Comment Franck a réalisé 150 heures de travail en UNE soirée avec les webinars (Webinar Pro)

http://webinarpro.fr pour voir la vidéo gratuite « Comment vendre un maximum en une heure sur Internet avec les webinars »

Dans cette vidéo, Franck, le « coach des coach » partage avec nous comment il a réalisé un CA de ventes équivalent à 150 heures de consultation à 80 euros… en une soirée, avec la méthode Webinar Pro

Il nous explique comment il a réalisé ce premier webinar de vente et partage des techniques et stratégies que VOUS pouvez appliquer pour BOOSTER les ventes de votre business.

 

Transcription texte (littérale) de la vidéo « Comment Franck a réalisé 150 heures de travail en UNE soirée avec les webinars (Webinar Pro) » :

Olivier Roland : Bonjour, ici Olivier Roland. Bienvenue dans cette nouvelle vidéo. Je me trouve actuellement près de Limoges puisque je suis allé à la rencontre de Franck Marcheix. Salut Franck !

Franck Marcheix : Tu vas bien ?

Olivier Roland : Ça va. Alors, bon Franck, j’ai voulu venir t’interviewer parce que tu m’as envoyé une super vidéo il n’y a pas longtemps de toi, en fait, dans un pré. C’était juste à côté d’ici.

Franck Marcheix : Juste derrière, en fait.

Olivier Roland : Juste derrière. Là, on est donc dans un petit bout de ton jardin chez toi. Voilà, il y a la maison là derrière toi.

Franck Marcheix : C’est ça.

Olivier Roland : Et il y avait des chevaux et tout ça. Et tu me racontais dans ta vidéo : ben voilà Olivier, c’est super. Je te fais cette vidéo pour te remercier parce que je suis coach. D’ailleurs, en fait, tu es « le coach des coachs ».

Franck Marcheix : Un petit peu. C’est une sorte d’appellation parce que j’ai beaucoup de coachs aujourd’hui dans ma clientèle. Moi, je les aide en fait à développer leurs activités et leurs clientèles. Notamment tout ce qui tourne autour du bouche à oreille, donc, c’est vrai que j’ai beaucoup de coachs aujourd’hui ou de praticiens globalement dans la pratique du bien-être ou des médecines douces, les médecines naturelles, qui sont aujourd’hui dans ma clientèle. Donc, c’est vrai qu’on a tendance de plus en plus à m’appeler comme ça.

Olivier Roland : « Le coach des coachs ». Voilà. Et donc, tu me disais dans ta vidéo : voilà, j’ai appliqué la méthode Webinar Pro et ça a changé ma vie.

Franck Marcheix : Clairement.

Olivier Roland : Puisque voilà, t’expliques dans ta vidéo que t’avais fait un chiffre d’affaires à peu près 12 000 euros avec ton tout premier webinar.

Franck Marcheix : A peu de choses près.

Olivier Roland : On va revenir sur les détails après. En fait, t’as vendu une douzaine de produits à peu près 1 000 euros.

Franck Marcheix : C’est ça. Alors une douzaine de produits sur le soir même. Et en totalité 19 produits.

Olivier Roland : 19 produits en tout, Ok.

Franck Marcheix : Sur quasiment 15 jours, 3 semaines.

Olivier Roland : Voilà. Et donc ça t’a permis, c’est ce que tu disais… Toi, t’as un tarif horaire de 80 euros pour la consultation.

Franck Marcheix : Alors sur Limoges, j’ai un tarif horaire de 80 euros pour les particuliers.

Olivier Roland : Oui, d’accord.

Franck Marcheix : Pour les professionnels, je suis autour de, entre 150 et 200 euros en fonction de leur problématique et de la durée. Et quand j’interviens en dehors de Limoges aussi, mes tarifs sont plus élevés. Mais sur Limoges pour les particuliers, je suis à 80 euros. Donc par rapport aux calculs qu’on s’était amusé à faire, on était parti sur cette base des 80 euros.

Olivier Roland : Voilà, donc, on a fait le calcul. Une consultation à 80 euros, 12 000 euros, ça fait à peu près combien ? 150, c’est ça ?

Franck Marcheix : C’est ça.

Olivier Roland : Donc, là, on va en parler justement dans la suite de cette vidéo avec en une soirée, avec un webinar, tu as fait autant que 150 heures de travail.

Franck Marcheix : C’est ça.

Olivier Roland : Et voilà, ça t’a permis justement, et c’est une problématique de beaucoup de prestataires de coach. Moi, ma seule manière de gagner ma vie, c’est d’échanger le temps contre de l’argent.

Franck Marcheix : Complètement.

Olivier Roland : Comment faire pour passer au-delà ? Et donc, l’idée c’est de transformer ses compétences en produit pour que t’aies un effet de levier et que justement, t’arrêtes d’échanger du temps contre de l’argent.

Franck Marcheix : C’est exactement ça. Avant en fait, le seul moyen d’arrêter « d’échanger du temps contre de l’argent », et c’était une forme quand même de temps contre de l’argent, c’était de faire des formations. Et c’est vrai que quand je fais des formations, du coup, le chiffre d’affaires est plus important. Mais si on reste exclusivement sur la pratique de coaching pur ou d’approche thérapeutique, c’est vrai que là, on est avec des calculs horaires clairement. Et donc, on va vendre à chaque fois soit une heure, soit deux heures. Mais bon, après, c’est du coût horaire. Donc de toute façon, ça, c’est incompressible.

Olivier Roland : Donc, voilà, t’as une affaire qui marche bien.

Franck Marcheix : Oui, je n’ai pas à me plaindre en tout cas.

Olivier Roland : Voilà, tu es un coach reconnu, etc. Tu me dis que t’es souvent invité ici à Limoges dans tout un tas d’évènements. Tu organises toi-même des évènements, des salons, etc.

Franck Marcheix : Tout à fait.

Olivier Roland : Mais voilà, comme beaucoup de prestataires, tu as ce problème de cette limite que tu ne peux pas augmenter ton temps de manière infinie.

