Comment Carole est devenu ZEN, LIBRE et HEUREUSE avec son blog Pin-up Bio :)

► Obtenez gratuitement mon livre « Vivez la vie de vos rêves grâce à votre blog » en cliquant ici ! 🙂
<a href= »http://olivier-roland.tv/livre-offert » target= »_blank » rel= »nofollow »>http://olivier-roland.tv/livre-offert

– Le blog de Carole : http://www.pinupbio.com/

Pour aller plus loin :
http://www.des-livres-pour-changer-de-vie.fr/ – une sélection de livres rares et exigeants pour changer de vie
http://blogueur-pro.com/ – Devenez libre et indépendant financièrement grâce à votre blog
http://www.habitudes-zen.fr/ – Vivre une vie zen et heureuse
http://devenez-meilleur.fr/ – Le développement personnel pour les gens intelligents
http://olivier-roland.tv/videos pour être prévenu chaque matin à 7H quand une vidéo géniale est publiée, pour démarrer la journée avec une pêche d’enfer ! 🙂

https://www.youtube.com/watch?v=5KNurIv7dtA

 

Transcription texte (littérale) de la vidéo « Comment Carole est devenu ZEN, LIBRE et HEUREUSE avec son blog Pin-up Bio 🙂 » :

Olivier Roland : Bonjour, ici Olivier Roland. Je me trouve actuellement avec Carole du blog Pin-up bio. Salut Carole !

Carole Baudry : Bonjour Olivier, bonjour à tous !

Olivier Roland : Ça va ?

Carole Baudry : Ça va.

Olivier Roland : Tu t’es inscrite à Blogueur Pro il y a quelque temps et tu as eu vraiment un très beau succès avec ton blog Pin-up bio. Tu m’as dit que tu avais fait un peu plus de 33 000 euros de chiffre d’affaires l’année dernière. Ça fait de toi une vraie blogueuse professionnelle à temps complet.

Carole Baudry : Oui. Je suis contente. Je ne fais que ça, j’en vis et c’est ma passion.

Olivier Roland : Peux-tu expliquer le concept pin-up bio ?

Carole Baudry : Pin-up bio, c’est un blog pour être belle et sexy sans faire de mal.

Je donne des conseils de beauté bio, mode éthique et relooking parce qu’il y a aussi le côté épanouissement personnel et spirituel : commencer à s’aimer d’abord pour comprendre sa beauté.

Olivier Roland : En gros, c’est un blog beauté bio : pas de produit chimique, tous les trucs naturels possibles et imaginables.

Carole Baudry : Exactement.

Olivier Roland : Et là, tu sors d’un défi où tu as essayé de prendre soin de tes cheveux avec des produits bio ?

Carole Baudry : Il y a un défi cheveux que j’ai fait sur Youtube qui a très bien marché.

J’avais des cheveux très moches, tout toxiques, avec plein de colorations chimiques qui avaient détruit mes cheveux et la planète en même temps. Du coup, j’ai tout coupé court. Et au fur et à mesure, je montrais mes cheveux et à quel point ils devenaient beaux. Toutes les filles étaient très contentes de voir d’aussi beaux cheveux. On voit le résultat encore aujourd’hui.

Olivier Roland : Il y a combien de temps à peu près que tu as démarré ton blog ?

Carole Baudry : Je l’ai créé il y a trois ans, mais je n’avais pas tout de suite intégré ta formation.

Il y avait déjà beaucoup de contenu sur ton blog qui m’a déjà beaucoup aidé. Et puis après, j’ai voulu passer à la seconde parce que j’ai vu que c’était un super projet et que j’étais vraiment motivée.

C’était un modèle économique viable.

Je suis entrepreneuse. Je cherchais à créer mon entreprise et je me suis dit : il faut vraiment quelque chose qui marche. Le blogging américain avec tous tes arguments m’a vraiment convaincu. Je me suis dit : je passe à la seconde, je vais m’inscrire à la formation Blogueur Pro.

Et là, ça a été assez fulgurant puisqu’à peu près 6 mois après, j’ai commencé à monétiser. Tout de suite, ça a marché. Dès la première année de monétisation, j’ai explosé le plafond d’auto entrepreneur.

