Fusils, microbes et acier : Un ENTREPRENEUR a-t-il BESOIN de connaitre l’histoire ?

Aujourd’hui je partage avec vous un livre passionnant, « Guns, germs and steel » de Jared Diamond, traduit sous le titre très pompeux et ennuyeux « De l’inégalité parmi les sociétés – Essai sur l’homme et l’environnement dans l’histoire ».

► Obtenez gratuitement mon livre « Soyez Zen et Heureux » en cliquant ici ! 🙂
http://olivier-roland.tv/zen-et-heureux-offert

Et pour apprendre tout en ayant la liberté d’agir, rien ne vaut la combinaison de la lecture d’excellents livres sur Kindle avec l’entreprenariat. 😉

– Civilization: The West and the Rest: http://olivier-roland.tv/civilization-the-west-and-the-rest

– Guns, Germs & Steel – The Fates of Human Societies: http://olivier-roland.tv/guns-germs-and-steel

Effondrement : http://olivier-roland.tv/effondrement

Pour aller plus loin :
http://www.des-livres-pour-changer-de-vie.fr/ – une sélection de livres rares et exigeants pour changer de vie
http://blogueur-pro.com/ – Devenez libre et indépendant financièrement grâce à votre blog
http://www.habitudes-zen.fr/ – Vivre une vie zen et heureuse
http://devenez-meilleur.fr/ – Le développement personnel pour les gens intelligents
http://olivier-roland.tv/videos pour être prévenu chaque matin à 7H quand une vidéo géniale est publiée, pour démarrer la journée avec une pêche d’enfer ! 🙂

Connaître l’histoire est une activité passionnante qui permet non seulement de mieux comprendre l’époque dans laquelle on vit actuellement. C’est un élément majeur que doit maîtriser tout entrepreneur pour se surpasser.
1- Un livre qui rappelle un autre : Pour ceux qui me suivent déjà, vous devez sûrement vous souvenir d’un livre que j’ai présenté au début de l’année. Le livre s’intitule « Civilization : The West and The Rest » écrit par un historien britannique nommé Niall Ferguson.

2- Synopsis : Le livre que je souhaite vous présenter est un complément, ou plutôt c’est le livre de Niall Ferguson qui en est le complément puisqu’il est sorti 13 ans avant ce dernier. Le titre du livre est « Guns, Germs And Steel » écrit par Jared Diamond. Il a été traduit en français sous un nom un peu ennuyeux « De l’inégalité parmi les sociétés : Essai sur l’homme et l’environnement dans l’histoire ». Le titre fait penser à un livre qui s’adresse aux universitaires et aux doctorants. Mais au fond, c’est un livre très intéressant qui se traduit littéralement par « Fusils, microbes et aciers ». Ce livre est paru en 1997. Jared Diamond se pose également comme question principale : « pourquoi certaines sociétés arrivent-elles à conquérir d’autres ? ». Il se demande pourquoi ce ne sont pas les sociétés d’Amérique qui ont été envoyées en Europe mais pas l’inverse.

3- Un livre qui mérite d’être lu : Ce livre est intéressant, car il embrasse tout d’abord une perspective plus large que le livre de Niall Ferguson. Celui-ci se focalise sur les 500 dernières années, « Guns, Germs And Steel » démarre au tout début du Néolithique avec la découverte de l’agriculture. Il étudie également toutes les sociétés même si c’est de manière générale (Afrique, Océanie, Asie…).

4- On plonge dans l’histoire : Grâce à ce livre, on plonge carrément dans l’histoire de l’humanité. Cela permet de mieux connaître et de comprendre l’époque dans laquelle on vit aujourd’hui. Il faut noter qu’on vit aujourd’hui dans une époque qui a été façonnée par plusieurs siècles de conquêtes. Il prouve notamment que le continent « eurasiatique », autrement dit de l’Europe à l’Asie, avait d’énormes avantages par rapport aux autres. C’est ce qui lui a permis de s’imposer. Voici quelques exemples de ces avantages :
* Distribution horizontale : l’un des avantages fondamentaux du continent eurasiatique est qu’il a une distribution horizontale alors que l’Amérique a une distribution verticale. Il s’agit d’un avantage, car cela a énormément facilité la diffusion des innovations et l’adoption de l’agriculture.
* Pas de barrière géographique : Au-delà des problèmes de diffusion, il y avait aussi les problèmes des boulets et de tremblements en Amérique. Ce qui n’est pas le cas en Eurasie.

