Comment passer de l’INTELLECTUALISME à la PRATIQUE

► Cliquez ici pour être prévenu gratuitement par email quand une nouvelle vidéo est publiée ! 😉
http://olivier-roland.tv/videos

La vidéo  » Les américains l’ONT et PAS nous : La CLÉ pour avoir un business qui CARTONNE  » : https://www.youtube.com/watch?v=mh8Do2ETQqI&list=PLlNaq4hbeacRenu3pV65ir209cjP6CZph

Pour aller plus loin :
http://www.des-livres-pour-changer-de-vie.fr/ – une sélection de livres rares et exigeants pour changer de vie
http://blogueur-pro.com/ – Devenez libre et indépendant financièrement grâce à votre blog
http://www.habitudes-zen.fr/ – Vivre une vie zen et heureuse
http://devenez-meilleur.fr/ – Le développement personnel pour les gens intelligents
http://olivier-roland.tv/videos pour être prévenu chaque matin à 7H quand une vidéo géniale est publiée, pour démarrer la journée avec une pêche d’enfer ! 🙂

https://www.youtube.com/watch?v=DGgZpcM4Kko

 

Transcription texte (littérale) de la vidéo « Comment passer de l’INTELLECTUALISME à la PRATIQUE » :

Récemment, j’ai participé à l’évènement « L’Académie Zéro Limite » de Martin Latulippe dans lequel il y avait environ 700 personnes qui étaient présentes. J’ai pris la parole devant 700 personnes sur la scène puisque Martin a voulu que j’intervienne dans le cadre d’une question/réponse.

Et quand j’étais sur scène, je me suis trouvé moins bon que d’habitude. J’ai trouvé que j’avais moins d’énergie, que mes réponses étaient moins pertinentes et même que je faisais moins rire les gens.

Je ne suis pas une bête de scène, mais je commence quand même à avoir l’habitude d’être sur scène.

J’ai fait la conférence pour ING, j’ai participé à one man show devant 1500 personnes à Lilles, j’ai fait une conférence devant 1500 personnes à Moscou, etc. Je commence à avoir l’habitude de la scène. Et là, je me suis trouvé moins bon que d’habitude.

Après, quand j’ai fait le débriefing avec moi-même et que je me suis dit : qu’est-ce qui a fait que j’étais moins bon que d’habitude ? Finalement, je me suis dit : il y a quand même un facteur important.

Je ne prétends pas que c’est la seule raison pour laquelle je me suis trouvé moins bon, mais je pense que ça a été un facteur important.

Cela fait trois semaines que j’étais sur Paris en vacances et, du coup, j’avais laissé tomber un certain nombre de bonnes habitudes qui m’amènent beaucoup de bénéfices. Soit je les avais laissé tomber, soit je les avais réduites.

La première, c’est que j’avais arrêté de méditer une fois par jour. Je méditais peut-être une fois tous les deux jours.

La deuxième, c’est que je mangeais beaucoup moins bien. Je mangeais plus gras, plus salé et moins de légumes.

La troisième, c’est que je faisais beaucoup moins de sport. De toute façon, ce n’est pas compliqué. Je vais voir mon coach sportif trois fois par semaine.

Par contre quand je voyage, comme je n’ai pas mon coach avec qui j’ai rendez-vous, il faut que je me motive.

J’essaie de faire le Seven minutes work out tous les jours. Mais là, à Paris, j’étais un gros fainéant. J’étais loin de faire une fois par jour.

Et quatrièmement, je ne faisais pas mon five minute journal tous les jours.

Donc, honte à moi. Oui, ça m’arrive aussi de déraper et d’arrêter les bonnes habitudes en particulier quand je suis en vacances et qu’au début, je me dis : ça va, je peux me relaxer un petit peu.

Et le gros problème quand on fait ça, c’est que quand on arrête deux-trois-quatre jours, ce n’est pas très grave et on ne voit pas la différence dans notre vie.

Mais le plus grave, c’est qu’au bout de deux semaines, de trois semaines, d’un mois, on ne voit toujours pas la différence dans notre vie.

Ces habitudes, quand on les fait, ne procurent pas un orgasme immédiat. C’est sur le moyen et le long terme qu’elles nous apportent un bénéfice.

Et c’est en comparant nos performances dans certains contextes qu’on connaît bien qu’on peut voir l’impact de ces habitudes sur notre bonheur, sur nos performances et sur notre comportement. C’est tout le problème.

Quand vous arrêtez une bonne habitude, vos performances et votre bien-être vont diminuer de manière tellement graduelle que vous n’allez pas voir les effets. Il vous faut un électrochoc pour vous retrouver dans une situation que vous connaissez bien et vous demander comment ça se fait que vous n’êtes pas aussi bon que d’habitude, pour réaliser à quel point ces habitudes vous apportent quelque chose.

Ça a été finalement ce qui s’est passé pour moi sur l’estrade de « L’Académie Zéro Limite » quand j’étais face à 700 personnes, où je me demandais ce qui se passe car d’habitude, je suis meilleur que ça.

On est tous humains. Ça nous arrive à tous de laisser tomber des bonnes habitudes qu’on a mis en place. Déjà, c’est difficile de les mettre en place, et après, il faut s’y tenir.

Et c’est facile quand on voyage et quand on se retrouve dans des contextes différents de se relâcher un peu et se dire : je me fais plaisir pendant quelques jours. Soyez vigilants par rapport à ça.

C’est très facile de s’engager sur une pente descendante, de ne pas voir les effets négatifs que ça a sur nous, et parfois de se réveiller un peu trop tard.

Si vous vous êtes juré de ne plus boire d’alcool et que vous en buvez régulièrement, ça peut vous amener à des trucs aussi graves que l’alcoolisme.

Dans mon cas, on parle de performance scénique.

Ce n’est pas non plus dramatique. Mais au-delà des performances scéniques, ce qui est important, c’est que toutes ces habitudes nous apportent énormément dans chaque instant de notre vie.

On ne peut pas s’en rendre compte parce qu’on ne peut pas voir l’univers B dans lequel nous-même n’a pas choisi de mettre en place ces habitudes et de voir la différence que ça fait.

Donc, on en est résolu à toujours se comparer subjectivement et à devoir se rappeler en permanence, notamment avec la technique du contraste, de quelle serait notre vie si on ne l’avait pas mis en place.

Vous avez aimé cette vidéo ? Cliquez ici pour vous abonner gratuitement à la chaîne Youtube ! 🙂