Olivier Roland : Qui est de 32 000 euros par mois, dès la première année.

Tu t’es dit : Ok, ça y est, je lance un produit, je commence enfin à gagner sérieusement de l’argent. Plus de 32 000 euros d’un seul coup.

Carole Baudry : Oui, sachant que je suis nulle en technique, c’est quand même pas mal comme résultat.

Olivier Roland : Pendant 6 mois, tu as suivi un peu les conseils gratuits que je partage sur mon blog et ça t’a aidé à démarrer. Mais tu as eu envie de passer à la vitesse supérieure.

Carole Baudry : Oui.

Olivier Roland : Justement ce qui fait peur souvent aux débutants, c’est la technique. Qu’est-ce que tu as à dire à ces gens-là ?

Carole Baudry : Très vite, il faut déléguer.

Au début, on se débrouille un petit peu. Et dès que ça devient un peu compliqué, on demande à un prestataire tout simplement. Puis, il nous le fait.

Vu qu’on génère après des revenus, forcément on délègue de plus en plus. Maintenant, je n’ai plus de souci avec la technique.

Olivier Roland : D’accord. Au début quand tu n’avais pas les moyens de payer un prestataire, comment as-tu fait ?

Carole Baudry : J’ai un copain très sympa qui m’a mis en place mon blog. Il faut toujours un geek sous le coude.

Olivier Roland : Pour ceux qui n’ont pas de petit copain geek sous la main, WordPress est extrêmement simple à installer. Il s’installe en deux clics.

C’est comme conduire une voiture. Vous n’avez pas besoin de savoir comment le moteur fonctionne, il faut juste savoir comment conduire. Et apprendre à gérer et à utiliser un blog s’apprend beaucoup plus vite que conduire puisque tout est écrit en français. C’est extrêmement simple.

Aujourd’hui, si tu veux publier un article par toi-même, tu sais le faire toute seule.

Carole Baudry : Oui. C’est simple.

Olivier Roland : Tu sais gérer ton blog ?

Carole Baudry : C’est comme une page Word avec un bouton « Publier ».

Olivier Roland : Exactement. Tu tapes le texte et tu cliques sur « Publier ». C’est en ligne, et le monde entier peut lire ce que tu as écrit.

Carole Baudry : Exactement.

Olivier Roland : Quand as-tu décidé de monétiser ton blog ?

Carole Baudry : Il y a un an et demi.

Olivier Roland : Il t’a fallu à peu près un an et demi pour commencer à gagner de l’argent avec ton blog ?

Carole Baudry : Oui.

Olivier Roland : Qu’est-ce qui t’a fait choisir ce domaine de beauté bio ?

Carole Baudry : Tu nous dis et le répètes très souvent : il faut choisir une de nos passions.

J’ai fait la liste de mes passions. Dedans, il y avait un peu en vrac des pin-ups, l’écologie, sauver les animaux avec la planète au passage. J’ai fait un mélange, et ça fait pin-up bio.

Olivier Roland : C’est génial. Oui, ce que je dis souvent, c’est : prenez une passion dedans, voyez s’il y a un potentiel économique et allez à fond dessus.

Toi, tu as carrément mixé plusieurs passions.

Carole Baudry : Oui.

Olivier Roland : Vous ne pouvez pas faire ça avec tout. Si vous êtes passionnés par exemple de hamster et de course à pied, c’est compliqué de faire un blog sur les deux sujets en même temps. Mais en l’occurrence pour toi, ça a été évident.

Carole Baudry : Ça a été évident aussi parce que je suis une femme et forcément en termes de beauté, je suis aussi écolo. Je me posais plein de questions.

Et je travaille absolument à 100% pour moi sur ce blog. Tous les articles que je fais, c’est 100% pour moi parce que ce qui est génial, c’est que je suis payée à faire des recherches qui vont me rapporter de l’argent.

Avant, quand on est une femme, on dit : « tiens, un fond de teint bio », on fait ses recherches, personne ne nous paie. Maintenant, vu que c’est mon travail, je fais des recherches qui m’intéressent moi-même.

Olivier Roland : Et tu les partages après à ton lectorat.

Carole Baudry : Voilà.

