PERSÉVÉRER c’est bien, MÉTA-PERSÉVÉRER c’est mieux ! :)

Aujourd’hui je partage l’importance de la PERSÉVÉRANCE pour RÉUSSIR dans la vie et dans votre business… et surtout de l’importance de la MÉTA-PERSÉVÉRANCE !

► Obtenez gratuitement mon livre « Vivez la vie de vos rêves grâce à votre blog » en cliquant ici ! 🙂
http://olivier-roland.tv/livre-offert

MÉTA-PERSÉVÉRANCE, autrement dit, « persévérer intelligemment » : si une méthode n’a pas fonctionné, en utiliser une autre sans renoncer à atteindre l’objectif.

Pour aller plus loin :
http://www.des-livres-pour-changer-de-vie.fr/ – une sélection de livres rares et exigeants pour changer de vie
http://blogueur-pro.com/ – Devenez libre et indépendant financièrement grâce à votre blog
http://www.habitudes-zen.fr/ – Vivre une vie zen et heureuse
http://devenez-meilleur.fr/ – Le développement personnel pour les gens intelligents
http://olivier-roland.tv/videos pour être prévenu chaque matin à 7H quand une vidéo géniale est publiée, pour démarrer la journée avec une pêche d’enfer ! 🙂

Savoir persister, voilà une qualité que doit avoir tout entrepreneur. Mais il y a persistance et persistance. C’est ce qu’Olivier Roland tente d’expliquer dans cette vidéo tournée à Buzios, au Brésil.
– Les rochers sont bien plus solides que la mer qui vient les frapper : on sait que la mer est un tantinet moins dur que les rochers et pourtant ce que vous voyez dans la vidéo, ce sont des rochers qui ont été façonnés en grande partie par la mer. C’est une excellente métaphore de la persistance. Avec la persévérance, on peut atteindre des objectifs qu’on pourrait croire inatteignables comme les rochers qui ont été sculptés par la mer.
– La méta persistance : La métaphore s’arrête là puisque la mer « agit » toujours de la même manière. Si on fait toujours la même chose pendant un certain temps et qu’on n’arrive pas à obtenir un résultat, à un moment il faut se demander s’il ne faudrait pas adopter une autre manière. C’est la méta persistance. On se fixe un objectif. On applique une méthode pendant un certain temps et cela ne marche pas. A un moment, il faut se dire si la méthode fonctionne pour d’autres, mais pas pour soi. Donc, on essaie une autre méthode. La méta persistance consiste donc à ne pas lâcher l’objectif, mais changer de méthode lorsqu’elle est inefficace.
– Juste équilibre : Il faut trouver le juste équilibre entre persister dans la voie choisie pour atteindre l’objectif et aller expérimenter d’autres méthodes qui sont peut-être plus adaptées pour nous. Il faut parfois être borné et y aller à fond. Mais au bout d’un moment, il faut aussi savoir abandonner et essayer une autre méthode.
– Quand abandonner ? Même s’il faut savoir passer à autre chose, il ne faut surtout pas abandonner trop vite. La baisse de motivation peut être le signe que vous devez changer de méthode. Interrogez aussi votre mentor s’il ne serait pas temps pour vous d’essayer autre chose. Parfois, on pense appliquer une méthode mais on ne l’applique pas vraiment. Donc, appliquez vraiment les méthodes. Prenez l’exemple d’une recette. Un ingrédient oublié peut changer tout le goût à une recette. Donc, soyez sûr d’avoir appliqué correctement une méthode avant d’abandonner.
Ainsi, il faut persister mais de la manière la plus intelligente possible.

http://www.youtube.com/watch?v=-v1m5EyJdq8

 

Transcription texte (littérale) de la vidéo « PERSÉVÉRER c’est bien, MÉTA-PERSÉVÉRER c’est mieux ! 🙂 » :

Bonjour, ici Olivier Roland et bienvenue dans cette nouvelle vidéo.

