Le REGARD des AUTRES : comment y devenir moins sensible pour vous DÉPASSER

Cliquez ici pour être prévenu gratuitement par email quand une nouvelle vidéo est publiée ! 😉
http://olivier-roland.tv/videos<br />
Aujourd’hui je partage avec vous pourquoi il est important de devenir MOINS sensible au REGARD des AUTRES et comment y arriver, avec l’aide notamment de la stratégie des petits pas, ou KAIZEN.

Pour aller plus loin :
http://www.des-livres-pour-changer-de-vie.fr/ – une sélection de livres rares et exigeants pour changer de vie
http://blogueur-pro.com/ – Devenez libre et indépendant financièrement grâce à votre blog
http://www.habitudes-zen.fr/ – Vivre une vie zen et heureuse
http://devenez-meilleur.fr/ – Le développement personnel pour les gens intelligents
http://olivier-roland.tv/videos pour être prévenu chaque matin à 7H quand une vidéo géniale est publiée, pour démarrer la journée avec une pêche d’enfer ! 🙂

http://youtu.be/xM0A_7FSuvw

 

Transcription texte (littérale) de la vidéo « Le REGARD des AUTRES : comment y devenir moins sensible pour vous DÉPASSER » :

Bonjour, ici Olivier Roland, le conseiller des entrepreneurs malins et des rebelles intelligents.

Bienvenue dans cette nouvelle vidéo dans laquelle je vais partager avec vous un concept très important, c’est celui de se désinhiber, de devenir moins sensible au regard des autres. Parce que c’est quelque chose qui peut vraiment nous freiner dans notre succès que d’être trop sensible à la critique, que d’être trop sensible à ce que les autres pensent de nous. Et donc, j’ai choisi ici un endroit où il y a un petit peu de gens puisque je suis quand même en train de tourner une vidéo là, avec mon iPhone qui est posé sur une perche télescopique. Je suis en train de parler tout seul dans la rue. Il y a des tas de gens qui regardent. On peut le voir. C’est toujours rigolo parce que souvent, ils tournent la tête quand je passe en pensant que, je ne sais pas, je ne peux pas les voir alors que justement, comme la caméra est tournée vers moi, et bien, on voit tout.

Et ce n’est pas forcément facile pour beaucoup de personnes, et ça n’a pas été pour moi au début, comme ça de se balader dans la rue en parlant tout seul à sa caméra même si je sais rationnellement que je ne parle pas tout seul à ma caméra, que je vous parle à vous, à toutes les personnes qui regardent la vidéo sur Youtube et sur d’autres sites, et que ce que je fais est parfaitement rationnel, logique et justifié. Mais néanmoins, j’ai dû me battre un petit peu avec moi-même pour aller au-delà de cette impression : « Mais qu’est-ce que les gens vont penser de moi ? Qu’est-ce qui va se passer ? Ils vont se dire que je suis complètement fou, que je parle tout seul à mon iPhone. Dans le meilleur des cas, ils vont croire que je suis une espèce de japonais avec des traits européens qui fait des vidéos bizarres. Et ils vont me prendre pour un tocard, pour quelqu’un d’un peu stupide. »

Et ce sentiment-là, de faire quelque chose dont on sait pertinemment que c’est parfaitement rationnel, parfaitement logique, parfaitement utile par rapport à un but qu’on s’est fixé et d’avoir peur malgré tout du « qu’en dira-t-on ? », de la perception que les autres auront de nous, c’est quelque chose qui m’a bloqué et qui a bloqué, et qui bloque toujours énormément de personnes dans le succès.

Il y a un moment où dans la vie, quand on sait que ce qu’on fait est juste, quand on a réfléchi à la question et qu’on se dit que « Oui », c’est intelligent et qu’il faut le faire, et qu’on sait que malgré tout, il y aura une opposition, il y aura des gens qui vont nous critiquer, qui vont nous pointer du doigt, qui vont se moquer de nous, etc., il y a un moment où il faut y aller. Il faut se dire : Ok. Il y a une partie des gens effectivement qui vont se moquer de moi, qui vont me pointer du doigt, etc. Mais il y a une autre partie qui vont trouver ce que je fais intéressant, qui vont trouver ce que je fais passionnant, qui vont peut-être adorer, tomber amoureux de ce que je fais. D’autres personnes qui seront complètement indifférentes. D’autres personnes qui vont respecter, qui vont admirer, qui vont avoir en tout cas un sentiment positif.