Olivier Roland : Donc, tu es payée pour faire ce qui te passionne.

Carole Baudry : Exactement.

Olivier Roland : Et c’est vrai qu’on te sent assez heureuse.

Carole Baudry : Ça, c’est sûr. Je ne me forçais pas.

Olivier Roland : Souvent, un des problèmes aussi des débutants au-delà du fait qu’ils se laissent bloquer par la technique, c’est qu’ils se disent : je ne vais jamais avoir le temps de monter un blog. Toi, tu avais un boulot à côté au moment où tu as démarré ?

Carole Baudry : Oui. J’étais au chômage, mais j’étais en création d’entreprise, sachant qu’au début quand j’ai voulu créer mon entreprise, je n’étais pas du tout dans le blogging. Je ne connaissais même pas ce que c’était.

Du coup, j’étais en train de faire une formation à temps plein justement de relooking. J’avais commencé une autre entreprise. Je faisais du conseil en image. Donc, j’avais un début de clients à gérer. En plus de ça, je faisais du blogging.

Cela faisait de très grosses journées.

Olivier Roland : Tu passais à peu près combien d’heures par semaine à suivre la formation et à lancer ton blog sur la première année ?

Carole Baudry : Ça a été très aléatoire. Au début, justement, je vais me diviser. Ça faisait deux jours par semaine.

Olivier Roland : Deux jours par semaine. A peu près sept ou huit heures de travail par semaine ?

Carole Baudry : 15, quand je cumule et tout.

Olivier Roland : 15 heures par semaine. On peut dire que c’était à temps partiel.

Carole Baudry : Oui. Complètement. Je n’avais pas le temps. Je n’avais pas intégré à ta formation.

Après, quand j’ai vraiment compris le potentiel de ce que c’était, parce que tu l’as très bien expliqué et on a vu tes supers résultats, je me suis mise à 100% sur le blog. Les résultats ont été assez rapides.

Olivier Roland : Cela veut dire que tu as arrêté de te focaliser sur ton entreprise de conseil en image. Tu n’as pas eu de source de revenu pendant un certain temps, et tu t’es vraiment focalisé sur le blog.

Carole Baudry : De toute façon, le coaching relooking n’était pas économiquement viable. Avant de faire un projet ou une entreprise, il faut toujours faire un benchmark. J’en avais fait un, et ça ne marchait pas.

Mais Internet démultiplie les possibilités. Maintenant, j’ai des clientes Suisses, Canadiennes, Luxembourg, Belges, etc., du moment qu’elles parlent françaises. C’est génial.

Olivier Roland : Si aujourd’hui vous êtes coach, vous avez un projet d’entreprise, être sur Internet vous permet de toucher une audience francophone mondiale dans tous les pays qui sont officiellement francophones. Mais aussi, pensez à tous ces francophones qui sont expatriés et qui vivent à l’étranger.

Carole Baudry : Oui. Il y en a du Japon. J’ai regardé Google Analytics, ce sont des expatriés.

Olivier Roland : Il y a des français partout. Il y a des francophones partout.

Carole Baudry : 800 millions de francophones.

Olivier Roland : Dans le monde.

Carole Baudry : Oui, dans le monde. Mais ce n’est pas grave, ils ont un ordinateur.

Olivier Roland : Il y en a beaucoup qui sont en Afrique. Ils n’ont pas forcément le pouvoir d’achat, mais sachez que c’est quand même un marché assez important.

Rien qu’à Londres par exemple, il y a 350 000 français qui vivent là. Et ce sont des français que vous ne pouvez pas toucher sans Internet. C’est compliqué.

Donc, ça permet de toucher une audience mondiale effectivement.

D’ailleurs, quand je fais une présentation en direct sur Internet, je demande toujours qui me suit depuis plus loin que Paris. Et on a toujours des gens de Nouvelle Calédonie, de la Réunion, de Guadeloupe, tous ces territoires vraiment éloignés.

Carole Baudry : Wallis-et-Futuna.

Olivier Roland : C’est assez impressionnant.

Carole Baudry : On a l’impression de voyager un petit peu. Ça fait chaud au cœur d’avoir des gens du monde entier qui parlent.

