Comment être LIBRE et INDÉPENDANT avec votre blog, une ÉTUDE de cas

Cliquez ici pour découvrir comment Olivier est devenu LIBRE avec son blog sur la parentalité bienveillante qu’il a créé à temps partiel alors qu’il travaillait dans l’hôtellerie ! 🙂

► Obtenez gratuitement mon livre « Vivez la vie de vos rêves grâce à votre blog » en cliquant ici ! 🙂
http://olivier-roland.tv/livre-offert

– Le blog d’Olivier et Camille : « les super parents » : http://www.les-supers-parents.com/

Pour aller plus loin :
http://www.des-livres-pour-changer-de-vie.fr/ – une sélection de livres rares et exigeants pour changer de vie
http://blogueur-pro.com/ – Devenez libre et indépendant financièrement grâce à votre blog
http://www.habitudes-zen.fr/ – Vivre une vie zen et heureuse
http://devenez-meilleur.fr/ – Le développement personnel pour les gens intelligents
http://olivier-roland.tv/videos pour être prévenu chaque matin à 7H quand une vidéo géniale est publiée, pour démarrer la journée avec une pêche d’enfer ! 🙂

https://www.youtube.com/watch?v=7hOjfztj8TI

 

Transcription texte (littérale) de la vidéo « Comment être LIBRE et INDÉPENDANT avec votre blog, une ÉTUDE de cas » :

Olivier Roland : Olivier, bonjour !

Olivier Vaunois : Salut Olivier !

Olivier Roland : Donc, tu es le créateur du blog les-supers-parents.com.

Olivier Vaunois : Tout à fait. Avec ma conjointe Camille. On est Les Supers Parents. C’est Camille et Olivier du blog les-supers-parents.com.

Olivier Roland : Comme son nom l’indique, c’est un blog sur la parentalité positive. C’est sur la parentalité bienveillante.

En gros, le concept, c’est d’éduquer ses enfants sans avoir recours à des punitions.

Olivier Vaunois : Sans violence, sans punition, sans chantage, sans menace. Et essayer de proposer un type d’éducation un peu différent de celui qu’une grande majorité d’entre nous avons connu effectivement.

Olivier Roland : C’est un sujet très intéressant. Peux-tu nous dire comment tu as eu l’idée de créer ce blog ?

Olivier Vaunois : On voulait créer un blog puisqu’on venait d’acheter cette magnifique formation Blogueur Pro. Il fallait qu’on se trouve une thématique.

Camille et moi étions dans cette étape de notre vie où on avait besoin de changement, où on avait du mal à gérer nos enfants entre nos boulots de salariés dans l’hôtellerie.

On bossait comme des malades. Le peu de temps qu’on avait avec les enfants se passait généralement mal. On n’avait pas de temps pour eux. On était stressé en permanence.

Olivier Roland : Je précise que tu as trois enfants aujourd’hui. Tu avais déjà tes trois enfants à l’époque ?

Olivier Vaunois : A l’époque, on en avait eu deux.

Olivier Roland : Vous avez deux, c’est déjà pas mal quand même.

Donc à Paris, avec un boulot stressant. En plus, l’hôtellerie est un boulot qui demande énormément de temps et d’énergie. Les horaires ne sont pas très confortables non plus.

Olivier Vaunois : Exactement.

Ce qu’on dit souvent, c’est que malheureusement le peu de temps qu’on avait à passer avec nos enfants, on le passait à être stressé, à crier, à s’énerver.

C’est « logique » puisque les enfants, moins ils te voient, plus quand ils te voient, ils ont besoin de toi. Ils sont en demande, etc. Toi, tu as envie de te reposer, d’être calme après une longue journée de travail. Ce n’était pas une situation confortable pour nous. On a décidé de changer de vie.

Il y avait l’effet Blogueur Pro qui nous promettait à l’époque de pouvoir devenir indépendant financièrement et géographiquement parlant puisque la partie géographique est aussi importante pour nous. On a tous les deux envie de voyager, de parcourir le monde avec les enfants, mais surtout de sortir du salariat et d’essayer d’avoir une activité qui reflète nos passions.

On était tous les deux passionnés par nos enfants, par l’éducation, même si au départ, c’est vrai que dans la thématique, on était parti vers un blog où on allait parler de jouets, de jeux, d’activités qu’on avait testés avec les enfants.

Olivier Roland : D’accord.

Olivier Vaunois : Ça faisait un peu partie des business model que tu conseillais dans la formation de se faire les testeurs de produits, que ce soit jeux, jouets, activités pour enfants, etc. et ensuite d’en parler.

Très vite, on a bifurqué puisqu’on a commencé par lire certains bouquins, notamment d’une auteure avec qui on travaille aujourd’hui, qui s’appelle Isabelle Filliozat. Et on a tout de suite énormément accroché sur cette thématique bien précise qui est la parentalité positive, la parentalité bienveillante. Donc, sur un changement de paradigme d’éducation si on veut.