On ne peut pas dans la vie faire quelque chose d’intéressant pour beaucoup de personnes sans s’exposer en même temps à des critiques, à des moqueries de personnes qui, soit ne comprennent absolument pas notre démarche, soit ont une perception erronée de la chose. Par exemple, il y a beaucoup de passants qui doivent se dire : « Mais c’est qui ce débile qui parle tout seul à sa caméra ? » Voilà, qui ne vont pas aller au-delà de leur perception. Et puis, finalement, c’est normal. Ils ont autre chose à faire que de réfléchir, de faire une thèse sur pourquoi il y a des gens qui parlent tout seul dans la rue à leur iPhone. Aussi des gens, donc, non seulement qui se bloquent sur leur perception ou qui ne comprennent pas votre démarche. Et il y a d’autres qui vont comprendre votre démarche mais qui vont être opposés à celle-ci pour des raisons idéologiques, pour des raisons de politique, pour des raisons de… voilà. Ils ne sont pas d’accord avec vous sur des bases un peu plus peut-être rationnelles. Mais souvent, parfois, c’est aussi émotionnel. Quoi qu’il en soit, dès que vous faites quelque chose d’intéressant, vous allez avoir une opposition. Vous allez avoir le regard des autres qui va peser sur vous.

Il n’y a pas de remède miracle pour arriver à se construire, à devenir plus indifférent à ça. Moi-même, je suis toujours sensible. Je veux dire, je veux bien que je sois le conseiller des rebelles intelligents, que je sois, moi-même, quelqu’un qui n’a pas du tout un parcours « normal ». J’ai quand même créé ma première entreprise à 19 ans. Je ne suis quand même pas en train de bouffer des sauterelles dans le désert. On a tous besoin à un moment ou à un autre d’une certaine intégration dans la société.

En fait, ça me rappelle un petit peu cette école philosophique à Athènes. Les élèves de cette école s’entraînaient à, justement, être plus résistant au regard des autres, tout simplement en faisant quelque chose qui avait l’air complètement stupide et qui s’attirait la moquerie de leur contemporain. Et qui d’ailleurs aujourd’hui, ce sera exactement la même chose. Ce qu’ils faisaient, c’est qu’ils prenaient un poisson. Ils l’attachaient à une ficelle. Et ils allaient le promener comme ça sur l’Agora à Athènes. Bon, je veux dire, imaginez que vous faites la même chose aujourd’hui. Vous attachez un poisson à une ficelle. Et vous allez le traîner dans les rues de Paris ou de n’importe quelle autre ville. Les gens vont vous regarder en se demandant : « Mais, c’est qui ce fou ? C’est qui ce taré qui balade un poisson au bout d’une ficelle ? » Donc, ces Athéniens faisaient ça exprès pour s’entraîner à résister aux moqueries des autres puisque, eux, ils savaient bien que c’était ça. Justement, c’était un exercice, qu’ils faisaient ça dans un but complètement rationnel, logique et avec des moyens qui étaient adaptés au but. Mais évidemment, toutes les personnes qui regardaient et qui se fiaient uniquement aux apparences, elles étaient dans la moquerie. Et du coup, ça permettrait à ces élèves de se rendre compte que ces moqueries n’avaient aucune base logique, que c’étaient juste une réaction instinctive et qu’il n’y avait pas vraiment de valeur en tant que telle.

Donc, il n’y a pas de remède miracle pour devenir plus résistant à la pression sociale, pour devenir plus résistant à cette peur que l’on a du regard des autres. Mais simplement, il faut faire des petits pas. Il faut progresser au fur et à mesure en faisant des choses qui sont en dehors de notre zone de confort.

On a tous une zone de confort différente. Peut-être que pour certains d’entre vous qui regardent cette vidéo, l’idée d’avoir un iPhone au bout d’une perche comme ça et de parler à l’iPhone dans la rue, ça vous parait normal. Vous vous dites : « On s’en fout. Les gens, ils peuvent penser ce qu’ils veulent. Ce n’est pas grave. » Peut-être que pour d’autres, ça parait insurmontable, que vous êtes peut-être un petit peu timide par exemple et vous vous dites : « Mais non, moi je n’oserais jamais. Déjà, je n’ose même pas, je n’en sais rien moi. Quand quelqu’un fait une erreur, quand je commande un repas, je n’ose même pas le dire, par exemple. Alors, parler tout seul dans la rue, c’est vraiment quelque chose qui est en dehors de ma portée. » L’idée, c’est de vous lancer des défis comme ça. Mais des défis pas énormes. Des défis qui ne sont pas insurmontables pour vous. Juste des petits pas de bébé, et d’y aller progressivement pour vous désinhiber au fur et à mesure du poids du regard des autres.

