Comment Laurent a gagné 8000 euros en une semaine avec son blog photo

► Obtenez gratuitement mon livre « Vivez la vie de vos rêves grâce à votre blog » en cliquant ici ! 🙂
<a href= »http://olivier-roland.tv/livre-offert » target= »_blank » rel= »nofollow »>http://olivier-roland.tv/livre-offert

– Le blog de Laurent :
http://apprendre-la-photo.fr/

Pour aller plus loin :
http://www.des-livres-pour-changer-de-vie.fr/ – une sélection de livres rares et exigeants pour changer de vie
http://blogueur-pro.com/ – Devenez libre et indépendant financièrement grâce à votre blog
http://www.habitudes-zen.fr/ – Vivre une vie zen et heureuse
http://devenez-meilleur.fr/ – Le développement personnel pour les gens intelligents
http://olivier-roland.tv/videos pour être prévenu chaque matin à 7H quand une vidéo géniale est publiée, pour démarrer la journée avec une pêche d’enfer ! 🙂

https://www.youtube.com/watch?v=pwZJCTX1jy8

 

Transcription texte (littérale) de la vidéo « Comment Laurent a gagné 8000 euros en une semaine avec son blog photo » :

Bonjour, ici Olivier Roland. Je vais partager une interview que j’ai faite de Laurent Breillat du blog « Apprendre la photo » devant le Taj Mahal.

C’était en début 2011. Il venait tout juste de devenir un véritable blogueur professionnel, c’est-à-dire qu’il venait de faire son tout premier lancement de produit, un livre sur l’art de bien choisir ses objectifs photos, et il avait réalisé 8 000 euros de ventes en une semaine.

Avec cet argent, Laurent est parti trois mois en Inde. Et j’ai décidé à l’époque de le rejoindre pour faire une interview carrément devant le Taj Mahal.

Depuis, Laurent a fait un bon petit bout de chemin puisque aujourd’hui, il fait de son entreprise une entreprise qui réalise un demi-million d’euros de chiffre d’affaires par an.

D’ailleurs dans quelques jours, je vais publier une interview beaucoup plus récente que j’ai fait il y a quelques jours de lui, dans laquelle justement il partage comment il est parti de ce succès initial qu’il a partagé devant le Taj pour en faire une véritable entreprise, un empire presque puisque aujourd’hui dans le domaine de la photo sur Internet, Laurent est complètement incontournable.

Il va nous partager comment il a créé son blog à temps partiel alors qu’il était étudiant et qu’il devait passer son diplôme d’ingénieur en biodiversité, et comment il a vendu son premier produit et devenu un véritable blogueur professionnel.

C’est extrêmement intéressant de voir ce premier succès qui a conduit Laurent à bâtir une entreprise au succès éclatant qu’il a aujourd’hui.

Olivier Roland : Bonjour, je suis Olivier Roland. Je suis actuellement avec mon ami et élève Laurent Breillat. Bonjour Laurent.

Laurent Breillat : Bonjour Olivier.

Olivier Roland : J’ai voulu interviewer Laurent parce qu’il est le blogueur du blog « Apprendre la photo » qui rencontre vraiment un succès phénoménal.

Il a créé son blog il y a déjà un peu plus d’un an et demi, et il a déjà dépassé les 80 000 visiteurs par mois.

Laurent a réalisé récemment plus de 8000 euros en une semaine en vendant son tout premier produit. Et c’est ce qui lui a permis de financer son voyage. Ça fait un mois et demi maintenant que tu es en Inde.

Laurent Breillat : Voilà.

Olivier Roland : Donc, nous sommes en Inde. J’ai voulu interviewer Laurent pour vous permettre de tirer parti de son expérience, pour vous permettre de réussir aussi avec votre blog.

Avant, j’aimerais préciser que les résultats de Laurent ne sont pas typiques parce qu’il n’est pas typique. Il a commencé tout simplement en ayant, je pense, plus de difficultés que la plupart d’entre nous.

