Faites vous partie des nouveaux analphabètes ?

Dans cette vidéo je vous pose une question sans détours, en vous détaillant les critères qui selon moi font les analphabètes modernes (ce sera un des sujets de mon futur livre).

L’article dont je parle dans la vidéo : http://www.des-livres-pour-changer-de-vie.fr/faites-vous-partie-des-nouveaux-analphabetes/

Pour aller plus loin :
http://www.des-livres-pour-changer-de-vie.fr/ – une sélection de livres rares et exigeants pour changer de vie
http://blogueur-pro.com/ – Devenez libre et indépendant financièrement grâce à votre blog
http://www.habitudes-zen.fr/ – Vivre une vie zen et heureuse
http://devenez-meilleur.fr/ – Le développement personnel pour les gens intelligents

http://youtu.be/4EjUNRJIGVk

 

Transcription texte (littérale) de la vidéo :

Bonjour ici Oliver Roland et bienvenue dans cette nouvelle vidéo.

Dans cette vidéo, j’aimerais partager avec vous une question. Cette question est très simple, c’est : « Est-ce que vous faites partie des nouveaux analphabètes ? » Alors, vous allez me dire : « Hein ? Mais, qu’est-ce que tu veux dire par là ? » Alors, je m’explique.

J’estime que, aujourd’hui, il y a des analphabètes modernes. Par là, j’entends qu’il y a des gens qui ont un handicap dans notre société aujourd’hui qui est équivalent au handicap qu’avaient les gens qui ne savaient pas lire et écrire il y a, disons, 1 siècle. On va dire qu’ils ne savaient pas lire, écrire et compter. Et quels sont les facteurs qui créent cet analphabétisme moderne, selon moi?

Je vais vous les donner. Comme ça, vous pouvez savoir si vous faites parties ou pas des analphabètes modernes.

Selon moi, il y a trois facteurs. Donc avant, il y avait savoir lire, savoir écrire, savoir compter. Si vous ne savez pas faire ça en 1914, donc il y a 1 siècle, vous étiez vraiment handicapé par rapport à la plupart des gens. Même en 1850, même quand la plupart des gens ne savaient pas écrire et lire, c’est quand même un gros handicap par rapport à ceux qui savaient le faire. Et vous étiez dépendant de tous ceux qui savaient le faire dès que vous aviez besoin de signer un document, de faire quoi que ce soit. Imaginez de passer toute une vie sans avoir lu un seul livre. Imaginez de passer toute une vie où vous ne pouvez même pas faire une liste de chose à faire. Vous ne pouvez pas faire une liste de course parce que vous ne savez pas écrire. Je veux dire, il faut quand même se rendre compte à quel point on se sert de l’écriture et de la lecture et de ce fait de savoir compter tous les jours. C’est quand même assez impressionnant. Est-ce que vous pouvez imaginer d’aller faire les courses sans liste de course ? Sans même avoir la possibilité de le faire parce que vous n’avez pas les compétences pour le faire ?

Aujourd’hui, on a des choses équivalentes. Alors, selon moi, les trois facteurs qui font les analphabètes modernes sont les suivantes. Le premier c’est le manque de compétence de base en informatique. Aujourd’hui, les ordinateurs sont omniprésents et pas seulement les ordinateurs, les Smartphones et toutes les interfaces numériques. Je veux dire, on peut encore commander son billet de train dans un guichet avec un être humain mais pour combien de temps encore ? Aujourd’hui, la plupart des gens vont sur les bornes automatiques ou commandent sur Internet. Et il y a des tas de choses qui sont aujourd’hui beaucoup plus pratiques à faire avec un ordinateur et qui bientôt, sans doute, seront aussi obligatoirement faites avec un ordinateur.

