La Salope Éthique

Dans cette vidéo je partage avec vous le concept de polyamour et de relations libres ouvertes à travers le livre La Salope Éthique“, au-delà des simples “sex-friends” et “fuck-friends” 😉 .

Le livre “La Salope Éthique de Dossie Easton et Janet W. Hardy : http://amzn.to/1vSz9WE
L’article de Wikipédia sur le polyamour : https://fr.wikipedia.org/wiki/Polyamour
Le site de référence sur le sujet en français, avec un forum actif : http://polyamour.info/

Pour aller plus loin :
http://www.des-livres-pour-changer-de-vie.fr/ – une sélection de livres rares et exigeants pour changer de vie
http://blogueur-pro.com/ – Devenez libre et indépendant financièrement grâce à votre blog
http://www.habitudes-zen.fr/ – Vivre une vie zen et heureuse
http://devenez-meilleur.fr/ – Le développement personnel pour les gens intelligents

http://youtu.be/ADq1m_cDclI

 

Transcription texte (littérale) de la vidéo :

Bonjour, ici Olivier Roland et bienvenue dans cette nouvelle vidéo.

Alors, une vidéo au titre un petit peu curieux voire même carrément curieux. Vous vous demandez sans doute mais pourquoi ça s’appelle « La Salope Éthique » ?

Et bien tout simplement parce que je vais vous parler d’un livre qui s’appelle lui-même « La Salope Éthique ». Donc ce livre, c’est pour moi l’occasion de vous parler d’un sujet qui me tient à cœur et dont je n’ai pas parlé jusqu’à présent sur mes blogs, qui est le « polyamourisme ».

En fait, je pense que ce livre a le potentiel tout comme « La semaine de quatre heures » ou d’autres excellents livres de vraiment repousser l’horizon des possibilités pour beaucoup de personnes, de remettre en cause certaines normes qui paraissent absolument normales mais sur lesquelles on n’a pas vraiment réfléchi, et en tout cas de peut-être changer ces quelques actions au quotidien, voire même peut-être pour certains d’entre vous, changer complètement votre vie.

Donc à la base, c’est un livre américain qui a été publié dans les années 90. Il vient tout juste de sortir en français. Il a été donc écrit par Dossie Easton et Janet Hardy. Et en fait, ce sont deux femmes qui vivent à San Francisco qui est une des capitales de la révolution contre culturelle, sexuelle, celle qui a permis pas mal d’émancipation au niveau du sexe, c’est parti de là dans les années 60.

Dossie Easton est à la base thérapeute, donc conseillère conjugale et Janet Hardy qui est directrice d’une maison d’édition spécialisée dans le SM. Donc dans le livre « La Salope Éthique », elles discutent un petit peu de cette norme qui aujourd’hui est prédominant dans notre société qui est le monogamisme fidèle. En tout cas à terme, c’est une norme qui, voilà. Tout le monde accepte aujourd’hui qu’on ait des aventures avant de se marier, ce qui n’était pas le cas avant. Tout le monde accepte aujourd’hui qu’on puisse rester en concubinage sans se marier, qu’on puisse avoir des enfants sans se marier. Aujourd’hui, ce sont des choses qui sont acceptées, qui n’étaient pas il y a pas si longtemps que ça. Je veux dire au début des années 60, ce n’était pas accepté du tout. En tout cas, c’était mal vu.

Par contre, il y a une norme qui dont elles discutent en fait dans ce livre qui est le fait d’être, une fois qu’on a trouvé la personne, d’être monogame, fidèle jusque la fin de sa vie. Et donc, ça part de là en fait. Et elles ont des arguments très intéressants pour dire que jurer fidélité à une personne pour le restant de sa vie, ce n’est peut-être pas la chose la plus pertinente à faire, en tout cas pas pour certains d’entre nous. C’est sans doute une merveilleuse chose pour certaines personnes mais pas pour tout le monde. Et elles avancent plusieurs arguments intéressants pour ça.

Le premier c’est que finalement, cette idée de mariage monogame, en tout cas de fidélité monogame jusqu’à la fin de la vie, et bien ça a été inventé à une époque où l’espérance de vie était très faible, où les gens mourraient à 30-35 ans et donc, ils devaient rester avec quelqu’un peut-être 15 ou 20 ans grand maximum. Et donc voilà. Pas si longtemps que ça par rapport à nos normes aujourd’hui. Aujourd’hui si on trouve notre conjoint à 30 ans ou même 35 ans, on peut peut-être vivre 30, 40, 50 ans avec lui. Et en théorie, on est censé donc rester fidèle à cette personne pendant toutes ces années.