Olivier Roland : Toi et Camille, vous avez personnellement accroché ?

Olivier Vaunois : Oui.

Olivier Roland : Vous vous êtes dits : « C’est génial, on va pratiquer ça. Pourquoi ne pas faire un blog en même temps ? »

Olivier Vaunois : Exactement.

Petit à petit, on s’est mis à parler du blog. Puis, très vite, on s’est mis à parler plus que de ça. On s’est rendu compte que les retours étaient très enthousiastes et on est resté sur cette thématique qui nous plaisait puisqu’encore une fois, on testait quand même les choses à la maison.

On a appris à éduquer nos enfants sans menace, sans punition, sans chantage, etc. ça a marché. Ça a transformé notre vie avec les enfants. Et du coup, de partager tout ça avec nos lecteurs, ça a très bien fonctionné. Donc, on a continué dans cette voie-là.

Olivier Roland : Il y a un tas de choses intéressantes que tu viens de dire, donc je récapitule.

Déjà, tu avais cette démarche de vouloir devenir indépendant, de quitter le salariat, d’avoir plus de mobilité géographique parce que Paris, comme pour beaucoup d’entre nous, ça va bien un petit peu, mais au bout d’un moment, c’est sympa de s’en échapper aussi.

Donc, tu as eu d’abord la démarche de dire : « je vais avoir un blog pour devenir indépendant » et après, de trouver le sujet.

Olivier Vaunois : Oui.

Olivier Roland : Tu as tourné un petit peu, ce qui est totalement normal, et tu t’es focalisé sur quelque chose qui te passionnait, qui te tenait à cœur.

Ce qui est très intéressant, c’est que finalement quand tu as créé ce blog sur la parentalité, tu étais loin d’être un expert sur le sujet ?

Olivier Vaunois : On n’y connaissait rien.

Olivier Roland : Toi et ta compagne, vous n’y connaissez rien et ça ne vous a pas empêché de le faire. Ça, c’est quelque chose de très important que j’aimerais souligner : on peut créer un blog en étant un total débutant en la matière, à condition d’être transparent sur le sujet et de ne pas jouer aux faux experts.

Olivier Vaunois : Tout à fait.

Olivier Roland : Et comme tu l’as souligné, ça peut très bien marcher si vous vous positionnez comme « je suis un débutant, apprenons ensemble ».

En fait, vous pouvez partager avec votre audience ce que vous apprenez au fur et à mesure. Ça vous permet d’être beaucoup plus connecté aux débutants que l’expert qu’il y a depuis 10 ans et qui ne se rappelle plus trop finalement ce que c’est que de démarrer, qui connaît déjà tous les concepts, etc.

Olivier Vaunois : Tout à fait.

Olivier Roland : Tu as eu cette démarche finalement d’apprendre et de pratiquer cette parentalité bienveillante, et en même temps, de bloguer sur le sujet. Est-ce que ça t’a aidé à penser à pratiquer davantage, à apprendre plus facilement ?

Olivier Vaunois : Complètement, puisqu’on lisait, on testait avec les enfants, on écrivait ensuite les articles sur ce qui marchait, ce qui ne marchait pas, ce qui transformait nos vies. En même temps, on partageait avec des tas de gens.

Et aussi, il y a le fait que des tas de lecteurs se sont mis à discuter avec nous, à ouvrir des discussions dans les commentaires. On a continué à apprendre, à s’enrichir tout en en plus partageant et en enrichissant nos lecteurs. Donc, c’était tout bénef pour tout le monde.

Olivier Roland : C’est génial. Tes lecteurs te posent des questions et te font réfléchir, te font avancer et toi, tu leur apportes aussi. C’est vraiment une synergie sympa qui se met en route.

Olivier Vaunois : Le fait d’aller interviewer après des experts dans le domaine – tu continues à apprendre, à t’enrichir toi-même tout en développant ton blog, ton lectorat, etc. – c’est une superbe aventure.

Olivier Roland : En plus, un blog vous permet de voir de la visibilité. Il vous permet de toucher, de rencontrer, d’interviewer des experts beaucoup plus facilement que si vous n’en aviez pas. C’est clair.

Il y a de tas d’experts qui sont toujours à la recherche de plus de visibilité pour leurs livres, pour leurs conférences, pour tout simplement partager davantage leur savoir. Et si vous avez un blog, vous les intéressez plus que si vous êtes juste quelqu’un de normal.

Ça ne veut pas dire que si vous avez une conférence, vous allez essayer de leur parler et ils vont vous dire : non, je ne veux pas parler avec toi. Mais si vous leur disiez : « j’aimerais faire une interview parce que j’adore ce que vous faites, et j’aimerais en parler sur mon blog », ils vont dans beaucoup de cas dire oui. Et ça va être une très bonne manière de se connecter avec eux.