5- L’intérêt de connaître l’histoire : L’histoire doit nous intéresser, car cela nous permet de connaître les valeurs des autres sociétés différentes de la nôtre. On ne partage pas forcément les mêmes points de vue. L’histoire permet de relativiser l’importance des normes. En tant qu’entrepreneur, s’intéresser à l’histoire permet de sortir de la boîte et de prendre de la hauteur par rapport à l’influence qu’a la société autour de nous. Elle nous permet également de comprendre comment les normes sont arrivées. Elle nous donne la capacité de mieux es décortiquer.

http://www.youtube.com/watch?v=ycLVTmubi-c

 

Transcription texte (littérale) de la vidéo « Fusils, microbes et acier : Un ENTREPRENEUR a-t-il BESOIN de connaitre l’histoire ? » :

Bonjour, ici Olivier Roland et bienvenue pour cette nouvelle vidéo.

Alors ce que j’aimerais partager avec vous aujourd’hui, c’est tout simplement un livre que j’ai dévoré en quelques jours alors qu’il est plutôt épais et que j’ai trouvé absolument passionnant. Donc, je ne peux pas m’empêcher, voilà, je suis comme ça. J’ai envie de le partager avec vous.

Les abonnés qui me suivent déjà depuis un petit moment se rappellent peut-être que, au tout début de l’année, avant février je crois, j’ai partagé un livre aussi très intéressant qui s’appelle « Civilization : the West and the Rest » de Niall Ferguson, un livre d’un historien britannique qui à ma connaissance n’a pas été traduit en français pour le moment. Et ce livre était extrêmement intéressant parce que la question centrale que se pose l’auteur, c’est : comment ça se fait qu’une toute petite portion du monde, l’Europe, qui en l’espace de quelques siècles s’est mis à dominer le monde ? Pour le meilleur et pour le pire.

Il donne l’exemple sur sa quatrième de couverture, ben voilà : si en 1411, vous aviez pu observer toutes les sociétés de la terre et qu’on vous avait demandé quel est ton pronostic ; d’après toi, quelle est la société qui va le plus cartonner, il y a sans doute peu de chance que vous auriez choisi l’Europe parce que il y avait la Chine qui était largement en avance sur les européens dans plein de domaines, qui était l’immense unifié en paix à l’intérieur depuis longtemps et qui était voilà à la pointe du progrès et de l’exploration. Et puis, l’empire Ottoman était aussi au fait de sa gloire à l’époque, et puis, à part en Espagne, il ne cessait de faire peur, de faire reculer en fait les frontières de l’Europe. En 1411, on était juste avant la conquête de Constantinople, avant que ça ne devienne Istanbul. C’est vrai qu’en Espagne, les musulmans en fait se faisaient repousser mais ce n’était pas le cas dans la plupart des autres guerres de conquête qu’ils avaient avec l’Occident.

Et puis l’Europe, c’était juste un ramassis de petits Etats qui étaient perpétuellement en guerre entre eux et qui n’étaient pas spécialement à la pointe, qui effectivement étaient capables de prendre des innovations d’un peu partout mais qui en eux-mêmes n’innovaient pas.

Et qu’est-ce qui a fait que ce petit ramassis d’Etats qui étaient perpétuellement en guerre en l’espace de quelques siècles complètement renversaient la vapeur, déjà a arrêté la progression de l’empire Ottoman et puis ensuite, a carrément été le coloniser, coloniser les Amériques, coloniser l’Australie et puis imposer ses comptoirs commerciaux en Inde, en Chine, etc. Et voilà.

L’auteur a dit qu’il y a six choses : c’est la compétition, la science, la démocratie, la médecine, le consumérisme et l’état d’esprit par rapport au travail. Mais là justement, le livre que j’ai lu, alors je ne peux pas vous le montrer parce que je l’ai lu sur le Kindle, c’est un livre qui est en fait… J’aimerais bien dire que c’est le complément de ce livre, mais c’est plutôt ce livre-là qui est le complément du livre dont je vais vous parler puisque celui-là a été publié après. Donc ce livre, c’est tout simplement « Guns, germs and steel » de l’auteur Jared Diamond.

Alors, il a été traduit en français sous un nom qui est très ennuyeux et vous allez voir même carrément pompeux, on peut le dire. Le titre, c’est « De l’inégalité parmi les sociétés : Essai sur l’homme et l’environnement dans l’Histoire ».

Mon Dieu, quand on lit ça, on se dit : c’est un bouquin pour les universitaires. Si tu n’as pas un doctorat en coupage de cheveux en quatre, tu ne peux pas y arriver. Ça ne sert à rien. Franchement, c’est horrible comme titre, mais bref. Le titre original « Guns, germs and steel », ça veut dire « Fusils, microbes et puis, acier ».

Et en fait, Jared Diamond, ce livre est paru en 97. Donc, quelque chose comme 13 ans avant « Civilization ». Et Jared Diamond se pose la même question. Finalement, il se dit : mais qu’est-ce qui fait que certaines sociétés arrivent à conquérir d’autres ? Par exemple, pourquoi ce n’est pas les sociétés d’Amérique qui ont été envahir l’Europe plutôt que l’inverse ?

