Comment TROUVER la MOTIVATION

Cliquez ici pour découvrir comment vous MOTIVER ! 🙂

► Obtenez gratuitement mon livre « Soyez Zen et Heureux » en cliquant ici ! 🙂
http://olivier-roland.tv/zen-et-heureux-offert

– La vidéo « 3 ASTUCES pour devenir un DIEU en ANGLAIS (ou une autre langue) SANS travail 🙂  » :
https://www.youtube.com/watch?v=ERPyJNe8P4k&list=UUvq4sennWMM5hxDKfxIoojg
– La vidéo « POURQUOI il FAUT parler ANGLAIS quand vous êtes ENTREPRENEUR » :
https://www.youtube.com/watch?v=sLEk7jL95ME&list=UUvq4sennWMM5hxDKfxIoojg

Pour aller plus loin :
http://www.des-livres-pour-changer-de-vie.fr/ – une sélection de livres rares et exigeants pour changer de vie
http://blogueur-pro.com/ – Devenez libre et indépendant financièrement grâce à votre blog
http://www.habitudes-zen.fr/ – Vivre une vie zen et heureuse
http://devenez-meilleur.fr/ – Le développement personnel pour les gens intelligents
http://olivier-roland.tv/videos pour être prévenu chaque matin à 7H quand une vidéo géniale est publiée, pour démarrer la journée avec une pêche d’enfer ! 🙂

Dans cette vidéo, Olivier Roland nous partage une astuce pour pouvoir progresser dans un domaine dans lequel on ne se sent pas forcément adroit.
– La passion, meilleure source de motivation : tout entrepreneur crée son business dans ce qui lui passionne. On peut donc dire que la passion est la clé de réussite. En effet, on apprend mieux et on réussit mieux si ce que l’on entreprend nous passionne, nous est utile et est dans notre intérêt.
– Comment faire pour apprendre rapidement et efficacement ? Si l’on est mauvais dans un domaine dans lequel on souhaite évoluer, il suffit de trouver une source de motivation et d’avoir une praticité continue.

https://www.youtube.com/watch?v=_7BR66I0L_c

 

Transcription texte (littérale) de la vidéo « Comment TROUVER la MOTIVATION » :

Bonjour, ici Olivier Roland.

Comme vous le savez, je vais très prochainement déménager à Londres et je suis en train de jeter/donner/vendre tout ce que je possède.

D’ailleurs, c’est énormément de boulot de se débarrasser de choses qu’on a accumulées pendant 15 ans. J’ai fait trois déménagements en 15 ans. Et à chaque fois, comme je restais sur Lille, j’ai toujours bougé énormément de choses sans chercher à filtrer, à trier, à choisir, à débarrasser de choses dont je n’en ai plus besoin.

Je suis récemment tombé sur une pochette remplie de documents écrits à la main. J’ai commencé à parcourir ces documents et je me suis rendu compte que c’était les documents de ma dernière année à l’école. J’ai quitté l’école à 18 ans pour créer ma boîte à 19.

Ça faisait donc 15 ans que je trimballais ça d’un déménagement à l’autre.

J’ai regardé un peu et je suis tombé sur un devoir surveillé d’anglais qui datait du 23 avril 1999, à peu près deux mois avant que je quitte l’école pour me consacrer à mon projet d’entreprise. Ça m’a beaucoup amusé de le lire puisqu’il y a une note de 6/20.

Ce n’était pas un devoir très long. Cela faisait une page et demie. Je devais commenter le sujet : “Where there is a will, there is a way”. Cela veut dire : « Quand on a de la volonté, on trouve une manière de parvenir à ses fins ».

C’est intéressant parce que quand je l’ai lu, déjà c’est bourré de fautes et de phrases dont je ne comprends même pas ce que je veux dire. J’ai compris l’essence de la phrase “Where there is a will, there is a way”, mais j’explique très mal ce que j’ai compris. La prof avait mis des tas de corrections en rouge, et j’ai eu une note de 6/20.

Ça m’a rappelé qu’à l’école, j’étais vraiment très nul en anglais depuis la sixième jusqu’à ma première littéraire, après laquelle j’ai arrêté l’école. J’ai à peine eu la moyenne. En général, j’étais en dessous de la moyenne.

Pour tout vous dire, j’étais tellement nul en anglais qu’au lieu de faire une LV2 comme tout le monde faisait, j’ai fait un an d’espagnol en LV2. Puis, on m’a proposé d’arrêter l’espagnol et de prendre des cours de renforcement d’anglais à la place pour le maîtriser. C’était en troisième.

Plusieurs années après, en première littéraire, j’étais toujours aussi nul : 6/20 en anglais.

Aujourd’hui, je n’ai pas une maîtrise extraordinaire de la langue anglaise, mais je suis complètement capable de me débrouiller. Je lis des livres extrêmement compliqués en anglais. Je suis capable de discuter avec des anglophones natifs ou non très facilement. Je comprends à peu près 95 %, voire plus de tout ce qu’on me dit. Et j’arrive à me faire comprendre.

