Comment créer votre ENTREPRISE quand vous êtes ÉTUDIANT :)

► Obtenez gratuitement mon livre « Vivez la vie de vos rêves grâce à votre blog » en cliquant ici ! 🙂
<a href= »http://olivier-roland.tv/livre-offert » target= »_blank » rel= »nofollow »>http://olivier-roland.tv/livre-offert

– Snapchat : olivier_roland
– L’article « 7 étapes indispensable pour les créateurs d’entreprises » :
http://www.des-livres-pour-changer-de-vie.fr/comment-creer-son-entreprise/
– La conférence « Comment mon entreprise me permet de voyager 6 MOIS par an » :
https://www.youtube.com/watch?v=GkCTfhuBtys&index=4&list=PLlNaq4hbeacQso7BcO89UKoc9r0qh5kCL

Pour aller plus loin :
http://www.des-livres-pour-changer-de-vie.fr/ – une sélection de livres rares et exigeants pour changer de vie
http://blogueur-pro.com/ – Devenez libre et indépendant financièrement grâce à votre blog
http://www.habitudes-zen.fr/ – Vivre une vie zen et heureuse
http://devenez-meilleur.fr/ – Le développement personnel pour les gens intelligents
http://olivier-roland.tv/videos pour être prévenu chaque matin à 7H quand une vidéo géniale est publiée, pour démarrer la journée avec une pêche d’enfer ! 🙂

https://www.youtube.com/watch?v=CRNRrmLPhoU

 

Transcription texte (littérale) de la vidéo « Comment créer votre ENTREPRISE quand vous êtes ÉTUDIANT 🙂 » :

Salut les gens sui se bougent !

J’avais demandé sur Snapchat de quoi vous vouliez que je vous parle aujourd’hui. Et vous êtes nombreux à avoir dit : dis-nous comment on peut faire pour être libre pour créer notre entreprise tout en étant étudiant.

Je suis très content que vous m’ayez posé cette question parce que vous savez peut-être que j’ai arrêté l’école à 18 ans pour créer ma toute première entreprise à 19 ans. Mais ce que vous savez peut-être moins, c’est que je ne me suis pas jeté comme ça à l’aveugle. J’avais commencé à tester mon idée d’entreprise et j’ai commencé déjà à gagner de l’argent tout en étant lycéen.

C’est aussi le sujet de mon livre qui sera publié le 23 septembre « Tout le monde n’a pas eu la chance de rater ses études » puisque le sujet principal du livre, c’est comment réussir en dehors du système en créant sa boîte de ses études ou à côté de son job.

Donc, j’ai arrêté l’école avant le bac. Mais quand je l’ai fait, j’avais vraiment beaucoup de confiance dans mon idée parce que j’avais testé sur le terrain.

Je ne vous recommande vraiment pas d’arrêter vos études avant d’être absolument sûr que votre idée d’entreprise va fonctionner.

Et donc, l’idée c’est de mettre en place une expérience avec le plus bas coût possible, le minimum d’investissement en temps et en énergie pour pouvoir véritablement tester votre idée dans des conditions réelles.

L’idée pour créer votre entreprise en tant qu’étudiant, c’est d’appliquer la méthode lean startup.

C’est une méthode qui a été inventée dans la Silicon Valley par Eric Ries qui a écrit le livre du même nom « The lean startup » et qui partage une méthode qui évite de faire toutes les erreurs de la méthode classique.

La méthode classique, c’est d’avoir une idée, d’être persuadé qu’elle est géniale. On peut investir énormément de temps, d’énergie, parfois d’argent dessus et on va designer la meilleur offre, le meilleur logo, le meilleur produit, décorer à fond les bureaux de notre entreprise, vraiment faire en sorte que tout soit au top. Tout ça pour se rendre compte après des mois, parfois des années de travail qu’en fait, tout le monde s’en fout de votre produit et qu’on a dépensé énormément de temps, d’énergie, d’argent pour rien.

