. Cette discipline c’est le copywriting.

Le copywriting c’est, et non pas le copyrighting. Le copywriting – vous pourriez apprécier mon superbe accent anglais au passage – c’est tout simplement l’art d’utiliser les mots pour mieux vendre. Et c’est évident que les gens qui écrivent les discours des hommes politiques, ils font aussi attention au choix des mots, ça a leur importance. La diplomatie, c’est aussi le choix des mots. Enfin, il y a des tas de secteurs comme ça dans lesquels les mots ont leur importance.

Donc, retenez ça. Vous allez sans doute encore, surtout si vous êtes intéressés et passionnés par le développement personnel, ce qui est sans doute votre cas si vous suivez cette vidéo, vous allez entendre ces chiffres encore de nombreuses fois dans votre vie. Ayez toujours à l’esprit que c’est juste une partie de la vérité, que la personne qui vous transmet ces chiffres-là n’a sans doute pas fait complètement son travail et qu’elle aurait pu aller un peu plus loin, mais après voilà. Ce n’est pas facile toujours de tout vérifier mais en tout cas, vous le savez et que c’est aussi important de soigner les mots, de choisir les mots et que ça peut avoir un impact considérable dans la réception que les gens ont.

Un simple exemple pour ça. Pourquoi vous croyez que les slogans existent ? Pourquoi vous pensez qu’il y a des gens qui réfléchissent vraiment beaucoup pour trouver des slogans pour les entreprises, des slogans pour des causes ?

On a eu un exemple il y a quelque temps en France avec le mariage pour tous. Le mariage pour tous est un magnifique slogan qui d’ailleurs a été repris parfois à des fins dérisoires, on va dire, pour vraiment se moquer un petit peu, mais ça a été repris très fortement parce que c’est un magnifique slogan. Je veux dire, si vous allez voir des personnes dans la rue et que vous leur dites : « Est-ce que vous êtes pour le mariage gay ? » Il y en a peut-être, je ne sais pas, un certain nombre de personnes qui vont vous dire « Non ». Par contre, si vous demandez : « Est-ce que vous êtes pour le mariage pour tous ? » Ben forcément, ce chiffre va diminuer. Le pourcentage de gens qui vont dire « Non » va diminuer parce que les mots ont leur importance. Il y a des mots qui engendrent immédiatement une connotation négative ou positive dans l’esprit d’un certain pourcentage de la population. Il y en a d’autres qui sont plus neutres, etc.

Bon voilà, donc il y avait deux messages dans cette vidéo. Un, cette importance des mots. Et deux, le fait qu’il faut faire attention aussi aux mythes qui circulent dans le domaine du développement personnel. Comme dans tous les secteurs, il y a des mythes qui circulent, ne vous inquiétez pas, je serai là pour vous aider à les démasquer.

Je vous en donnerai d’autres prochainement. Vous verrez, ce sera très, très intéressant.

Donc, merci d’avoir suivi cette vidéo. Pour suivre les prochaines, il vous suffit de cliquer sur le petit bouton qui se trouve en haut à droite de votre vidéo. Comme d’habitude j’ai besoin de votre feedback. Donc si vous avez aimé cette vidéo, cliquez sur « J’aime » juste en-dessous et puis partagez-la. Si vous n’avez pas aimé, cliquez sur « J’aime pas » et ne la partagez pas.

Merci et à demain pour la prochaine. Au revoir.

Vous avez aimé cette vidéo ? Cliquez ici pour vous abonner gratuitement à la chaîne Youtube ! 🙂