J’ai un gros accent français dans les interviews que je fais, mais j’arrive à me débrouiller. Et peut-être qu’aujourd’hui, j’ai un niveau pratique qui est meilleur que ceux qui avaient de meilleure note que moi à l’époque.

Comment j’ai fait pour partir d’un niveau aussi bas pour arriver à un niveau où je maîtrise au niveau pratique l’anglais ? C’est-à-dire que j’arrive à me faire comprendre, j’arrive à comprendre et j’arrive à suivre des films, à comprendre ce qu’on dit dans les musiques, à lire des livres sans aucun problème.

Le gros problème qui a toujours été mon problème à l’école, c’est que quand je ne comprenais pas pourquoi je vais faire ça et quel était l’intérêt pour moi de faire ça, quand je n’étais pas passionné par la matière, je n’étais pas motivé pour bosser. Je n’ai jamais été motivé pour bosser dans des trucs qui ne m’intéressent pas.

Si c’est votre cas, sachez que c’est un très bon signe que vous êtes un entrepreneur dans l’âme. Un entrepreneur, c’est aussi quelqu’un qui crée son propre job et après, il crée son business dans un domaine qui le passionne.

Il y a beaucoup de gens qui créent un business dans un domaine qui ne les passionne pas. Mais l’entrepreneur peut plus facilement bosser dans un domaine qui le passionne parce qu’il peut créer son job à partir de rien, alors que ce n’est pas forcément facile de trouver un job qui vous passionne quand on est juste employé.

Donc ce qui a été la clé pour moi pour être motivé à apprendre quelque chose par moi-même, ça a toujours été : un, est-ce que je vais avoir un intérêt direct à plus ou moins court terme qui va me permettre de me servir de ce que j’apprends ? Est-ce que le fait d’apprendre ça va me servir dans la vie concrètement ?

Quand je me suis décidé de me mettre à l’anglais, je me suis dit : j’ai une vision de moi en tant qu’entrepreneur avec une audience plus internationale, une clientèle plus internationale qu’aujourd’hui. Je pense que l’anglais est indispensable aujourd’hui, donc je vais me mettre à fond dans l’anglais.

C’est là que j’ai commencé à lire mes premiers livres en anglais. J’avais déjà partagé avec vous le fait que j’avais commencé avec la saga Harry Potter parce que ce qui est génial avec la saga Harry Potter, c’est qu’au début, les livres sont très petits. Ils sont écrits avec un vocabulaire enfantin, donc c’est très facile à comprendre. Et plus on avance dans la série, plus les volumes deviennent denses et plus le vocabulaire se complexifie.

Quand on a lu le cinquième tome d’Harry Potter, on peut lire à peu près tous les livres en anglais sans aucun problème.

Et quand je me suis mis à cela, j’avais une véritable motivation parce que j’avais cette vision de me dire que l’anglais va me servir un jour. A l’époque, je ne savais même pas que j’allais m’en servir pour me former aux Etats-Unis sur les techniques de marketing, d’entreprenariat, etc., qui ont été vraiment un atout incroyable dans mon succès en tant qu’entrepreneur. Mais j’avais cette vision que l’anglais était indispensable, qu’il y avait de plus en plus de gens qui le parlaient. Et pour sortir de la culture qui m’environnait et avoir un autre point de vue sur le monde, il me fallait maîtriser une langue.

Si aujourd’hui, vous culpabilisez parce que vous êtes mauvais dans quelque chose et que ça vous desserve, quelque chose d’important c’est de trouver la motivation et aussi de trouver une praticité, que ce soit à court, moyen ou long terme à ça.

J’avais cette vision de l’anglais. Après, quand j’ai commencé à vraiment utiliser l’anglais, quand j’ai commencé à suivre des podcasts, des vidéos, des cours en anglais, puis après quand j’ai commencé aux Etats-Unis, j’avais un intérêt direct, tangible, concret à apprendre cette matière.

J’ai progressé extrêmement rapidement au point qu’aujourd’hui, j’impressionne des gens qui avaient sans doute 15 de moyenne à l’époque, mais qui n’ont jamais eu l’occasion de pratiquer ce qu’ils ont appris.

C’est un gros problème à l’école. On est très nombreux à se rendre compte qu’il y a énormément de choses qu’on a apprises à l’école qui ne nous servent absolument à rien.

Il y a beaucoup de gens qui ont un diplôme Bac+5, voire plus, et qui se retrouvent dans un boulot qui n’a absolument rien à voir avec leur diplôme.

Ce problème de l’école, j’en parle en long et en large dans mon livre qui va venir dans les mois qui viennent, mais je voulais en tout cas partager ça avec vous.

Si comme moi, vous avez été nul en anglais ou que vous êtes nuls en quelque chose, rien n’est perdu. Ce qu’il vous faut, c’est de trouver la motivation et trouver en quoi ça va vous servir concrètement d’apprendre ça.

Et si vous avez aujourd’hui un blocage par rapport à quelque chose que vous voulez apprendre, le mieux c’est de vous mettre dans une configuration où ça va vraiment vous apporter quelque chose concrètement.

Vous avez aimé cette vidéo ? Cliquez ici pour vous abonner gratuitement à la chaîne Youtube ! 🙂