Faut-il avoir HONTE de son 1er produit ? (Agir et Réussir)

► Obtenez gratuitement mon livre « Vivez la vie de vos rêves grâce à votre blog » en cliquant ici ! 🙂
<a href= »http://olivier-roland.tv/livre-offert » target= »_blank » rel= »nofollow »>http://olivier-roland.tv/livre-offert

– Le livre « Lean Startup » sur Amazon:
http://olivier-roland.tv/lean-startup/
– L’interview avec Hugo :
https://www.youtube.com/watch?v=jEyO48HmpMw&list=PLlNaq4hbeacQ-MgSa6scDKzzKdK5cAEeo
– La 1ère vidéo publiée sur la chaîne :
https://www.youtube.com/watch?v=jGJTIFKLk50&list=PLlNaq4hbeacSfRoNKjll0AIbNMlDMYypZ
– La vidéo « Comment AUGMENTER votre productivité et mettre en place de BONNES habitudes » :
https://www.youtube.com/watch?v=qu0YLEq-Xyo&list=PLlNaq4hbeacRjWfmS4YP89UeXatvmgkxy

Pour aller plus loin :
http://www.des-livres-pour-changer-de-vie.fr/ – une sélection de livres rares et exigeants pour changer de vie
http://blogueur-pro.com/ – Devenez libre et indépendant financièrement grâce à votre blog
http://www.habitudes-zen.fr/ – Vivre une vie zen et heureuse
http://devenez-meilleur.fr/ – Le développement personnel pour les gens intelligents
http://olivier-roland.tv/videos pour être prévenu chaque matin à 7H quand une vidéo géniale est publiée, pour démarrer la journée avec une pêche d’enfer ! 🙂

NOTE : pour les liens affiliés de cette vidéo, voir le paragraphe « affiliation » de http://www.des-livres-pour-changer-de-vie.fr/mentions-legales/

https://www.youtube.com/watch?v=bnWe9y9Buw0

 

Transcription texte (littérale) de la vidéo « Faut-il avoir HONTE de son 1er produit ? (Agir et Réussir) » :

Avoir honte de son premier produit, c’est une approche qui est très utilisée dans la Silicon Valley et dans toutes les startups qui adoptent le modèle lean startup. Mais est-ce que c’est vraiment quelque chose que vous devez faire pour votre business ?

Ça paraît un peu radical comme idée, comme approche, mais c’est quelque chose qui est très populaire dans la Silicon Valley, qui a été populaire aussi dans le monde entier par le livre « The Lean Startup » de Eric Ries.

A la base, cette notion a été résumée en 2007 par Red Hoffman, le fondateur de Linkedin, qui disait : si vous n’êtes pas embarrassés par la première version de votre produit, vous avez lancé trop tard.

Ce type d’approche est vraiment très intéressant pour nous entrepreneurs.

Pourquoi Red Hoffman dit ça ? Et pourquoi le lean startup s’attaque justement à l’importance extrême de mettre en place le plus vite possible ce qu’il appelle le produit minimum viable, clairement, une sorte de prototype avec le minimum de fonctions possibles qui puissent satisfaire les clients et de les mettre directement sur le marché ?

Tout simplement parce que dans la Silicon Valley comme ailleurs, un des plus gros problèmes qui freinent les entrepreneurs et les aspirants entrepreneurs, c’est que ils ont tendance à travailler souvent trop longtemps dans leurs chambres, dans leurs bureaux à créer le produit parfait. Ils passent des mois, parfois des années à créer quelque chose qui, au final, les satisfait pleinement, mais dont souvent malheureusement tout le monde sur la terre à part eux se fout complètement.

Et on a cette idée que c’est un risque pour les entrepreneurs de s’enfermer dans une tour d’ivoire et c’est aussi un risque de pécher par perfectionnisme et de retarder de manière trop importante le lancement d’un produit parce que la super idée que vous avez eue et dont vous avez l’impression qu’elle va révolutionner le monde, à ce moment-là, il y a d’autres personnes qui ont eu exactement la même.