Laurent Breillat : Oui. En fait quand j’ai commencé, j’étais étudiant. Je bossais pas mal, et je vivais dans une chambre de neuf mètres carrés. On ne peut pas dire que je mourrais de faim, mais comme tout le monde, je ne roulais pas sur l’or. Je faisais des petits boulots pour arrondir mes fins de mois.

Olivier Roland : Comment tu as eu l’idée de ton blog ?

Avant même d’avoir un appareil photo entre les mains, je me suis beaucoup informé sur le sujet puisque je suis toujours comme ça.

Quand je m’intéresse à quelque chose, je m’informe beaucoup. Et je me suis rendu compte que toutes les infos claires accessibles, pas trop sérieuses et ennuyeuses, je les avais trouvés finalement sur le web anglo-saxon. En français, il y avait des choses évidemment, mais un peu éparpillées partout.

En fait, il y avait deux choses différentes. Il y avait soit des sites photos, donc un peu impersonnels qui expliquaient la photo, soit des blogs plus personnels, mais qui plutôt montraient des photos. Mais il n’y avait pas vraiment de blog qui expliquait la photo. Du coup, j’ai ressenti un manque à combler que je ressentais et que d’autres personnes devaient ressentir.

Et comme je suis vraiment passionné de photo et que je suis plutôt bon pédagogue, je me suis dit que je pouvais combler ce manque.

Olivier Roland : C’est extrêmement intéressant. Une manière d’avoir une idée pour un blog, c’est d’aller voir un petit peu ce qui se passe sur le web anglo-saxon et de voir si en France, il y a aussi des blogs sur le sujet. Et la plupart du temps, non.

Sur le web anglo-saxon, aujourd’hui, on peut dire qu’ils ont 4 à 5 ans d’avance sur nous. Il y a énormément de niches, de blogs sur des tas de sujets différents, ce qui n’est pas le cas en France. Il y a encore énormément de choses à faire. Je pense que tu seras avec moi.

Laurent Breillat : Oui, il y a encore des tas de possibilités, des choses qui ne sont pas faites du tout en France.

Olivier Roland : Oui, on est d’accord.

Et quand tu as eu ton idée de blog, tu ne t’y connaissais pas vraiment en photo, n’est-ce pas ?

Laurent Breillat : Oui. Je n’avais débuté la photo que depuis très peu de temps. Je m’étais bien informé.

J’étais en fait un grand débutant avec un bon bagage théorique finalement. Du coup, je me demandais si je pourrais vraiment aider les gens.

Olivier Roland : Et je t’ai répondu qu’il était tout à fait possible de démarrer un blog en étant un complet débutant, à condition d’être transparent là-dessus et de vraiment te positionner comme un débutant qui apprend avec tes autres lecteurs débutants.

D’ailleurs, je crois que le slogan de ton blog c’est : « Pensons, mais pas à pas », c’est ça ?

Laurent Breillat : Oui, exactement. C’est pour ça que j’utilise ce slogan parce que c’est vraiment ça la démarche. Je fais partager ma progression à mes lecteurs.

Olivier Roland : Ça, c’est quelque chose de très important à comprendre et à retenir. On peut démarrer un blog parce qu’on est passionné par quelque chose et sans vraiment être un expert dans le sujet.

Et le simple fait en fait d’avoir un blog va nous permettre d’apprendre beaucoup plus vite que si on n’en avait pas déjà parce qu’on va écrire des articles, on va faire des recherches. On va réfléchir sur le sujet.

Ensuite en étant en interaction avec nos lecteurs, avec les questions qu’ils vont poser, on va forcément apprendre plus rapidement.

Grâce à notre blog, on va rapidement être plus facilement en contact avec des experts dans notre secteur. Je pense que c’est déjà ton cas. Tu as dû déjà être en contact avec des photographes ou des professeurs.

Laurent Breillat : J’ai été en contact avec plusieurs personnes. J’ai été au salon de la photo où j’ai rencontré beaucoup de monde, et j’écris notamment pour des magazines en ligne avec pas mal de lecteurs.