Olivier Vaunois : Et une petite astuce et il me semble bien que c’est dans Blogueur Pro que tu en parles, c’est de les contacter dès qu’ils viennent de sortir un livre ou un truc comme ça, etc.

Olivier Roland : C’est le bon moment.

Olivier Vaunois : L’interview est acceptée direct.

Olivier Roland : Exactement.

Quand un expert sort un livre ou quelque chose, ça peut être un DVD ou autre chose, c’est vraiment le meilleur moment pour le solliciter.

Olivier Vaunois : Oui, ça fonctionne ça.

Olivier Roland : Quand est-ce que tu as créé ton blog ?

Olivier Vaunois : Ça fait trois ans maintenant.

Olivier Roland : Quel est le trafic que tu reçois aujourd’hui ? Où est-ce que tu es en termes de résultats ?

Olivier Vaunois : Aujourd’hui, on a à peu près 1 500 à 2 000 visites par jour. Ça fait 60 000 par mois, quelque chose comme ça. Ça tourne bien.

Olivier Roland : Est-ce que tu as réussi à en vivre aujourd’hui ?

Olivier Vaunois : Oui. Aujourd’hui, on commence à en vivre. Et j’ai envie de dire de plus en plus confortablement puisqu’on a fait notre deuxième lancement de notre produit « les fiches outils ».

C’est un deuxième lancement qui a très bien fonctionné, qu’on a lancé fin de l’année dernière. Suite à ça, on a mis le lancement en Evergreen, c’est-à-dire en perpétuel. Aujourd’hui, chaque personne qui arrive sur le blog, qui s’inscrit à notre newsletter reçoit les 4 vidéos.

Ça convertit très bien. Rien qu’avec ce premier produit qu’on a créé, on commence à avoir un chiffre d’affaires tout à fait honorable qui nous permet d’en vivre tous les deux.

Olivier Roland : Est-ce qu’on peut savoir à peu près ton chiffre d’affaires ?

Olivier Vaunois : Au jour d’aujourd’hui, on a un chiffre d’affaires qui n’est pas complètement stabilisé puisqu’il y a des opérations flash, des promotions, des choses comme ça. Depuis le deuxième lancement, on a un chiffre d’affaires qui est entre 5 000 et 10 000 euros par mois.

Olivier Roland : Une précision parce qu’il y a beaucoup de gens qui doivent se dire qu’avec 5 à 10 000 euros de chiffre d’affaires, quelle est la marge ou le bénéfice sur des produits numériques ? Parce que les fiches outils sont des produits numériques.

Olivier Vaunois : Tout à fait.

Olivier Roland : C’est vraiment un des concepts clé que j’enseigne dans la formation Blogueur Pro : la meilleure manière de monétiser un site, ce n’est pas en faisant de la publicité, ce que font la majorité des gens, mais c’est soit en vendant un produit, soit en promouvant les produits des autres.

Toi, tu as vendu ton propre produit qui sont les fiches outils pour aider les parents à être des meilleurs parents. Est-ce que c’est un produit papier ? Un produit numérique ? Comment ça se passe ?

Olivier Vaunois : Ce sont des fichiers PDF entièrement numériques qu’on a créé nous-mêmes, et avec une petite équipe de personnes qui étaient très impliquées effectivement dans cette thématique de la parentalité bienveillante.

Olivier Roland : Des clients ?

Olivier Vaunois : Non, des personnes qui ont participé à l’élaboration. Des prestataires, j’ai envie de dire, puisque je les ai rétribués pour ça.

Quelle est ta question exactement ?

Olivier Roland : Quelle est la marge ?

En gros, quand tu vends, quand tu dis que tu as fait entre 5 et 10 000 euros de chiffre d’affaires, quels sont tes coûts de fabrication, de distribution et de stockage ?

Olivier Vaunois : Pour le coût de fabrication, pour créer les fiches outils, ça a dû nous coûter au grand maximum 1 000 euros, tout compris.

On payait quelques prestataires qui nous ont aidés à les écrire, quelques achats de logiciel pour mettre en page les fiches, etc. Derrière, il va y avoir le coût de l’hébergement des blogs, des vidéos de lancement, des choses comme ça.

Olivier Roland : Combien cela coûte ?

Olivier Vaunois : Le coût d’Aweber, c’est quelques centaines d’euros par mois, tout compris.

Olivier Roland : On parle de chiffre d’affaires entre 5 et 10000 euros, avec des coûts de quelques centaines d’euros par mois. Et quand tu dis que tu as eu un coût de fabrication de 1 000 euros, maintenant que tu en vends 5 000 ou 200 000, c’est fini ?