Ensuite, deuxième chose. Cette idée de monogamisme, fidèle à vie, c’est aussi, ça a été inventé à une époque où il n’y avait pas la pilule et toute relation extra conjugale pouvait aboutir à des enfants qui naissaient dans des conditions difficiles, où il n’y avait pas de deuxième parent etc. pour éduquer cet enfant. Et puis dans un environnement préhistorique ou même il y a quelques milliers d’années qui n’était pas préhistorique forcément mais qui était beaucoup plus pauvre en ressources qu’aujourd’hui, et où on pouvait mourir de faim si on n’avait pas le père qui allait à la chasse, amener la nourriture.

C’était aussi à une époque où il y avait beaucoup moins de gens. Donc, on avait beaucoup moins de choix. Les gens vivaient dans des villages de 100 personnes à tout casser et le plus proche village était à plusieurs dizaines de kilomètres. Et pareil, il y avait 100 personnes à tout casser donc on n’avait pas un choix immense. Alors qu’aujourd’hui, on est sept milliards de groupes de personnes sur terre et on a un choix de partenaire beaucoup plus important. On va faire des tas de rencontres dans notre vie. On va rencontrer peut-être plus de personnes peut-être en un an que les gens à l’époque de la préhistoire ont rencontré dans toute leur vie.

Et aussi, c’était à une époque où a priori, ça dépend de quelle époque on parle. C’est plutôt la préhistoire mais a priori, voilà. Cette idée de relation fidèle à vie, c’est plutôt né assez tôt dans l’histoire de l’humanité des hommes modernes, et bon voilà.

Si on regarde un petit peu la condition des femmes dans les sociétés anciennes, la plupart du temps, elles n’avaient pas beaucoup de voix au chapitre. Elles n’avaient pas le droit de vivre une vie sexuelle assumée, elles étaient vues comme des procréatrices. Elles devaient fournir les guerriers à la cité, elles devaient fournir les enfants qui allaient permettre d’assurer le renouvellement de la nation et c’était voilà. Le sexe vu comme une fonction procréatrice. Alors pas forcément, c’est surtout dans les sociétés pré-christianismes, on ne va pas faire un cours d’histoire ici mais tout ça pour dire, ça a été inventé à une époque où les femmes en tout cas avaient beaucoup moins voix au chapitre sur des tas de sujets et le sexe en faisait partie.

Donc, elles parlent de ces constats-là pour dire qu’aujourd’hui, on vit une époque où on peut essayer d’envisager autre chose que cette relation monogame fidèle mais sans pour autant tromper son conjoint. D’où le titre « La Salope Éthique » en fait.

L’idée c’est que, à partir du moment où on est entre adultes consentants et que on fait tout en transparence et dans le respect des autres, on peut tout faire. On n’est limité que par notre imagination et ce que les autres sont capables d’accepter tout simplement.

C’est un livre très distinctif. C’est un livre qui remet en cause beaucoup de choses qui nous semblent complètement normales, logiques et en posant des questions qui nous font réfléchir là-dessus et en nous proposant des alternatives.

Donc l’alternative au monogamisme fidèle c’est le polyamourisme. Le polyamourisme, ce n’est pas de la polygamie, ce n’est pas exactement la même chose. Le polyamourisme c’est cette idée que on n’a pas besoin de s’engager à coucher avec une seule personne pour le restant de ses jours à partir d’un instant T ; que en fait, on peut très bien développer une relation amoureuse avec quelqu’un tout en ayant d’autres partenaires à côté qui ont des statuts différents et en faisant cela en toute transparence. C’est-à-dire sans jamais à un moment donné tromper quelqu’un puisque évidemment, tromper ça veut dire mentir, ça veut dire faire croire à des choses qui n’existent pas ou qui sont fausses à quelqu’un. Et donc quand on dit à quelqu’un : « Je vais être fidèle jusqu’à la fin de ma vie » et qu’on a des relations sexuelles à côté, on trompe la personne. Alors que si on dit à la personne : « J’aurai des relations sexuelles à côté, est-ce que tu es d’accord ? Oui, Ok, parfait. » Et qu’on a, on ne trompe personne. C’est fait dans une totale transparence. Et bien, ça permet d’envisager des tas de choses.

