Comment faire quand on se sent complètement NUL ? (surmonter la déprime et le découragement)

Aujourd’hui je partage comment faire quand on se sent complètement NUL ?

► Obtenez gratuitement mon livre « Soyez Zen et Heureux » en cliquant ici ! 🙂
http://olivier-roland.tv/zen-et-heureux-offert

Je parle des moments de découragement et de déprime qui nous guettent tous à un moment ou un autre quand nous nous lançons dans des challenges… car si cela ne vous arrive pas, c’est que vous avez chaussé vos pantoufles en ciment et que vous restez dans votre zone de confort ! 😉

Pour aller plus loin :
http://www.des-livres-pour-changer-de-vie.fr/ – une sélection de livres rares et exigeants pour changer de vie
http://blogueur-pro.com/ – Devenez libre et indépendant financièrement grâce à votre blog
http://www.habitudes-zen.fr/ – Vivre une vie zen et heureuse
http://devenez-meilleur.fr/ – Le développement personnel pour les gens intelligents
http://olivier-roland.tv/videos pour être prévenu chaque matin à 7H quand une vidéo géniale est publiée, pour démarrer la journée avec une pêche d’enfer ! 🙂

https://www.youtube.com/watch?v=fT9JLWnORlQ

Musique utilisée : Freedom Is Here de Tim Mc Morris

 

Transcription texte (littérale) de la vidéo « Comment faire quand on se sent complètement NUL ? (surmonter la déprime et le découragement) » :

Bonjour, ici Olivier Roland et bienvenue dans cette nouvelle vidéo.

Alors ce que j’aimerais partager avec vous aujourd’hui, c’est tout simplement, que faire quand on se sent complètement et irrémédiablement nul ? Parce que c’est obligatoire. A partir du moment où on se lance dans quelque chose qui nous tient à cœur, dans un challenge, forcément ça être difficile. On va devoir sortir de sa zone de confort, on va devoir pousser nos limites, on va devoir affronter le risque d’échec. Et parfois parce qu’on n’est pas des surhommes, on n’est pas des robots, on va échouer dans un défi qu’on s’est lancé.

Et dans ce cas-là, et bien, c’est tout à fait normal et humain de se sentir parfois, pas tout le temps, mais complètement nul. Puis, on peut se dire des choses comme : « Ah lala ! J’y arriverai jamais, est-ce qu’il y a un problème intrinsèquement avec moi ? Est-ce que je ne ferais pas mieux de regarder la télé comme tout le monde plutôt que de me prendre la tête à faire cette connerie ? » Voilà.

Moi par exemple, je vous ai déjà dit que je suis un ancien timide. Et il y a un moment, je m’étais lancé comme défi de parler à des gens dans la rue, comme ça, que je ne connaissais pour surmonter un petit peu cette timidité. Il y avait des fois où j’allais dans la rue comme ça, et je me suis dit : « Ouais, je vais parler à au moins – je n’en sais rien – cinq personnes. « Et parfois, je pouvais me balader deux heures et je n’osais parler à personne. Et quand je rentrais chez moi, je me sentais comme le dernier des cons, le dernier des loosers en fait plutôt. Et je pouvais avoir vraiment des moments de déprimes où je me disais : « Ce n’est pas possible, je n’y arriverai jamais. Je suis trop timide, je ne vais pas réussir à dépasser ça, je crois que je ferais mieux de rester dans les ordinateurs et de jouer aux jeux vidéos toute ma vie. » Et puis voilà, j’ai laissé tomber.

Et ce genre de moments nous arrive à tous. Si ça ne vous arrive pas, c’est que vous ne poussez pas assez vos limites tout simplement. C’est que vous restez trop dans votre zone de confort, dans un environnement que vous maîtrisez. Si à un moment, vous challengez vraiment vos compétences et votre personnalité, vous allez avoir des moments où vous échouez. Si vous n’échouez pas assez souvent, vous êtes trop dans le confort, vous êtes dans des pantoufles en ciment.

