La seule chose qui ne change pas, c’est le CHANGEMENT :)

► Obtenez gratuitement mon livre « Soyez Zen et Heureux » en cliquant ici ! 🙂
http://olivier-roland.tv/zen-et-heureux-offert

– La vidéo « Avez-vous cette compétence INDISPENSABLE pour les ENTREPRENEURS du 21ème siècle ? » :
https://www.youtube.com/watch?v=wlEAyd191Q8&list=UUvq4sennWMM5hxDKfxIoojg

Pour aller plus loin :
http://www.des-livres-pour-changer-de-vie.fr/ – une sélection de livres rares et exigeants pour changer de vie
http://blogueur-pro.com/ – Devenez libre et indépendant financièrement grâce à votre blog
http://www.habitudes-zen.fr/ – Vivre une vie zen et heureuse
http://devenez-meilleur.fr/ – Le développement personnel pour les gens intelligents
http://olivier-roland.tv/videos pour être prévenu chaque matin à 7H quand une vidéo géniale est publiée, pour démarrer la journée avec une pêche d’enfer ! 🙂

https://www.youtube.com/watch?v=XoQ1qKiM0LU

 

Transcription texte (littérale) de la vidéo « La seule chose qui ne change pas, c’est le CHANGEMENT 🙂 » :

Bonjour, ici Olivier Roland. Je suis toujours au Congrès des infopreneurs à Barcelone et je vais vous partager une vérité profonde partagée par Jean-François Ruiz et qui, je pense, est extrêmement importante non seulement à comprendre pour tous les entrepreneurs, mais surtout à intégrer au plus profond de notre être. C’est : « La seule chose qui ne change pas, c’est le changement ».

Vous pouvez regarder tout ce que vous voulez de quelque manière que ce soit, les êtres vivants, les systèmes politiques, les systèmes économiques, les pays, tout est impermanent.

C’est une des notions centrales du bouddhisme. C’est d’arriver à se détacher de tout ce qui est important pour nous en se prenant en compte, en dézoomant un peu parce qu’on est dans une période de temps extrêmement limitée et on a tendance à croire que tout ce qui est autour de nous va durer un certain temps de manière inconsciente. Et quand on dézoome un peu, on considère les choses sur une échelle plus grande, on se rend compte que tout est impermanent.

Je ne veux pas rentrer dans des configurations bouddhistes ou trop spirituelles, je ne suis pas du tout qualifié pour ça. Je veux juste partager qu’est-ce que ça veut dire pour les entrepreneurs, surtout les entrepreneurs du XXIe siècle ?

Nous vivons dans une époque qui change à vitesse grand V.

Le futuriste Ray Kurzweil qui est extrêmement connu aux États-Unis, notamment l’inventeur des synthétiseurs et de tas de technologies comme la reconnaissance vocale par exemple, pense que le XXIe siècle sera en termes de progrès l’équivalent de trois XXe siècle au minimum.

On peut tous constater à quel point le progrès s’accélère. Il y a plusieurs raisons pour ça. Une, c’est que la population mondiale continue de s’accroître et d’être plus éduquée. Donc, ça fait davantage de cerveaux bien formés qui réfléchissent aux problèmes. Et surtout, on s’appuie sur les travaux de la génération précédente. Donc, on n’a pas besoin de réinventer la roue à chaque fois, ce qui nous permet d’avoir des outils de plus en plus perfectionnés pour progresser de plus en plus vite.

Il y a 20 ans, Internet n’existait pas. Et notre vie a été complètement bouleversée, profondément. On n’a pas encore fini de voir toutes les ramifications.

En tant qu’entrepreneur, c’est très important d’embrasser ce changement à la base de notre psychologie parce que je pense que c’est ce qui constitue l’essence d’un entrepreneur.

Un entrepreneur ne va pas se battre contre l’évolution du monde. Il va au minimum surfer sur la vague du changement du monde et au mieux l’accompagner, la provoquer, l’influencer de la manière qu’il estime être la plus positive.

L’exemple que je prends souvent parce que je le trouve extrêmement frappant, c’est qu’à chaque fois que vous avez une innovation technologique, vous avez des gens qui tentent de résister.

Je trouve que c’est comme avoir un tsunami qui arrive sur vous et vous faites des petits barrages de castors avec des brindilles pour essayer de l’endiguer. Ça ne sert à rien. Ça ne fait que retarder de quelques instants l’inéluctable. Et surtout, ça vous prend du temps et de l’énergie nécessaire à votre adaptation qui serait un investissement beaucoup plus intelligent à faire.

Un exemple concret, c’est Uber et les taxis.

