Comment vous MOTIVER quand vous êtes au FOND du TROU

Cliquez ici pour découvrir comment vous MOTIVER même si la CATA totale en ce moment…

► Obtenez gratuitement mon livre « Soyez Zen et Heureux » en cliquant ici ! 🙂
http://olivier-roland.tv/zen-et-heureux-offert

– La vidéo « Comment rester ULTRA-MOTIVÉ ! (même quand c’est dur) » :
https://www.youtube.com/watch?v=Ze87DkX_un0&list=UUvq4sennWMM5hxDKfxIoojg

Pour aller plus loin :
http://www.des-livres-pour-changer-de-vie.fr/ – une sélection de livres rares et exigeants pour changer de vie
http://blogueur-pro.com/ – Devenez libre et indépendant financièrement grâce à votre blog
http://www.habitudes-zen.fr/ – Vivre une vie zen et heureuse
http://devenez-meilleur.fr/ – Le développement personnel pour les gens intelligents
http://olivier-roland.tv/videos pour être prévenu chaque matin à 7H quand une vidéo géniale est publiée, pour démarrer la journée avec une pêche d’enfer ! 🙂

En complément de sa précédente vidéo, Olivier Roland nous raconte sa propre histoire d’étudiant démotivé à un brillant entrepreneur. Son but est de nous partager une clé de réussite pour avancer concrètement : la motivation.
– Trouver le feu sacré si l’on se sent démotivé. Pour pouvoir réussir dans un domaine, il faut que celui-ci passionne au maximum et il faut que les objectifs à atteindre puissent être quelque chose qui tient à cœur. Comme cela, les obstacles ne seront plus considérés comme des barrages, mais juste des dos-d’âne qui permettent de mieux rebondir pour continuer la route vers la réussite.

https://www.youtube.com/watch?v=X1Nx5xbh5gw

Transcription texte (littérale) de la vidéo « Comment vous MOTIVER quand vous êtes au FOND du TROU » :

Bonjour, ici Olivier Roland.

J’ai partagé avec vous précédemment ce qu’il fallait faire quand vous êtes nul dans quelque chose et que vous voulez devenir meilleur pour trouver la motivation et avancer concrètement. Ceci est donc un complément de cela.

Dans la fameuse pochette plastique dont je vous parlais, j’ai aussi trouvé le carnet de correspondance de mon année 98-99.

C’est un carnet qui a été utilisé comme son nom l’indique par mon lycée pour faire la liaison entre les élèves, les parents et l’établissement.

On trouve des papiers en vert qui sont les dispenses pour les cours de sport, les empêchements. Ceux qui sont en bleu servent pour les retards. Et les roses sont pour les absences prolongées, typiquement quand on est absent deux ou trois jours parce qu’on est malade.

Ce qui est intéressant, c’est que tous les papiers roses pour les absences ont été complètement utilisés au début du carnet, et pareil pour les retards. La date commence le 17 septembre 1998, juste après la rentrée. Et le 31 décembre 98, même pas trois mois après la rentrée, toutes les fiches de retard qui sont à la fin ont été complètement consommées. Il n’y avait plus de place, il n’y avait plus de fiche de retard.

Cela commence le 8 décembre, j’étais en retard le lendemain encore. Le nombre de retard est de 7 minutes, 15 minutes, 20 minutes, 10 minutes. Et à chaque fois, c’est marqué : réveil, personnel, aucun motif, aucun motif, aucun motif. Et ça finit le 2 mars.

Et je me suis dit : j’ai dû forcément arriver en retard après. C’est juste qu’il n’y avait plus de place. Je ne me rappelle plus ce qu’a fait le pauvre responsable des trucs qu’il fallait signer, mais il a dû mettre ça sur une feuille blanche et puis basta.

Et les absences continuent. Il y en a quand même pas mal. Et à chaque fois, c’était pour de la maladie de quelques jours et tout ça. J’étais quand même beaucoup malade cette année-là.

Après, pendant mes 15 années de carrière dans l’entreprenariat, je n’ai jamais été malade plus de quelques jours d’affilée. Cela m’est peut-être arrivé deux ou trois fois en 15 ans où j’ai vraiment dû rester au lit pendant quelques jours parce que j’avais un truc vraiment fort. Tandis que là carrément, je suis censé avoir eu des maladies qui ont duré plusieurs jours et qui m’ont empêché d’aller en cours.

Qu’est-ce que ça montre ?

Ça montre à quel point j’étais extrêmement démotivé à l’école et à quel point j’ai réussi à trouver la motivation.

Il faut savoir qu’à la fin de cette dernière année d’école, j’avais déjà pris la décision d’arrêter l’école et de créer mon entreprise. Le directeur m’a reçu et m’a dit que les profs se plaignent de moi en cours et que le simple fait de me voir les démotive. Ensuite, il m’a dit qu’ils ne veulent plus de moi l’année prochaine.