Olivier Vaunois : C’est absorbé depuis bien longtemps.

Olivier Roland : C’est un coût de fabrication d’une fois 1 000 euros. Après, un coût de quelques centaines d’euros par mois pour différents outils. Et tout le reste, c’est de la marge.

Olivier Vaunois : Oui.

Olivier Roland : On parle de marge de facilement 90, 95%.

Olivier Vaunois : Oui.

Olivier Roland : Donc quand on parle d’un chiffre d’affaires de 5 à 10 000 euros, on parle de marges qui sont énormes.

Il faut s’en rendre compte parce que c’est vrai que si tu fais 5 à 10 000 euros de chiffre d’affaires avec 10% de marge, ce n’est quand même pas la même chose. Là, on parle de marges qui sont tout à fait confortables, et c’est ça qui est beau quand on vend des produits numériques.

Olivier Vaunois : Par rapport à un business classique, on a des charges qui sont complètement minimes.

Olivier Roland : Les coûts de fabrication sont minimes, les coûts de distribution et de stockage sont infiniment plus faibles que ce que vous auriez avec des produits physiques. C’est ça la beauté d’avoir un blog, de vendre des produits numériques.

On peut aussi vendre des produits physiques avec un blog. Mais ça, c’est une parenthèse.

Donc là, tu as une vraie petite entreprise que tu as démarrée avec un investissement minime, il faut le dire. Tu as eu un investissement dans Blogueur Pro. Tu as eu un investissement dans l’hébergement qui coûte quelques dizaines d’euros par an, au début. Et tu as commencé alors que tu avais un emploi qui n’était quand même pas l’emploi idéal pour démarrer un business à côté.

Comme tu le dis, les horaires ne sont pas pratiques dans l’hôtellerie, il y a beaucoup de travail.

Olivier Vaunois : Beaucoup d’horaires, beaucoup d’investissements, oui.

Olivier Roland : Et ça ne t’a pas empêché de créer ton petit business à côté ?

Olivier Vaunois : Non.

Olivier Roland : Au début, combien d’heures tu passais par semaine à peu près sur ton blog ?

Olivier Vaunois : Au début, ça a été un petit peu plus lent parce qu’on était encore tous les deux salariés dans l’hôtellerie. Donc, les débuts se sont faits tout doucement. Puis, on a vraiment souhaité se focaliser sur ce projet puisque c’était vraiment un projet de vie pour nous.

Avec Camille, on a choisi de déménager de Paris sur la région bordelaise.

Olivier Roland : Là, on est dans la maison à Bordeaux d’ailleurs.

Olivier Vaunois : Exactement. Avec vue sur les vignes.

Olivier Roland : Vue sur les vignes. Magnifique oui.

Olivier Vaunois : Il y a vraiment tout un projet de changement de vie.

On voulait quitter la région parisienne, on voulait essayer de transformer nos activités professionnelles en essayant de devenir des blogueurs professionnels. Ça s’est fait en plusieurs étapes.

Moi, j’ai réussi à obtenir une rupture conventionnelle de mon ancien employeur. Camille s’est mise à mi-temps pour être avec moi sur le blog. Mais on avait quand même besoin encore un peu de revenus.

Olivier Roland : Avant ça, tu passais combien de temps alors ?

Olivier Vaunois : Pendant la phase où j’étais encore employé, j’avais du mal à passer plus d’une heure par jour.

Olivier Roland : Ok.

Mon conseil : j’estime que pour démarrer un blog suffisamment vite, il faut passer une dizaine d’heures par semaine. Si vous pouvez passer plus, c’est bien, mais une dizaine d’heures normalement, ça suffit pour réussir en un ou deux ans.

Donc au début, tu pouvais passer moins de temps que ça. C’est pour ça que tu as une démarche très intelligente parce que c’est toujours mieux d’avoir quand même un filet de sécurité.

Il ne faut pas croire que les entrepreneurs sont des kamikazes. Ils prennent des risques contrôlés, des risques calculés avec des filets de sécurité.

Et là, avoir une rupture négociée, c’est génial parce que ça t’a permis de toucher des ASSEDIC pendant un an.

Olivier Vaunois : Pendant deux ans.

Olivier Roland : ça t’a permis de te consacrer à ton blog et dans le pire des cas, si ça ne marche pas, tu peux retrouver un emploi derrière. Ce n’est pas cela qui manque dans l’hôtellerie en plus.

Donc, très bonne démarche.

Et là, ça t’a permis de te consacrer davantage à ton blog. Tu as passé combien de temps après ?

Olivier Vaunois : J’ai envie de dire que je me suis mis à travailler à temps plein sur le blog. C’est effectivement à partir de ce moment-là que ça a commencé à très bien se développer.

