Le Retour sur Investissement : pourquoi il est VITAL pour votre entreprise

Aujourd’hui je partage avec vous pourquoi le Retour sur Investissement (aussi appelé ROI, Return on Investment) est VITAL pour votre entreprise.

► Obtenez gratuitement mon livre « Vivez la vie de vos rêves grâce à votre blog » en cliquant ici ! 🙂
http://olivier-roland.tv/livre-offert

Il est important de mesurer le ROI de toutes les actions que nous faisons dans notre entreprise, pour nous éviter de nous embarquer dans des actions inutiles qui n’apportent à rien à l’entreprise, bref de nous disperser 😉

Pour aller plus loin :
http://www.des-livres-pour-changer-de-vie.fr/ – une sélection de livres rares et exigeants pour changer de vie
http://blogueur-pro.com/ – Devenez libre et indépendant financièrement grâce à votre blog
http://www.habitudes-zen.fr/ – Vivre une vie zen et heureuse
http://devenez-meilleur.fr/ – Le développement personnel pour les gens intelligents
http://olivier-roland.tv/videos pour être prévenu chaque matin à 7H quand une vidéo géniale est publiée, pour démarrer la journée avec une pêche d’enfer ! 🙂

La vie d’une entreprise est presque aussi fragile que celle d’un être vivant. Un dérapage peut coûter cher ou mener vers le dépôt de bilan. Dans cette vidéo, Olivier Roland, à travers une expérience vécue, souligne l’importance de se focaliser sur le retour sur investissement pour éviter ces erreurs qui guettent tous les entrepreneurs.

1. Synopsis. Vers 2006, Olivier décide de confier à un ami, propriétaire d’une agence de communication, l’identité visuelle de son entreprise œuvrant dans le domaine de l’informatique. Il investit 11 500 euros pour revoir tout l’aspect marketing et commercial de sa société. Lors d’une négociation, un employé lui demande quand est-ce qu’il pense avoir un retour sur investissement au vu de cette dépense pour le moins colossal.

2. Erreurs. Bien qu’ayant sauvé la face, Olivier prend conscience du fait qu’il a négligé plusieurs points importants : ses clients actuels ne se soucient guère de l’aspect visuel de son entreprise, lui-même ne fait presque jamais de prospection. Et plus important encore, il se rend compte que sa décision a été irrationnelle et basée sur l’espérance d’un miracle à venir.

3. Recommandation. Le gaspillage va de pair avec les dépenses. Prenez votre relevé bancaire sur un ou deux mois et scrutez, ligne après ligne, les dépenses inutiles et émotionnelles. Gardez à l’esprit qu’il faut avoir une démarche cohérente pour atteindre un objectif précis. Effectuez ce contrôle au moins une fois par an pour ne pas vous écarter du chemin que vous avez choisi d’emprunter.

Mots clés de la vidéo : blog, blogueur pro, semaine de 4 heures, Olivier Roland, investissement, retour sur investissement, investissement durable, objectif, motivation, stratégie, contrôle, dépenses, dépenses inutiles, dépenses émotionnelles, entreprise, entrepreneur, entreprenariat, banque, relevé bancaire, RSI, taux de profit, conscience, gestion, miracle, décision irrationnelle, informatique, dérapage, concentration, réfléchir, service informatique, transition, client, rendement, argent, prospects, finance, budget, budget d’entreprise, cout, science de gestion

https://www.youtube.com/watch?v=9VGjSDu6N7U

 

Transcription texte (littérale) de la vidéo « Le Retour sur Investissement : pourquoi il est VITAL pour votre entreprise » :

Bonjour, ici Olivier Roland et bienvenue dans cette nouvelle vidéo.

Je suis toujours à Scottsdale en Arizona et ce que j’aimerais partager avec vous aujourd’hui, c’est tout simplement pourquoi il est extrêmement important de toujours envisager le retour sur investissement quand vous investissez dans quelque chose pour votre entreprise.

Alors, vous allez me dire c’est évident et ça l’est, mais je pense qu’on est tous entrepreneurs susceptibles de tomber à un moment dans une sorte de piège, de dépenser de l’argent de manière émotionnelle sans vraiment réfléchir à ce que ça pourrait nous apporter.

Laissez-moi, pour vous en convaincre, vous donner un exemple qui vient de ma propre expérience. En fait, c’était lorsque j’ai dirigé ma toute première entreprise qui était une entreprise de services informatiques et développement logiciel. Et c’était juste à peu près au moment où je commençais à, je crois que c’était juste avant ou au même moment où j’ai lu « La Semaine de quatre heures », et donc je savais qu’il fallait que je fasse une transition au niveau de mon entreprise. Et j’avais comme client une personne que j’appréciais beaucoup et qui était donc pas forcément un ami mais un bon copain, on va dire, et qui avait une entreprise de communication, qui s’occupait notamment d’organiser tout ce qui est identité visuelle, logo, carte de visite, plaquettes, site web, etc.