Qu’est-ce qui va gagner entre tous ceux qui ont eu l’idée au même moment à peu près ?

C’est ceux qui vont l’exécuter avec la meilleure performance. Ils vont sortir le produit le plus vite possible sur le marché avec les fonctions de base que les gens recherchent véritablement.

C’est une forme de procrastination intelligente. C’est l’idée que plutôt que d’affronter directement un challenge qui nous fait peur, on va faire un milliard d’autres tâches qui de l’extérieur paraissent être intelligentes, dont personne ne pourrait dire en voyant nos activités qu’on ne travaille pas, mais en fait, c’est notre moyen d’éviter d’attaquer ce qui est vraiment important en se donnant bonne conscience. Et c’est une manière de procrastiner intelligemment ou de pécher par perfectionnisme.

Imaginons que vous ayez une super idée qui va révolutionner le monde avec un produit génial, qui va faire de l’iPhone une sorte de jouet un peu désuet qui fera rigoler tout le monde. Le problème, c’est que si vous travaillez deux ans sur votre produit et que vous le sortez au bout de deux ans, déjà un, peut-être que vous avez créé un truc dont tout le monde se fout complètement. Et deux, en deux ans, il se passe des choses dans le monde des Smartphones. Peut-être que le marché sera complètement chamboulé.

Ce qui est vraiment important, c’est de confronter votre idée à la réalité du terrain le plus vite possible. C’est ce qui fait peur à beaucoup d’entrepreneurs, et c’est pour ça que c’est une manière de procrastiner intelligemment que de pécher par perfectionnisme. Parce que tant que ça reste sur le papier et dans notre tête, et à l’état de prototype dans nos bureaux, dans notre chambre, ça ne se confronte pas vraiment au monde. Ça reste dans un petit monde fermé.

C’est un produit qui est au monde des bisounours des produits, au Disneyland des produits. Tout est beau, tout est super, tout est génial. Et on sait pertinemment au fond de nous-mêmes qu’à partir du moment où il va atteindre le marché, ça ne va pas être pareil.

On va avoir des gens qui seront mécontents, qui vont mettre des commentaires à une étoile, à deux étoiles sur des comparateurs. On va avoir des gens qui vont réclamer une nouvelle fonction, etc. Les imperfections des produits vont apparaître en pleine lumière.

D’ailleurs, c’est assez contre-intuitif de se dire que c’est plus intéressant, plus pertinent de sortir un produit qui est moins viable, moins parfait, moins fini, qui a plein de défauts assumés. Mais pourtant, c’est cela qui va permettre au final d’avoir un meilleur produit.

Il n’y a rien de tel que la réalité pour tester réellement l’intérêt de votre produit et savoir ce que veulent les gens.

Plus vous mettez en contact votre produit avec la réalité du terrain, plus vous aurez des feedbacks réels. Vous ne serez plus dans le monde des bisounours, vous serez dans le monde réel. Et plus vous allez pouvoir savoir vraiment qu’est-ce qui plaît aux gens dans votre produit, sur quoi vous devez mettre l’accent, quelles sont vos priorités, voire même si vous devez totalement abandonner votre produit.

Au niveau du contenu, la création de contenu sur Internet est un excellent exemple, un excellent domaine dans lequel cette règle s’applique parce qu’évidemment, cette règle ne s’applique pas à tous les business.

Si vous lancez un restaurant et que vous avez honte des premiers plats que vous sortez, ça risque de poser problème parce que les gens vont trouver cela dégueulasse. Ils vont vous mettre plein de notes négatives sur TripAdvisor et autres, et ça va plomber votre restaurant.

Donc, il y a des domaines dans lesquels ça ne s’applique pas. Mais la création de contenu s’applique totalement à 2 milliards de pourcent.

Si vous n’avez pas honte du premier article que vous avez publié ou de la première vidéo que vous avez publiée ou du premier podcast que vous avez publié, c’est que vous avez publié trop tard.

La toute première vidéo que j’ai publiée sur ma chaîne, je peux vous dire que j’ai honte de l’avoir publiée car elle est nulle. C’est normal.