Et ce livre est passionnant parce que déjà, il embrasse une perspective beaucoup plus large que « Civilization ». « Civilization » se focalise sur les 500 dernières années, tandis que « Guns, germs and steel » démarre au tout début du néolithique, au tout début de l’invention de l’agriculture ou de la découverte de l’agriculture, voilà comment on voit les choses ; et étudie toutes les sociétés, d’une manière générale évidemment mais que ce soit en Afrique, en Océanie, en Asie, en Amérique, etc.

Et non seulement, il s’intéresse à pourquoi les européens ont conquis les Amériques ; et puis ensuite, ont colonisé tout le reste du monde quasiment. Mais aussi comment se sont faites aussi d’autres colonisations avant l’époque de l’écriture. Par exemple, il prouve dans son livre qu’il y a en fait plusieurs ethnies en Afrique qui ont pris le pas sur toutes les autres. Il montre aussi qu’en chine, ça a été le cas. Enfin, ça a été le cas dans partout dans le monde et il se pose la question à chaque fois en termes de facteurs externes : qu’est-ce qui fait que toutes choses égales par ailleurs, des cultures au-delà des civilisations arrivent à devenir plus adaptées à leur environnement et surtout, avoir des avantages qui leur permettent de conquérir les autres, de les coloniser.

C’est juste passionnant. On plonge finalement dans l’histoire de l’humanité, et ça permet de comprendre tellement mieux l’époque dans laquelle on vit aujourd’hui, parce que voilà, on vit aujourd’hui dans une époque qui était façonnée par tous ces siècles, et même ces millénaires de conquête. Et notamment il prouve que ce qu’il appelle le continent eurasiatique, donc de l’Europe à l’Asie, et bien avait d’énormes avantages pour démarrer. Enfin, il inclut le nom de l’Afrique dans ce continent-là. Il avait d’énormes avantages par rapport à tous les autres, et c’est ce qui lui a permis justement de coloniser le reste du monde.

Alors, je vous donne quelques exemples parce que le livre est quand même assez dense. Mais un truc auquel moi, je n’avais jamais pensé : Un des avantages fondamentaux du continent eurasiatique, donc de l’Europe à l’Asie, c’est tout simplement qu’il ait une distribution horizontale. Alors que le continent américain par exemple a une distribution qui est plutôt verticale, pareille pour l’Afrique.

Vous allez me dire : Et alors ça change quoi ?

Ben c’est simple, c’est ce qu’il explique. Il dit voilà : ça a énormément facilité la diffusion des innovations dans le monde, et notamment au début de l’agriculture, ce qui a donné un énorme avantage à toutes les sociétés du monde, c’est quand elles ont adopté l’agriculture rapidement et cette agriculture était suffisante pour apporter un énorme avantage par rapport à la chasse et à la cueillette qui existaient jusqu’à présent. Et c’est ce qui a permis aux gens de se poser, d’avoir des surplus de nourriture qui permettaient d’entretenir des spécialistes qui ne devaient pas passer leur journée aussi à chercher leur nourriture. Puis, ben voilà, des rois, des hommes politiques, des prêtres, etc. des scribes, des artistes, des métallurgistes puisqu’il n’y a aucune société de chasseurs cueilleurs qui a découvert le métal et qui a inventé les outils en métaux parce qu’ils n’avaient pas les ressources pour le faire tout simplement.

Bref, donc, il dit voilà : la plupart des légumes, des céréales qui ont été cultivées, et puis des espèces animales, des grandes espèces animales comme les vaches et les chevaux, etc. qui ont été domestiqués venaient du croissant fertile au Moyen Orient, certaines d’Asie. Et elles ont pu se répandre à l’Est et à l’Ouest facilement parce que voilà, le blé par exemple a été cultivé de manière artificielle pour la première fois au Moyen Orient, et a pu se diffuser ensuite à l’Est et à l’Ouest parce que c’était les mêmes latitudes. Donc, ils pouvaient s’adapter facilement.

Le problème c’était qu’en Amérique, par exemple, il y avait deux sociétés qui étaient avancées par rapport au reste des Amériques quand Christophe Colomb a débarqué. Il y avait donc les Aztèques qui étaient à peu près dans la périphérie du Mexique actuelle, et puis les Incas qui étaient au Pérou. Et les deux sociétés n’ont jamais vraiment communiqué. Et les Aztèques et les Mayas avant eux s’étaient mis à cultiver le maïs. Et le maïs ne s’est jamais répandu dans les Andes parce qu’en fait, c’était difficile. Comme le maïs ne peut pousser qu’à une certaine latitude, et bien il a mis déjà énormément de temps à atteindre juste un petit peu au nord les États-Unis, il n’a jamais atteint le sud au Pérou parce que les latitudes n’étaient pas bonnes. C’est comme si on essayait de faire pousser des bananes dans le nord de la France. Bon, aujourd’hui, ça se poussait un peu. Mais pendant très longtemps, ça a été complètement impossible.

