Comment mon entreprise me permet de voyager 6 MOIS par an

► Obtenez gratuitement mon livre « Vivez la vie de vos rêves grâce à votre blog » en cliquant ici ! 🙂
<a href= »http://olivier-roland.tv/livre-offert » target= »_blank » rel= »nofollow »>http://olivier-roland.tv/livre-offert

– Le livre « La semaine de 4 heures » sur Amazon :
http://olivier-roland.tv/la-semaine-de-4-heures
– La vidéo « Libres et heureux grâce à leur blog en partant de ZÉRO : 4 études de cas » :
https://www.youtube.com/watch?v=bzkasLzY81A&list=PLlNaq4hbeacQso7BcO89UKoc9r0qh5kCL

Pour aller plus loin :
http://www.des-livres-pour-changer-de-vie.fr/ – une sélection de livres rares et exigeants pour changer de vie
http://blogueur-pro.com/ – Devenez libre et indépendant financièrement grâce à votre blog
http://www.habitudes-zen.fr/ – Vivre une vie zen et heureuse
http://devenez-meilleur.fr/ – Le développement personnel pour les gens intelligents
http://olivier-roland.tv/videos pour être prévenu chaque matin à 7H quand une vidéo géniale est publiée, pour démarrer la journée avec une pêche d’enfer ! 🙂

NOTE : pour les liens affiliés de cette vidéo, voir le paragraphe « affiliation » de http://www.des-livres-pour-changer-de-vie.fr/mentions-legales/

https://www.youtube.com/watch?v=GkCTfhuBtys

 

Transcription texte (littérale) de la vidéo « Comment mon entreprise me permet de voyager 6 MOIS par an » :

Récemment, j’ai participé à une conférence organisée par ING la banque sur le thème de « J’ai décidé de changer de vie ».

En fait, ils ont invité 8 conférenciers. Le deal, c’était que de leur côté, ils voulaient en choisir quatre pour prendre des extraits de leur conférence et faire des pubs parce qu’ils voulaient des vrais gens dans leurs pubs.

J’ai eu la chance d’être sélectionné parmi les quatre conférenciers qui passaient à la télé.

Je vous partage la conférence que j’ai faite, qui était une vraie conférence sur le thème « J’ai décidé de voyager 6 mois par an » dans laquelle je partage mon histoire et comment j’ai réussi à mettre en place une entreprise qui me permet de voyager partout dans le monde.

« Avec un ami, nous avons un jeu qui consiste à nous envoyer régulièrement des photos de nous dans des endroits magnifiques comme au Kenya, en Afrique ou en Thaïlande. Et dans ces photos, il y a un ordinateur portable.

Ce n’est pas des photos de nous en train de prendre des vacances. C’est des photos de nos bureaux partout dans le monde : à Bangkok, au Brésil ou en Crête.

Et pourquoi on joue à ce jeu ?

Parce que nous avons la chance extraordinaire d’avoir une entreprise que nous pouvons gérer à 100% de notre ordinateur sur Internet. Nous n’avons pas le même type de bureau que quand nous avons démarré.

Laurent Breillat du blog « Apprendre la photo » qui est un ami et aussi un client, mais dont le blog est le plus visité sur le sujet en francophonie, quand il a démarré avait une chambre de 9 m² dans une résidence universitaire.

Et le type de bureau que j’ai eu pendant les 10 premières années de ma carrière d’entrepreneur est différent aussi.

Quand j’ai créé ma première entreprise de services informatiques à 19 ans, je l’ai fait pour devenir libre, pour quitter le système scolaire, pour quitter le domicile de mes parents et pour entrer dans la vie active sans passer par le sempiternel : passe ton diplôme, fais du métro-boulot pendant 40 ans et puis après, tu pourras commencer à profiter de la vie.

Ça a été une expérience extraordinaire. J’ai fait beaucoup d’erreurs, mais j’ai beaucoup appris et j’ai réussi à en faire une petite entreprise rentable.

Au bout de quelques années, j’en ai eu assez d’avoir ce rythme trépidant qui est propre aux entrepreneurs de travailler 60-70 heures par semaine. Je voulais un meilleur équilibre entre ma vie professionnelle et ma vie personnelle.

C’est là que je me suis rendu compte que cette entreprise que j’ai créé pour devenir libre était en fait devenue une prison parce que c’était ma seule source de revenus, je ne voyais pas comment je pourrais la revendre.

En tant qu’entrepreneur en France, si je l’arrêtais, je n’avais pas droit au chômage et je ne voyais pas comment je peux réduire mon temps de travail sans aller droit dans le mur. Il y avait des salariés, etc.

Et donc, je me suis mis à la recherche de solutions. Pendant des années, je n’ai pas trouvé.

Un jour, je tombe par hasard sur un livre qui m’a ouvert les yeux. C’est « La semaine de 4 heures » de Tim Ferriss.