Je me trouve toujours actuellement dans l’état de Rio de Janeiro au Brésil et comme vous pouvez le voir, derrière, il y a la mer qui frappe de ses vagues des gros rochers noirs qui ont l’air extrêmement difficiles. Et du coup, ça m’a inspiré pour ce que je vais partager avec vous dans cette vidéo aujourd’hui puisque évidemment, tout le monde sait que la mer est un tantinet moins dure, moins résistante que les gros rochers là. Je veux dire si vous donnez un coup comme ça dans la mer, il y aura votre main qui va pénétrer dans l’eau alors que dans un rocher, c’est un petit peu plus compliqué, on va dire c’est plus technique. Vous allez surtout vous faire extrêmement mal et le rocher ne va absolument rien sentir.

Et pourtant, ce que vous voyez là derrière vous, ce sont des rochers qui ont été en grande partie façonnés justement par cette action inlassable de la mer qui vient frapper encore, encore et encore les rochers et qui finit sur un laps de temps suffisamment long à sculpter la roche, à la façonner, à avoir une influence extrêmement importante sur la roche. Et je trouve que c’est une excellente métaphore finalement de ce que veut dire la persistance.

On peut s’attaquer à des objectifs qui sont difficiles, voire qui nous paraissent insurmontables, et comme pourrait l’être le fait de sculpter la roche pour la mer si elle pouvait penser avoir un objectif, et ça l’est sans doute insurmontable si on se contente juste à y aller une fois ou deux. Mais si on a vraiment une persistance qui fait que Ok, on va se prendre des coups, Ok, ça va être long, Ok, ça va faire mal, et que on continue, on est là, on est là, on avance et que on décide de ne jamais laisser tomber, et bien au bout d’un moment, on va arriver à quelque chose.

Et c’est là où s’arrête finalement cette image parce que la mer, elle fait tout le temps inlassablement la même chose pendant des millions d’années. Elle vient frapper le rocher de la même manière, puis elle n’a pas de volonté propre bien sûr. Mais ce qui est intéressant finalement, c’est ce que j’appellerai la méta persistance. C’est-à-dire que il y a un moment, si on fait tout le temps, tout le temps, tout le temps la même chose et qu’on n’a pas de résultat, il faut quand même commencer à s’interroger un petit peu et puis à se demander : est-ce que je ne devrais pas adopter une autre manière de faire les choses. Parce que ce que j’appelle la méta persistance finalement, c’est de dire : Ok, voilà mon objectif. Par exemple – je ne sais pas moi – je veux avoir une source de revenu sur Internet qui me permet de voyager partout dans le monde et que voilà – je ne sais pas moi – pendant un an, j’essaie avec une méthode, ou un an et demi ou deux ans, j’essaie avec une méthode toujours la même et ça ne marche pas. Dans ce cas-là, la méta persistance, c’est de dire : Ok, cette méthode-là, je l’ai testée, elle ne fonctionne pas pour moi. Peut-être qu’elle fonctionne pour d’autres mais pas pour moi. Je vais essayer d’autres méthodes.

Donc, je ne lâche pas l’objectif mais je lâche la manière d’y arriver. Peut-être que justement, je vais prendre aussi des éléments qui ont fonctionné pour moi dans cette méthode-là et aller en chercher une autre. Alors, pas forcément au bout d’un an et demi, ça peut paraître beaucoup, mais voilà. Il faut toujours finalement trouver l’équilibre entre persister dans la méthode, la voie qu’on a choisie pour atteindre notre objectif et aller aussi expérimenter d’autres méthodes qui sont peut-être plus adaptées pour nous pour atteindre notre objectif.

Donc, voilà. Je ne voulais pas juste vous faire un truc new age en comparant la mer à une persistance bornée, stupide, toujours la même chose dans l’objectif que vous devez atteindre, mais pensez aussi à… Il faut parfois être justement borné, stupide et y aller à fond. Mais au bout d’un moment quand même, si vous n’avez pas de résultat, posez-vous la question et demandez-vous : est-ce que je ne pourrais pas essayer une autre méthode efficace et voir si ça fonctionne pour moi. Mais a contrario, il ne faut pas non plus laisser tomber trop vite et ne pas laisser sa chance à une méthode qui pourrait fonctionner pour vous parce qu’il y a beaucoup de méthodes finalement qui sont efficaces mais les gens les abandonnent trop vite.

