Pourquoi l’ÉCHEC est une CHANCE qu’il faut FUIR

Cliquez ici pour découvrir les INCOMPRÉHENSIONS qu’il y a souvent sur l’échec à « l’américaine » quand vous créez votre entreprise :)<br />
► Obtenez gratuitement mon livre « Vivez la vie de vos rêves grâce à votre blog » en cliquant ici ! 🙂
http://olivier-roland.tv/livre-offert

– La vidéo « Comment démarrer votre projet le plus important *très* rapidement » :
https://www.youtube.com/watch?v=gYXMbB8OlvU&list=PLlNaq4hbeacSHAuw4eCbZkmYxHfJUvgUV

Pour aller plus loin :
http://www.des-livres-pour-changer-de-vie.fr/ – une sélection de livres rares et exigeants pour changer de vie
http://blogueur-pro.com/ – Devenez libre et indépendant financièrement grâce à votre blog
http://www.habitudes-zen.fr/ – Vivre une vie zen et heureuse
http://devenez-meilleur.fr/ – Le développement personnel pour les gens intelligents
http://olivier-roland.tv/videos pour être prévenu chaque matin à 7H quand une vidéo géniale est publiée, pour démarrer la journée avec une pêche d’enfer ! 🙂

Pour les entrepreneurs, on considère l’échec comme une chance à fuir, afin de nous donner une idée concernant le rôle de l’échec dans ce que l’on fait.
– L’échec est un moyen de progresser. Comme les Anglo-Saxons, on devra faire en sorte que l’échec soit comme une expérience permettant d’avancer encore plus. Pour cela, il faut s’être impliqué à fond dans le projet qui a été un échec et y avoir mis en œuvre tout ce qui était indispensable. Même si l’échec est une expérience positive, ce n’est pas une excuse pour ne pas s’impliquer dans ce que l’on entreprend.
– Comment réussir avec l’échec ? Il faut minimiser les risques et maximiser les chances menant au succès en mettant en œuvre tous les moyens et techniques indispensables pour réussir avant même de s’y investir en temps, argent et en énergie. Pour cela, il faut savoir défier la peur de l’échec qu’on peut éprouver, et avoir un maximum de plans B.
– L’échec ne doit pas être une source de fierté. On appelle source de fierté le fait de tout avoir donné au projet qui nous tient à cœur, tout ce qui était de notre pouvoir. Et si jamais, il y a un échec, au moins, on a déjà essayé. Cela peut nous distinguer de la majorité des gens qui ne font rien

https://www.youtube.com/watch?v=cBhM9wzAZ4w

 

Transcription texte (littérale) de la vidéo « Pourquoi l’ÉCHEC est une CHANCE qu’il faut FUIR » :

Bonjour, ici Olivier Roland et bienvenue dans cette nouvelle vidéo dans laquelle je vais partager avec vous pourquoi, pour nous entrepreneurs, l’échec est une chance qu’il faut fuir parce que comme vous allez le voir, je pense qu’il y a beaucoup de confusion et d’incompréhension par rapport à cette notion d’échec. Mais d’abord comme d’habitude, vous êtes libres de recevoir en complément mon livre « Vivez la vie de vos rêves grâce à votre blog » qui vous donne d’autres méthodes, d’autres techniques pour créer ou développer votre business sur Internet en cliquant sur la couverture qui apparaît là ou sur le lien qui apparaît ici. C’est entièrement gratuit.

Alors, quelle est cette fameuse incompréhension par rapport à l’échec ?

Vous savez, souvent on dit : En France, on n’a pas la culture de l’échec. Si on a un échec, on est ostracisé et les Américains ont beaucoup plus cette culture de l’échec. Et c’est vrai. Effectivement, il y a dans la culture anglo-saxonne un rapport à l’échec qui est différent de celui de notre culture. L’échec est beaucoup moins montré du doigt et souvent, c’est vu au contraire comme quelque chose de bien sur un CV, comme une expérience qui a permis à la personne de se développer et de grandir.