Je n’ai jamais travaillé autant que les horaires que je faisais avant dans l’hôtellerie. Et puis, le gros avantage, c’est qu’on est complètement libre de ses horaires et que l’objectif de ce changement de vie aussi pour nous, c’était de pouvoir s’occuper un peu plus des enfants, d’avoir plus de temps pour eux.

Le fait de ne pas avoir de « contraintes horaires » nous a permis d’aller chercher les enfants à l’école beaucoup plus tôt, de passer beaucoup plus de temps avec eux, sachant qu’on pouvait se remettre un peu à bosser le soir quand ils dormaient, etc.

Le fait de ne pas avoir de contrainte horaire te permet de travailler à ton rythme, à ton goût de chez toi.

Olivier Roland : Ça a changé ta vie de parent, du coup.

Olivier Vaunois : Ça a tout changé, oui. C’était un package puisque dans notre idée de cette parentalité bienveillante, il y a beaucoup plus d’attention portée à l’enfant. Et ça nous a permis effectivement de pouvoir être plus présents avec les enfants, donc de faire en sorte que notre vie de famille soit beaucoup plus cool, beaucoup plus sereine, beaucoup plus sympathique, etc.

Olivier Roland : Ça, c’était déjà gagnant.

Olivier Vaunois : Oui.

Olivier Roland : Même si après, tu aurais dû reprendre du boulot, moins tu aurais passé de belles années. Mais pour le coup, ça a marché.

Olivier Vaunois : Pas besoin d’aller rechercher du travail.

Olivier Roland : C’est formidable. Ok.

Donc, tu nous as dit que quand tu as démarré ton blog, tu n’y connaissais rien en parentalité et que tu as construit ta compétence au fur et à mesure.

Olivier Vaunois : Tout à fait.

Olivier Roland : D’ailleurs, tu as rencontré des experts aussi qui t’ont aidé à progresser. Est-ce que tu t’y connaissais en blogging quand tu as démarré ?

Olivier Vaunois : J’ai envie de te dire « si ».

Avant d’acheter Blogueur Pro, j’avais déjà eu certains blogs. Si, je me suis intéressé au blogging dès l’apparition du blogging en France. C’est d’ailleurs pour ça que je t’ai suivi dès le tout début avec Des livres pour changer de vie.

Je savais gérer un blog WordPress, choisir un thème, mais je n’avais aucune notion de tout ce qui était référencement. Je ne savais pas faire un blog professionnel, et c’est là où ça a été génial effectivement de suivre ta formation.

Le blog, c’est quand même un peu ta vitrine. C’est ton site Internet. Il a besoin d’être beau, d’avoir les bonnes choses aux bons endroits, et ça, je ne savais pas le faire. Et puis, toute cette partie référencement, je ne savais pas le faire.

Olivier Roland : Tu l’as appris au fur et à mesure en suivant la formation et en l’appliquant.

Un point important à la formation aussi, c’est, apprendre à bien monétiser son blog, ce qui est une erreur que font beaucoup de blogueurs francophones finalement.

Ils essaient de monétiser avec la pub, ce qui n’est vraiment pas la bonne manière de gagner de l’argent parce que là aujourd’hui, avec 60 000 visites par mois, si tu faisais de la pub, tu gagnerais peut-être 4 à 500 euros par mois. On ne serait pas dans les 5 à 10 000 que tu as aujourd’hui.

Olivier Vaunois : Non. C’est clair.

Olivier Roland : Est-ce que ça a été difficile pour toi de passer de la création à la vente de produit parce que c’est souvent une étape difficile pour beaucoup de blogueurs ?

Olivier Vaunois : Ce qui a été difficile, c’est que justement tu proposais dans la formation de commencer tout de suite par la création d’un produit premium c’est-à-dire une formation vidéo.

C’est un produit haut de gamme. Ça nous freinait un petit peu de par l’ampleur de la tâche, de par plein de choses. Et du coup, plutôt que de continuer à procrastiner, on a choisi de s’attaquer à un produit plus simple à réaliser : les fameuses fiches outils.

Olivier Roland : Entrée de gamme.

Olivier Vaunois : Entrée de gamme. Voilà.

Olivier Roland : Qui sont vendus combien ?

Olivier Vaunois : 49 euros.

Ça nous a permis effectivement de nous mettre à monétiser cette audience beaucoup plus rapidement. On est aujourd’hui maintenant en train de travailler sur ce produit haut de gamme qui va être un programme d’accompagnement longue durée qu’on est en train d’élaborer avec une experte dans notre thématique.

Mais c’est vrai que le fait d’être passé par un produit plus simple à créer, peut-être plus simple à commercialiser, moins cher, etc., ça nous a fait baisser un petit peu la pression et ça nous a permis de nous mettre plus vite à l’œuvre.