Franck Marcheix : Mais non. Moi, assez bizarrement, en fait, j’ai beaucoup de temps pour venir en consultation. Du coup, le seul effet de levier que j’avais, c’était la durée. C’est-à-dire que du coup, j’élargissais le temps d’attente pour prendre un rendez-vous puisqu’au bout d’un moment, quand on est relativement bien connu, des gens viennent pour absolument venir vous voir. Donc même quand j’avais tendance à relancer vers d’autres professionnels, souvent les gens me disent : Non, non, c’est vraiment avec vous que je veux travailler. Donc après, on est avec une problématique de temps.

Mais moi, ma problématique n’était pas de trouver des clients. D’ailleurs, en plus, ça fait partie des formations, en l’occurrence par rapport au webinar que je proposais. Donc trouver des clients, ce n’était pas tellement un problème. C’était surtout de trouver du temps. Et là en l’occurrence, le fait de pouvoir utiliser d’autres formes de technologies et notamment Internet, ça m’a ouvert un champ qui était inaccessible jusqu’à maintenant. Pouvoir toucher des gens qui étaient vraiment soit en France mais très loin et donc pas forcément la possibilité de les voir en face à face, soit carrément hors de la France et donc du coup, c’est vrai que ça ouvre un marché qui est exceptionnel.

Olivier Roland : Donc, tu savais que tu voulais utiliser les technologies d’Internet.

Franck Marcheix : Complètement.

Olivier Roland : Mais tu ne savais pas comment. Et c’est là que tu tombes sur Webinar Pro.

Franck Marcheix : Ben oui, oui, tout à fait. Ben, on se connaissait déjà parce qu’on s’était rencontré dans différents évènements, etc. Donc moi, je suivais déjà ce que tu faisais par rapport aux blogs. Moi, ce n’était pas mon job de faire des blogs. Moi, j’ai un « petit blog » autour du coaching. Il s’appelle Confidences de coach. Donc, on avait échangé notamment dans ce cadre-là. Mais développer le business du blogging, ce n’était pas mon truc. Enfin, moi, je ne me sentais pas du tout dans cette activité-là puisque c’est une nouvelle stratégie que je n’avais pas. Par contre, c’est vrai que quand tu as sorti Webinar Pro, là, j’ai senti un truc en me disant : il y a vraiment quelque chose qui m’intéresse. Et comme bon, moi je suis vraiment un « geek », je le suis depuis longtemps et puis j’ai une ancienne carrière dans le milieu de l’informatique et notamment des nouvelles technologies sur la formation, je me dis : il y a vraiment un truc. Avant, on ne pouvait pas faire ça. Maintenant, on peut utiliser ce type de performance et ce type d’outil. C’est génial quoi ! Il faut vraiment le faire. Mais comment ?

Et ce qui était super dans la formation, c’est que tu avais un processus qui était : pour commencer, on fait ça. On fait ça, on fait ça, on fait ça. Et comme je te le disais la dernière fois, à la suite de cette vidéo, c’est que, il y avait des points qui étaient vraiment très aidants sur par exemple comment on va passer de tel point du webinaire à tel autre point du webinaire. Et ça, c’est quelque chose qui est super confortable parce que du coup, il n’y a pas de questions à se poser. On suit le process, surtout pour les premiers. Après, on peut prendre de l’aisance. Mais au moins pour les premiers, Ok. Suis la trame, et normalement, ça devrait bien se passer.

Olivier Roland : Voilà. Donc ce qui t’as rassuré, c’est effectivement, t’as vu que c’est une méthode structurée.

Franck Marcheix : Complètement.

Olivier Roland : Etape par étape, ils étaient accompagnés.

Franck Marcheix : C’est ça.

Olivier Roland : Donc, on verra en fait dans la suite de cette vidéo la structure ICOV justement, qui est la structure qui fait qu’un webinar vend et qui vous permet même si d’ailleurs vous n’êtes pas un bon commercial et que vous ne savez pas vendre en face à face, parce que c’est mon cas clairement, ça vous permet de vendre.

Donc, tu t’inscris à Webinar Pro et tu te mets à suivre la formation, tu l’appliques. Et là, tu fais ton premier webinar.

Franck Marcheix : C’est ça. Alors, j’en ai fait deux exactement.

Olivier Roland : D’accord.

Franck Marcheix : Le premier qui était plus une phase de test où je l’ai fait avec peu de personnes. Et puis bon, moi, j’ai besoin de ça.

Olivier Roland : D’accord. Tu voulais…

Franck Marcheix : Des bêta testeurs.

Olivier Roland : C’était le bac à sable.

Franck Marcheix : C’est exactement ça. Je me suis amusé, je me suis trompé, je me suis bien planté. Mais j’ai quand même vu que ça fonctionnait. C’est-à-dire, là, je n’étais pas dans la vente, j’étais juste dans le fait de voir comment ça allait se passer. C’est-à-dire vraiment m’approprier de l’outil webinaire parce que c’est quand même quelque chose. Moi, ça fait 20 ans que je fais de la formation, donc c’est quelque chose en face à face où c’est une réelle habitude, tu vois, d’avoir un groupe de – je ne sais pas moi – 20 à 300 personnes. C’est une habitude. C’est quelque chose que je sais faire et qui est mon métier de base. Mais être devant – enfin, ce n’est pas une caméra – une webcam ou devant un micro d’ordinateur sans Powerpoint et puis faire la même chose en face à face, euh, Ok. Comment ça se passe ?

Olivier Roland : Ton premier webinaire, tu l’as fait sans Powerpoint ?

Franck Marcheix : Oui.

Olivier Roland : D’accord. Alors que justement, j’en recommande dans la formation de le faire parce que ça sert justement de support pour se rassurer.