Et il dit voilà : un des facteurs qui a avantagé le continent eurasiatique, c’est tout simplement ce fait que comme il était davantage horizontal que vertical, les innovations ont pu se propager plus facilement. Et puis en plus, au-delà des problèmes de diffusion des plantes et des animaux, il y avait aussi des goulets d’étranglement en Amérique qu’il n’y avait pas ailleurs. Par exemple, le détroit de Panama qui était une jungle extrêmement dense qui n’était pas, on va dire, une barrière complètement étanche mais qui freinait énormément les échanges et qui fait que les Aztèques et les Incas n’ont jamais vraiment pas échangé. Les Aztèques avaient inventé un système d’écriture et les Incas géraient un immense empire sans écriture. Ça paraît complètement ahurissant mais ils n’avaient pas de système d’écriture. On se demande comment ils faisaient d’ailleurs. Mais c’est comme ça.

Mais bon, il y a des tas de choses comme ça dans ce livre, je vous donne juste quelques exemples frappants qui m’ont, moi, frappé. J’ai trouvé ça juste passionnant. Alors, c’est vrai que l’histoire, ça m’intéresse. C’est un peu comme de la science fiction. Vous allez me dire : ben oui, ça sert à quoi ? C’est de la culture générale, etc.

Et déjà, un des avantages de l’histoire c’est que ça nous plonge dans des sociétés qui avaient des valeurs différentes des nôtres, qu’il y a des tas de choses qui, nous, ne nous paraissent pas normales, qui leur paraissaient normales. Et inversement, il y a des tas de choses qui nous paraissent normales mais qui ne leur paraissaient pas normales.

Donc, ça permet toujours de relativiser un peu l’importance des normes. En tant qu’entrepreneur, c’est important aussi de sortir de la boîte, de pouvoir s’émanciper, prendre de la hauteur par rapport à l’influence qu’a la société autour de nous. Et je pense que l’histoire est un excellent moyen de s’entraîner à ça et de le faire un petit peu machinalement. Quand on sait aussi comment les normes sont arrivées, comment elles se sont créées, comment elles sont arrivées jusqu’ici, ça permet d’avoir une capacité supplémentaire à les décortiquer et à les dépasser parce que c’est aussi le propre de l’entrepreneur, c’est de savoir dépasser les normes pour en imposer ou en tout cas, en proposer de nouvelles et qui apportent de la valeur par rapport à celles qu’il y avait avant.

Je vous parlais récemment par exemple du fait de lire des livres numériques par rapport à des livres papiers. Alors, vous allez me dire : est-ce que c’est une valeur ? C’est vrai que ça se débat. Mais en tout cas, c’est une adoption d’une innovation technologique. D’ailleurs, l’auteur parle aussi de la capacité culturelle à adopter les innovations comme un des facteurs qui fait que les civilisations survivent ou pas.

Donc, voilà. Un livre très intéressant. D’ailleurs, l’auteur est aussi connu pour un autre livre très, très répandu en français qui s’appelle « Effondrement : Comment les sociétés décident de leur disparition et de leur survie ». Alors celui-là, je l’avoue, je l’avais démarré il y a quelques années, je ne l’ai pas terminé. J’avoue, c’était un peu plus ardu. Alors que celui-là « Guns, germs and steel » traduit sous le titre français extraordinaire, je le redis, « De l’inégalité parmi les sociétés : – mais c’est horrible comme titre – Essai sur l’homme et l’environnement dans l’histoire ».

Ne vous fiez pas au titre, faites-moi confiance, le livre est passionnant. Si vous êtes intéressés un petit peu à ces sujets, je vous le recommande vivement.

Donc, voilà, merci d’avoir regardé cette vidéo. Comme d’habitude, vous pouvez aussi recevoir un autre livre qui est mon livre « Zen et Heureux » pour avoir des techniques pour être plus zen et plus heureux dans votre vie, vous cliquez sur la couverture qui apparaît là ou sur le lien ici, vous laissez votre prénom et votre email et je vous envoie le livre immédiatement.

Donc, comme d’habitude, j’ai aussi besoin de votre feed-back. Si vous avez aimé cette vidéo, cliquez sur « j’aime » juste en dessous et partagez-la. Si vous n’avez pas aimé, cliquez sur « je n’aime pas » et puis ne la partagez pas.

Merci d’avoir regardé cette vidéo. À demain pour la prochaine. Au revoir !

Vous avez aimé cette vidéo ? Cliquez ici pour vous abonner gratuitement à la chaîne Youtube ! 🙂