Le concept du lean startup, c’est de faire l’approche exactement l’inverse. C’est de mettre sur le marché le plus vite possible ce qu’on appelle le produit minimum viable, c’est-à-dire votre prestation de services ou votre produit dans son aspect le plus lite possible, le plus minimal pour pouvoir le tester en condition réelle sur le terrain, en faisant réellement des ventes mais avec un investissement en temps, en argent, en énergie minimal.

C’est exactement cette méthode que j’ai utilisé pour tester ma première idée d’entreprise même si à l’époque, une lean startup n’existait pas. Et j’ai fait ça comme Mr Jourdain faisait de la prose sans le savoir.

Comment j’ai eu l’idée de mon entreprise de services informatiques ?

En fait, à l’époque, j’étais un geek et j’étais très timide. J’avais beaucoup de mal à parler aux filles et me faire des amis. Par contre, je passais beaucoup de temps sur mon ordinateur et j’avais développé des compétences informatiques importantes.

Avec l’un des rares amis que j’avais qui était aussi bon en informatique, on s’est rendu compte que de nombreux de nos amis nous sollicitaient régulièrement pour les dépanner sur des choses qui leur paraissaient insurmontables alors que pour nous, c’était super facile.

On avait aussi remarqué un manque sur le marché qui était que parfois, on devait ramener notre ordinateur à un support d’un magasin. Il fallait le ramener, c’était très lent comme support. L’ordinateur pouvait rester une semaine en magasin, ce n’était vraiment pas pratique du tout.

Et c’est là qu’est née l’idée : si on proposait du dépannage informatique à domicile pour les particuliers.

On avait 18 ans, on était lycéens. J’étais en première littéraire, donc rien à voir. Je n’allais pas comme ça me dire : Ok, je vais arrêter mes études, même si j’en mourrais d’envie.

Même je mourrais d’envie de sortir du système scolaire, de quitter le domicile de mes parents et devenir enfin libre, je n’allais pas me jeter tête baissée. Et en fait, on a eu l’idée de tester le concept de manière la plus simple possible.

On a passé une petite annonce dans un journal d’annonces local, c’était encore en France en 1999, et on avait investi 60 francs à l’époque en disant : on fait du dépannage chez vous, c’est tel prix – je crois que c’était 100 francs de l’heure, ce n’était vraiment pas cher, c’était 15 euros – et on vient vous dépanner chez vous.

Et en un mois, avec cet investissement de 60 francs, on a eu 5 000 francs de chiffre d’affaires.

Quand j’ai vu ça, c’était absolument incroyable. A 18 ans, j’avais 50 francs d’argent de poche par semaine. Donc là, je faisais 100 fois mon argent de poche en un mois. Ça m’a conforté.

Déjà un, ça m’a permis de voir qu’effectivement, ce n’était pas une chimère et que l’idée de ce service était bonne. Deux, ça m’a permis d’être en contact directement avec la réalité, de voir les premiers clients, de voir quels étaient leurs besoins. J’avais les compétences techniques pour pouvoir répondre à leurs besoins. Et trois, ça m’a justement donné toute la confiance nécessaire et aussi même un peu d’argent pour démarrer mon projet. C’est là que j’ai pris la décision d’arrêter mon entreprise.

Bien sûr, ce test était loin d’être parfait. A l’époque, je ne connaissais rien à tout ce qui était fiscal et juridique. J’ai fait tout ça au noir.

Donc ça, je ne vous recommande pas de le faire au noir surtout qu’aujourd’hui, il y a une structure géniale qui s’appelle l’auto entreprise qui vous permet d’être dans la légalité, en tout cas en France, dès que vous gagnez votre premier euro. Ça, il n’y a pas besoin de s’en priver.

Et bien sûr, le prix était largement inférieur à celui du marché. Du coup, ce n’était pas vraiment en conditions réelles. Mais c’était quand même beaucoup mieux que de juste se dire : oui, c’est une idée géniale, et de partir le couteau entre les dents juste en pensant que ça allait révolutionner le monde.

