12 astuces pour APPLIQUER les livres et les formations que vous achetez

► Cliquez ici pour être prévenu gratuitement par email quand une nouvelle vidéo est publiée ! 😉
http://olivier-roland.tv/videos

Pour aller plus loin :
http://www.des-livres-pour-changer-de-vie.fr/ – une sélection de livres rares et exigeants pour changer de vie
http://blogueur-pro.com/ – Devenez libre et indépendant financièrement grâce à votre blog
http://www.habitudes-zen.fr/ – Vivre une vie zen et heureuse
http://devenez-meilleur.fr/ – Le développement personnel pour les gens intelligents
http://olivier-roland.tv/videos pour être prévenu chaque matin à 7H quand une vidéo géniale est publiée, pour démarrer la journée avec une pêche d’enfer ! 🙂

https://www.youtube.com/watch?v=-ljUVoZ4hAU

 

Transcription texte (littérale) de la vidéo « 12 astuces pour APPLIQUER les livres et les formations que vous achetez » :

Est-ce que ça vous est déjà arrivé de lire un livre pratique, de le trouver absolument génial et de vous rendre compte six mois, un an plus tard, que vous n’avez absolument rien appliqué ? Est-ce que ça vous est déjà arrivé de suivre une formation qu’elle soit en ligne ou en présentiel et de vous rendre compte six mois, un an plus tard, que vous avez absolument rien appliqué ?

Si oui, le sujet d’aujourd’hui va vous passionner. Il s’agit d’une conférence que j’ai donnée à Barcelone il y a un an devant une centaine d’entrepreneurs.

Ce que je partage dedans s’appuie sur mes 5 années d’expérience à enseigner sur Internet et à voir dans mes bons élèves pourquoi il y en a qui appliquent et pourquoi il y en a qui n’appliquent pas. Et qu’est-ce qui fait qu’il y a la motivation et ils ont cette discipline qui leur permet d’avoir des résultats ?

 

Vous avez la pêche ? Ce n’est pas mal.

Souvent, on doit relancer pour que ça soit vraiment la pêche. Mais là, vous avez vraiment la pêche. C’est impressionnant.

Ok. Donc, comment vraiment appliquer les formations que vous achetez ?

À la base, on m’avait demandé de faire un truc sur le blogging. Puis, je me suis dit : j’ai parlé du blogging à peu près 12700 fois, donc je vais parler d’un autre truc qui, je pense, intéresse tout le monde.

Qui ici a déjà acheté une formation en ligne et ne l’a pas appliqué à 100% ?

Ok. Je suis aussi coupable.

Qui ici a déjà acheté une formation en ligne et a regardé peut-être le premier et le deuxième cours, et c’est tout ?

Ça peut être les mêmes, oui. Ok.

Qui ici a déjà acheté un livre de non fiction et ne l’a pas lu ?

Je pense que ça intéresse tout le monde.

Déjà, j’aimerais vous féliciter parce que vous avez fait le choix d’être là aujourd’hui alors que clairement, surtout ici à Barcelone, vous pourriez être en train de boire des caipirinha la plage en ce moment même.

Vous le savez et vous avez fait le choix d’investir dans votre éducation, dans votre amélioration pour améliorer votre vie et votre business. Donc, franchement bravo.

Et du coup, j’ai deux questions avant de commencer très rapide parce que je pense que vous serez d’accord avec moi, vous avez fait le choix d’être là plutôt que d’être à la plage et faire un milliard d’autres trucs qui peuvent être plus agréables. Est-ce que vous êtes d’accord pour être super attentifs pendant cette présentation, pour ne pas aller checker Facebook sur votre Smartphone ou faire d’autres trucs ?

Vous êtes d’accord ? Yes, all right !

Deuxième question : est-ce que si vous apprenez dans cette présentation qui va durer 20 minutes un truc que vous pouvez appliquer aujourd’hui ou demain qui va faire une différence dans la manière dont vous appliquez les formations, vous êtes prêts à l’appliquer ?

Ok ? Yes.

Donc, je ne veux voir personne sur son Smartphone.

Qui ici m’a déjà entendu parler des bons et des mauvais sceptiques ?

La moitié de la salle, oui. J’explique quand même.

Les bons et les mauvais sceptiques, contrairement aux bons et mauvais chasseurs, il y a une vraie différence.