Donc, si vous ne savez pas utiliser les fonctions basiques d’un ordinateur, donc voilà, juste de vous servir d’une souris, d’un clavier, savoir se servir des possibilités de base d’un traitement de texte, servir des possibilités de base d’un tableur, bien sûr vous pouvez vivre, vous pouvez essayer de tirer votre épingle du jeu mais vous êtes handicapé par rapport à ceux qui savent, qui connaissent ces compétences. Exactement comme il y a 100-150 ans, si vous ne saviez pas lire, vous pouviez quand même vous débrouiller mais vous étiez handicapé. Donc ça, c’est la première chose, les compétences informatiques. Et je ne parle pas évidemment d’Internet qui est complément intégré là-dedans. Je veux dire aujourd’hui, il y a une vraie différence entre les gens qui savent utiliser Internet pour faire des recherches, pour se connecter avec les autres, pour organiser leur voyage, etc. , et avec les autres, c’est évident. Ce n’est pas pour rien que le terme de fracture numérique a été inventé. C’est vraiment pour montrer qu’il y a une énorme différence de potentiel, de capacité, d’horizon entre ceux qui savent maîtriser le numérique et les autres. Donc ça, c’est le premier facteur.

Le deuxième facteur, c’est le fait de croire qu’une fois qu’on a son diplôme, c’est fini, on n’a plus besoin d’apprendre. Ça, c’est vraiment un gros facteur de l’analphabétisme moderne parce qu’à notre époque plus qu’à toute autre époque de l’humanité, il est extrêmement important de continuer à apprendre toute sa vie. Pourquoi ? Parce qu’on vit dans une société qui évolue extrêmement vite. Il suffit de voir les technologies, à quel point ils ont changé nos vies.

Rappelez-vous, ça dépend de votre âge, mais vous avez connu les années 80 ou le début des années 90, à l’air pré-Internet, vous avez pu voir à quel point ça a changé nos vies. Et vous devez être capable et déjà prendre conscience, avoir la démarche de et être capable d’apprendre tout au long de votre vie et réaliser quelque chose de très important que, c’est pas parce que vous avez votre diplôme que vous êtes sorti d’une école avec des bonnes notes que tout de suite c’est fini. Vous avez juste à bosser jusqu’à la fin de votre vie et plus jamais apprendre, ou peut-être juste en faisant une ou deux formations professionnelles payées par votre boîte. Ça, c’est vraiment un gros handicap par rapport à ceux qui apprennent tout au long de leur vie.

Et au-delà de ça, il y a la démarche de se cultiver, de garder son cerveau actif et d’acquérir la moindre compétence. Le simple fait de lire, j’en ai déjà parlé alors je refais vite fait un aparté là-dessus mais si vous lisez ne serait-ce que deux lires de non-fiction par mois, ça fait 24 livres par an. Au bout de 10 ans, ça fait 240 livres. Sur une vie sur 30 ans, ça fait – normalement, il ne faut pas faire de maths sur une vidéo, mais voilà – ça fait plus de 500 livres. Est-ce que vous pensez que ça fait une différence quelqu’un qui a regardé la télé pendant 30 ans et quelqu’un qui a lu plus de 500 livres. Est-ce que vous pensez que ça fait une différence dans son horizon intellectuel, ses capacités intellectuelles, ses compétences, la manière dont il voit le monde et les options qui s’ouvrent à lui ?

Evidemment que ça fait une différence. Donc très important, pour ne pas faire partie de nouveaux analphabètes, il faut vraiment prendre conscience qu’il est très important d’apprendre tout au long de sa vie et le faire.

Et le troisième facteur qui crée les analphabètes modernes, c’est le fait de ne maîtriser qu’une seule langue. Donc évidemment, moi ce que je recommande, c’est déjà de commencer par maîtriser l’anglais. Quand je dis maîtriser, c’est être capable d’avoir une conversation normale en anglais, de savoir lire un livre en anglais, de savoir regarder un film en anglais, peut-être avec les sous-titres en anglais mais en tout cas, de regarder un film en anglais sans (0 :05 :37) et de comprendre 80-90% sans problème. Voilà, d’avoir quand même un certain niveau.

Pourquoi je dis ça ?