C’est exactement l’approche que vous devez avoir.

Une fois que vous avez votre idée de business, posez-vous la question : comment je peux le tester concrètement sur le terrain en ayant mes premiers clients de la manière la plus simple, la plus économe en temps, en énergie, en ressource possible ?

Et quand je vous dis que c’est important de tester, ce n’est pas pour rigoler.

Pour bien vous faire comprendre cela, je vais vous donner un exemple concret d’une entreprise réelle qui a investi énormément et qui s’est complètement plantée.

Vers la fin des années 90, il y a des gens qui ont eu une idée de génie aux Etats-Unis qui se sont dits : le web, c’est l’avenir. Dans quelques années, les gens vont acheter énormément de choses en ligne, y compris leurs courses. Ils vont faire beaucoup de leurs courses en ligne.

Ils étaient tellement persuadés que leur idée était une idée géniale qu’ils n’ont pas pris la peine de tester cette idée. Ils ont tout de suite mis les grands moyens.

Ils se sont persuadés que la seule manière pour eux de s’imposer sur le marché, c’est de toucher immédiatement l’ensemble des Etats-Unis qui est un territoire immense et d’avoir une infrastructure qui fasse que les gens soient livrés extrêmement rapidement.

Ils ont dépensé des milliards de dollars pour construire des entrepôts spécifiques avec des camions spécifiques qui permettaient aux gens d’être livrés très vite et pour vraiment s’imposer avec la meilleure qualité de service.

Et ce qui s’est passé, c’est que le marché n’était pas assez mûr. Ils ont fait quelques millions de dollars de chiffre d’affaires, bien loin d’être suffisants pour ne serait-ce que commencer à récupérer l’investissement. Et du coup, ils ont fait faillite très rapidement en moins de deux ans.

Cette entreprise était Webvan.

A contrario, en Grande Bretagne, il y a une autre entreprise Ocado qui avait un business model similaire à savoir le supermarché en ligne, et donc de livrer les courses des clients chez eux, mais qui a une approche très différente.

Au lieu d’être sûr que leur idée allait être géniale et de mettre le paquet dessus, ils ont mis en place une approche progressive avec des tests qui est très similaire à celle d’une lean startup.

Ils ont d’abord commencé dans une ville avec les moyens de bord. Quand ils ont vu que ça fonctionnait, ils se sont étendus progressivement. Et aujourd’hui, Ocado est une entreprise qui est toujours existante en Grande Bretagne et qui est très rentable.

Donc, on avait la même idée de base, mais avec deux approches différentes. Dans le cas de l’approche en mode barbare « Ok, on y croit à fond, on y va », l’entreprise s’est plantée.

Donc, mettez en place une expérience simple qui vous permet de vraiment tester votre idée. Le monde est rempli de gens qui croyaient que leurs idées étaient géniales et qui, au final, se sont rendus compte trop tard que tout le monde s’en foutait complètement.

Et c’est la même chose. Quand j’ai eu l’idée de me lancer sur le blogging, je n’ai pas arrêté ma première entreprise du jour au lendemain parce que j’étais persuadé que mon idée allait être géniale.

J’ai créé mon tout premier blog à temps partiel à côté de ma boîte. D’ailleurs, ça a été un échec cuisant. Le blog, c’était « Techno Smart ». Je l’ai laissé en ligne pour montrer au monde entier ce qu’il ne faut pas faire quand on crée un blog.

Après, j’ai développé mon deuxième blog qui a commencé à être un succès. C’est « Habitudes Zen ».

C’est le troisième blog que j’ai créé qui a vraiment fait mon succès, c’est « Des livres pour changer de vie ».

Et ces trois blogs, je les ai créé à temps partiel alors que j’avais mon entreprise à côté. Je n’ai revendu cette entreprise que quand j’ai eu un véritable chiffre d’affaires de TPE à partir de mes blogs.