Souvent quand on tombe sur un truc sur Internet, genre une page de vente, un lancement ou quand on regarde les conférences, c’est assez fréquent une réaction du genre : est-ce que ça va vraiment marcher pour moi ? Est-ce que c’est quelque chose de vraiment efficace ? Voire, est-ce que ce n’est pas carrément une arnaque ?

C’est quelque chose de tout à fait humain d’être sceptique par rapport à quelque chose. Or, il y a deux manières d’être fondamental et être sceptique : une bonne et une mauvaise.

La mauvaise, c’est celle que la plupart des gens font. Ils se disent : oui, non, je n’y crois pas. Soit ça marche et ça ne va pas marcher pour moi, soit c’est carrément de l’arnaque. Et ils en restent là.

Les bons sceptiques ont la démarche de dire : oui, moi je suis un tout petit peu sceptique quand même. Franchement, est-ce que ça va marcher pour moi ?

Il n’y a qu’une manière de le savoir, c’est de tester. La manière d’être un bon sceptique, c’est de tester si ça fonctionne pour vous.

Aujourd’hui, je vais partager les techniques qui peuvent vraiment faire la différence dans votre manière d’appliquer les choses que vous achetez, que vous lisez. Il y en a certains qui ne vont pas marcher pour vous et qui vont marcher pour votre voisin.

Donc, la seule manière de savoir si ça va fonctionner pour vous, c’est de les tester pour voir si ça fait une réelle différence pour vous ou pas.

Quand je regarde mes élèves de la formation Blogueur Pro ou de ma formation Webinar Pro qui ont du succès, ils ont tous systématiquement appliqué la méthode Ikea.

Qui ici a déjà monté un meuble Ikea ? Comment ça marche un meuble Ikea ?

Vous l’achetez. Il arrive chez vous, c’est super.

Vous commencez à déballer, il y a plein de trucs dans tous les sens et vous dites : comment je vais faire de toutes ces pièces un meuble ?

Mais heureusement, La notice de montage est livrée avec les meubles. C’est uniquement des images.

Alors, comment ça marche quand vous montez un meuble Ikea ?

Ce n’est pas compliqué. Vous regardez l’image numéro 1, vous appliquez. Puis, vous passez à l’étape 2, vous regardez l’image numéro 2, vous appliquez. Vous passez à l’étape 3, vous appliquez. Et à la fin, au bout de quelques dizaines de minutes, vous avez votre meuble Ikea qui est monté. Vous faites : c’est génial, j’ai ma petite table basse où je peux prendre l’apéro.

Et le fait est que la plupart des gens quand ils achètent une formation et qu’ils se contentent de regarder les cours, c’est la même chose que s’ils achetaient un meuble Ikea, qu’ils regardaient la notice Ikea en attendant que le meuble se lance tout seul. C’est la même chose.

On a qui se disent : Je n’ai pas besoin de premières étapes, je n’ai pas besoin des premiers cours, je vais passer directement au cinquième ou sixième cours.

C’est comme si avec une notice de montage Ikea, vous commenciez à la cinquième image.

Est-ce que vous pensez que ça va fonctionner ? Est-ce que vous pensez qu’à la fin, vous allez avoir un meuble fonctionnel ?

Il va manquer des trucs.

Donc, fondamental : quand on lit un bouquin de non fiction, quand on achète une formation en ligne, quand on suit une conférence, il faut suivre la méthode Ikea.

Le formateur vous a mis un ensemble d’étapes, il ne faut pas les brûler.

Et il y a une règle de base que je donne à tous mes élèves. Malheureusement, ils ne la respectent pas tous. Vous ne regardez pas un cours tant que vous n’avez pas appliqué le précédent. C’est extrêmement important.

Déjà avec cette règle de base, ça aide énormément parce que c’est un des dangers.

Le premier danger, ce n’est même pas de regarder les cours du tout. Mais le vrai danger, c’est de procrastiner intelligemment parce qu’on est tous très forts pour procrastiner.

Souvent on procrastine intelligemment, c’est-à-dire qu’on va se donner des tâches qui, de l’extérieur, peuvent donner l’impression qu’on avance vers nos objectifs, qu’on bosse, alors qu’en fait concrètement, on ne fait rien. C’est juste pour se donner bonne conscience.

Et une manière de procrastiner intelligemment, c’est de se taper toutes les vidéos d’une formation sans rien appliquer. Ou alors en faisant deux, trois actions de temps en temps, toujours pour se donner bonne conscience.