Olivier Roland : C’est vrai que je recommande dans ma formation de Blogueur Pro de commencer par un produit haut de gamme, mais je dis aussi : si c’est trop gros pour vous, faites un petit produit.

Et là, ça a bien marché pour vous.

Olivier Vaunois : Pour nous, ça a très bien marché comme ça.

Olivier Roland : Et comme je te le disais, étant donné le chiffre d’affaires que tu fais aujourd’hui avec un petit produit, à mon avis quand tu vas passer à l’autre, ton entreprise va vraiment décoller.

Olivier Vaunois : C’est tout le mal qu’on souhaite.

Olivier Roland : C’est tout le mal que je te souhaite aussi. Ça va être très sympa.

Donc là, tu es en train d’élaborer un produit avec une experte. Et tu racontais en fait hors caméra qu’il s’est passé un truc assez extraordinaire grâce à ton blog avec cette fameuse experte qui vous a lancé toi et Camille dans ce domaine de la parentalité. Est-ce que tu peux nous raconter un peu l’histoire ?

Olivier Vaunois : On était absolument fan de cette experte qui s’appelle Isabelle Filliozat, qui est auteure à succès, conférencière, qui anime des formations et très célèbre dans ce domaine de la parentalité positive, parentalité bienveillante.

C’était un petit peu notre idole. C’est grâce à ses bouquins qu’on s’est vraiment mis dans cette thématique. Et puis, on a complètement transformé notre vie de famille grâce à ses conseils, à ses bouquins, etc.

Peut-être 6 mois après avoir vraiment commencé à développer le blog, on a reçu un petit email de Isabelle Filliozat qui nous avait repérés sur Internet en nous disant : « J’adore ce que vous faites, tenez-moi au courant, c’est vraiment génial. »

C’était extraordinaire, on était absolument ravi. D’autant plus qu’on a commencé à discuter ensemble, on a fait plusieurs interviews avec Isabelle.

Elle nous a ensuite aidés gracieusement à créer une partie des fiches outils, donc du fameux package de fiches outils.

Il y a une bonne partie qui est vraiment axée sur cette parentalité positive, qu’elle a relu et qu’elle nous a permis de mettre un petit tampon « Approuvé par Isabelle Filliozat », ce qui nous a aidés dans la communication, etc.

Donc oui, ça a été formidable. Mais vraiment, c’est elle qui est venue à nous grâce au blog.

Olivier Roland : Ça, c’est vraiment un point important aussi. Un blog, ça vous donne de la visibilité et vous permet de vous connecter avec des acteurs importants de votre marché. D’une manière, vous n’auriez jamais pu faire ça.

Et là, c’est quand même assez extraordinaire, c’est au bout de 6 mois. Ça n’a pas mis très longtemps.

Ton blog commençait à avoir un trafic intéressant, mais ça ne devait pas être 60 000 comme aujourd’hui.

Olivier Vaunois : Oui, c’est le début.

Olivier Roland : Et il y avait plein de choses que tu faisais imparfaitement.

Olivier Vaunois : Bien sûr.

Olivier Roland : Et tu as cette grande experte qui vient te voir et qui te dit : c’est génial ce que vous faites. C’est quand même extraordinaire.

Tu en as d’autres exemples aussi de membres de la formation qui ont été contactés carrément par des maisons d’éditions, qui leur ont dit : « c’est génial ce que vous faites, venez écrire un livre chez nous ».

Voilà un autre exemple de ce que peut vous apporter un blog en termes de visibilité. C’est assez sympa, c’est le petit bonus en plus sympathique.

Ce n’est pas ça qui vous fait manger, mais indirectement, ça contribue à faire de votre blog une véritable entreprise.

Olivier Vaunois : Ce n’est pas ça qui nous fait manger, mais en l’occurrence, pour nous dans cette histoire-là, la fameuse Isabelle Filliozat qu’on adore est en train de créer avec nous tout un programme d’accompagnement à la parentalité bienveillante et respectueuse. On travaille ensemble et on va certainement faire encore plein de projets ensemble dans l’avenir.

Olivier Roland : C’était un bon premier contact. Et aujourd’hui, vous êtes partenaire. C’est vraiment génial.

Un point très important, c’est l’exemple d’Olivier, l’exemple de Romain ou de François, tous des membres de la formation qui ont vraiment appliqué le concept « je fais imparfaitement, j’agis imparfaitement plutôt que d’attendre de faire un truc parfait sur mon ordinateur dans mon tiroir, qui ne sort pas du tiroir, et le sortir une fois que c’est parfait », parce que vous pouvez faire le truc le plus parfait de votre chambre, de votre bureau, quand vous allez le publier, ce sera toujours imparfait.

Et il y a des gens qui pèchent par perfectionnisme, qui attendent trop longtemps et puis du coup, il y a un concurrent qui sort un concept similaire, qui est moins bon que le leur et qui réussit parce qu’ils ont fait quelque chose.