Et une fois, je suis allé le voir et je lui dis : « Ecoute, voilà, j’ai mon entreprise qui existe depuis déjà 8 ans ou 7 ans, et le nom n’est pas terrible, l’identité visuelle n’est pas terrible, est-ce que tu peux me donner des conseils par rapport à ça, est-ce que tu penses que ce sera intéressant que je passe par tes services ? »

Et ben voilà, on a discuté un petit peu. Il m’a dit qu’il allait étudier la question. Et on s’est vu ensuite, on a fait une bouffe en fait à un restaurant. Il me dit : « Olivier, on a fait une étude et voilà, ce qu’on propose c’est de refaire complètement ton logo, on avait discuté aussi de changer de nom en passant. Voilà, on propose de changer le nom de l’entreprise, on refait complètement ton logo, on refait les cartes de visite, et on va aussi faire une superbe plaquette très, très originale qui va t’aider énormément quand tu vas faire la prospection commerciale. » Et il me dit voilà : « Comme tu es une petite entreprise, on te propose un budget serré qui est de 10 000 euros. » Donc 10 000 euros, ça incluait la création visuelle et puis aussi l’impression d’un certain nombre de cartes de visite et de plaquettes aussi.

A l’époque, ça représentait une somme très importante pour moi, même pour l’entreprise, très importante. C’était quand même un budget pour l’entreprise, donc j’ai un peu hésité mais bon je me suis dit allez, et puis je l’aime bien, il est sympa, ce qu’il me propose c’est intéressant etc. et je vais le faire. Et il m’a dit : « Olivier, je vais aussi te proposer un truc un peu original. J’ai repéré cet artiste qui fait des dessins et je me suis dit qu’on pourrait l’embaucher pour qu’elle te fasse des dessins pour la plaquette commerciale. Et comme ça, tu aurais quelque chose de très originale. » Et je me suis dit : « Oui, pourquoi pas ». Donc l’artiste, ça coûtait 1 500 euros de plus.

Donc, j’ai signé pour ça. Ça m’a coûté 11 500 euros. Et donc voilà, j’ai eu un nouveau logo, il y avait des plaquettes très, très originales effectivement qui se dépliaient comme un accordéon avec des dessins faits par une artiste qui était sympa et une nouvelle carte de visite et tout ça.

Et en fait, c’était bien deux ans avant que je commence à lire « la Semaine de quatre heures ». Ça doit être en 2006, quelque chose comme ça, donc ça faisait 6 ans que j’avais créé mon entreprise. A l’époque, je prenais des cours du soir au CNAM pour le plaisir. Il y avait un des professeurs qui était en science de gestion qui était aussi dirigeant d’une entreprise de services informatiques. Ben il m’a dit voilà : « Moi, je cherche à vendre cette boîte parce que je m’en occupe à temps partiel. Enfin, soit la vendre soit faire une fusion, il faudrait qu’on se voie pour qu’on discute un petit peu de ce qu’on peut faire. » Donc, on s’est retrouvé au restaurant lui, moi, mes deux employés à l’époque et ses deux employés, et on a commencé à discuter un petit peu. J’ai parlé de cet investissement que j’avais fait en communication et il y a un de ses employés de cette entreprise qui m’a posé une question, qui aujourd’hui me paraît tellement évidente, tellement simple, tellement bête mais qui à l’époque m’a désarçonné. Il m’a dit : « Mais cet investissement de 11 500 euros, on va dire 12 000 euros en gros, quand est-ce que tu penses avoir un retour sur investissement par rapport à cet investissement ? »

Et là, je l’ai regardé comme ça et j’ai fait : « je ne sais pas, en deux ans ». J’ai dû sortir un petit peu un chiffre au pif. Et la vérité, c’est que je n’avais pas du tout raisonné en ces termes-là. J’avais investi 11 500 euros en me disant : « Voilà, effectivement, ça va m’aider, je vais avoir une meilleure communication visuelle, ça va mieux et m’aider à convaincre les clients. Ça va mieux m’aider quand je vais faire ma prospection commerciale, etc. »

Il y avait plusieurs paramètres que j’avais négligés par rapport à ça, c’est que un, j’avais déjà une bonne base de clients établis et que ils s’en foutaient complètement de mon identité visuelle. Deux, je disais que je faisais de la prospection commerciale mais la vérité, c’est que j’en faisais extrêmement peu. J’ai toujours été assez timide par rapport à la prospection directe, donc j’en faisais très peu. Et ce n’est pas ça que j’aurai dû faire en fait. Si j’avais investi par exemple à l’époque cette somme-là dans la publicité sur Google, ça m’aurait rapporté beaucoup plus ; mais ça, je ne connaissais pas à l’époque. Enfin, voilà.