Dans ce livre, l’auteur explique comment avoir une entreprise au service de notre vie plutôt qu’avoir notre vie qui est au service de notre entreprise.

Et une des ressources qu’il donne, c’est une vidéo d’un designer très connu, une vidéo qui a été vue des millions de fois, dans laquelle il partage comment il a hacké sa retraite.

Il dit : c’est quand même dommage qu’on part à la retraite au moment où on a déjà nos plus belles années qui sont derrière nous. Donc ce je que vais faire, c’est que plutôt que de partir à la retraite à 65 ans, je vais partir à 70 ans. Et ces 5 années de retraite, je vais les répartir tout au long de ma vie active : une année de retraite pour 7 ans de vie active.

C’est-à-dire que tous les 7 ans, ce designer prend une année sabbatique. Il part vivre où il veut, et il vit une année de retraite mais avec l’énergie et l’enthousiasme de la jeunesse.

Et comme il le dit : une année tous les 7 ans, c’est juste 12,5% de mon temps.

Quand je découvre ce livre, cette vidéo, je me dis que c’est incroyable car il y a des gens qui ont réussi à hacker le système tout en apportant beaucoup de valeurs à eux-mêmes et aux autres. Et je me suis dit : je vais faire pareil.

Je me suis donné comme objectif d’avoir une entreprise qui me permet de voyager 6 mois par an parce que je n’avais jamais quitté l’Europe, et le maximum de vacances que j’avais pris, c’était une semaine.

Donc, j’étais très motivé, mais ce n’est pas pour ça que ça a résolu mon problème du jour au lendemain. J’avais toujours cette entreprise, je travaillais beaucoup, j’avais des salariés. Mais je suis parti du constat qu’en un week end, un livre avait réussi à complètement changer ma vision d’un métier que je pratiquais depuis longtemps.

Je me suis mis en quête de livres pratiques exceptionnels qui peuvent m’apporter d’autres choses dans d’autres domaines et j’en ai trouvé plein.

C’est là que je me suis rendu compte de l’erreur la plus dramatique que j’ai fait dans toute ma carrière d’entrepreneur.

Je pensais que j’étais tellement intelligent d’avoir créé mon entreprise à 19 ans que je n’ai plus besoin de continuer à apprendre, je n’ai plus besoin de continuer à suivre des formations, à lire des livres et à progresser, que mon cerveau était tellement génial qu’il avait trouvé toutes les solutions aux problèmes qu’il rencontrait.

Et quand je me suis rendu compte de l’immensité de cette erreur, je me suis dit que je suis sûr que je ne suis pas le seul qui n’a pas compris qu’il y a des tas de bouquins pas chers, très accessibles, exceptionnels, qui peuvent m’apporter beaucoup de choses.

C’est là que j’ai eu l’idée de créer mon blog « Des livres pour changer de vie ». Je l’ai créé pour plusieurs raisons.

La première, c’est de partager cette découverte.

La deuxième, c’est que je me suis lancé dans le défi de lire 52 livres en 52 semaines et que je suis humain. Je sais très bien qu’en général, quand je me lance ce genre de défi, au début, je suis tout feu tout flamme. Puis au bout d’un moment, quand je me rend compte qu’il faut travailler pour avoir des résultats, l’enthousiasme redescend un petit peu et parfois j’abandonne.

Donc, j’ai décidé de hacker mon cerveau en proclamant cet objectif au monde entier. En tout cas, à qui voulait bien l’entendre.

C’était le premier article que j’ai publié sur ce blog : « Lire 52 livres exceptionnels en 52 semaines, en publier un résumé par semaine ».

Et comment j’ai hacké ma psychologie ?

Tout simplement, je suis humain. Je n’aime pas avoir l’air bête devant les autres.

Le fait de m’engager publiquement comme ça, ça crée une source de motivation externe qui fait que j’ai davantage de chance de réussir mon défi que si je fais juste mon pacte avec moi-même dans mon coin.

J’ai commencé à lire des livres exceptionnels et à appliquer ce que j’apprenais dans mon entreprise.

Je découvre la loi de Pareto : 20% des clients amènent 80% des bénéfices d’une entreprise.

Je fais une analyse dans mon entreprise. C’est quasiment pareil : 17%-81%.

Puis, je fais une analyse beaucoup plus amusante : les 20% de clients qui amènent 80% de problèmes, et je prends une décision radicale, je décide de les virer du jour au lendemain.

Et je peux vous dire que quand vous prenez cette décision de privilégier votre qualité de vie et vos objectifs à long terme plutôt que la rentabilité pure, non seulement c’est jouissif de virer les clients casse-pieds, mais en plus vous avez un extraordinaire sentiment de libération.

