Pourquoi ai-je aussi peu de VUES par rapport à mon nombre d’ABONNÉS ?

► Cliquez ici pour être prévenu gratuitement par email quand une nouvelle vidéo est publiée ! 😉
http://olivier-roland.tv/videos

La vidéo  » Comment Matéo est devenu LIBRE et HEUREUX en partant de RIEN avec son ami SOPRANO (8/365)  » : https://www.youtube.com/watch?v=x7jpABrZCNQ&list=PLlNaq4hbeacTj0yopflgCkk_DEWlpuVbd

Pour aller plus loin :
http://www.des-livres-pour-changer-de-vie.fr/ – une sélection de livres rares et exigeants pour changer de vie
http://blogueur-pro.com/ – Devenez libre et indépendant financièrement grâce à votre blog
http://www.habitudes-zen.fr/ – Vivre une vie zen et heureuse
http://devenez-meilleur.fr/ – Le développement personnel pour les gens intelligents
http://olivier-roland.tv/videos pour être prévenu chaque matin à 7H quand une vidéo géniale est publiée, pour démarrer la journée avec une pêche d’enfer ! 🙂

Crédits chaînes YouTube :
https://www.youtube.com/user/ignicaodigital/videos
https://www.youtube.com/user/PoissonFecond/videos
https://www.youtube.com/user/OutLawzFR/videos
https://www.youtube.com/user/caseyneistat/videos

https://www.youtube.com/watch?v=CZu8CAN2zmQ

 

Transcription texte (littérale) de la vidéo « Pourquoi ai-je aussi peu de VUES par rapport à mon nombre d’ABONNÉS ? » :

Une question qu’on me pose et qui revient régulièrement dans les commentaires, c’est : pourquoi ai-je aussi peu de vues sur ma chaîne par rapport au nombre d’abonnés ?

Aujourd’hui, il y a environ 80 000 abonnés. Une vidéo publiée sur ma chaîne va obtenir entre 4 000 et 10 000 vues. 10 000 vues, si c’est une bonne vidéo avec un bon titre. On est entre 5% à 12% de vues par rapport au nombre d’abonnés.

Quand on regarde certaines chaînes, par exemple celle de Poisson Fécond, le nombre a récemment dépassé le million d’abonnés. J’étais avec lui sur Skype quand il a dépassé le million d’abonnés. Donc, j’étais le premier sur terre à le féliciter pour cela. Ça m’a fait plaisir.

Poisson Fécond a à peu près un million d’abonnés. Et quand il publie ses vidéos, elles vont faire environ un million de vues. Il y en a qui font moins, il y en a qui font plus. Mais en gros, il a à peu près 100% de vues par rapport à son nombre d’abonnés.

Pourquoi une telle disparité ? Qu’est-ce qui fait ça ?

Pour deux raisons :

1- Personne ne sait exactement comprendre comment fonctionne l’algorithme de Youtube qui met en avant les vidéos.

On peut comprendre globalement comment il fonctionne, mais personne ne connaît les paramètres, ni exactement tous les tenants et aboutissants à part peut-être ses concepteurs. Et encore, ce n’est pas sûr qu’ils le maîtrisent à 100%.

2- Personne ne peut prétendre comprendre et prédire avec une absolue précision le comportement des gens.

Quand on regarde les autres chaînes de collègues qui sont dans le même domaine que moi, de business, de développement personnel, on retrouve toujours à peu près ce même constat qu’on a beaucoup moins de vues par rapport aux nombre d’abonnés, que ce soit en français ou dans n’importe quelle autre langue.

Par exemple, mon ami Erico Rocha qui est un entrepreneur brésilien a un peu plus de 200 000 abonnés sur sa chaîne Youtube aujourd’hui. Ses vidéos vont avoir entre 8 000 et 20 000 vues. Donc, on retrouve un peu le même ratio que sur ma chaîne.

C’est pareil pour d’autres entrepreneurs, que ce soit en anglais ou en espagnol. On a toujours ça.

Et ce qu’on remarque dans les chaînes qui ont un ratio beaucoup plus élevé en termes de nombres de vues par rapport au nombre d’abonnés, c’est qu’elles utilisent toutes un ingrédient : l’humour.

Il y a souvent des contre exemples.