Et il y a quelque chose en fait auquel je ne pensais pas à l’époque et qui, pourtant, aurait pu me réconforter énormément : Que faire dans ces moments-là où on se sent comme la dernière des merdes ? Et bien tout simplement, demander de l’aide, parlez-en tout simplement autour de vous. L’idéal en fait c’est d’avoir des personnes qui sont engagées dans la même démarche que vous, dans un challenge que vous vous êtes lancés, et essayer de trouver des collègues, des partenaires, des amis qui vont être dans la même démarche que vous. Pas forcément des gens de votre entourage qui justement ne vont pas forcément comprendre votre démarche et qui vont vous dire : « Ah, ça ne sert à rien ton truc, regarde la télé comme tout le monde. Pourquoi tu t’embêtes à faire ça, il n’y a personne qui le fait, etc. »

Trouvez des collègues, des partenaires. Et quand vous avez comme ça des moments d’échecs, partagez-les honnêtement. C’est vraiment important. Moi, j’avais tendance par exemple à masquer ce genre de truc, à dire : « Oui, oui ça s’est bien passé, j’ai réussi à parler bla bla bla. » Ça ne sert à rien, c’est un des freins les plus importants à votre succès. Il faut savoir analyser, décrire ce que vous avez fait de manière neutre, de manière objective. Sinon, si vous faites passer, il n’y aura personne qui pourra vous aider.

Donc si par exemple, vous vous dites comme défi : « Ok, je veux écrire un bouquin, et je vais écrire – je n’en sais rien moi – 500 mots par jour. » Et bien, trouvez-vous quelqu’un qui va être dans le même défi que vous. C’est quand même assez facile à trouver aujourd’hui avec Internet des gens qui sont dans un défi similaire au vôtre. Sauf si vous êtes dans des trucs très, très spécifiques. Mettez-vous d’accord pour vous soutenir mutuellement. Et si jamais pendant deux jours d’affilé par exemple, vous n’avez pas réussi, ou même pendant une semaine, vous avez procrastiné, vous n’avez pas fait vos 500 mots par jour, ne mentez pas, dites-lui : « Ben écoute, je n’ai pas réussi franchement ». Dites un peu comment vous vous ressentez : « Oui, franchement, ça me fait un peu chier, je ne sais pas si je suis fait pour ça. » Tout ça. Et votre ami, votre collègue, il va vous aider à surmonter ça, à surmonter un peu la déprime, à vous faire prendre conscience que c’est normal, vous êtes humain, et à vous redonner un petit coup de pouce, à vous aider à dépasser ce moment et à surtout à ne pas vous laisser arrêter par ça.

Parce que finalement, c’est tout à fait Ok d’échouer parfois, de te sentir comme une merde, ça fait partie du processus d’apprentissage et de se décourager un petit peu. Mais il ne faut pas que ça vous stoppe, il ne faut pas vous laisser arrêter par ça. Et pour ça, avoir quelqu’un qui comprend votre démarche et qui est là pour vous soutenir en cas de coup dur, et bien, ça n’a pas de prix. Et c’est ce qui peut vous faire sentir mieux et vous dire : « Ouais, c’est vrai. Après tout, je suis juste humain. Ok, je me suis planté cette fois-ci mais la prochaine fois, je vais cartonner.

Bon, voilà. C’est ce que je voulais partager avec vous aujourd’hui. Merci d’avoir regardé cette vidéo. Donc, pour recevoir gratuitement mon livre « Zen et Heureux » qui donne justement des techniques comme ça pour être plus zen, plus heureux, progresser dans vos objectifs, dans votre vie, et bien, vous cliquez sur le lien ici qui apparaît en bas de la vidéo ou sur la couverture là. Vous laissez votre prénom et votre email, et vous le recevrez immédiatement gratuitement. D’ailleurs, c’est un livre qui a déjà été téléchargé à plus de 10000 exemplaires. Sur Amazon, au moment où je fais cette vidéo, il doit avoir 69 notes avec à peu près 4,6 — 4,7 sur 5. Donc, juste pour dire que les gens l’apprécient.

Merci d’avoir regardé cette vidéo. Comme d’habitude, j’ai besoin de votre feed-back. Si vous avez aimé cette vidéo, cliquez sur « j’aime » juste en dessous et puis partagez-la. Et si vous n’avez pas aimé, et bien cliquez sur « je n’aime pas » et puis ne la partagez pas.

Merci d’avoir regardé cette vidéo encore, à demain pour la prochaine. Au revoir !

 

Vous avez aimé cette vidéo ? Cliquez ici pour vous abonner gratuitement à la chaîne Youtube ! 🙂

Mot-clés utilisés pour trouver cet article :

arrêter de se sentir comme une merde, ne plus se sentir comme une merde, que faire quand on se sent une grosse merde, se sentir une merde