Donc, posez-vous les questions : comment je peux faire en sorte de tester avec le minimum d’argent, de ressource, de temps nécessaire pour vraiment valider sur le terrain, avoir des véritables ventes sur mon produit ou mon service ? Quel est le produit minimum viable que je peux créer pour que les gens soient quand même satisfaits ?

Après, il y a toute une notion, c’est complexe : la notion de produit minimum viable.

Si vous ouvrez un restaurant par exemple, vous n’allez pas vous dire : je vais commencer à faire de la bouffe à peu près correcte, puis si ça marche, je vais monter en grade. Là dans ce cas, effectivement, il faut que la bouffe soit top dès le début.

C’est compliqué. Mais il faut quand même vous poser la question : comment je peux faire en sorte de créer le produit qui soit le plus fonctionnel possible, qui apporte l’essentiel de la valeur que mes clients attendent de ça tout en faisant en sorte que comme ils ne sont pas complets, on puisse quand même le sortir sur le marché rapidement, le tester dans des conditions d’expérimentation faciles ?

Donc, ça peut être juste comme si vous envisagez un truc national ou international, de commencer par un truc local.

Ça peut être comme j’ai fait de commencer l’entreprise à temps partiel et bâtir au fur et à mesure le trafic, l’audience, etc. tout en faisant autre chose à côté. Il y a plein de possibilités.

Après, il y a des tas de livres pour ça.

Je vous invite bien évidemment à lire « The lean startup » qui a été traduit en français. Je vous invite à lire « La semaine de 4 heures » qui vous donne aussi une très bonne méthodologie pour tester vos idées avant de vous lancer concrètement. Vous pouvez aussi lire mon livre « Vivez la vie de vos rêves grâce à votre blog ». Ça vous donnera d’autres pistes puisque là, j’ai vraiment appliqué cette méthode depuis le début. Ça fait vraiment partie de mon ADN, de ma philosophie d’entrepreneur.

Bref, il y a beaucoup de bouquins. Commencez déjà par ces trois-là et ça vous donnera beaucoup de pistes.

Et un conseil aussi : faites-vous accompagner.

Dès que vous avez votre idée, vous l’avez décanté un petit peu, typiquement dès que vous avez un dossier de deux pages qui expliquent les tenants et aboutissants de votre idée, allez voir toutes les structures d’accompagnement dans votre ville.

Je ne sais pas comment ça marche dans la plupart des pays francophones, en France, il y a un réseau très dense de structures d’accompagnement à la création d’entreprise qui sont gratuites.

Renseignez-vous et allez à votre chambre de commerce, votre chambre des métiers. Dites : j’ai un projet de création entreprise, quelles sont les structures qui peuvent m’accompagner ?

Les gens qui sont dans ces structures ne sont pas des entrepreneurs à la base, mais ils sont experts dans la création d’entreprise, c’est-à-dire ils vont savoir déjà vous connecter avec toutes les ressources existantes, vous dire quelles subventions vous pouvez avoir, quel type de prêt, et ils vont vous aider. Parfois, ils peuvent vous donner des parrains, des entrepreneurs plus aguerris qui vont vous accompagner.

Il y a vraiment énormément de ressources à glaner dans ces réseaux-là et ça va vous permettre encore une fois de continuer à confronter votre idée à la réalité.

Attention, les gens qui sont dans le milieu de la création d’entreprise, c’est juste une toute petite partie du marché. Mais vous allez parler de votre idée, vous allez avoir des feedbacks, vous allez rencontrer des gens ou d’autres entrepreneurs aussi qui sont dans la même démarche de création que vous.

Ça peut être vraiment très riche sans compter que c’est entièrement gratuit et que vous avez droit à énormément d’aide quand vous créez votre entreprise. Ça serait vraiment dommage de vous en priver.

Vous avez aimé cette vidéo ? Cliquez ici pour vous abonner gratuitement à la chaîne Youtube ! 🙂