En plus, je fais un blog un peu militant sur l’écologie. Donc, ça me fait vraiment aussi chaud au cœur de voir qu’il y a autant de femmes qui sont investies dans le changement de ce monde.

Olivier Roland : Je pense que c’est un point très important du blogging. C’est, non seulement quand on le fait bien, une manière de bâtir un business sur Internet, mais c’est aussi une manière de propager un message, d’accomplir une mission.

Carole Baudry : Très puissant.

Olivier Roland : Et on voit que dans ton blog, tu accomplis les deux en même temps.

Carole Baudry : Oui.

Olivier Roland : Tu as à la fois cet aspect « c’est un business, j’en vis. Ça me permet d’être un pro à temps complet là-dessus. » Et puis aussi, « j’ai envie de diffuser ce message-là, d’arrêter avec les trucs chimiques. »

Carole Baudry : Exactement. C’est pour ça que je t’ai choisi en fait.

Il y avait le côté rationnel : ça marche, il y a des arguments et des exemples concrets. Mais aussi, il y avait le côté spirituel parce que souvent dans tes vidéos, tu dis que tu as cette démarche d’accompagner des entrepreneurs parce que tu as accompagné des entrepreneurs en dehors avant de faire ça, et que ce sont eux qui vont changer les choses.

Je suis tout à fait d’accord. Ça fait longtemps que je suis dans la communication des grandes causes écologiques, humanistes, etc. et mon objectif, c’est : comment faire changer les mentalités ? C’est mon but spirituel derrière le blogging.

Ça me permet de vivre, mais j’ai une véritable mission derrière.

Au final, je suis contre le schéma actuel de « les entreprises polluent et les associations sont là pour récupérer les dégâts » parce qu’il y a des dégâts qui ne peuvent pas se récupérer.

Quand la forêt amazonienne est coupée, elle est coupée. Même si on replante, il va falloir quelques années avant que ça repousse.

Donc je me suis dit : au lieu d’avoir ce schéma « on gaspille, et ensuite on essaie de réparer », je vais essayer tout de suite de créer une entreprise qui soit en elle-même éthique.

C’est grâce à toi que je l’ai fait. Je te remercie vraiment parce que je suis partie de zéro. Je n’avais rien, j’étais au chômage, je viens de quitter mon mec et j’avais zéro euro. Et j’avais mon petit ordinateur et plein d’idées. Dans la formation, tu nous aides beaucoup. Tu nous montres les choses pas à pas et tu nous motives aussi.

C’est ce qui fait que j’en suis là aujourd’hui, et du coup, je rayonne de plein d’infos, d’astuces écologiques. A leur tour, mes élèves ou mes lectrices rayonnent. Je vois des changements autour de moi et ça me remplit vraiment intérieurement.

Olivier Roland : Merci, ça fait plaisir. C’est très touchant.

Le blogging, c’est une manière de toucher des gens, de créer une communauté autour de quelque chose qui vous passionne et souvent qui importe vraiment pour vous.

Vous pouvez être passionnés par des choses qui ne sont pas une mission. Mais si vous avez une mission, vous voulez en faire un business, en vivre en même temps, changer le monde, le blogging est une superbe plateforme. Tu nous as donné un extraordinaire exemple.

Et j’aime bien penser souvent à cela sous forme d’ondes positives, sans tomber dans le new age. Ma mission, c’est : j’aide des entrepreneurs à être de meilleurs entrepreneurs, à avoir des business viables pour accomplir leurs propres missions. Et ces entrepreneurs aident eux-mêmes des tas de gens à accomplir leurs propres missions.

Je t’ai aidé à accomplir ta mission, à l’accomplir encore tous les jours, et j’aide encore des tas d’autres entrepreneurs.

Pensez aussi à tous ces gens que vous allez pouvoir aider grâce à votre blog qui eux-mêmes vont pouvoir aider d’autres personnes grâce à l’aide que vous avez pu leur apporter. Donc, créer comme ça une chaîne en cascade d’évènements positifs qui créent de la valeur dans le monde. On en a bien besoin.

Carole Baudry : C’est clair. Sans marketing factice ou autre, Olivier, tu as changé ma vie. Si j’en suis aujourd’hui là dans ce beau jardin en province, dans la campagne française, c’est grâce à toi. J’ai une entreprise qui marche et qui me rend heureuse.