Mais justement, il y a une incompréhension par rapport à ce que ça veut dire concrètement de voir les choses à l’anglo-saxonne parce que le problème, la dérive qu’il peut y avoir avec cette approche, c’est de se dire : Ok, je peux échouer, ce n’est pas grave d’échouer, ça fait bien d’échouer. Donc du coup, ce n’est pas grave, je vais me lancer dans mon projet. Ce n’est pas grave si je ne m’y mets pas à fond, ce n’est pas grave si je ne prépare pas à fond, ce n’est pas grave si je ne mets pas toutes les chances de mon côté parce que derrière si je me plante, ce n’est pas grave. Ça fera super bien sur le CV, ça va être très sympa.

Alors, laissez-moi vous dire tout de suite : l’échec, c’est horrible. L’échec, c’est quelque chose qui émotionnellement est très, très dur à gérer et l’échec peut même vous endetter. Pas tant que ça, rassurez-vous, je fais pas mal de recherches pour mon livre et je peux vous dire qu’en France, la plupart des entreprises qui arrêtent le font en général soit pour une raison qui n’a rien à voir avec le business model et la santé de l’entreprise, soit font une cessation d’activité c’est-à-dire qu’il n’y a pas de dettes. Donc en général, les entreprises qui font une cessation d’activité, la très grande majorité dont zéro dette, et il y a 38% d’entre elles où les entrepreneurs se retrouvent avec une dette de à peu près 8 000-9 000 euros, donc ce n’est pas la mer à boire. Et dans le cas d’une liquidation judiciaire, dans le cas où l’entreprise a des dettes, qu’elle ne peut pas payer à ses fournisseurs, l’entrepreneur se retrouve en général avec une dette d’environ 11 000 euros.

Ce n’est pas anodin, mais ce n’est pas non plus la catastrophe qui vous tombe du ciel. Je pense que tout le monde à peu près peut récupérer une dette de 11 000 euros, ce n’est pour ça que vous allez vous retrouver dans la rue, à la soupe populaire du jour au lendemain. Je pense qu’on est d’accord.

Mais encore une fois, quel est l’intérêt de voir comme ça l’échec comme quelque chose qui va nous instruire, nous permettre de rebondir et de nous développer ?

C’est de se dire et ça ne marche qu’à une seule condition : c’est que vous avez été à fond. Le fait que l’échec peut être une expérience positive, ça ne doit pas être une excuse pour vous pour ne pas vous donner à fond. En fait, il y a deux grands types de peur : vous avez la peur irrationnelle, énorme, paralysante qui vous empêche d’avancer, qui vous empêche de faire vos premiers pas vers vos objectifs, vers vos rêves ; et il y a aussi la peur qui est saine, la peur qui va nous stimuler, la peur qui va faire en sorte que Ok, j’y vais, je suis courageux mais j’ai quand même peur que ça échoue, donc je vais mettre tous les moyens à ma disposition pour que ça n’échoue pas. Et la peur de l’échec si elle trop forte, elle va vous empêcher d’agir. Et c’est là où c’est important de voir que l’échec peut être quelque chose qui a peu de conséquences et qui peut vous amener plus loin. Il faut aussi vous rendre compte que c’est quand même beaucoup, beaucoup mieux de réussir plutôt que d’échouer. Et vous devez quand même avoir peur d’échouer, non pas parce que votre vie va être complètement foutue, mais parce que vous aurez quand même échoué dans votre projet et que vous n’avez pas envie de ça. Donc, il faut mettre toutes les chances de votre côté, étudier les bonnes méthodes, travailler à fond, rencontrer les bonnes personnes, bien faire vos financements, faire en sorte de tester votre business model avant même d’avoir investi beaucoup de temps, d’argent et d’énergie là-dedans. J’ai déjà fait des vidéos sur le sujet. Je vous donnerai des vidéos à voir en complément à la fin de cette vidéo. Et aussi, avoir un plan B, c’est-à-dire faire en sorte que si jamais vous vous plantez, vous puissiez continuer. Votre vie continue avec très peu de dommages sur elle finalement, soit que vous puissiez reprendre votre boulot, soit vous puissiez reprendre vos études, etc. Il faut vraiment essayer de se faire un maximum de plan B.

