Comment REBONDIR après un ÉCHEC – interview d’Olivier Seban

Cliquez ici pour découvrir comment REBONDIR quand vous avez subi un ÉCHEC : avec l’expérience d’un entrepreneur d’expérience qui a connu la FAILLITE.

► Obtenez gratuitement mon livre « Vivez la vie de vos rêves grâce à votre blog » en cliquant ici ! 🙂
http://olivier-roland.tv/livre-offert

– Le livre « Tout le monde mérite d’être riche » :
http://olivier-roland.tv/livre-olivier-seban

Pour aller plus loin :
http://www.des-livres-pour-changer-de-vie.fr/ – une sélection de livres rares et exigeants pour changer de vie
http://blogueur-pro.com/ – Devenez libre et indépendant financièrement grâce à votre blog
http://www.habitudes-zen.fr/ – Vivre une vie zen et heureuse
http://devenez-meilleur.fr/ – Le développement personnel pour les gens intelligents
http://olivier-roland.tv/videos pour être prévenu chaque matin à 7H quand une vidéo géniale est publiée, pour démarrer la journée avec une pêche d’enfer ! 🙂

https://www.youtube.com/watch?v=3jFMZOUDlHo

 

Transcription texte (littérale) de la vidéo « Comment REBONDIR après un ÉCHEC – interview d’Olivier Seban » :

Olivier Roland : Bonjour, ici Olivier Roland. Je suis avec Olivier Seban. Salut Olivier !

Olivier Seban : Bonjour Olivier !

Olivier Roland : Olivier Seban est l’auteur du livre « Tout le monde mérite d’être riche » qui est un best-seller, plus de 100 000 exemplaires au monde. 50 000 exemplaires en France.

Ce que les gens ne savent peut-être pas, c’est que tu es aussi un entrepreneur en série. Tu as créé à peu près une dizaine d’entreprises dont la plupart ont été des succès.

Tu me parlais il n’y a pas longtemps, il y en a une où tu as déposé le bilan.

Olivier Seban : Oui.

Olivier Roland : Je me suis dit : on parle toujours d’un succès, c’est aussi intéressant de parler un petit peu des échecs.

Est-ce que tu peux nous raconter ce qui s’est passé, comment tu t’en es sorti ? Comment tu l’as vécu ?

Olivier Seban : En réalité, c’est un demi-échec. Le problème dans une entreprise, c’est que tu as deux choses. Tu as l’aspect commercial qui te permet de rentrer de l’argent et tu as l’aspect gestion qui gère cet argent.

Pourquoi j’ai déposé le bilan ?

Mon principal client a déposé le bilan et il m’a amené avec lui.

Pourquoi ?

Je ne devrais pas le dire, surtout quand j’écris un bouquin qui s’appelle « Tout le monde mérite d’être riche », mais à cette époque-là, je gérai comme un nul.

Il m’a emmené, et je faisais trop de crédit client et puis basta.

Olivier Roland : Tu permets à tes clients de payer à 30 jours ou 60 jours.

Olivier Seban : 30-60 jours.

Olivier Roland : Et tu avais un problème de trésorerie.

Olivier Seban : Je me rappelle à l’époque puisque c’était en 88, il me devait plus d’un million de francs. C’était beaucoup d’argent à l’époque. Et il m’a emmené avec lui.

Olivier Roland : C’est une entreprise de quoi ? D’informatique ?

Olivier Seban : D’informatique, oui.

Olivier Roland : Vous vendez du matériel informatique ?

Olivier Seban : Je vendais du matériel informatique sur Mac, sur Apple. J’ai beaucoup bossé dans le monde Apple.

Olivier Roland : Là, c’est très intéressant parce que l’entreprise a dû déposer le bilan, non pas parce qu’elle ne fonctionnait pas, elle fonctionnait très bien au contraire,

Olivier Seban : Je n’avais aucun problème commercial.