Il y a ça aussi. Quand j’étais entrepreneur, je me suis dit : je ne veux pas être un entrepreneur qui fait du 80 heures par semaine et qui a les salariés qui te traitent de « bonjour patronne » quand ils passent dans les couloirs, et par derrière, qui disent saleté parce que c’est horrible l’ambiance qu’il y a dans les boîtes. Ce n’est pas ce genre de vie que je veux. Et en plus, ne pas pouvoir parler de ma passion.

Et grâce à toi, j’ai tout combiné. Le puzzle s’est fait et je suis exactement là où je dois être.

Je le sens parce que je suis bien. Chaque jour, je me lève et je n’ai pas l’impression de travailler.

Olivier Roland : C’est quand même extraordinaire.

Carole Baudry : Comme tu disais régulièrement, il faut penser aussi aux témoignages clients. Moi, j’ai des clientes. Quand j’ouvre ma boîte mail, c’est génial. C’est : merci Carole, tu as changé ma vie. Grâce à toi, j’ai fait ci, j’ai fait ça.

J’en ai déjà une qui s’est barrée à l’autre bout du monde, l’autre qui s’est réconciliée avec son mari, l’autre qui s’est enfin trouvée, une qui voulait faire une opération de chirurgie esthétique qui grâce à ma formation a compris sa beauté et ne l’a pas fait.

Il y a vraiment des messages comme ça qui, dès le matin, donnent vraiment la pêche et donne beaucoup d’espoir.

Olivier Roland : C’est tout le mal que je vous souhaite, de réussir à créer une communauté positive qui vous remercie pour tout ce que vous leur apportez.

Quand tu as démarré, tu n’avais pas d’expériences en termes de création d’articles, de vidéos, etc. Ça a été dur de t’y mettre ? Comment tu as fait pour te lancer ?

Carole Baudry : Je viens du secteur de la communication et de la publicité. J’ai été journaliste, pigiste. Donc, j’avais l’habitude de la caméra. Après, j’avais quand même le trac.

Et même avec l’expérience maintenant, il y a toujours le trac, mais il faut y aller. Et puis, il ne faut pas avoir peur de la page blanche parce que dès qu’on fait un article, il y a tellement de questions que du coup, c’est nos lecteurs qui nous donnent notre contenu, l’idée de nos produits. Il n’y a qu’à se laisser porter.

Olivier Roland : Aujourd’hui, tu viens de déménager à la campagne. Un des avantages quand vous avez un blog qui marche et qui vous permet d’en vivre, c’est que vous pouvez aller vivre partout dans le monde. Avant, tu devais être à Paris.

Carole Baudry : Clairement.

D’ailleurs, j’ai des copines qui sont coincées en région parisienne avec les transports en commun, le RERD, le RERA pour ceux qui connaissent, la pollution. Moi, j’ai regardé la France et je me suis dit : où est-ce que je vais vivre maintenant ? C’est génial.

Olivier Roland : Tu as regardé la carte de France, mais tu peux aussi regarder la carte du monde et faire ça, ou alors voyager tout le temps.

J’ai des élèves comme Maxence par exemple qui n’arrête pas de voyager en permanence.

Carole Baudry : Je le rejoins de temps en temps.

Olivier Roland : Oui. D’ailleurs, tu étais allée voir le Grand Thaïlande avec tes élèves.

Carole Baudry : On s’organise des petites sessions. On se soutient entre nous.

Olivier Roland : C’est génial. Là, il y a un groupe d’élèves de Blogueur Pro qui voyage tout le temps, qui vient voir La semaine de quatre heures.

Vous avez fait une réunion en Thaïlande récemment et vous vous voyez de temps en temps. C’est vraiment super.

Aujourd’hui, tu travailles à peu près combien d’heures par semaine sur ton blog ?

Carole Baudry : C’est dur à dire. Je fais à peu près des demi-journées. En ce moment, je suis en plein lancement. Donc, c’est le moment de rush.

Olivier Roland : Le lancement de produit, c’est toujours un moment de travail, mais c’est deux fois par an.

Carole Baudry : Mais sinon, c’est des demi-semaines que je fais.