Franck Marcheix : Complètement. Alors, le premier, je l’ai fait comme ça juste avec du live. Bon, voilà, je n’étais pas super à l’aise. On va dire une deuxième partie en bac à sable. Là, je l’ai fait avec un webinaire, exactement comme le tien, enfin avec un Powerpoint exactement comme le tien, c’est-à-dire tout écrit. Et là, je me suis rendu compte que ça ne me correspondait pas non plus parce que moi, j’ai besoin d’avoir un petit peu de live, vraiment de partir sur de l’improvisation. Donc après, moi, j’ai fait plutôt en présentation zen, donc je ne sais pas si tu en parleras ou tu expliqueras, mais le fait de mettre un minimum de choses sur le Powerpoint, vraiment quelques mots, quelques images, etc.

Olivier Roland : Ça, c’est une des méthodes que j’enseigne dans Webinar Pro justement de présentation.

Franck Marcheix : Et moi, je me sens plus à l’aise avec ça puisque c’est ce que je fais aussi quand je suis en live, en face à face avec un groupe. Donc, du coup, je me suis senti beaucoup plus à l’aise. Mais toujours avec la structure ICOV que tu proposais, et en suivant vraiment le processus typique. Donc après avoir fait ce test-là, la première partie du webinaire sans rien, juste en live et puis l’autre partie uniquement avec un Powerpoint très, très rempli, là tout de suite, j’ai pu voir qu’est-ce qui va et qu’est-ce qui ne me va pas. En tout cas, en l’occurrence pour les deux, qu’est-ce qui ne me va pas du tout ? Et donc, de m’orienter après sur dans quoi est-ce que je me sens plus à l’aise. Et c’est là où j’ai fait vraiment le premier webinaire vraiment en vente quoi. Donc là, voilà.

Olivier Roland : Pour un produit que tu as créé pour l’occasion ?

Franck Marcheix : Que j’avais créé. Ben pour l’occasion, c’était un produit que j’avais, alors pas créé pour l’occasion du webinaire, c’était un produit que j’avais créé et que j’avais envie de vendre et que je ne savais pas comment vendre parce que comme tu disais, moi c’est l’inverse de toi. En face à face, je suis très à l’aise pour vendre. Par contre sur Internet, c’était un secteur pour moi totalement inconnu. C’était vraiment partir à l’inconnu. C’était complètement ça, c’était une terre nouvelle et de dire : Ok, comment je parle à quelqu’un qui est de l’autre côté de son ordinateur ?

Quand je suis en face à face avec quelqu’un, je le vois réagir, je travaille beaucoup sur la communication, notamment communication d’influence, tout ce qui est vraiment les structures de neuro-marketing, dans l’inconscient, etc. ça, c’est mon business. Donc réagir en face à face, ça ne me pose aucun problème. Mais là, réagir quand je n’ai personne, ben si je n’ai pas de structure, ça part en live complet parce que il y a une façon de leur parler, il y a une façon de leur présenter le produit, il y a une façon de passer de la valeur au produit. Et notamment, ça, c’était une des choses qui me bloquaient beaucoup et dans Webinar Pro, j’ai trouvé l’astuce que toi, tu donnes. Enfin même d’ailleurs, il y a plusieurs astuces. Donc, j’en ai utilisé, j’en ai expérimenté plusieurs pour passer vraiment de la partie valeur vraiment assurée du webinaire, ensuite à Ok, c’est quoi le produit que je vais venir vous proposer, qui est la suite de la valeur du début du webinaire. Et moi, j’étais bloqué par ça. Et la formation Webinar Pro m’a vraiment permis de faire la jonction entre les deux. Quelque chose qui au début était très bloquant et pour lequel je ne me lançais pas quoi. Il y a un moment, je dis : Ok, je vais faire le webinaire. Puis faire des webinaires gratuits, Ok, pas de problèmes. Ok, mais…

Olivier Roland : Ah oui, ah oui. C’est quand tu vends là, c’est déjà un peu plus beau. Et donc, c’est vrai que c’est une peur pour beaucoup de personnes la première fois où elles doivent vendre et en particulier, quand elles doivent vendre en parlant de vive voix sur Internet. Là, en plus, tu es en direct.

Franck Marcheix : Complètement.

Olivier Roland : Tu peux avoir quelques centaines de personnes, quelques milliers. Ça dépend évidemment de l’audience que vous avez. Et ça peut être quelque chose de stressant. Mais voilà, c’est ce que tu as fait. Il y a un moment où il faut avoir peur et le faire quand même. Et c’est quand même beaucoup plus rassurant en tout cas, je trouve, pour la plupart des gens de faire ça devant l’ordinateur chez eux tranquillement, confortablement installé, plutôt que devant une salle avec de centaines ou des milliers de personnes. Je pense que c’est comme même beaucoup moins stressant comme expérience pour la plupart des gens. Peut-être pas pour toi puisque…

Franck Marcheix : Moi, c’est l’inverse !

Olivier Roland : C’est étonnant !

Franck Marcheix : Moi, je suis plus à l’aise pour vendre quelque chose à plein de gens devant moi comme ça que sur le web. J’étais bloqué par cette structure un petit peu impersonnelle quoi. Et ce qui était très amusant, en termes d’anecdote, je faisais une blague où quand tu es en live, tu vois si ça réagit ou pas et puis, tu peux interagir avec le public. Sur Internet, globalement, t’as toujours l’impression que la blague, elle tombe à plat.

Olivier Roland : Oui, puisque les gens ne rigolent pas. C’est clair. Mais souvent, ils te mettent quand même des lol.

Franck Marcheix : Oui, mais c’est toujours avec un laps de temps qui fait qu’à un moment, tu n’as pas l’interaction pure. Et ça, c’est vrai qu’au début, c’était relativement… enfin, moi, c’était bloquant en tout cas dans la mise en place des premiers quoi : vraiment le fait de me lancer et d’être à l’aise avec ce nouvel outil, parce que c’est vraiment un nouvel outil quoi.

Olivier Roland : Donc, vous voyez. En tout cas, ce qu’il faut retenir de ça, c’est que finalement chacun a ses propres peurs particulières et qui souvent peuvent paraître complètement irrationnels. Je veux dire, Franck n’a pas peur de parler à des centaines de personnes en live et il a peur de parler avec des centaines de personnes de chez lui sur son ordinateur. Tout ça pour dire qu’on peut avoir des peurs comme ça mais quand on a une structure, déjà, ça rassure énormément.