Alors, ce livre est très, très intéressant. Moi, il m’intéresse particulièrement parce qu’en fait, j’ai vécu une forme de polyamourisme pendant plusieurs années, entre 2006 et 2010, donc entre deux relations que j’ai eu. J’ai vécu pendant 4 ans une forme de polyamourisme complètement transparent avec une petite pause de 8 mois au milieu puisque j’ai eu une relation monogame à ce moment-là. Mais je sortais d’une relation qui a duré deux ans. Et quand j’ai arrêté cette relation, et bien comme beaucoup d’entre nous, je n’avais pas envie de me remettre dans une relation stable à ce moment-là. J’avais envie de m’amuser un petit peu.

Je me dévoile un petit peu en vidéo mais personnellement, les coups d’un soir, ça ne m’a jamais intéressé à part dans un contexte de fête éventuellement. Mais à partir du moment où une femme m’a plu suffisamment pour que je couche avec, en général, j’ai envie de la revoir. Sauf si ça a vraiment été une catastrophe. Mais sinon, j’ai envie de la revoir. Et donc, moi je ne voyais pas trop l’intérêt des coups d’un soir, et en même temps, je ne voulais pas construire une relation parce que j’en sortais et j’avais besoin d’un peu d’air, j’avais besoin de m’amuser un petit peu. Je pense que c’est une période qu’on a tous plus ou moins connue dans notre vie.

Donc, je me suis dit comment faire parce que voilà. Et à côté de ça, je n’avais pas envie de tromper, je n’avais pas envie de mentir. J’en ai parlé avec des amis, ils m’ont dit : « Tu fais comme tout le monde, tu couches avec plusieurs femmes, tu ne leur dis pas. Et puis, voilà. » Moi, ça m’embêtait parce que je n’aime pas mentir. Je préfère avoir des relations transparentes, donc je me suis dit comment faire ?

Et je me suis dit : « Ce que je vais faire en fait c’est que je vais être très franc avec les femmes que je rencontre. Je vais leur expliquer ma position. Et je vais leur dire que voilà, moi ce que je recherche avant tout, c’est à construire quelque chose mais pas à construire une relation de couple en tant que tel. Mais construire une relation d’amitié dans laquelle le sexe est présent. » Donc, on pourra appeler ça « sex-friend » mais j’aime pas du tout ce terme. J’avais inventé le terme « d’amimour » pour décrire ça, et que ça impliquait notamment d’avoir plusieurs partenaires, c’est-à-dire qu’on n’était pas engagé dans une relation monogame, fidèle et qu’on avait le droit d’aller voir ailleurs si on voulait.

J’avais mis personnellement, et c’est juste une forme très particulière de polyamourisme. Il y en a beaucoup d’autres. Je vais vous en donner quelques unes après, mais sinon, il faut lire le livre pour avoir un aperçu plus global. J’avais mis en place quelques règles. J’avais dit voilà : « Il ne faut pas non plus sous-estimer notre jalousie qui est une émotion humaine complètement normale ».

Donc, règle numéro un : On ne parle pas des autres aventures, on ne parle pas des autres en fait. On a le droit d’aller voir ailleurs, c’est quelque chose qui est établi dès le départ. Par contre, on ne parle pas des autres.

Et deuxième règle : Quand on est ensemble, on est complètement ensemble. C’est-à-dire qu’on ne va pas se mettre à aller draguer à côté, on ne va pas essayer de faire souffrir l’autre. On est avec lui, on ne parle pas des autres, on ne drague pas à côté et on est avec lui comme si c’était notre conjoint en fait tout simplement. On vit vraiment le moment présent.

Et je crois qu’il y avait d’autres règles mais enfin, voilà. C’était vraiment les deux règles de base. Des règles très, très simples, et qui ont fait que…Déjà, il faut savoir que contrairement à tout ce qu’on m’avait prédit parce que j’ai parlé de ça avec mes amis, ils m’ont dit : « Mais non, mais t’es fou. Les femmes ne vont jamais accepter ça, etc. » Et je prends en (0 :09 :15). Donc lors des premiers rendez-vous, je racontais ça, quasiment tout, avant même d’embrasser la fille. Et j’étais très, très, très surpris de voir le nombre de femmes qui étaient ouvertes à ça. Ça m’a vraiment surpris.