Olivier Roland : mais c’était la manière dont elle a été structurée qui a fait que ça se plantait.

Olivier Seban : J’étais mauvais au niveau gestion.

Olivier Roland : C’est le concept. Si vous payez du matériel même à 30 jours auprès d’un fournisseur et que vos clients vous paient à 90 jours, pendant 60 jours, vous avez le différentiel. Et si vous faites trop de ventes, vous vous retrouvez dans le rouge. Et si vous avez un défaut de paiement aussi.

Olivier Seban : Pour illustrer ça, j’ai remonté une boîte toujours dans le même domaine. J’ai dit : je vais essayer faire quelque chose. Après, il faut que tu analyses pourquoi tu as foiré. Mais commercialement, je n’avais pas de problème.

J’ai dit : Olivier, ne sois pas bête. Tu sais vendre, gère mieux !

Après, j’ai remonté une boîte. J’ai dit : c’est terminé le crédit client. Tu paies cash.

Résultat des courses, au niveau du bilan, le délai moyen de paiement client était de 14 jours parce que c’est le temps où tu encaisses le chèque, et le délai moyen de paiement fournisseur est de 60 jours.

Olivier Roland : Tu étais toujours en trésorerie positive.

Olivier Seban : Donc, on dégueulait de trésorerie à tel point aussi que pour donner les idées de la progression de la boîte, la première année, c’est 9 millions. Le deuxième, 26 millions. Le troisième, 45 millions.

Olivier Roland : Chiffre d’affaires ?

Olivier Seban : Oui. Et le quatrième, on était pratiquement à 100 millions.

Olivier Roland : Ce qui est génial, c’est qu’avec un système comme ça, tu peux augmenter les ventes à l’infini et tu es sûr que tu ne vas pas te retrouver dans le rouge.

En tout cas, c’est un excellent exemple d’un entrepreneur qui a fait une connerie, qui s’est rendu compte de sa connerie et qui a fait en sorte que dans la prochaine entreprise, il a évité de le faire.

Olivier Seban : Il faut savoir qu’on a tous le droit d’échouer quel que soit le domaine, que ce soit l’entreprise, perso ou n’importe quoi. Mais il faut savoir pourquoi on a échoué et pas se masquer la réalité.

A partir du moment où tu sais pourquoi tu as échoué, tu dis : est-ce que je peux recommencer, mais en changeant le schéma de fonctionnement ? Ou tout simplement, si tu essaies de vendre des moon boots dans le désert, à mon avis, ça ne va pas marcher. Et là, la source va être le produit qui n’est pas adapté à l’environnement.

Là, ce n’était pas le cas. L’informatique est en pleine explosion à l’époque. Je n’avais pas de raison de foirer.

Olivier Roland : Tu as rebondi, tu as tiré de tes erreurs, etc. Mais sur le moment, comment tu t’es senti ? Comment tu as vécu ça ? Est-ce que ça a été facile ? Difficile ? Est-ce que tu as eu envie d’abandonner tout ? Qu’est-ce qui s’est passé ?

Parce que tu as une entreprise qui a fait faillite, ce n’est pas facile à vivre.

Olivier Seban : J’ai fait une dépression. Il y avait plein de choses mélangées. Te dire que c’était qu’à cause de ça, je ne crois pas. Mais j’ai fait beaucoup de choses à un moment.

A cette époque-là, j’ai fait un enfant avec ma femme, j’avais acheté un appartement. Je crois qu’il y avait un cumul de choses, il y avait une pression, il y a eu cet évènement-là et j’ai pété les plombs. J’ai fait une dépression qui a duré deux ans.

Olivier Roland : Merci.

Pour une fois, je vous parle d’une expérience d’échec. Ce n’est pas toujours facile d’être entrepreneur. Ça n’empêche pas de rebondir et de tirer parti de ses erreurs.

Vous avez aimé cette vidéo ? Cliquez ici pour vous abonner gratuitement à la chaîne Youtube ! 🙂