Olivier Roland : A un peu moins de deux ans après avoir démarré la photo, on peut quand même dire que tu commences à être quelqu’un de reconnu dans le milieu. Je crois même que tu as écrit des articles pour un magazine ou un site reconnu dans le secteur.

Laurent Breillat : Oui. En fait, j’ai écrit des articles pour Focus Numérique qui est un gros site de photos. J’ai écrit également dans un magazine de voyage qui a plusieurs de milliers de lecteurs.

Olivier Roland : Pour quelqu’un qui a démarré la photo il y a déjà même pas deux ans, c’est impressionnant. Donc quand tu as créé ton blog, non seulement tu n’y connaissais rien en photo, mais rien non plus en blog.

Laurent Breillat : Oui. Je n’y connaissais rien du tout.

Olivier Roland : Comment as-tu trouvé les ressources pour savoir comment bien faire ton blog ?

Laurent Breillat : J’ai eu la chance non seulement de te connaître, mais surtout que tu aies déjà mis en ligne les vidéos gratuites sur Blogueur Pro. J’ai regardé chaque vidéo, j’ai pris des notes et j’ai appliqué tout ce que tu disais point par point.

Ça a l’air simple quand je le dis, mais c’est simple en fait. Il suffit juste d’appliquer point par point, et ce n’est pas beaucoup plus compliqué que ça.

Donc, j’ai vraiment fait tout ce qu’il fallait pour établir les trois piliers : du trafic, de l’autorité et de la relation, même si pour cette dernière, c’était assez naturel chez moi parce que j’avais conscience qu’on a beau créer des bons articles, si personne ne les lit, ça ne sert à rien et les gens ne peuvent pas le deviner.

Olivier Roland : Exactement. Et un peu plus de 6 mois après que tu aies créé ton blog, tu as intégré la formation Blogueur Pro. Est-ce que tu peux nous dire rapidement ce que cette formation t’a apporté ?

Laurent Breillat : La formation est à la fois très dense parce qu’il y a 7 modules, des tas de vidéos, et en même temps très digeste parce qu’on l’applique au fur et à mesure que son blog progresse.

J’avais déjà démarré mon blog avant, et donc j’avais appliqué quelques principes généraux. Mais la formation va bien plus loin, en profondeur et en détail sur chaque point. Ça permet vraiment de passer à la vitesse supérieure.

On peut vraiment démarrer de 0 vers le -1 avant d’avoir même créé son blog, en fait.

Olivier Roland : Exactement.

Laurent Breillat : Et il y a toutes les explications techniques nécessaires, ainsi que les principes qui sous-tendent un blog en général. Les trois piliers dont tu parles sont tout le temps présents en toile de fond.

Olivier Roland : Exactement. Effectivement, comme le dit Laurent, on peut démarrer de -1 puisque le tout premier cours, c’est comment trouver son idée de blog. Ensuite, faire en sorte qu’on soit sûr que cette idée est un potentiel économique parce que le but évidemment c’est de pouvoir vivre de son blog à terme.

Laurent Breillat : C’est lié à la formation.

Olivier Roland : Donc aujourd’hui, grâce à la formation Blogueur Pro, tu as plus de 80 000 visiteurs par mois. Tu as gagné plus de 8 000 euros en une semaine, et seulement au bout d’un an et demi après avoir créé ton blog. Est-ce que tu peux nous dire combien de temps en moyenne tu as travaillé pendant ces un an et demi sur ton blog ?

Laurent Breillat : J’ai effectivement fait 8 000 euros de chiffre d’affaires la première semaine. Pour moi, c’était complètement dingue parce que pour moi, 5 000 euros, c’était déjà inespéré.

Et pour ce qui est le temps de travail, même si on ne peut pas vraiment appeler ça du travail, car la plupart du temps, c’est plutôt un plaisir pour moi, cela équivaut à environ 8 heures par semaine.

J’écrivais deux articles par semaine pendant un an. Je me suis tenu à ce rythme-là tout le temps. Et entre l’écriture de ces deux articles et la réponse aux emails, aux commentaires et les tâches dans la gestion du blog, ça devait prendre environ 8 heures par semaine.