Parce qu’il y a déjà le fait que le français c’est loin d’être la langue la plus parlée au monde. Je ne suis même pas sûr que c’est dans le top 10. Quand on voyage, c’est extrêmement important de maîtriser l’anglais. Si vous allez dans un pays dont vous ne maîtrisez pas la langue, vous êtes sûr de toujours pouvoir trouver quelqu’un qui parle anglais. Prenons (0 :06 :02) des pays où ce n’est pas très répandu comme la Chine ou la Thaïlande, en cherchant un peu, on trouve toujours des gens qui balbutient un peu l’anglais et qui vous permettent de vous débrouiller alors que le français, c’est beaucoup plus compliqué.

Ensuite, il y a cette question facteur de praticité dans les voyages mais il y a aussi le fait que ne maîtriser qu’une seule langue, ne penser qu’en une seule langue, ne s’éduquer que dans une seule langue, c’est un appauvrissement de l’esprit qui est absolument horrible. Quand vous avez toutes vos sources d’information, toute votre éducation, toutes les opinions que vous entendez qui viennent d’une seule langue, d’une seule culture, ça ne peut qu’aboutir c’est obligatoire au provincialisme. C’est-à-dire que vous ne pouvez pas avoir une ouverture d’esprit suffisante puisque vous êtes formaté par la société dans laquelle vous êtes. Mais le pire, limite, on est tous formaté dans la société dans laquelle on est. Donc ça, ce n’est pas très grave. Mais ce qui est terrible là-dedans, c’est qu’on ne s’en rend pas compte. Comment vous voulez vous en rendre compte ? Vous êtes complètement enfoncé dedans, vous n’avez aucun moyen de vous en sortir puisque vous ne maîtrisez pas les langues des autres cultures.

Alors, c’est qu’en parlant français, on peut aller à la découverte de cultures différentes comme par exemple, je ne sais pas moi, le Maroc, la Tunisie, les pays du Maghreb même si ce n’est pas leur langue officielle mais il y a quand même suffisamment de gens qui parlent le français dans ces pays-là pour qu’on puisse faire des choses intéressantes. On peut aller au Québec. On peut aller en Polynésie. Ok, c’est des cultures différentes. Il y a des choses à apprendre d’eux clairement mais ce n’est pas suffisant.

Quand vous parlez anglais ou une autre langue, l’espagnol ou n’importe quelle autre langue, vous pouvez vraiment plonger dans la culture de ces pays qui parlent cette langue. Et ça apporte énormément de bénéfices. Déjà, ça vous fait réaliser que tout ce qu’on vous a dit qui étaient des normes absolues à laquelle il ne faut pas déroger dans votre pays, dans d’autres pays, ça peut être considéré comme ne pas étant vrai. Vous pouvez avoir des valeurs dans certains pays qui sont à l’opposé de celles qu’on vous a enseignées. Vous pouvez avoir des valeurs qu’on vous enseigne à vous qui paraissent tellement stupides ou dont tout le monde se fout dans d’autres pays, et dans ces pays-là, il peut y avoir des valeurs qui sont très importantes pour eux et qui ne le sont pas pour vous. Donc, ça vous fait relativiser un peu. Ça vous fait prendre du recul par rapport à votre culture.

Je ne dis pas que les normes qui sont assignées dans notre culture sont forcément mauvaises, non. Mais, c’est intéressant de pouvoir s’extirper un peu de ça, de s’ouvrir l’esprit en se rendant compte qu’il y a des gens qui vivent très bien sans ces normes-là. Après, ils ne sont pas forcément plus mal, peut-être que si peut-être que non et que il y a d’autres manières de vivre que celles qu’on nous a enseignées. Ça nous extirpe un petit peu du carcan.

Ensuite, quand on arrive au niveau au-dessus c’est quand on arrive à penser dans une autre langue. Et ça, c’est absolument extraordinaire parce que moi, par exemple, je ne considère pas que j’ai un niveau extraordinaire en anglais mais je me débrouille. Je sais discuter en anglais avec les gens, regarder des films, lire des livres en anglais sans problème. Et j’essaie de penser en anglais. Je pense que je pense avec un accent d’ailleurs, mais bon, ce n’est pas le sujet. Quand je pense en anglais, en fait, penser dans une autre langue, c’est comme avoir un nouvel œil qui s’ouvre sur votre front.