Ça ne veut pas dire que 100% des femmes étaient d’accord. J’ai perdu quelques femmes qui étaient clairement intéressées par moi, et que dès que je leur ai dit ça, ça les a fait fuir. Mais je trouve que globalement, alors je ne peux pas vous donner de pourcentage exact, mais j’ai trouvé qu’il y avait plus de la moitié des femmes que je rencontrais qui étaient ouvertes sur le sujet et pas fermées, et qui étaient prêtes à expérimenter ça d’une manière ou d’une autre.

Donc déjà, ça m’a surpris de voir à quel point c’était, parce que je n’avais pas l’impression que c’était quelque chose de répandu, mais en tout cas c’est quelque chose qui est accepté aujourd’hui mais dont on ne parle pas vraiment en fait finalement.

Et je pense qu’il y a aussi une part de (0 :09 :57), d’amour. Beaucoup de femmes réalisent qu’il y a des hommes qui leur promettent d’être fidèles alors qu’ils ne le sont pas et puis inversement. Je veux dire, j’avais vu des sondages où carrément il y a une personne sur deux qui déclare avoir trompé son conjoint au moins une fois. Donc, c’est quand même assez impressionnant. D’ailleurs, c’est aussi un des arguments qu’elles donnent dans ce bouquin, c’est de dire que promettre d’être fidèle toute la vie à quelqu’un, c’est un peu une hypocrisie. Ça marche pour certaines personnes. Et certaines personnes et peut-être même un bon pourcentage de la population y arrivent, mais pour aussi un bon pourcentage de la population, c’est hypocrite parce qu’on sait bien qu’on ne va pas y arriver ou à un moment, on va craquer. Il n’y a pas de honte à ça. C’est aussi un des messages du livre.

Bon, je finis juste sur mon expérience personnelle. En tout cas avec ces quelques règles et en étant totalement transparent sur le sujet, ça s’est toujours très bien passé. Alors je ne veux pas dire par là que c’est Disneyland, il y a eu des frictions, il y a eu éventuellement quelques blessures mutuelles comme ça pourrait l’être avec un couple, et par contre, il n’y a jamais eu de mélodrame lié directement, même indirectement d’ailleurs, à cette situation de polyamourisme que j’avais mis en place. Ça s’est toujours très bien passé. C’était dans le respect mutuel et puis voilà, je suis encore ami avec certaines des femmes avec qui j’ai eu ce genre de relation. Et je trouve d’ailleurs que le fait d’avoir partagé des moments comme ça, intimes physiquement avec ces femmes a renforcé la relation d’amitié sur le long terme. Ça n’a pas été vrai pour toutes les femmes clairement mais ça a été vrai pour certaines d’entre elles. Je suis encore ami avec certaines d’entre elles.

Donc ça, c’était mon expérience personnelle. C’est ce que j’ai vécu pendant quatre ans avant de signer un contrat d’exclusivité mondial avec ma précédente copine. Et donc, ça m’a très, très intéressé quand ce livre est sorti en français puisque finalement, il décrivait quelque chose que j’avais déjà vécu et qui je trouve, on n’en parle pas assez en France.

Donc là, je vous ai donné mon expérience personnelle qui est une forme très particulière de polyamourisme. Il y en a des centaines, des milliers. En fait, comme je vous ai dit : le concept de polyamourisme, c’est que à partir du moment où on respecte l’autre et qu’on reste dans les limites de ce qui peut être accepté, on n’est limité que par notre imagination. On est entre adultes consentants, on peut se mettre d’accord sur tout en fait. On parle d’un contrat de mariage sauf que le contrat de mariage c’est décider en gros est-ce qu’on sépare les biens ou pas. Là, on définit toutes les règles et puis voilà, on fait comme ça.

Donc, quelques exemples de relations polyamourismes qui sont possibles. Et bien, qu’on peut y avoir un couple monogame, un vrai couple normal mais qui accepte par exemple d’avoir des aventures de temps en temps quand l’un des deux est en voyage. Il y a une règle très courante en fait dans le polyamourisme qui est la règle des « one hundred miles », des 100 miles, ça fait à peu près 150 kilomètres, qui dit voilà : « Aucune personne dans le couple n’a le droit d’avoir de relations s’il n’est pas à plus de 150 kilomètres de l’autre ». Ce qui évite finalement d’avoir des relations suivies dans une vie et ce qui évite d’avoir des mélodrames à cause de la proximité. Là au moins, c’est juste qu’il y en a un des deux qui sera en voyage. Là, on peut s’amuser. Mais voilà, c’est une règle qui est courante. Encore une fois, c’est limité par l’imagination et nos limites personnelles.