Alors, vous allez me dire : Mais oui, d’accord, mais comment on fait pour savoir quand est-ce qu’on doit laisser tomber une méthode et qu’on doit aller vers l’autre ?

Et bien, dites-vous tout simplement, ce n’est pas une question à laquelle il est facile de répondre très honnêtement, et ça varie dans chaque cas. Alors, je vais essayer de vous donner une règle de base. Si de toute façon, vous avez remarqué que vous avez laissé tomber et que déjà vous avez abandonné, et qu’il est peu probable que vous vous remettiez à appliquer parce que voilà, vous êtes démotivé, essayez-en une autre. Peut-être que justement, elle vous donnera davantage de motivation. Et vous ne partez pas de zéro parce que vous avez déjà une expérience de la première méthode, vous savez aussi que vous êtes déjà démotivé pour une chose, donc vous allez mettre en place des actions, des habitudes, des rappels – je ne sais pas – quelque chose qui va faire que justement, vous allez essayer au maximum d’éviter de vous démotiver.

Et si au contraire, vous êtes toujours motivé pour appliquer cette méthode, et bien continuez, continuez, continuez jusqu’au moment où vous n’avez plus la motivation, vous n’avez plus le courage de continuer dans cette méthode-là. Demandez aussi tout simplement à la personne que vous suivez, à votre mentor, celui qui justement met en avance cette méthode s’il n’est pas temps pour vous d’essayer autre chose tout simplement. Demandez-lui honnêtement : ben voilà, écoute, franchement voilà, j’ai essayé cette méthode-là, je vois qu’elle fonctionne pour toi, elle fonctionne pour d’autres, mais peut-être qu’elle ne fonctionne pas pour moi parce que j’ai essayé ça, ça et ça. Est-ce que tu crois que je devrai tenter autre chose, ou alors est-ce que tu penses que dans mon approche, justement, il y a quelque chose que je n’ai pas bien fait et que je devrais bien appliquer aussi ? Parce que c’est ça aussi. Parfois, on pense utiliser une méthode mais on ne l’applique pas vraiment. On oublie un ou deux éléments essentiels qui fait que ça change complètement.

Je veux dire, si vous apprenez une recette de cuisine et que vous oubliez un ingrédient, en fonction de l’ingrédient, ça peut soit n’avoir quasiment aucune influence sur le plat, soit faire toute la différence du monde entre un plat insipide et un excellent plat ou un plat moyen et un plat vraiment, vraiment très bon. Mais en général, quand on met un ingrédient dans la recette, ce n’est pas pour rien, et c’est que justement, il a un impact sur la recette. Et si le cuisinier qui l’a conçu l’a mis, c’est qu’il pense que ça apporte quelque chose.

Donc, voilà. C’est un sujet complexe, mais il faut savoir justement persister de manière la plus intelligente possible. Donc voilà, n’hésitez pas à vous demander : est-ce que je dois continuer dans cette approche ou en changer, et à en parler à votre mentor, à votre professeur, à la personne qui a créé la méthode finalement que vous suivez.

Voilà, merci d’avoir regardé cette vidéo. Donc comme d’habitude, vous pouvez recevoir gratuitement mon livre « Vivez la vie de vos rêves grâce à votre blog » en cliquant sur la couverture qui se trouve ici ou en cliquant sur le lien qui apparaît là. Vous me laissez votre prénom et votre email et je vous envoie le livre immédiatement. C’est comme ça, c’est gratuit.

Et pus comme d’habitude, j’ai besoin de votre feed-back. Si vous avez aimé cette vidéo, cliquez sur « j’aime » juste en dessous et puis partagez-la. Et puis comme d’habitude, vous pouvez aussi aller voir d’autres vidéos que j’ai tournées au Brésil en cliquant sur la vignette qui apparaît ici.

Merci d’avoir regardé cette vidéo. À demain pour la prochaine. Au revoir !

Vous avez aimé cette vidéo ? Cliquez ici pour vous abonner gratuitement à la chaîne Youtube ! 🙂