Olivier Roland : Ça, c’est vraiment extrêmement important à comprendre. Déjà, Laurent n’a pas eu besoin d’investissement pour démarrer ton blog. Combien coûte un hébergement à peu près ?

Laurent Breillat : C’est 15-20 euros.

Olivier Roland : On ne peut pas dire que ce soit extraordinaire comme investissement, et on peut démarrer un blog à temps partiel.

C’est quelque chose d’extraordinaire parce qu’un blog, quand on le construit de la bonne manière, en se mettant dans un secteur qui a un potentiel économique, ça peut rapporter comme une entreprise.

Mais contrairement à une entreprise, ça ne demande quasiment pas d’investissement pour démarrer. Et on peut le démarrer à temps partiel.

Laurent était étudiant, il avait des études à terminer, il devait passer son diplôme. Il n’avait pas que ça à faire non plus.

Laurent Breillat : Oui, je n’avais pas que ça à faire. D’ailleurs, j’ai continué à bloguer pendant mon stage. Comme je n’ai pas beaucoup de temps, j’ai blogué dans le train. J’ai écrit mes articles dans le train principalement, ce qui me faisait gagner du temps.

Olivier Roland : Ça, c’est une bonne utilisation du temps. Souvent les temps de déplacement, notamment en région parisienne par exemple où les gens passent un temps fou dans les transports en commun, peut-être que vous pourriez les utiliser pour démarrer votre blog.

Est-ce que tu as du plaisir à faire ce blog et interagir avec tes lecteurs ?

Laurent Breillat : Oui. Pour moi, j’ai beaucoup de plaisir de voir ce que j’apporte, d’avoir des discussions parfois interminables dans les commentaires qui sont toujours très intéressantes pour moi, d’avoir des mails de mes lecteurs, de les répondre. L’interaction avec les lecteurs fait vraiment partie du plaisir d’un blog.

C’est pour ça que c’est différent d’un site qui est un peu impersonnel comme je le disais avant. Il y a vraiment de l’interaction avec un blog.

Olivier Roland : Ce qui différencie finalement un blog d’un site, c’est cette possibilité aux lecteurs de laisser des commentaires, et du coup, de poser des questions, de faire réfléchir l’auteur et puis simplement de développer une relation avec lui. Ce qui fait que finalement, ce n’est pas impersonnel.

Laurent Breillat : Voilà.

Olivier Roland : Tu te sens proche de tes lecteurs. Il y en a certains que tu connais sans doute pas trop mal, qui viennent souvent sur ton blog, qui laissent des commentaires.

Laurent Breillat : Oui, il y en a certains que je connais. Et parfois, un fil de commentaires est tout aussi intéressant que l’article en lui-même parce qu’il apporte beaucoup de choses en plus.

Olivier Roland : Aujourd’hui, ton blog continue à te rapporter de l’argent presque sans rien faire. Est-ce que tu serais d’accord pour dire qu’aujourd’hui, il te permet de vivre la vie de tes rêves ?

Laurent Breillat : Oui. Aujourd’hui, mon produit continue à bien se vendre pendant que je suis ici quasi automatiquement. Et ça me permet de voyager depuis un mois et demi et pour encore un mois, en travaillant ici, mais pas beaucoup, ce qui quand même me permet de profiter du voyage.

Je ne travaille pas 35 heures par semaine ici. Donc, je peux profiter de mon séjour.

Olivier Roland : Comme tu disais, ce n’est pas vraiment du travail.

Laurent Breillat : Oui, cela reste du plaisir.

Mon principal boulot ici, c’est d’écrire des articles de blog. Donc, tout va bien. Pour moi, ce n’est pas vraiment un travail.

Sans le blog, je n’aurai jamais pu partir aussi longtemps ici pour en profiter de la même manière, et j’aurai sans doute un emploi de 8 heures à 18 heures. J’avoue préférer ça.