J’ai présumé de mes forces, j’ai présumé de ce que j’allais faire. Je n’avais pas une vision qui était réaliste de la manière dont j’allais utiliser ce nouveau matériel et je n’avais pas une vision réaliste non plus de l’impact que ça allait avoir sur les ventes. En fait, j’investissais un peu de l’argent au pif en espérant qu’il se produise une sorte de miracle. Et j’avais pas du tout du coup fait cette idée d’avoir cette idée de quel est le retour sur investissement que je vais avoir ? Je veux dire, mais c’est évident. Pourtant, j’avais fait d’autres décisions beaucoup plus logiques avant pour obtenir des clients, mais je ne sais pas, je pense que c’était la combinaison du fait que la personne soit un ami, que il m’a proposé des trucs originales et que ça touchait un petit peu une corde sensible chez moi. Voilà, j’ai eu une démarche artistique on va dire alors que ce n’est absolument pas ce qu’il fallait faire puisque dans une entreprise, ça ne pardonne pas. On peut avoir une démarche artistique à condition que ça vende. Et il faut d’abord que ça vende et après, on se pose la question effectivement est-ce qu’on peut avoir la démarche artistique qui va avec ou pas ?

Tout ça pour dire que, faites attention à ce genre de dérapage qui peut se produire lorsque vous dirigez une entreprise. Ça peut arriver à tout le monde de se laisser embarquer dans des histoires un petit peu irrationnelles comme ça pour des raisons émotionnelles parce que sur ce coup là, on ne s’est pas posé les bonnes questions, etc. C’est vrai qu’avec l’expérience, ça adoucit. Je veux dire, ça m’a coûté 12 000 balles comme erreur, je pense que je ne la referais plus jamais et que maintenant, je me pose beaucoup de questions sur l’investissement que je fais en argent dans mes différents investissements que je fais pour l’entreprise.

Mais posez-vous toujours la question quand vous dépensez l’argent de votre entreprise : quel va être le retour sur investissement que je compte faire par rapport à cette dépense ?

Evidemment, je ne vous demande pas de le faire pour les dépenses de carburant ou de restaurant, quoiqu’on pourrait se dire voilà : Si je dépense 1 000 euros par mois en restaurant parce que j’invite des clients, est-ce qu’il y a un retour sur investissement là-dessus. Ce n’est pas forcément facilement quantifiable mais c’est toujours intéressant de se poser la question parce que parfois, on peut se dire effectivement que cette dépense est inutile.

Moi ce que je vous recommande si vous avez déjà une entreprise, prenez le relevé de votre banque et regardez toutes les dépenses que vous aviez eues sur un mois, peut-être deux, y compris les cartes bancaires, et posez-vous pour chaque ligne la question : Est-ce que cette dépense est justifiée ? Est-ce que j’ai un retour sur investissement par rapport à ça ? Ou est-ce que c’est une dépense qui est émotionnelle, qui est liée à l’habitude, qui est finalement pas vraiment justifiée ?

Alors, je ne vous dis pas de devenir radins et d’économiser deux francs six sous pour perdre 50 euros derrière, ça, ça ne sert à rien. Mais par contre, il y a clairement des gaspillages dans toutes les entreprises et il est possible de diminuer fortement ces gaspillages en faisant une analyse consciente de ça.

L’idéal, c’est de faire ça une fois tous les ans au moins. Enfin, l’idéal c’est de faire ça régulièrement. On va dire une fois tous les ans. Pour la plupart des petits entrepreneurs, c’est quelque chose de faisable. Ce n’est pas forcément marrant mais c’est faisable. Et ça peut permettre d’éviter pas mal de dépenses inutiles et puis aussi d’avoir cette démarche quand on va investir de grosses sommes, quel va être mon retour, quel est le retour sur investissement escompté.

Alors, ça ne veut pas dire qu’on peut prédire l’avenir et qu’on est sûr quand on fait un investissement que ça va nous rapporter de l’argent, sinon ça serait trop facile mais il faut au moins que notre démarche soit cohérente et qu’on ait un objectif vraiment bien précis, établi et une stratégie derrière pour l’atteindre grâce à cet investissement. Sinon, ben c’est juste voilà, on se contente de dépenser de l’argent avec l’espoir qu’un miracle se produise.

On pourrait parler de ça pendant longtemps mais c’est ce que je voulais partager avec vous aujourd’hui. Faites attention à ce genre de décision émotionnelle que vous pouvez prendre, que j’ai déjà pris, ce n’est pas la seule d’ailleurs, et qui vous guette à tout moment.

Donc voilà, merci d’avoir regardé cette vidéo. Pour télécharger gratuitement mon livre « Vivez la vie de vos rêves grâce à votre blog », qui vous explique comment créer ou développer une entreprise sur Internet grâce à un blog, vous cliquez sur le lien qui apparaît là ou sur la couverture qui apparaît juste ici. Vous laissez votre prénom et votre email et je vous l’envoie immédiatement.

Et puis comme d’habitude, j’ai besoin de votre feed-back. Si vous avez aimé cette vidéo, cliquez sur « j’aime » juste en dessous et puis partagez-la. Et si vous n’avez pas aimé, cliquez sur « je n’aime pas » et ne la partagez pas.

Merci d’avoir regardé cette vidéo. À demain pour la prochaine. Au revoir !

Vous avez aimé cette vidéo ? Cliquez ici pour vous abonner gratuitement à la chaîne Youtube ! 🙂