Une autre possibilité c’est des gens qui sont fidèles entre eux mais pas qu’à deux, qui forment des trios, des couples à quatre ou cinq, que sais-je, voilà, qui ont une relation entre eux mais qui décident qu’ils sont fidèles entre eux et point barre. Tout est possible en fait. Vous pouvez décider d’avoir deux amours ou un amour principal et des amants, etc. Il y en a qui font carrément se rencontrer leurs amants respectifs. D’autres qui, comme moi, cloisonnés même si c’est transparent, cloisonnés et ne parlaient pas pour éviter les jalousies et les mélodrames. Ce genre de choses.

Voilà, c’est ça qui est génial et c’est ça que je trouve qui est extraordinaire dans ce livre. C’est que finalement, il nous ouvre les portes de tout un tas de possibilités exactement comme « La semaine de quatre heures », exactement comme « Comment se faire des amis », exactement comme tous les vraiment excellents livres. C’est que ça nous fait exploser des limites qui nous paraissaient complètement normales, et quand on lit ce livre, on se dit : Mais qu’est-ce qu’elles ont de si normales ces limites en fait ?

C’est vrai que quand on réfléchit rationnellement à cette idée-là, on se dit : Mais bien sûr, pourquoi pas ? A partir du moment où tout le monde est d’accord et que, on fait en sorte de se respecter et pas de se blesser, pourquoi ne pas avoir des relations de ce type ?

Donc voilà, c’est vraiment un livre que je vous recommande. Très, très intéressant, « La Salope Éthique ». Après, vous pouvez très bien ne pas être d’accord avec ce concept et vous dire que le monogamisme est fait pour vous. Clairement les relations monogames fidèles sont faites pour une certaine partie de la population, peut-être une majorité de la population, mais je sais aussi qu’elles ne sont pas bien adaptées à une minorité, au minimum une minorité importante de la population, si ce n’est une majorité, sauf que beaucoup de gens n’en ont pas conscience aujourd’hui. Il y a des gens qui vont tromper leur conjoint, qui vont sortir de la culpabilité, il y a des drames qui vont se créer alors que finalement si tout avait été défini d’une manière transparente dès le début, il n’y aurait pas eu de problèmes.

Donc, un livre que je vous recommande fortement : « La Salope Éthique ». En plus voilà, le titre est juste génial. C’est le meilleur titre marketing du monde, je crois, qui a été trouvé pour un bouquin. Et en plus, il décrit vraiment très bien le concept du livre. Il y a d’autres livres comme ça sur le sujet. Je vous en parlerai peut-être. Je vais en faire une chronique sur « Des livres pour changer de vie ». Donc si vous regardez la vidéo un petit peu après sa publication, j’aurai rajouté le lien juste en-dessous.

Je vous ai mis juste en dessous des ressources en français sur le polyamourisme en France. Notamment, il y a un site très connu sur le sujet avec un forum qui est actif. Donc, c’est une excellente introduction si vous voulez vous initier un petit peu à ce monde, même si c’est juste par pur curiosité. Je vous ai mis aussi évidemment le lien vers ce livre.

Voilà. En tout cas, j’espère que cette vidéo vous a ouvert un petit peu de nouvelles pistes, de nouveaux horizons dans le domaine des relations peut-être. J’espère que ça vous a donné envie de lire le livre et d’approfondir un peu tout ça. Peut-être que ce n’est pas pour vous mais peut-être que ça l’est. Donc, voilà. En tout cas, je suis très heureux de partager ça avec vous.

Donc comme d’habitude, j’ai besoin de votre feedback. Si vous avez aimé cette vidéo, cliquez sur « J’aime » juste en-dessous et partagez-la. Si vous n’avez pas aimé, cliquez sur « Je n’aime pas » et ne la partagez pas. Et comme d’habitude, pour suivre les prochaines vidéos, vous cliquez sur le petit bouton qui se trouve juste ici en haut à droite et vous recevrez toutes les prochaines vidéos.

Merci et à demain pour la prochaine vidéo. Au revoir.

Vous avez aimé cette vidéo ? Cliquez ici pour vous abonner gratuitement à la chaîne Youtube ! 🙂

Mot-clés utilisés pour trouver cet article :

salope ethique, la salope livre