Franck Marcheix : Complètement.

Olivier Roland : C’est ce que tu avais. Voilà. T’avais cette structure qui te rassurait, t’avais ton Powerpoint qui était fait. Tu savais quand même que tu allais flipper grave, tu allais quand même avoir ce fil rouge qui allait te conduire jusqu’au bout.

Franck Marcheix : Oui, cette peur, c’est invisible quoi. C’est-à-dire qu’à un moment, le fait de savoir, moi les premiers webinaires, il y avait à peu près 350, 400 personnes sur le webinaire. Donc, on avait 350, 400, c’est la même chose que dans une salle. Je me suis dit : qu’est-ce qui fait que c’est si différent ? Pourquoi est-ce que… Et réellement, c’est ce côté invisible. C’est de se dire : en face à face, je sais si ça plaît ou pas. Donc, il y a mon côté un peu, on va dire, qui a besoin de reconnaissance, qui a besoin de savoir etc. qui fait que quand il y a un public qui va applaudir, rire, interagir, dire non, dire oui, tu as un feed-back immédiat.

Olivier Roland : Et là, t’as un feed-back par l’intermédiaire des questions. C’est vrai que ce n’est pas aussi.

Franck Marcheix : Ce n’est pas aussi direct.

Olivier Roland : Oui, c’est vrai.

Franck Marcheix : Et quand on a l’habitude de ça, c’est vrai que c’était très bloquant. Mais encore une fois, là-dessus, moi j’ai vraiment pu me reposer et c’est ça qui m’a – et je le sais aujourd’hui d’ailleurs, je te le répète régulièrement – c’est aujourd’hui ce qui m’a vraiment permis de passer à l’action parce que je n’aurai pas eu cette structure, d’ailleurs, c’est pour ça que j’ai acheté Webinar Pro. Ça a été clairement en grande partie pour me rassurer. Et ensuite, quand j’ai vu les différentes structures qui étaient à l’intérieur, je me dis : Ok, c’est génial. En plus de ça, il y a du contenu. Donc, Ok. Deux fois gagnant quoi. Un premier coup, je sais, je me l’offre pour me dire : Ok, je fais le premier pas de me dire : je suis une formation pour mettre en place ça, et en plus derrière, il y a réellement du contenu. Puis, je te l’ai régulièrement dit en disant voilà, je suis vraiment à chaque fois extrêmement heureux de voir les différents points que tu abordes pour dire comment aborder ça, comment aborder ça, comment aborder ça. Et ça, c’est super facilitant pour passer à l’action, encore une fois cette notion d’action qui est quand même essentielle quand on a un produit et qu’on a envie d’avoir des clients qui rentrent dedans quoi. Donc, ça, c’est quand même génial.

Olivier Roland : Oui, complètement. Et alors est-ce que toi, tu es à l’aise avec la technique en général ou ?

Franck Marcheix : Maintenant, oui, parce que les webinaires en fait, je les ai utilisés. Là aussi, à la suite de la formation, j’ai vu que je peux les utiliser pour d’autres choses.

Olivier Roland : Oui.

Franck Marcheix : Du coup, je l’ai incorporé en termes de coaching live avec tous les participants. Donc là, comme à l’heure actuelle, dans la formation, j’ai une vingtaine de participants. En général une fois par mois, une fois toutes les trois semaines, ça va dépendre de leurs questions et on va dire de l’importance pour eux d’intervenir, je fais un coaching live. Donc, je les réunis en ligne, et on se met d’accord en fait sur un horaire. Là, j’ai trouvé un autre outil qui permet en fait de voter sur les différents horaires qui vont être facilitantes pour la majorité d’entre eux. Ça aussi, c’était une problématique d’organisation. C’est que moi, je disais : Ok, le plus simple pour moi, c’est tel jour. Et après, je me disais : il n’y en a que deux, il n’y en a que trois, il n’y en a que quatre sur les 19. Ça posait problème. Donc le fait de mettre un vote, du coup, ça a facilité les choses. Et donc, il y a beaucoup plus de gens qui se réunissent et qui viennent me poser des questions. Et là, je peux vraiment en fait compléter tout ce que je fais par rapport à la formation par l’intermédiaire vraiment d’une interactivité et d’une interaction directe, automatique aux questions. Ils me posent leurs questions…

Olivier Roland : Alors maintenant, tu maîtrises parfaitement l’outil.

Franck Marcheix : Oui.

Olivier Roland : Et quand tu as démarré, tu…

Franck Marcheix : Pas du tout. Pas du tout. Alors là, aujourd’hui, je…

Olivier Roland : Alors, est-ce que tu as trouvé ça facile l’apprentissage ?

Franck Marcheix : Rapide.

Olivier Roland : Rapide.

Franck Marcheix : Rapide avec, je dirais, une complexité dans le sens où rapide à partir du moment où tu passes à l’action. C’est-à-dire que tant que ça reste virtuel, tu vois, t’es encore un peu en train de tâtonner, t’es en train de poser des questions, etc. Dès que tu passes à l’action, en fait, l’outil… et puis ce qui est facilitant, c’est encore une fois les différents modes que tu proposes dans le sens où t’es jamais tout seul. Enfin, moi, j’avais le sentiment quelques fois d’entendre un peu ta voix derrière et ça faisait bizarre. C’était des trucs qui me faisaient rigoler quand j’avais mes propres stagiaires qui me disaient : des fois de temps en temps, on entend ta voix. Et puis là, ça me faisait cet effet-là en me disant : tiens, c’est rigolo. Olivier, Ok, passe à ça. Quand des fois je me sentais trop long sur tel truc, baf, j’avais le truc qui était derrière en disant : Ok, saute.

La première fois où je suis passé de la valeur du contenu webinaire à la proposition du programme, là, j’ai senti qu’il y avait un flottement. Et j’avais vraiment un truc derrière qui me disait : fonce. Normalement, ça ne pose pas de question. Du coup, je l’ai fait. Et c’est passé comme une lettre à la poste. Ça s’est très bien passé. Et ce qui était intéressant comme tu le disais, c’est que les gens en face ne se rendent pas compte.