Alors, il y a une école qui consiste à brûler tous ses vaisseaux derrière soi. Comme ça, on n’a plus le choix, il faut absolument réussir. Personnellement, je ne suis pas de cette école-là. Je préfère prendre des risques calculés en minimisant les risques au maximum et en maximisant mes chances de succès.

Et pourquoi je fais ça ?

Parce que je ressens la peur suffisamment pour prendre toutes ces précautions mais pas suffisamment pour être complètement paralysé et ne pas avancer. Là par exemple, je suis en train de planifier mon déménagement à Londres, je suis en train de faire cette vidéo à Londres. Et c’est quand même un petit peu flippant de quitter comme ça Lille, même si c’est vrai que je n’y passe plus que 4 ou 5 mois par an tellement je voyage. C’est quand même un peu flippant de quitter ma ville natale, la ville où il y a ma famille, mes amis, etc. mais j’ai plusieurs objectifs en venant ici à Londres et ils sont plus importants pour moi. Et voilà, je vais quand même prendre mes précautions, je ne suis pas très loin de Lille, etc. Enfin, il y a des tas de choses que je mets en place pour minimiser mes risques au maximum et puis mes peurs, mais ce n’est pas pour ça que je me laisse complètement paralyser par la peur.

Donc, finalement, cette approche de l’échec, cette notion d’échec, il faut vraiment la voir de manière subtile. Il faut ne pas être trop impressionné par l’échec mais quand même ne pas être totalement insouciant par rapport à lui. L’échec, ça reste moche, ça reste chiant. C’est quand même un coup pour notre ego et aussi ça ralentit nos projets. Donc, il faut tout faire pour ne pas être contraint à échouer.

Finalement, pour conclure, le plus important c’est quoi ?

C’est de comprendre qu’il ne faut pas voir en l’échec une source de fierté. La source de fierté est dans le fait que vous avez avancé concrètement pour réaliser un de vos rêves, pour réaliser un projet qui vous tient à cœur et qui a de la gueule. Vous avez mis toutes les chances de votre côté, vous avez fait tout ce qui était en votre pouvoir pour le réaliser et ça, ça vous distingue de l’écrasante majorité des gens. Et c’est ça qui est la source de votre fierté. Ce n’est pas l’échec en lui-même. Si derrière vous avez échoué, vous avez échoué mais au moins vous vous êtes bougés les fesses, et au moins vous avez mis en place des gardes fous qui vous permettent de rebondir et de repartir sur un autre projet qui vous tient à cœur ou sur le même objectif mais de manière différente. Donc la source de fierté, ce n’est pas l’échec, mais c’est le fait de se mettre à l’action en mettant toutes les chances de notre côté.

Voilà, c’est ce que je voulais partager avec vous aujourd’hui. N’oubliez pas, en complément, vous êtes libres de recevoir mon livre « Vivez la vie de vos rêves grâce à votre blog », qui vous donne d’autres méthodes pour créer ou développer votre business sur Internet. Pour le recevoir, vous cliquez là sur la couverture, ou sur le lien qui apparaît ici, ou vous allez sur olivier-roland.tv/livre. Vous laissez votre prénom et votre email, et je vous envoie le livre immédiatement. C’est comme ça, c’est gratuit.

Comme d’habitude, j’ai besoin de votre feed-back. Donc si vous avez aimé cette vidéo, cliquez sur « j’aime » juste en dessous et puis partagez-la. Et puis en complément, comme je vous disais, allez voir cette autre vidéo sur l’art de tester votre projet de la manière la plus concrète possible avant même d’y avoir investi de l’argent, du temps et des ressources.

Merci d’avoir regardé cette vidéo. A demain pour la prochaine. Au revoir.

Vous avez aimé cette vidéo ? Cliquez ici pour vous abonner gratuitement à la chaîne Youtube ! 🙂