Olivier Roland : C’est à peu près 20 heures par semaine ? 15 heures ?

Carole Baudry : Je ne peux pas le dire vraiment parce que comme c’est ma passion, je ne compte pas. Quand je cherche un nouveau produit pour moi personnellement, et en même temps, ça va me servir pour des interviews, etc., je ne sais pas si je travaille

Olivier Roland : C’est un excellent problème à voir. Et même quand tu travailles, c’est la moitié de la semaine. Donc, ça fait plaisir.

Carole Baudry : Oui.

Olivier Roland : Tu avais suivi les conseils gratuits et après, tu as voulu t’inscrire pour passer à la seconde. Est-ce que tu as eu un moment d’hésitation au moment de t’inscrire ?

Carole Baudry : Non, j’avais suffisamment d’hésitations avant. Et justement, j’étais en train de créer une entreprise « classique » où j’allais dans des réunions entrepreneuriales dont la moyenne d’âge était tous de 45, 50 ans. Ils m’ont vu arriver, et ils ne m’ont pas du tout pris au sérieux. Je me suis dit : mais qu’est-ce que je fais là ?

Et c’est vrai aussi qu’Internet est un domaine où il n’y a pas de barrière d’âge. On est jeune, et il y a beaucoup plus de possibilités. C’est vraiment génial.

Olivier Roland : Oui. Non seulement il n’y a pas de barrière d’âge, mais on ne va pas vous demander votre diplôme.

Vous vendez des médicaments en ligne, Ok, mais dans 99% des cas, on ne vous demande pas votre diplôme ni votre expérience. Votre lectorat s’en fout. Tout ce qu’il veut, c’est que vous soyez un minimum pédagogue et que vous apportiez de la valeur concrète. Ce n’est pas si dur que ça.

Je ne dis pas que c’est super facile non plus, mais ça s’apprend d’apporter de la valeur, de créer du contenu régulièrement. Et il ne faut pas avoir peur de ça. Comme dit le vieux proverbe, c’est en forgeant qu’on devient forgeron.

Tu avais déjà un bhagwan en communication. Mais finalement, tu n’avais pas l’expérience du blogging en tant que tel.

Carole Baudry : Non. Et puis, je fais relookeuse, conseillère beauté sur ça. Je partage suffisamment de valeur et des preuves. Quand je montre un avant et après relooking, on fait : Ah ! Oui ! Waouh ! Donc, il n’y a pas besoin que je montre mes diplômes.

Olivier Roland : Est-ce que tu penses que ton blog a été un facteur d’apprentissage qui t’a permis d’accélérer ton apprentissage dans ce domaine-là ?

Carole Baudry : Oui, c’est un super boosteur parce que déjà, il y a du contenu à créer. Il faut vraiment que les articles aient de la valeur.

Et quand on est blogueur et aussi avec l’habitude, on sait toutes les questions qu’ils vont nous poser. Donc, il faut bien border son petit speech. Il faut faire pas mal de recherche.

J’ai fait deux articles par semaine au début pour vraiment booster. Et puis, on me posait tellement de questions auxquelles on ne pensait pas, mais très intéressantes. Cela nous booste vraiment au niveau des connaissances.

Olivier Roland : C’est un feed-back que tous les blogueurs pro que je connaisse m’ont dit. Vous pouvez démarrer en étant un débutant de manière transparente. Et en plus, c’est un formidable accélérateur d’apprentissage. On en a un exemple avec toi.

Vous pouvez créer une communauté qui devient une ressource aussi pour vous. Vous pouvez l’interroger, lui demander des choses.

Un blog, c’est aussi une formidable plateforme pour être contacté par les éditeurs, pour pouvoir interviewer des gens que vous admirez dans votre domaine. Je ne sais pas si tu as eu l’occasion d’expérimenter ça, mais si tu ne l’as pas fait, tu devrais.

Carole Baudry : J’ai contacté des marques de vêtements éthiques, notamment Ekyog. C’est le leader de la mode éthique en France quand même, et je suis partenaire maintenant avec eux. C’est grâce au blog que le partenariat a commencé.

Olivier Roland : D’ailleurs, tu es aussi la première élève homme et femme confondus de Blogueur Pro à avoir une émission de radio.