Les taxis essaient d’endiguer l’innovation Uber, l’innovation de la géolocalisation et tout ça en faisant du lobbying, en faisant des manifestations, en essayant de changer la loi. C’est la même chose que d’ériger des barrages de brindilles quand il y a un tsunami qui déferle sur vous.

Quand il y a un tsunami qui déferle sur vous, vous faites des tas de choses, vous ne faites pas des barrages de castor. Au mieux, vous prenez votre planche de surf et vous essayez de surfer dessus, ou de prévenir et de créer votre propre tsunami avant qu’il ne vous atteigne tout simplement.

Ce que les chauffeurs de taxi ne se rendent pas compte, c’est que d’ici 5, 10 ans grand maximum, les voitures qui se pilotent toutes seules vont arriver extrêmement vites, et que de toute façon, leur métier est condamné à brève échéance. Donc, il va falloir qu’ils trouvent un moyen soit de changer de profession, soit d’innover.

Parce que peut-être qu’à l’époque où toutes les voitures se conduiront automatiquement, il y aura un marché pour les gens qui veulent un service un peu plus haut de gamme avec un être humain, et qu’ils n’ont pas les robots, etc.

Donc, il faut penser déjà à tout ça et investir son énergie dans cette adaptation permanente au changement pour l’accompagner.

L’énergie qu’ils passent aujourd’hui à défiler, faire du lobbying plutôt que de se former et réfléchir, innover, c’est de l’énergie perdue. Ça va finir par se retourner contre eux.

Au final, ça sera beaucoup moins productif pour eux de perdre leur temps dans ces bêtises-là, plutôt que d’essayer d’accompagner et de provoquer le changement.

Il y a des tas d’autres exemples comme ça. Évidemment, on connaît tous ce qu’essaient de faire les ludiques.

Il y avait ces fameuses machines à tisser automatiques qui ont commencé à être mises en place au début du XIXe siècle. Et en 1830, si je me rappelle bien à Lyon, les ouvriers du textile qui disaient qu’on leur prenait leur emploi ont été cassés les machines pour retarder l’inévitable.

Qu’est-ce que ça a fait ? Rien du tout. Ça a peut-être retardé d’un an l’innovation, mais ça n’a rien changé concrètement à leurs conditions.

C’est vrai que tous les changements, innovations disruptrices entraînent des pertes d’emploi dans des secteurs. Mais jusqu’à présent, on a toujours eu beaucoup plus de richesses pour toute la société qui sont venues de ces innovations justement disruptrices qui ont tué des emplois que l’inverse.

De toute façon, c’est futile encore une fois. Et au final, ça nous apporte davantage de bénéfices.

On vit dans une époque extraordinaire d’abondance, mais pas pour tout le monde. Si vous vivez dans un pays pauvre d’Afrique, ce n’est pas la même chose.

Mais pour nous, occidentaux, on vit dans une ère d’abondance incroyable. On a une espérance de vie géniale. On a accès à une médecine ultramoderne. On peut aller n’importe où dans le monde en quelques heures. C’est quand même extraordinaire.

Pensez à vos grands-parents, vos arrières grands-parents qui n’avaient sans doute pas de voiture quand ils étaient jeunes et qui devaient, quand il pleuvait, être dehors dans la boue parce qu’il n’y avait sans doute pas non plus de bitume sur leur trottoir et sur leur route, et qui avaient une vie beaucoup plus difficile.

Je me rappellerai toujours de mon arrière grand-mère qui est décédée en 2006 à l’âge de 100 ans. Elle était née en 1906. Elle m’a expliqué que quand elle était petite, elle avait vu dans son village dans le nord de la France pour la première fois de sa vie une automobile, qu’elle avait été dire à son institutrice ou instituteur qu’elle avait vu une voiture qui avançait sans chevaux. Elle s’est fait punir. L’instituteur a dit : ce n’est pas possible, et elle a dû faire une punition.

100 ans, 110 ans, c’était il n’y a pas si longtemps que ça.

J’ai pu discuter avec une personne qui a vécu ce monde-là. Et heureusement que ce monde-là a évolué et qu’on n’est plus comme au début du XXe siècle, on a eu énormément de progrès. Plus de progrès positif que négatif, en tout cas, c’est mon avis. Et ça a été rendu possible justement par ces innovateurs, entrepreneurs, scientifiques qui ont embrassé le progrès et l’ont accompagné plutôt que d’essayer d’y résister futilement.

Vous avez aimé cette vidéo ? Cliquez ici pour vous abonner gratuitement à la chaîne Youtube ! 🙂