Olivier Roland : Complètement.

Franck Marcheix : Et là, j’ai retrouvé une forme d’aisance que j’ai quand je suis en face à face. Mais au début…

Olivier Roland : Alors, comment ça s’est passé ce premier webinar de vente, on va dire ? Est-ce que tu as fait beaucoup d’erreurs ? Est-ce que tu…

Franck Marcheix : Avec du recul, oui. Automatiquement avec du recul, je dirai que forcément, il y a eu beaucoup d’erreurs.

Olivier Roland : Il n’était pas parfait.

Franck Marcheix : Il était loin d’être parfait. En même temps, j’ai une certitude. C’est que c’est aussi cette imperfection qui fait que ça reste humain, ça reste vraiment…

Olivier Roland : Les gens se mettent davantage avec toi.

Franck Marcheix : Voilà. Davantage avec toi. Donc, la recherche future n’est pas de le rendre parfait. C’est d’améliorer les points. On va dire d’optimiser certains points qui me paraissent vraiment fondamentaux, mais en tout cas, pas de chercher la perfection mais de chercher une forme d’automatisme.

Tu vois, je vois beaucoup aujourd’hui de webinaires en evergreen c’est-à-dire des choses qui vont fonctionner par eux-mêmes où il n’y a plus de direct. Moi pour l’instant, ce n’est pas encore mon truc. Je suis dans la formation, tu en parles à un moment. Moi, ce n’est pas encore mon truc. J’ai besoin d’avancer directement dans le direct-direct. Mais de temps en temps, je me dis : ouais, sur tel point ou tel point ou tel point, ça peut être intéressant de faire une sorte de webinaire avec le même contenu et quelque chose qui est récurrent, où là, on va forcément par définition chercher un peu plus la perfection, chercher un peu plus l’optimisation sur des points vraiment spécifiques.

Olivier Roland : Voilà. En tout cas, quand t’as démarré, ce n’était pas parfait.

Franck Marcheix : Loin de là.

Olivier Roland : Et tu t’es amélioré déjà avec l’expérience. Effectivement, oui, c’est une possibilité. Tu peux toujours faire le même webinar avec la même structure et puis à chaque fois, améliorer. En plus, tu peux mesurer tes résultats, ce qui est génial.

Franck Marcheix : C’est ça qui est super.

Olivier Roland : Surtout les ventes, à la fin, c’est le meilleur indicateur.

Donc, malgré le fait que ce n’était pas parfait et que t’avais peur, tu l’as fait déjà. Bravo.

Franck Marcheix : C’est ça.

Olivier Roland : Et donc à la fin, quasiment 12 000 euros de ventes.

Franck Marcheix : A peu près, oui.

Olivier Roland : C’était un produit à 897 euros, c’est ça ?

Franck Marcheix : 897.

Olivier Roland : Et t’as fait douze ventes, c’est ça ?

Franck Marcheix : J’ai fait une douzaine de ventes, à peu de chose près.

Olivier Roland : Oui, une douzaine de ventes. Donc, voilà. Un petit peu moins de 12 000 euros, on va dire. Et d’ailleurs, t’as fait d’autres ventes de ce produit donc suite à ce webinar parce que les gens avaient vu le webinar, ils n’avaient pas acheté tout de suite ou ?

Franck Marcheix : Alors, en fait, c’était une formation sur la bouche à oreille. Donc, elle fonctionnait déjà plus ou moins par la bouche à oreille et les gens en ont entendu parler les uns par les autres. Et donc, au début, il y avait des gens qui sont rentrés dans la formation avec ce prix qui était un prix privilégié parce que j’avais annoncé dès le début que c’était des bêta testeurs. Donc, c’était des gens qui rentraient dans la formation avec un tarif préférentiel et avec donc des opportunités spéciales parce qu’elles expérimentaient la formation et j’étais en train de la construire avec eux. D’accord ? Qui est un autre des conseils que tu abordes notamment sur la construction des formations. Donc, là, j’avais déjà construit un certain nombre de modules. Et ensuite, ils ont participé à la formation. Et moi, j’ai monté au fur et à mesure. Et un des deals, c’était : Ok, vous payez moins cher. Par contre, moi, je vais vous offrir plein de choses que d’autres n’auront pas une fois que la formation sera terminée, notamment le fait que si vous avez besoin de quoi que ce soit, vous me demandez et je construirai un module spécifique par rapport à votre besoin.

Olivier Roland : Donc ça, c’est un très bon moyen de voir l’intérêt réel de votre marché par rapport à un produit. C’est effectivement de faire comme ça, comme tu as fait des pré-ventes finalement. Et tu dis clairement, voilà : c’est un produit en bêta test, mais en contrepartie, c’est moins cher et il y a des avantages. Où tu n’es pas obligé de leur donner des bonus comme tu l’as fait quand tu dis.

Franck Marcheix : Alors moi, je l’avais fait parce que je voulais l’expérimenter aussi.

Olivier Roland : Voilà.

Franck Marcheix : Aller voir ce que ça donnait.

Olivier Roland : En tout cas, vous pouvez vous contenter de faire un prix promo, c’est déjà pas mal ou offrir des bonus et/ou combiner les deux. Voilà, tout est possible. C’est ça qui est génial. Et voilà, ça te fait ta première clientèle avec qui tu vas pouvoir expérimenter des choses, avoir les premiers feed-back, etc. et ça te permet de démarrer de manière beaucoup plus rapide que si vous passez un an dans votre cave à créer un truc dont finalement, vous allez vous rendre compte que personne ne veut. Tandis que là au moins, on est connecté au réel, on est connecté au marché.