Et ça, je pense qu’on ressent dans l’attitude d’Olivier.

Vous le ressentirez aussi dans l’attitude des autres. Il y a cette idée d’agir même si on ne fait pas les choses parfaitement, même s’il y a des erreurs par-ci par-là.

Je veux dire, quand tu as fait ton blog, au début, tu as fait beaucoup d’erreurs. Les articles n’étaient pas parfaits, il n’y avait rien qui était parfait.

Au début, tu n’as pas pu consacrer autant de temps que tu voulais à ton blog. Quand tu as créé ton produit, quand tu as fait ta première promotion de produit, est-ce que tu as tout bien fait ?

Olivier Vaunois : Non ! Et là justement si je pouvais donner une petite astuce qui, pour nous, a vraiment fonctionné, c’est de se poser une date, une deadline parce que sinon on repousse la sortie du produit.

En l’occurrence pour nous, on repoussait le premier lancement des fiches outils parce que les fiches outils n’étaient pas terminées. Elles n’étaient pas aussi belles qu’on l’aurait voulu, qu’on l’aurait souhaité, etc. Mais on s’était posé une date, le lancement devait se faire à cette date-là. Et on l’a fait.

C’était imparfait, mais ça a très bien fonctionné. C’était imparfait aussi parce que le produit n’était pas fini, n’était pas complètement terminé. Et au finish, on a livré le produit à la fin du lancement alors qu’il n’était pas terminé, qu’il manquait des fiches, qu’il manquait des bonus. Et on s’est vite rattrapé derrière pour finir ça et le faire de manière correcte.

Ce que je veux dire, c’est que si on ne s’était pas posé une date, on n’aurait peut-être pas fait le lancement à cette date-là. On aurait repoussé. Et au finish, personne ne nous en a voulu.

On a été transparent avec les clients, on leur a expliqué les choses gentiment en expliquant qu’il nous restait quelques petits fignolages à faire, etc. Et personne ne nous en a voulu.

On a été en retard sur des petites choses, mais on avait fait notre lancement. Ça s’est fait et ça a finalement très bien fonctionné. Pour nous, ça a marché. Il faut se poser une date et y aller.

Olivier Roland : Vous ressentez cette escouade d’actions. C’est ça qui fait la différence.

Olivier Vaunois : Oui. C’est quelque chose qu’on applique maintenant systématiquement.

On se pose les dates, on se dit : ce sera fait à cette date-là coûte que coûte. Il arrive ce qui arrive, mais ça se fait et ça finit toujours par bien se passer.

Olivier Roland : Agissez, c’est ça qui fait la différence.

Olivier Vaunois : Vraiment.

Olivier Roland : Donc, tu as un beau succès. Ton blog est une véritable entreprise aujourd’hui.

Est-ce que tu as du plaisir à faire ce blog, interagir avec tes lecteurs, avec tes clients ? Est-ce que c’est quelque chose qui te plaît ?

Olivier Vaunois : C’est plus qu’un plaisir puisqu’on a vraiment le sentiment, Camille et moi aujourd’hui, de faire déjà un boulot qui nous passionne parce qu’on aime cette thématique, on aime ça. Ça a changé notre vie. Ça continue à la changer tous les jours puisqu’on continue à apprendre.

Pour écrire des articles, pour interviewer des experts, on continue à amasser de la connaissance, à appliquer les choses avec nos enfants, à améliorer notre vie de famille tous les jours. Donc, c’est quelque chose qui nous passionne et qui nous donne plaisir, qui fait qu’on se lève le matin ravi de rester bosser chez soi et d’être là-dedans.

Et à côté de ça, on a vraiment le sentiment de faire quelque chose de complètement éthique puisqu’on transforme aussi la vie des gens.

Dans ta formation, tu expliques qu’il y a des taux de remboursement. Nous n’avons quasiment aucune demande de remboursement.

Olivier Roland : Super.

Olivier Vaunois : C’est assez hallucinant. Mais en tout cas, très rarement.

Olivier Roland : C’est un bon signe effectivement, oui.

Olivier Vaunois : On a très peu de demandes de remboursement.

Olivier Roland : Est-ce que tes produits sont avec une garantie satisfaits ou remboursés ?

Olivier Vaunois : 30 jours.

Olivier Roland : C’est ce que je recommande.

Olivier Vaunois : Oui. C’est vrai que quelque fois, ça peut faire peur parce qu’on se dit qu’il va y avoir plein de petits filous qui vont acheter les fiches outils ou quoi que ce soit d’autres, et puis qui vont demander à se faire rembourser.

Olivier Roland : Et en fait, les gens sont honnêtes.

Olivier Vaunois : La grande majorité des gens sont honnêtes.

Olivier Roland : C’est intéressant.