Olivier Roland : Après ce premier livre, est-ce que tu as prévu de lancer d’autres produits ? Est-ce que d’après toi, ça va encore améliorer tes revenus ?

Laurent Breillat : Oui, j’ai encore d’autres projets. Je pense que j’ai encore pas mal de choses à apporter.

J’ai des lecteurs qui ont besoin de se faire accompagner plus il faut que je travaille beaucoup plus sur ça à mon retour en France.

Je ne peux pas en dire beaucoup plus pour le moment parce qu’il faut évidemment que j’interroge mes lecteurs sur leurs besoins exacts. Mais c’est sûr que ce nouveau projet va augmenter mes revenus, et puis surtout stabiliser ma liberté sur le long terme.

Olivier Roland : On voit parfois sur Internet français quelques critiques qui disent que : on ne peut gagner de l’argent sur Internet qu’en expliquant aux autres comment gagner de l’argent. Alors qu’est-ce que tu réponds à ces critiques ?

Laurent Breillat : Déjà, je suis la preuve vivante du contraire. Et il y a aussi d’autres exemples sur le web qui prouvent le contraire.

En fait, je pense simplement que ce serait prendre les gens pour des idiots de penser qu’ils sont capables d’investir beaucoup d’argent dans du matériel. Et de l’autre côté, ils ne sont pas capables d’investir de l’argent pour de l’information sur comment bien l’utiliser.

Je pense qu’à partir du moment où les gens dépensent de l’argent dans un domaine, dans une passion, ils sont prêts à dépenser de l’argent dans de l’information de très bonne qualité, que ce soit la photo ou le jardinage, ou les colliers de coquillage.

Olivier Roland : Exactement. C’est quelque chose de très important. Laurent vient de nous donner un critère pour déterminer si votre idée de blog a un potentiel économique.

Dans le secteur que vous envisagez, est-ce qu’il y a des personnes qui dépensent régulièrement de l’argent pour acheter du matériel ou se former pour pouvoir tout simplement vivre leurs passions ?

Si c’est le cas, ils seront intéressés par les livres numériques, des produits que vous pourrez créer et vendre à partir de votre blog.

Il y en a sans doute parmi vous qui se disent que créer un livre numérique ou un produit, c’est quelque chose de vraiment compliqué. La clé, et c’est un peu le secret des blogueurs, c’est que : les compétences qu’on développe au fur et à mesure en tant que blogueur à temps partiel nous permettent très facilement de créer un produit.

Laurent a appris à écrire des articles, faire des vidéos rapidement. Maintenant, ces compétences-là peuvent lui servir facilement à créer des produits.

Est-ce que tu as eu des difficultés à créer ton livre numérique ?

Laurent Breillat : Non, je n’ai pas eu de difficultés. Juste que c’est un très gros article. Ça demande un peu plus de qualification, mais ça reste de l’écriture. C’est comme écrire un article.

Olivier Roland : Est-ce que tu penses qu’on peut démarrer sans expérience et sans argent comme toi ? Est-ce que la plupart des gens peuvent le faire ou est-ce que tu penses que tu as surtout eu de la chance ?

Laurent Breillat : Oui, je pense que tout le monde peut le faire. Pour moi, la chance c’est une compétence. Comme le dirait Philippe de Villiers, elle se provoque.

Ça m’énerve un peu quand les gens me disent que j’ai de la chance parce que ça donne un peu l’impression dans la façon dont ils le disent que ça m’est tombé du ciel, un peu par magie, et que je suis chanceux comme si j’avais gagné au loto.

En fait, ce n’est pas du tout cela. J’ai eu l’idée, j’ai pris du temps, j’ai beaucoup réfléchi à ça. Ce n’est pas venu tout seul. La seule chance que j’ai eue, c’est peut-être de te connaître.

Olivier Roland : Merci.

Vous avez aimé cette vidéo ? Cliquez ici pour vous abonner gratuitement à la chaîne Youtube ! 🙂

Mot-clés utilisés pour trouver cet article :

comment gagner 8000 en une semaine