Franck Marcheix : J’avais utilisé une autre stratégie qui était donc le singe magique dont tu parles dans la formation. Parce que moi, c’est comme ça que j’ai su que ma clientèle en tout cas, que mon auditoire était intéressé par tout ce qui était savoir mieux se vendre. Et donc, tout ce qui tourne autour du bouche à oreille. Et je savais que j’avais envie d’aborder ce thème. Je ne savais pas comment. Je savais que j’avais déjà de la clientèle qui venait me voir en live pour les aider à construire une clientèle et les aider à développer leurs réseaux. Donc, on n’est pas tout à fait dans du réseautage mais on est dans du comment j’utilise ce réseau-là ? Mais c’est en faisant le singe magique que j’ai vraiment vu qu’il y avait des gens qui étaient prêts à payer pour être accompagnés pour créer de la clientèle.

Olivier Roland : Donc le singe magique, c’est une technique de génération de nouveaux prospects en fait.

Franck Marcheix : C’est ça.

Olivier Roland : Qu’on étudie justement en détail dans la formation. Donc, tu l’as utilisé avec succès dans ton business.

Franck Marcheix : Avec succès parce que c’est elle qui m’a vraiment permis donc en amont de faire cette formation sur la bouche à oreille, parce que les gens étaient intéressés pour apprendre des techniques pour savoir se vendre. Et ensuite, du coup, j’ai utilisé la technique de Webinar Pro pour vendre la formation ; et à nouveau Webinar Pro pour faire l’accompagnement sous forme de coaching live en utilisant toujours du webinaire parce que je ne me voyais pas réunir tous mes groupes toujours dans une ville ou dans une autre, surtout que là, ils sont vraiment éclatés partout en France. Donc, ça aurait été quasiment impossible quoi. Je ne pouvais pas les réunir une fois par mois à leur dire : on se voit à tel endroit, à telle heure pour parler vraiment. Et tous les webinaires, du coup, je les ai gardés. Ils sont enregistrés. Donc, tous les coachings sont gardés et enregistrés, ce qui fait que ceux qui n’ont pas pu y participer s’ils ont posé des questions, ils ont le webinaire. Et ceux qui n’ont pas forcément posé des questions mais qui veulent voir où en sont les autres ou quels sont les sujets qu’on a abordés peuvent accéder au replay du webinaire dans la suite de leur formation.

Donc ça, c’est pareil. Pour eux, c’est assez génial parce que c’est en fait une valeur supplémentaire qui a beaucoup de… enfin, justement, c’est une valeur qui a beaucoup de valeur. Donc, c’est quelque chose de très intéressant pour le suivi de la formation.

Olivier Roland : Donc, à l’issue de ce webinar, tu fais 12 000 euros, à peu près l’équivalent de 150 consultations. Alors, qu’est-ce que ça a changé chez toi ? Est-ce que t’as eu un déclic qui s’est fait ? Tu t’es dit : oui, c’est possible d’avoir un effet de levier comme ça, énorme. Parce que finalement, le webinar a duré combien de temps ? Deux heures, trois heures ?

Franck Marcheix : Moi, je suis assez bavard. Donc du coup, le webinar, je m’étais vraiment bloqué à me dire : je fais une heure et demie de contenu et une demi-heure de présentation du programme, et ensuite je laisse les questions. Donc en totalité, il a dû faire deux heures et demie, quelque chose comme ça. Ça a dû prendre un petit peu plus, mais parce que les questions débordaient.

Olivier Roland : Deux heures et demie, tu fais l’équivalent de 150 heures de travail.

Franck Marcheix : C’est ça.

Olivier Roland : Evidemment, ça, c’était un webinar de ventes. Derrière, t’as dû créer la formation.

Franck Marcheix : Complètement.

Olivier Roland : ça a pris plusieurs dizaines d’heures. Mais ce qui est génial, c’est que derrière, tu peux vendre autant de fois que tu veux.

Franck Marcheix : Complètement.

Olivier Roland : Et voilà. Mais alors, je veux dire, là tu t’es dit quand même : deux heures et demie, j’encaisse l’équivalent de 150 heures de ton travail.

Franck Marcheix : C’est ça.

Olivier Roland : Qu’est-ce qui s’est passé dans ta tête ? Est-ce qu’il y a un avant et un après ce webinar en fait ? Est-ce qu’il y a eu une transformation chez toi ?

Franck Marcheix : La transformation, c’est l’aspect « c’est faisable » et non pas « c’est possible ». Avant, c’était « c’est possible » ; après, c’est « c’est faisable ». C’est-à-dire que d’un côté, je suis dans la projection de : j’aimerais bien le faire, ce sera sympa si c’était faisable, etc., enfin si c’était réalisable et tout. Et ensuite, c’est : Ok, je l’ai fait.

Olivier Roland : C’est vrai.

Franck Marcheix : Oui, je peux le faire.

Olivier Roland : C’est vraiment une réalisation très, très importante de ta part.

Franck Marcheix : Ah oui, ça, c’est clair. Mais en fait, ça m’a ouvert sur plein de choses derrière. Et vraiment, c’est un déblocage qui est super important. Moi dans mon cas, surtout au niveau de l’Internet, clairement. Du coup, vraiment, ça m’a propulsé sur plein, plein de choses derrière le fait uniquement de réussir ce truc-là. Dans quoi c’est vraiment quelque chose qui est… C’est ce que je t’ai dit dans mon témoignage. Il y a un avant, il y a un après. Il y a je ne l’ai pas encore fait, j’ai envie, j’ai envie, j’ai envie. Et puis, il y a le : putain, c’est fait ! Et en plus, ça rapporte. Waouh ! C’est génial !

Olivier Roland : Bravo ! En tout cas, bravo parce que déjà, il faut suivre la méthode, il faut l’appliquer et puis le faire comme tu l’as fait avec succès. Alors, félicitations. Je pense qu’en plus, voilà. Je veux dire, il y a tellement de personnes qui finalement suivent comme ça les gens qui réussissent, les vidéos où elles se disent… Quelque part, elles se disent : oui, c’est possible. Et en même temps, il y a toujours un doute au fond d’elles.

Franck Marcheix : C’est ça.