Carole Baudry : Oui. C’est la radio Médecine Douce.

Olivier Roland : Comment ça s’est passé ? Ils t’ont trouvé via ton blog ?

Carole Baudry : Oui, parce que j’étais chez une partenaire coiffeur. Il y avait une journaliste qui était là et Charley m’a présenté à la journaliste qui est aussi dans tout ce qui est alternatif, bio, etc. On s’est plu et on fait des émissions maintenant ensemble.

Olivier Roland : C’est génial.

Carole Baudry : Oui.

Olivier Roland : Donc, j’ai lancé un challenge à tous les mecs de la formation Blogueur Pro en leur disant : les gars, on a Carole qui a l’émission de radio, vous avez intérêt à suivre parce qu’il y a de la compétition dans l’air.

Merci. Je pense que tu as vraiment partagé ton parcours, toutes les étapes qui t’ont emmené au succès.

En plus, ce n’est que le début. Tu peux aller beaucoup plus loin que ça. Je pense que tu as une potentialité énorme sur ta chaîne Youtube que tu n’as pas encore vraiment exploré.

Carole Baudry : Non.

Olivier Roland : Et je pense qu’un jour, tu peux facilement dépasser les 100 000 abonnés, au moins les un million, on verra. C’est tout le mal que je te souhaite.

Tu as tout ce qu’il faut pour avoir une émission de télé un jour. Donc, on va suivre l’évolution de Carole au fur et à mesure.

Est-ce que tu as un conseil à donner aux débutants qui veulent se lancer ?

Carole Baudry : Il y en a plein de conseils. Pour moi, ça a été d’écouter la petite voix intérieure qui nous dit : lâche tout et vas-y ! C’est vraiment ça ce qui nous motive au fond.

Moi, c’est ma passion sur l’écologie. Je me suis dit : vas-y Carole ! C’est maintenant ou jamais. Je me suis mise à fond et le résultat est là.

Olivier Roland : Je pense que vous avez eu un excellent aperçu du parcours de Carole. Il y a beaucoup de choses que tu as partagées avec nous. Donc, merci.

A un moment, si vous avez envie de vous lancer sur Internet, dans le blogging entrepreneuriat, Carole a raison, il faut se lancer et arrêter d’hésiter.

Vous prenez un petit risque, mais au moins ce qui est bien avec le blogging, comme tu l’as souligné, c’est qu’on peut le démarrer à temps partiel et tu n’as pas un investissement financier énorme.

Carole Baudry : Oui.

Olivier Roland : C’est ça qui est génial. Ce n’est pas comme si tu vas lancer une entreprise de bâtiment, il faut acheter des machines, embaucher des ouvriers, etc. Là, c’est vrai que tu investis du temps et de l’énergie, mais en termes d’argent, ce n’est pas grand-chose.

A quelle époque, dans toute l’histoire de l’humanité, on a eu cette opportunité de pouvoir créer un business à temps partiel avec un investissement financier minime et qui, à terme, a le potentiel de travailler pour vous et qui vous permet d’avoir un style de vie équilibré ?

Carole Baudry : Et sur notre passion.

Olivier Roland : Sur votre passion. Et ensuite, de vous permettre de vivre partout où vous voulez.

On vit une période extraordinaire de notre réalité, encore faut-il saisir les opportunités.

Il y a encore beaucoup de gens qui vivent comme si on était encore dans les années 80 ou même dans les années 50 au niveau de leur boulot, et qui doivent se taper le métro parisien ou londonien, ou que sais-je encore tous les jours.

Carole Baudry : Exactement. Après, ils recherchent sur Internet « comment être heureux dans la vie ».

Il ne faut peut-être pas chercher ça, mais chercher au quotidien « avoir une vie qui nous plaît ».

Olivier Roland : Merci Carole, encore une fois, d’avoir partagé tout ça avec nous. Merci pour tout ce que tu m’as dit, ça fait vraiment plaisir.

Carole Baudry : Merci Olivier, c’était vraiment sincère.

 

Vous avez aimé cette vidéo ? Cliquez ici pour vous abonner gratuitement à la chaîne Youtube ! 🙂