De ce que j’ai vu, à partir du moment où une chaîne n’utilise pas l’humour, elle va toujours avoir un ratio moins important de vues par rapport à ses abonnés.

Je pense que la base de ce ratio qui est mauvais en tout cas du point de vue des chaînes humoristiques, c’est que quand vous ne faites pas d’humour dans les vidéos, les gens s’abonnent souvent parce qu’ils vous trouvent intéressants, parce qu’ils apprennent des choses, parfois aussi pour se donner bonne conscience. Ça dépend du sujet de la chaîne.

Mais regarder une vidéo, cela demande un certain effort qu’on n’a pas quand on regarde une vidéo de divertissement.

Quand je regarde des vidéos de Poisson Fécond, je sais que je vais apprendre quelque chose d’intéressant, mais je sais surtout que je vais me marrer pendant 5 minutes. Ça ne va pas me demander de concentration particulière, d’efforts particuliers.

Et quand je fais cela, ça ne va pas ajouter à mon stress, ça ne va pas ajouter à la quantité de travail ou à la perception du travail que j’ai dans la journée.

Au contraire, je vais avoir l’impression de me détendre en faisant cela plutôt que de me voir travailler sur une tâche qui demande des efforts. Et je pense que c’est la clé finalement.

Encore une fois, c’est mon ressenti. Je peux me tromper. Je suis sûr qu’il y a des exceptions, mais je n’en ai pas retrouvé.

Il faut mettre de l’humour, ou en tout cas en mettre une certaine forme d’art visuel, faire en sorte que la vidéo ne soit pas juste un moyen de véhiculer un message, mais au-delà de ça, que ça soit un peu sublime artistiquement.

Je pense notamment à Casey Neistat.

Honnêtement, quand on m’a commencé à me parler de ce youtuber américain qui doit avoir 3,5 millions d’abonnés aujourd’hui, je suis allé voir ses vidéos.

Franchement, je n’ai pas compris ce que les gens lui trouvaient parce qu’il n’enseigne rien d’intéressant. En tout cas, c’était ma perception quand je l’ai découvert. Il montrait juste sa vie.

Au fur et à mesure que les gens m’ont en parlé, que je suis allé voir ses vidéos, j’ai compris ce qui fait le succès de Casey Neistat. C’est finalement ce mélange.

Il y a un peu de voyeurisme, c’est clair parce qu’il montre pas mal de trucs de sa vie, mais c’est un mélange quand même. Il fait du contenu qui inspire les gens.

Puis, c’est surtout le dynamisme du montage vidéo avec beaucoup de vues d’un peu tout, une très bonne utilisation de la vidéo qui est utilisée comme support à part entière.

Il met un peu d’humour aussi. Après, ce n’est pas non plus un humoristique.

Donc, je pense que la raison pour laquelle ma chaîne et les autres chaînes qui sont similaires comme par exemple celle de David Laroche ont ce ratio-là, c’est que ça demande un effort aux gens de regarder les vidéos. Ils sont abonnés parce qu’ils les trouvent intéressantes.

Mais typiquement à la fin de la journée, quand ils ont déjà bien travaillé, qu’ils sont un peu fatigués, qu’ils aimeraient bien se détendre et qu’ils voient toutes les vidéos des chaînes auxquelles ils sont abonnés dans leur flux, ils vont naturellement regarder davantage les vidéos où ils savent qu’ils vont se détendre, qu’ils vont rigoler un bon coup que les vidéos qui leur demandent de réfléchir, de travailler etc. En tout cas, je pense que c’est la raison principale.

Une fois ça établi, je me dis que c’est quelque chose de normal et que finalement, il n’y a pas un seul exemple de support de communication dans lequel le contenu qui demande un effort a intrinsèquement plus de succès que le contenu qui est juste là pour le divertissement.

On est aussi dans une gamme de chaînes qui sont entre les deux. Entre le pur divertissement et les chaînes de pur apprentissage, on a les chaînes de divertissement intelligent.

Je mettrai Poisson Fécond, e-penser, The durty biology. Ce genre de trucs où ce sont des chaînes qui vont essayer d’apprendre quelque chose aux gens sans être lourd, en étant vraiment très pédagogiques et surtout humoristiques.

Là, pareil, ça ne demande pas un effort particulier.

On apprend des choses, mais finalement, c’est de la culture G. Vous n’aurez pas d’interro derrière. Vous pouvez oublier tout ce que vous avez appris dans la vidéo deux jours plus tard, ce n’est pas grave.