Olivier Roland : Et moi, je peux parler en connaissance de cause, j’ai eu ce doute pendant longtemps. Et c’est vraiment au moment où on commence à gagner de l’argent concrètement sur Internet, à voir que oui ça marche et qu’on fait ses premières ventes où on se dit : waouh !

Franck Marcheix : C’est clair.

Olivier Roland : Ça marche vraiment. C’est possible. Je peux le faire. Et en plus, je peux le faire.

Franck Marcheix : Complètement.

Olivier Roland : Et si j’ai fait ça, je peux encore aller au-delà. Et puis, ça ouvre un tout nouveau monde. Aujourd’hui, donc t’as fait l’équivalent de 150 consultations en deux heures et demie, on va dire avec ce webinar de vente, sans tenir compte de la création de la formation parce qu’une fois que c’est fait, après, tu peux la vendre.

Franck Marcheix : Ben voilà, ça reste rentable puisque j’ai fait le calcul. J’ai mis à peu près 75 heures pour monter et en même temps, pour tourner et pour monter. A peu près 75, 80 heures.

Olivier Roland : T’as fait une super formation quand même. 75 heures.

Franck Marcheix : Oui, enfin, c’est pareil, c’est important pour moi. Tu vois, il y a vraiment du grand contenu, etc. il y a vraiment eu un gros travail derrière mais c’était aussi important pour moi de rentabiliser, c’est-à-dire de me dire : Ok, j’ai fait ce chiffre d’affaires là. Mais combien ça m’a pris de temps ? Combien ça m’a représenté, etc. ? Parce que juste dire voilà, j’ai fait tant sur deux heures et demie, c’est génial ; mais derrière, qu’est-ce qu’il y a ? Et derrière, il y avait la création de la formation. Et si j’avais passé ça en heures de consultation, ça m’aurait fait 90 heures à peu près. Donc, même 90 heures par rapport aux 150 heures gagnées, rien que là, ça reste rentable.

Olivier Roland : Donc, juste avec un webinar. Même avec la création de la formation, c’est déjà presque deux fois plus rentable que ton heure classique qui est déjà à 80 euros de l’heure.

Franck Marcheix : Complètement.

Olivier Roland : Et plus tu vas vendre cette formation, et plus cette rentabilité va exploser par rapport à ton tarif horaire.

Franck Marcheix : Ce qui est déjà le cas parce que j’ai des gens qui sont rentrés. Là dernièrement, j’ai des gens qui sont rentrés par l’intermédiaire de stagiaires qui sont dans la formation. Donc, je n’ai pas fait de webinaire, je n’ai pas fait de vente. J’ai juste laissé la formation à être efficace par elle-même et les stagiaires être satisfaits de la formation par mon accompagnement. Ce qui fait qu’une heure par mois, j’ai ce coaching là. Ensuite, j’ai des questions de mes participants, etc. ça représente, j’ai essayé de calculer mais c’est pareil. Ça, c’est volatile comme temps parce que c’est des mails, c’est des machins, donc c’est difficile – tu vois – de calculer vraiment de manière efficace et structurée. Mais je me suis dit : globalement, ça me prend 5-6 heures par mois. Donc, 5-6 heures par mois entre deux coachings live et puis le fait de répondre aux mails et puis d’être présent, ça reste quand même…

Olivier Roland : Donc voilà, on a vraiment un excellent exemple d’un effet levier que tu as parce que tu as transformé tes compétences que normalement, tu pouvais échanger contre ton temps en un produit qui peut être diffusé à des milliers de personnes, même des millions.

Franck Marcheix : Complètement.

Olivier Roland : Soyons fous, sans que…

Franck Marcheix : C’est l’objectif.

Olivier Roland : C’est l’objectif, sans que ça te demande le même temps que ça te demanderait pour servir individuellement ces millions de personnes.

Franck Marcheix : C’est exactement ça.

Olivier Roland : Waouh ! Donc, quels sont tes projets maintenant ? T’as prévu de continuer à vendre cette formation ? T’as peut-être envie d’en créer d’autres aussi ?

Franck Marcheix : Alors, il y a eu d’autres formations qui ont été créées et qui sont plus dans mon activité autour de l’hypnose et de la méditation. Tiens, d’ailleurs, il y a mon âne là qui est en train de nous expliquer que c’est très utile et très efficace d’avoir des outils pour se centrer, se calmer.

Olivier Roland : C’est beau la campagne quand même. C’est ça qui est beau. Tu travailles sur Internet, tu peux…

Franck Marcheix : Souviens-toi, la vidéo de témoignage, j’étais en train de faire passer mes juments d’un pré à un autre. Et ça, c’était aussi un clin d’œil parce que évidemment que le fait d’avoir gagné 150 heures, donc même si on reste sur globalement 85 ou 90 heures, c’est du temps gagné. Donc, ce temps gagné.

Olivier Roland : Même là, c’est 60 heures de gagné.

Franck Marcheix : Mais c’est clair.

Olivier Roland : C’est énorme.

Franck Marcheix : Le fait d’avoir gagné ce temps-là, c’est du temps que je peux passer chez moi, c’est du temps que je peux passer en création de nouveaux produits. C’est du temps que je peux passer, maintenant, je suis en train de développer tout ce qui se tourne autour de justement mes conférences parce que pour l’instant, au niveau des conférences, j’en faisais surtout sur mon secteur. Et là, je suis vraiment en train de grâce à Internet et par Internet, les gens, du coup, me connaissent beaucoup mieux. Ça a développé tout ce qui se tourne autour du blog, Confidences de coach. Donc, les gens font appel à moi de plus en plus dans différents évènements. Non pas parce que je suis meilleur en conseil mais parce que je suis plus connu, parce que j’ai plus de visibilité. Et cette visibilité, elle est vraiment super importante. Et ça, elle a été à l’origine du fait que ben voilà, la formation s’est diffusée à un large public.