Ça m’a très bien arrangé de toute façon puisque je voulais arrêter l’école pour créer ma boîte. Mais c’est pour vous dire à quel point j’étais démotivé complètement. J’avais laissé tomber le système.

Au moins un an, j’ai bossé sur le projet de création d’entreprise. Je me suis fait expulser par mon père juste avant de créer ma boîte. J’ai réussi à me débrouiller pour me faire héberger.

J’ai trouvé mon premier boulot dans une crêperie, mon seul emploi de salarié de toute ma vie, pour pouvoir payer mon premier appart. Et puis, j’ai réussi à créer ma boîte et en faire une boîte qui marche alors que j’avais à peine 19 ans.

Aujourd’hui, je suis indépendant financièrement. J’ai une boîte qui me permet de voyager partout dans le monde et tout ça.

Comment passe-t-on de quelqu’un qui est démotivé au point même que les profs se tirent une balle rien qu’en le voyant, et qui se fait expulser de son établissement, à quelqu’un qui crée une boîte à 19 ans et qui a réussi avec ça ?

La clé, c’est la motivation.

A l’école, je ne voyais pas pourquoi je faisais ça. J’en avais marre du système et de mes parents. Je ne comprenais pas pourquoi j’apprenais tout ça et j’en avais vraiment marre. Je n’étais pas motivé.

Ma boîte, c’était mon bébé, c’était mon projet, c’est quelque chose qui me tenait vraiment à cœur parce que pour moi, c’était également l’indépendance.

C’était pouvoir faire ce que je voulais, pouvoir être libre, pouvoir enfin habiter chez moi et plus chez mes parents. C’était l’accomplissement de tout un tas de choses qui étaient extrêmement importantes pour moi.

Et finalement, la grosse différence entre l’élève, le cancre à l’école, qui se fait expulser et l’entrepreneur qui a réussi sa boîte, c’est juste ça. Dans les deux, c’est exactement la même personne. La seule différence qu’il y avait entre les deux, c’est cette motivation qui est complètement différente.

D’un côté, j’étais complètement démotivé, j’avais tout lâché, j’avais laissé tomber. De l’autre côté, j’avais le feu sacré, il n’y avait aucun obstacle qui pouvait m’arrêter. J’étais inarrêtable tout simplement.

Et pourtant, je peux vous dire que passer du statut de con à celui d’entrepreneur n’est pas facile. J’ai dû me battre. J’ai dû affronter beaucoup d’obstacles. Créer sa boîte à 19 ans, ce n’est vraiment pas quelque chose de facile.

J’ai dû trouver des financements. J’ai dû convaincre les gens, j’ai dû me faire accompagner sur des tas de choses comme si je n’y connaissais rien. J’ai failli planter ma boîte au bout de 6 mois parce que je n’y connaissais rien. Et pourtant, j’y suis arrivé parce que j’avais le feu sacré.

Donc mon message aujourd’hui, c’est tout simplement de vous dire que si aujourd’hui, vous vous sentez démotivé, vous sentez que vous n’avez la pêche, vous n’arrivez pas à vous mettre en action dans les projets qui vous intéressent, dites-vous que vous aussi, vous pouvez arriver à trouver le feu sacré en vous.

Si le cancre que j’étais a réussi à trouver sa voie, a trouvé le feu sacré qui était en lui, vous pouvez le faire aussi. Il faut juste vous lancer dans quelque chose qui vous tient à cœur, quelque chose qui vous motive, quelque chose où vous vous dites : waouh ! Quand j’aurai accompli ça, ça va vraiment être génial, et devenir inarrêtable.

Il faut faire en sorte que les obstacles ne sont plus des obstacles, mais juste des freins, juste des ralentissements, juste des dos-d’âne où vous devez ralentir un peu votre voiture, mais ce n’est pas ça qui va vous arrêter.

Si vous arrêtez juste avant un dos-d’âne parce que vous avez peur de le franchir, tout le monde va se foutre de votre gueule et ils ont bien raison.

Donc, faites en sorte que les obstacles deviennent des dos-d’âne tout simplement en trouvant ce qui vous motive vraiment.

Je ne veux pas savoir qu’il n’y a rien qui vous motive, qu’il n’y a rien qui vous passionne, etc. Je pense qu’au fond de vous, vous avez toujours eu un rêve et vous n’avez jamais osé faire le premier pas qui vous permettrait d’avancer vers cet objectif.

Mettez-vous en branle, mettez-vous en action et vous allez finir par trouver ce feu sacré, par devenir inarrêtable.

C’est ça finalement la clé du succès parce que entre un looser et un mec qui se fait virer de son école tellement il démotive les gens parce que rien qu’à le regarder, les gens sont démotivés, et quelqu’un qui au contraire réussit sa boîte et qui après peut être une source d’inspiration pour d’autres, la seule différence, c’est la motivation, le feu sacré.

Vous avez aimé cette vidéo ? Cliquez ici pour vous abonner gratuitement à la chaîne Youtube ! 🙂

Mot-clés utilisés pour trouver cet article :

se motiver quand on est au fond du trou