Progressivement en appliquant cette technique, j’ai diminué mon temps de travail dans ma première entreprise, ce qui m’a permis de me consacrer à mon nouveau projet.

Puis, au bout d’un an, mon blog fonctionnait bien : 500 visites par jour, un petit comité de fans très actif, le blog faisait environ 300 euros de chiffre d’affaires par mois essentiellement avec de l’affiliation sur Amazon. Donc, c’est bien, mais ce n’est pas avec ça que je vais en vivre.

Pour passer à l’étape suivante, je pique un conseil tout bête que j’ai trouvé dans un des bouquins, c’est demander à ma communauté.

Donc, je dis : voilà ce que j’ai fait avec « Des livres pour changer de vie » jusqu’à présent, comment je peux vous aider davantage ? Quel est le produit que vous voulez que je crée pour vous ?

Et là, la communauté de manière massive me dit : Olivier, ça fait huit ans que tu es entrepreneur, tu as créé ta boîte à 19 ans, ça fait huit ans aussi que tu fais partie du jury d’une structure de financement d’entreprise, tu as vu une centaine de dossiers passer, aide-nous à lutter contre la procrastination et à créer notre entreprise.

Quand j’ai vu cette demande, j’ai dit : mais bien sûr, je peux vous aider à faire ça.

Et donc, j’ai créé ma toute première formation « Agir et réussir » qui a été un succès phénoménal puisque du jour au lendemain, le chiffre d’affaires est passé de 300 à 3 000 euros par mois. Je ne m’attendais pas du tout à un succès aussi important.

3 000 euros par mois, c’est bien. Ce n’est pas non plus un véritable chiffre d’affaires d’entreprise.

Quelques mois plus tard, je fais une grande promotion avec des partenaires, les premiers témoignages clients parce que la plupart était ravis et le chiffre d’affaire passe à 14 000 euros par mois.

Et là, je me dis que j’ai enfin un véritable chiffre d’affaires de TPE, je vais pouvoir commencer à accomplir mon rêve.

Je vends un tiers du portefeuille client de la première entreprise, celui qui me prenait plus de temps, je donne les clés de ce qui reste à mes employés.

Pour la première fois, en septembre 2010, je quitte l’Europe et je ne fais pas les choses à moitié puisque je vais à l’autre bout du monde, à Wallis-et-Futuna, pendant un mois.

Et quand je reviens, je me dis que c’est ça que je veux faire. Ça me conforte dans mon objectif de voyager 6 mois par an.

Je vends le reste de mon entreprise et je me consacre à ma nouvelle entreprise.

Aujourd’hui, non seulement je voyage 6 mois par an, mais j’aide aussi des milliers d’entrepreneurs.

Là récemment, je viens de finir le manuscrit de mon nouveau livre qui sera bientôt publié « Tout le monde n’a pas eu la chance de rater ses études ».

C’est aussi important parce que parfois, on croit que quand je voyage 6 mois par an, je suis 6 mois à la plage. Je ne suis pas 6 mois à la plage. Je travaille à peu près toute l’année, mais beaucoup moins qu’avant.

Quand je voyage, je travaille une quinzaine d’heures par semaine, ça dépend complètement. Et quand je ne voyage pas, c’est entre une trentaine d’heures par semaine. Mais je choisis aussi de me consacrer à des projets qui me tiennent à cœur comme ce livre.

Un de mes clients, Olivier Jacquemont a créé une société de recrutement de profil bilingue franco-allemand. Ce n’est pas exactement le type d’entreprise qui ferait particulièrement rêver, mais il y a quelque chose qui distingue Olivier de la majorité des entrepreneurs : c’est que cette entreprise française, il la gère d’un petit village perdu dans une île paradisiaque des Philippines, l’île de Palawan.

Tous les jours, il se lève avec à côté une grande plage de sable blanc, la plupart du temps déserte, au milieu des cocotiers. C’est ce que permet aujourd’hui Internet et les nouvelles technologies.

Il y a des tas de gens qui vont au travail tous les jours sans se rendre compte qu’une partie ou la totalité de ce qu’ils font pourraient être faits à distance.

Peut-être que vous pourrez faire votre job en partie ou complètement de Barcelone, de Rio de Janeiro, de Kyoto, ou simplement de ce petit bout de campagne qui vous fait rêver plutôt que cette grande ville polluée dans laquelle vous êtes aujourd’hui.

Ce n’est pas facile de faire ça, c’est difficile. Il faut le vouloir vraiment. Il faut s’accrocher. Mais c’est possible.

Je l’ai fait. Laurent Breillat l’a fait. Olivier Jacquemont l’a fait. Nombreux de mes clients l’ont fait. Des milliers d’entrepreneurs le font de par le monde et vous pouvez le faire aussi. »

 

Vous avez aimé cette vidéo ? Cliquez ici pour vous abonner gratuitement à la chaîne Youtube ! 🙂