Donc, oui, ce truc-là a vraiment développé plein de trucs et me donne l’envie de faire plus de produits, plus de projets et surtout de gagner du temps quoi. C’est vraiment ça qui est super. Enfin, gagner du temps, moi j’adore bosser. En tout cas, je n’ai pas le sentiment de travailler. Du coup, c’est toujours un plaisir. Mais ce temps gagné me permet vraiment d’être encore plus présent sur d’autres choses que j’ai envie de faire.

Olivier Roland : Et puis, tu profites un peu plus de ta maison. On a vu un poney qui se baladait tout à l’heure.

Franck Marcheix : C’est ça.

Olivier Roland : En arrière-plan. T’aimes beaucoup les animaux, tout ça. Donc, ça te permet d’être plus aussi, passer plus de temps pour tes passions tout simplement hors travail.

Franck Marcheix : Complètement.

Olivier Roland : Même si déjà le travail, pour toi, c’est une passion, ce qui est déjà très beau.

Franck Marcheix : Ce qui est déjà avantageux. Mais c’est vrai que ce temps gagné, après, chacun va le « dépenser » ce temps à sa manière. A des moments, ça va être des semaines où je n’ai pas envie du tout de bouger et je peux me permettre de ne pas bouger du tout parce que je suis ici et que j’ai envie d’en profiter. Ou alors, de me dire : je m’en vais. Quand on est parti à l’étranger ensemble pour le séminaire, voilà, on peut partir pendant une dizaine de jours, déconner à l’étranger et s’amuser tout en sachant, Ok, le business, il continue à fonctionner. Alors qu’avant, si je ne prends pas de consultation

Olivier Roland : T’as pas de business.

Franck Marcheix : Il n’y a rien qui rentre.

Olivier Roland : Oui. Complètement.

Franck Marcheix : Et ça, c’est quand même très… C’est vrai qu’à chaque fois qu’on va prendre du temps, là, on est parti avec des amis pour un week-end, on est parti pendant 4-5 jours, on peut se permettre de faire ça. Pourquoi ? Parce qu’il n’y a plus d’inquiétude de se dire : Ah ! Ouais, il faut vite que je rentre lundi parce que j’ai des consultations quoi. Alors aujourd’hui, c’est un truc qui est complètement. Voilà, enfin, en tout cas que je n’ai plus du tout dans mon esprit.

Olivier Roland : Waouh !

Franck Marcheix : Oui, c’est chouette !

Olivier Roland : Ok, donc super ! Tu nous as présenté je pense un excellent tour d’horizon de qu’est-ce que c’est que finalement de découvrir Webinar Pro et puis de l’appliquer au fur et à mesure, et puis de vraiment l’utiliser avec succès. Alors, est-ce que t’as un conseil à donner pour les personnes qui nous regardent là en ce moment et qui se disent : waouh ! Moi aussi je veux faire un webinar et je veux démarrer.

Franck Marcheix : Enfin, moi, ce qui me paraît le meilleur conseil c’est de réfléchir à cette notion d’action : qu’est-ce qui vraiment va me donner envie de passer à l’action. Et d’abord, est-ce que j’ai un produit ? Est-ce que j’en ai pas ? Commencer à se poser quelques questions là-dessus, et ensuite de voir Ok, l’investissement sur Webinar Pro, ça reste un investissement. Donc, l’idée c’est : est-ce que le fait de faire cet investissement est quelque chose que j’ai vraiment envie de m’offrir, de me donner pour passer à l’action ? Et si c’est le cas, ben clairement, foncer quoi. C’est le conseil en tout cas que j’ai envie de donner.

Olivier Roland : Je pense que c‘est un excellent conseil. Il n’y a pas de pilule magique. Ça ne sert à rien de vous inscrire à Webinar Pro ou à n’importe quoi d’ailleurs, ou à un club de sport ou ce que vous voulez si derrière, vous n’allez pas agir.

Je veux dire, si vous vous inscrivez à un club de gym et à 5 cours par semaine et que derrière, vous n’allez nulle part et vous restez dans votre PlayStation tous les jours, non seulement vous allez devenir gros et gris – ça, c’est clair – mais en plus, vous n’auriez absolument aucun résultat. Et c’est la même chose avec Webinar Pro et dans toutes les autres choses de la vie. Donc effectivement, oui, merci de rappeler que l’action, c’est super important parce que c’est vraiment la clé. Enfin, il faut se former.

Franck Marcheix : C’est clair.

Olivier Roland : Et derrière, il faut agir.

Franck Marcheix : Il faut agir.

Olivier Roland : Et il faut faire les deux en même temps parce que si on agit aussi sans se former, souvent on fait n’importe quoi. En tout cas, on prend beaucoup plus de temps. Donc, c’est vraiment la combinaison des deux qui permet d’obtenir les résultats.

Franck Marcheix : D’obtenir les résultats qu’on veut avoir, clairement, complètement.

Olivier Roland : Ecoute, super, merci Franck.

Franck Marcheix : C’est moi qui te remercie en tout cas.

Olivier Roland : D’avoir partagé tout ça avec nous. Nous allons suivre sans doute la suite de tes aventures plus tard, on verra. Peut-être que tu vas toucher ces millions de personnes d’ici quelque temps. En tout cas, c’est tout le mal que je te souhaite.

Donc, merci d’avoir regardé cette vidéo. Alors comme d’habitude, pour vous inscrire à la chaîne Youtube pour ne louper aucune des prochaines vidéos, vous cliquez tout simplement ici en haut à droite sur le petit logo – enfin là, en ce moment, c’est ma photo qui apparaît – et ça vous abonne gratuitement à la chaîne. Et aussi, cliquez ici tout simplement là sur le lien qui apparaît en bas de la vidéo. Vous laissez votre prénom et votre email, et vous aurez accès justement aux vidéos de Webinar Pro qui vous expliquent la base, les fondations de la méthode que Franck a utilisées pour générer ces 12 000 euros de chiffre d’affaires.

Merci d’avoir regardé cette vidéo. À demain pour la prochaine. Au revoir !

Franck Marcheix : Tchao !

Vous avez aimé cette vidéo ? Cliquez ici pour vous abonner gratuitement à la chaîne Youtube ! 🙂