Il y a quelques mois, j’ai fait une présentation à The family à un panel de startupper. Le sujet était : comment les startups peuvent utiliser la création de contenu pour exploser leur audience ?

Je pense qu’il y a beaucoup de startups qui passent à côté d’énormes opportunités, qui pourraient se créer une véritable audience, une véritable tribu en créant du bon contenu. C’est assez paradoxal parce que souvent, les start-ups qui cartonnent utilisent à fond le lean startup pour la commercialisation de leur produit, la création de ce produit, mais ils n’utilisent pas pour la création de contenu.

Or comme je l’ai dit, c’est vraiment un domaine où ça s’applique à fond puisque ce qui est génial dans votre création de contenu, c’est que votre premier article, votre premier podcast, votre première vidéo, il va être pourri. On s’en fout complètement parce que la bonne nouvelle, c’est qu’il n’y a que votre mère qui va le voir. La mauvaise, c’est qu’il n’y a que votre mère qui va le voir. C’est-à-dire que tout le monde va s’en foutre complètement.

La création de contenu sur Internet est un processus graduel. Vous avez une petite audience qui se développe petit à petit. Et ce qui est génial, c’est que votre compétence à créer du bon contenu se développe également petit à petit au même moment.

Donc vous, blogueurs ou startuppers, qui envisagez de mettre en place du contenu dans votre stratégie de développement sur Internet, publiez maintenant votre vidéo ou votre article ou votre podcast tel quel. Ne vous embêtez pas avec du montage, du super matériel et tout ça, on s’en fout complètement.

Les premiers articles que j’ai publiés étaient nuls. Les premières vidéos, c’était avec du matériel de base, vraiment pourri. Aujourd’hui, j’ai une entreprise qui cartonne, qui me permet de voyager partout dans le monde et de vivre très bien.

Et sans doute que si je n’avais pas démarré à l’époque avec cette imperfection inhérente à toute création, et surtout une première création sans avoir honte de ça, je n’aurais pas atteint le succès que j’ai aujourd’hui.

Un autre exemple concret tiré également de mon expérience d’entrepreneur, c’est cette approche de me lancer le plus vite possible sur le marché. C’est exactement l’approche que j’ai eu avec ma toute première entreprise, une entreprise de services informatiques que j’ai créée à 19 ans.

J’ai quitté l’école à 18 ans pour créer ma boîte à 19. Et ce qui m’a donné la confiance de faire ça – parce que j’ai quitté après une première en littéraire, je n’avais même pas le bac – et de me lancer dans mon business, c’est que j’avais déjà sorti le produit minimum viable sur le marché. J’avais vu qu’il y avait un intérêt.

Avec un ami, on avait eu l’idée de faire du dépannage informatique à domicile pour les gens, en se rendant compte qu’il y avait un manque sur le marché. On n’a pas commencé à faire des mégas plans dans un bureau pour conquérir le monde sur le papier. On a directement passé une petite annonce dans un journal d’annonce en proposant nos services pour voir ce que ça va donner.

On n’avait rien. On était jeune, on n’avait même pas de structure juridique. On avait juste une petite expérience de geek. C’était loin d’être parfait ce qu’on proposait, mais les gens étaient contents.

En un mois, on avait investi à peu près 10 euros d’investissement et on a récolté quelque chose comme 800 euros en un mois. Donc pour des jeunes de 18 ans qui gagnaient 5 euros, 10 euros d’argent de poche par semaine, c’était incroyable.

Et surtout, ça m’a permis de rentrer en contact très vite avec la réalité, de voir les clients, de savoir comment interagir avec eux, etc. Pourtant, j’avais 18 ans. Je m’habillais mal, j’avais des boutons partout. Quand on me voyait, on n’était pas impressionné. Mais ça m’a permis d’être en contact avec la réalité le plus vite possible.

Vous avez aimé cette vidéo ? Cliquez ici pour vous abonner gratuitement à la chaîne Youtube ! 🙂