Mais les chaînes comme la mienne ou d’autres où on demande même plus aux gens d’agir que d’apprendre, c’est sûr que forcément, il y a une certaine déperdition.

Donc, une fois ceci établi, est-ce que je me dis : c’est normal, il y a une déperdition naturelle ? De toute façon, il n’y a aucun support même à la télé, même sur Facebook, sur tout ce que vous voulez.

Même dans les bouquins, c’est toujours plus facile de « vendre », toucher des gens juste avec des divertissements que quand on demande des efforts.

Du coup, on reste comme ça. Ou alors, je me dis que je vais essayer d’introduire du divertissement, de l’humour et peut-être une meilleure forme de réalisation vidéo et audio pour essayer de toucher davantage les gens, essayer davantage de les suivre.

Finalement, c’est un dilemme intéressant parce que de ce que j’ai vu par exemple du succès de Tibo InShape, ce qui a fait de sa chaîne Youtube le succès qu’elle est aujourd’hui parce qu’il doit y avoir plus de 1,5 millions d’abonnés, ça a vraiment explosé, c’est qu’à un moment, il a changé sa ligne éditoriale pour toucher davantage de personnes. Il l’a fait notamment en ajoutant de l’humour.

C’est vrai qu’il est aujourd’hui très drôle, mais j’ai cru voir sur Internet que certains le reprochaient de s’être éloigné de son message initial qui était vraiment plus centré sur le sport.

Après, c’est tout le débat. Est-ce que quand Tibo InShape a fait ça, il a dénaturé son propos et que du coup, en touchant un public plus mainstream, il aide moins les gens qui sont vraiment impliqués dans son sport ?

Ou au contraire, il incite plein de gens qui, autrement, il ne l’aurait jamais touché à se lancer dans ce sport, dans la muscu ou à faire quelque chose avec leur corps ? Sinon, peut-être qu’ils seraient restés à la maison en train de jouer à la PlayStation.

C’est un débat. Je pense qu’il y a des chaînes pour tous les publics, il y a des chaînes pour des publics spécialisés et il y a des chaînes pour les publics un peu plus larges mais qui on va quand même essayer d’entraîner.

Finalement, ma mission à travers tout ce que je fais, mes blogs, ma chaîne Youtube, mon livre qui va paraître prochainement « Tout le monde n’a pas eu la chance de rater ses études », c’est d’inciter, d’encourager un maximum de personnes à se lancer à l’entreprenariat, tenter quelque chose.

Comme j’expliquais récemment à mon mastermind. Ma mission, c’est que je suis sûr qu’il y a des braises en France et en francophonie de manière générale qui ont reçu de l’eau toute leur vie, qui sont mouillées. Elles ont juste besoin qu’on leur souffle un peu dessus pour qu’elles s’épanouissent et que ça devienne des foyers gigantesques.

Je veux être ce souffle qui les fait enfin grandir et qui les fait s’épanouir pour ce qu’elles sont vraiment, à savoir des braises et non pas des bouts de charbons mouillés.

Après, est-ce que je peux réussir à faire cela en ajoutant davantage d’humour, de divertissement, tout cela dans mes vidéos ?

Peut-être.

Après, il y a aussi une question de volonté et de talent.

Même si je me dis : ça serait quand même mieux que je passe à la vitesse supérieure en termes de divertissement etc., j’essaie de toucher un public plus large un peu comme ce qu’a fait Tibo InShape, est-ce que j’ai envie de le faire ? Est-ce que je vais avoir la compétence pour le faire, le talent ?

Parce que cela demande beaucoup de temps quand même de faire la vidéo comme le fait Tibo InShape ou Poisson Fécond ou d’autres.

Est-ce que ça ne va pas me détourner d’autres trucs plus intéressants comme l’écriture de mon livre, puis après sa promotion qui, je pense, a aussi le pouvoir d’aider beaucoup de gens.

C’est pour cela qu’on est dans la brume parce que le monde est complexe.

Parfois ce n’est pas facile de bien déterminer le pourquoi du comment des situations, et ensuite, de décider ce qu’on veut faire.

Vous avez aimé cette vidéo ? Cliquez ici pour vous abonner gratuitement à la chaîne Youtube ! 🙂