Olivier Vaunois : Et je pense qu’ils le sont d’autant plus quand ils sont satisfaits du produit, effectivement.

On en a vraiment très peu de demandes de remboursement. Par contre, on a énormément de remerciements d’emails de gens qui sont ravis, autant les gens qui nous achètent les produits que des gens qui découvrent le blog, qui lisent certains articles, etc. J’aime bien faire la comparaison.

Comme beaucoup, je pense, on a souffert quand on était encore dans le monde du salariat du peu de reconnaissance qu’on peut avoir de ses supérieurs, de ses patrons, etc. C’est malheureusement souvent le cas. Aujourd’hui, c’est l’inverse. Il ne se passe pas un jour sans qu’on reçoive des emails de gens qui nous disent « merci, ce que vous faites c’est génial. Vous êtes en train de changer notre vie. Ça va beaucoup mieux avec les enfants à la maison. C’est génial. » Et ça, c’est tellement gratifiant. Ça fait tellement plaisir.

On vit de notre passion. Et en plus, on aide les gens à transformer, à changer, à vivre mieux avec eux-mêmes, avec leurs enfants. Donc, c’est hyper gratifiant et hyper agréable.

Olivier Roland : Génial ! On sent ce n’est pas juste « j’aime bien mon boulot ». C’est vraiment « je suis passionné par ça et en plus, j’aide les gens ». C’est extraordinaire.

Olivier Vaunois : C’est formidable.

Olivier Roland : On fait le plus beau métier du monde.

Olivier Vaunois : Oui. Clairement.

Toi aussi, tu transformes les gens.

Olivier Roland : J’aime bien imaginer ça en termes d’ondes positives. On aide des gens qui, eux-mêmes, vont aider d’autres personnes. En même temps, c’est un business et ça marche très bien pour nous. Et c’est ça qui est magnifique, on peut concilier les deux.

Olivier Vaunois : La boucle est bouclée. Tout le monde est content. C’est génial. Il n’y a pas d’autres mots.

Olivier Roland : Tu me disais que comme projet, tu avais de faire une formation qui était premium. Et tu nous as parlé brièvement d’un projet personnel. Est-ce que tu peux nous en parler ?

Tu disais que tu voulais voyager plus, c’est ça ?

Olivier Vaunois : Oui. C’est vrai qu’aujourd’hui, on a l’indépendance financière. On n’a plus besoin d’un boulot salarié pour subvenir à nos besoins et aux besoins de nos enfants. Ça faisait partie en plus des promesses que tu donnes avec la formation de Blogueur Pro. On devient effectivement indépendant géographiquement parlant.

Aujourd’hui, Camille, moi-même et les enfants, nous pouvons aller vivre où ça nous chante sur la planète. Le business peut continuer à tourner. Nous pouvons continuer à écrire des articles, à contacter nos lecteurs, à créer nos produits, où que ce soit sur la planète.

Un de nos prochains objectifs, c’est de commencer à voyager. Nous avons comme objectif d’ici deux à trois ans de faire un tour du monde avec les enfants.

Mais avant ça, nous allons très certainement quitter la France pour aller s’installer un ou deux ans on ne sait pas encore où.

Nous sommes en pleine phase de réflexion. Mais effectivement, voyager dans un endroit qui nous plaît, faire découvrir de nouvelles cultures aux enfants, nous pensons que c’est très enrichissant pour eux. Ça fait partie des projets à court terme.

Olivier Roland : C’est ça qui est beau quand on a un business sur Internet. On peut aller n’importe où dans le monde.

Olivier Vaunois : On est libre.

Olivier Roland : Que ce soit juste pour aller à la campagne plutôt qu’à la ville ou d’avoir le projet de faire le tour du monde, d’aller vous établir dans le pays qui vous plaît, c’est quand même extraordinaire d’avoir cette liberté-là. Plus besoin d’être dans une ville précise parce que vous devez être pour votre boulot.

Olivier Vaunois : C’est quelque chose qu’on a vraiment énormément de mal à s’imaginer quand on est encore en entreprise, dans le salariat, mais qui prend rapidement forme et vie quand on le vit justement d’ailleurs. C’est sans prix.

Olivier Roland : Merci Olivier. Je pense qu’on a eu un très bon aperçu de ton parcours, et de pourquoi c’est intéressant d’être blogueur, comment bien le faire.

J’espère que l’exemple d’Olivier vous a inspiré. Donc, merci.

Olivier Vaunois : Merci à toi parce que tout ça, c’est grâce à toi à la base.

Olivier Roland : Merci. On suivra sans doute la suite de tes aventures.

Olivier Vaunois : Avec grand plaisir.

Vous avez aimé cette vidéo ? Cliquez ici pour vous abonner gratuitement à la chaîne Youtube ! 🙂