Si, par exemple, aujourd’hui là ou vous en êtes, c’est qu’effectivement, parfois quand il y a quelqu’un qui fait une erreur… Vous commandez quelque chose à manger, par exemple. Le serveur a fait une erreur. Quand vous avez demandé quelque chose, on ne vous a pas compris et que vous n’osez pas rectifier parce que vous êtes un petit peu timide, ça peut déjà être une première étape de dépasser un petit peu cette limite-là et de vous dire : « Ok. La prochaine fois que ça arrive, je vais agir et je vais prendre sur moi. Et je vais dire ce que je pense et dire qu’il y a une erreur et que je n’avais pas commandé ça. »

Si, aujourd’hui, votre limite par exemple c’est de, vous n’arrivez pas à parler devant plus de 50 personnes, devant plus de 100 personnes, et bien, essayez d’augmenter un petit peu ce chiffre-là. Si vous avez déjà parlé devant 20 personnes et que l’idée de parler devant 50 vous terrifie, parler devant 30, 40 personnes. Essayez de trouver quelque chose qui vous permette de vous désinhiber au fur et à mesure, tranquillement, sans pression. Enfin, avec un petit peu de pression quand même. Sinon, on reste chez soi en pantoufles à regarder la télé. On est d’accord. Mais, sans non plus, vous mettre outre mesure la pression, sans vous mettre en position d’avoir trop peur d’échouer ou de même pas essayer.

Mettez-vous en position de pouvoir réussir à sortir légèrement de votre zone de confort en faisant quelque chose d’intéressant. Et si vous faites ça régulièrement, au fur et à mesure, vous deviendrez de plus en plus insensible au regard des autres. Encore une fois, avec des limites. Encore une fois, le but ce n’est pas de finir dans le désert à manger des sauterelles et à vivre nu et sale parce qu’on se dit que se laver, ça ne sert à rien. Le but, c’est tout simplement d’avoir suffisamment de résistance par rapport aux moqueries stupides ou non réfléchies pour que ça ne nous empêche pas de faire des choses qui nous tiennent à cœur quand on a bien réfléchi à la chose et qu’on se dit : « Et bien, ça vaut le coup. Certaines personnes ne vont pas comprendre, mais ce n’est pas grave parce que moi, je m’adresse aux gens qui vont comprendre, aux gens qui vont apprécier ma démarche et aux gens qui vont l’aimer.

Et finalement, c’est toute la démarche des artistes. Quand vous voyez des artistes, même les plus connus, on pourrait dire qu’ils sont commerciaux comme… Je peux prendre l’exemple de Justin Bieber qui est quand même loin de n’avoir que des fans. A un moment, il s’en fout un petit peu de toute la critique. Et il fait ça pour ces fans, pour les gens qui comprennent ce qu’il fait, pour les gens qui comprennent sa démarche et qui y voient justement toute l’essence de ce qu’il peut apporter en tant qu’artiste.

Donc voilà, c’est ce que je voulais partager avec vous aujourd’hui. Comme d’habitude, j’ai besoin de votre feed-back. Si vous avez aimé cette vidéo, et bien, cliquez sur « j’aime » juste en dessous et puis partagez-la. Si vous n’avez pas aimé, cliquez sur « je n’aime pas » et ne la partagez pas. Et puis comme d’habitude, pour être prévenu tous les jours à 7 heures qu’une vidéo a été publiée, vous cliquez sur le lien qui apparaît en bas de la vidéo. Vous laissez votre prénom et votre email. Et donc, vous recevrez un email tous les matins qui vous dit : « Hey ! Une nouvelle vidéo a été publiée ». Ça vous permettra de démarrer la journée sur les chapeaux de roue.

Merci d’avoir regardé cette vidéo en direct de San Francisco. A demain pour la prochaine. Au revoir.

Vous avez aimé cette vidéo ? Cliquez ici pour vous abonner gratuitement à la chaîne Youtube ! 🙂

Mot-clés utilisés pour trouver cet article :

comment être indifférent à ce que les gens penses, passer au delà du quand dira-t-on