Qu’est-ce que c’est la pensée finalement ? Qu’est-ce que c’est que la réflexion ? C’est votre esprit, notre esprit, c’est l’interface avec la réalité. C’est par notre esprit, par nos réflexions, par la façon dont on pense et on pense avec des mots, avec des images aussi mais avec des mots beaucoup. C’est avec notre pensée qu’on s’interface avec la réalité. C’est avec notre pensée qu’on filtre la réalité. C’est avec notre pensée qu’on interprète tout ce qui est autour de nous, qu’on forme des objectifs, etc.

Quand vous pensez dans une autre langue, vous changez un peu votre interface, vous changez votre manière de voir le monde. Vous changez votre manière de voir les choses. Et c’est comme avoir un nouvel œil qui s’ouvre sur votre front. Vous percevez la réalité de manière différente. Je sais que quand je pense en anglais, je n’ai pas exactement le même rapport au monde, à l’univers, à la réalité sans tomber dans l’ésotérisme tout en restant très factuel que si je pense en français. Ce n’est pas la même chose. Ce n’est pas les mêmes expressions. Ce n’est pas exactement la même manière de voir les choses. Il y a des différences, des subtilités dans le vocabulaire, dans les expressions, dans l’esprit global d’une langue, on va dire, qui vous permet d’avoir une sorte de déphasage automatique.

Et quelqu’un qui ne maîtrise qu’une seule langue ne peut pas s’en rendre compte. C’est quelque chose qui lui parait complètement aliène, en fait. Et pourtant, c’est quelque chose d’extrêmement riche qui nous ouvre énormément de porte.

Donc, voilà. C’est ce que je voulais partager avec vous aujourd’hui. Les nouveaux analphabètes aujourd’hui c’est ceux qui un n’ont pas les compétences de base en informatique, deux, pensent qu’une fois qu’ils ont leur diplôme, ils n’ont plus besoin d’apprendre, croient que ce n’est pas important d’apprendre tout au long de sa vie ; et trois, qui ne parlent qu’une seule langue. Donc, je ne peux que vous encourager à bien maîtriser, bien développer vos compétences informatiques pour que vous puissiez savoir vous servir d’un ordinateur, d’un Smartphone, Internet, etc., de toujours continuer à apprendre tout au long de votre vie. C’est très important et de toute façon, je pense que si vous regardez cette vidéo, c’est que vous êtes dans cette démarche-là. Et trois, de maîtriser plus d’une langue. Evidemment, déjà c’est prouvé, plus vous maîtrisez de langue et plus c’est facile d’en apprendre. Et plus vous maîtrisez de langue et plus vous avez deux yeux sur votre front. Plus vous avez une interface avec la réalité, plus vous avez d’ouverture d’esprit, plus vous êtes capable de plonger dans différentes cultures et d’en tirer le meilleur. Donc, c’est vraiment extrêmement important, intéressant et c’est un vrai atout pour les entrepreneurs ou même les non-entrepreneurs dans une vie.

C’est ce que je voulais partager avec vous. Sachez d’ailleurs que j’ai publié un article sur le sujet il y a quelque temps, donc si vous voulez le lire, ça sera un complément intéressant je pense puisque je montre des graphiques, je donne des liens, etc. Et bien, je vous ai mis le lien juste en dessous. Voilà.

Donc comme d’habitude, pour suivre les prochaines vidéos, vous pouvez cliquer sur le petit bouton qui se trouve en haut, à droite de cette vidéo. Ça vous permettra de recevoir les prochaines vidéos gratuitement. Comme d’habitude, j’ai aussi besoin de votre feedback. Donc, si vous avez aimé cette vidéo, cliquez sur « j’aime » juste en dessous. Si vous n’avez pas aimé, cliquez sur « je n’aime pas ». Et si vous avez aimé, partagez puis si vous n’avez pas aimé, ne partagez pas.

Merci d’avoir regardé cette vidéo. A bientôt pour la prochaine. Au revoir.

Vous avez aimé cette vidéo ? Cliquez ici pour vous abonner gratuitement à la chaîne Youtube ! 🙂