Donc, ça ne marche pas.

Dites-vous à chaque fois que vous regardez un cours sans appliquer que c’est comme si vous regardez votre notice de montage Ikea en attendant que le meuble se monte tout seul.

Ça nous arrive à tous de ne pas appliquer quelque chose. C’est que dans tout projet dans lequel vous vous lancez, il y a trois phases principales.

La première phase, c’est le démarrage.

Le démarrage, c’est la phase où tout est beau, tout est génial, le ciel est bleu, les oiseaux chantent. Tout ça parce qu’on a un peu l’excitation de découvrir un truc nouveau. Donc, on a vraiment le feu sacré.

On est là. Waouh ! Ça a l’air super et tout. D’ailleurs, je viens de dépenser 2 000 euros. Donc, je suis super motivé et tout ça. C’est génial.

Et c’est là où on accomplit pas mal de choses.

Je parle de formation, mais c’est pareil dans tout ce que vous démarriez, la salsa, le tennis, le judo, ce que vous voulez.

La première phase est la première phase d’excitation où ce n’est pas difficile à être motivé. Ce n’est pas là où est le tombeau de la plupart des gens.

Le tombeau de la plupart des gens, c’est qu’au bout d’un moment, vous avez la traversée du désert ou la phase d’assimilation. Une fois l’euphorie de départ retombée, vous vous rendez compte que vous êtes en train de galérer. Vous investissez énormément de temps et d’énergie et vous trouvez que vos résultats ne sont pas géniaux.

Et à côté de ça, il y a des mecs qui font ça depuis deux, trois, quatre, cinq ans. Ils font des trucs de ouf.

Vous dites : mais comment ils font ?

Et quand vous les regardez, on dirait qu’ils n’ont même pas besoin d’effort. Et c’est très frustrant.

C’est là où est tombé la plupart des gens. C’est, on n’a plus l’enthousiasme du début. On a des résultats médiocres par rapport aux efforts investis. Là, c’est très compliqué de rester motivé. C’est là où la plupart du temps, on va abandonner.

Et il y a des gens qui sont accros. Moi, c’était mon cas pendant longtemps et c’est même encore une tendance chez moi contre laquelle je dois lutter.

Ils sont accros à la phase de démarrage, c’est-à-dire qu’ils essaient plein de trucs et dès qu’ils arrivent à la phase d’assimilation, comme ça devient compliqué, qu’ils n’ont plus ce shoot de l’enthousiasme du départ, ils vont se lancer dans un nouveau truc pour à nouveau avoir le shoot de la nouveauté, de la découverte, de l’enthousiasme.

Donc, c’est très important déjà d’avoir conscience de ça. C’est la première étape pour pouvoir franchir la traversée du désert.

D’ailleurs, comme vous allez sans doute tous faire des formations ou du contenu à un moment sur Internet, partagez ça avec vos élèves. Ça va aider beaucoup.

Après, je vais faire intervenir des élèves de ma formation ici.

Il y en a plusieurs qui m’ont dit : le simple fait que tu as partagé ça dans la formation, ça m’a aidé à franchir cette traversée du désert parce que c’est là où la plupart des gens, de vos élèves vont laisser tomber.

C’est là où ils vont laisser tomber. Donc, il faut leur dire tout ça et leur donner les outils.

Il n’y a pas d’outil miracle. Ce n’est pas ça qui va multiplier par dix le pourcentage de gens qui appliquent la formation, mais ça va aider quand même les plus courageux et les plus motivés.

Et la troisième phase, c’est l’achèvement.

C’est là où on a accompli le premier cycle et on peut commencer à avoir des efforts intéressants avec une dépense d’énergie minimale, où on commence à être efficace.

Voici quelques techniques pour dépasser la traversée du désert.

Encore une fois, elles peuvent ou pas fonctionner pour vous. La seule manière de le savoir, c’est de tester. Donc, engagez-vous publiquement.

Si vous avez décidé de démarrer un blog, de réussir sur Internet, d’écrire un bouquin, vous en parlez à tout le monde.

Si vous pouvez, vous écrivez un article dans le journal local, dans le monde si vous avez accès. Vous en parlez à votre famille, à vos amis, à vos collègues, à votre chien, à tout le monde. Tout le monde doit être au courant.

Vous allez dire : mon objectif, c’est de démarrer un blog, et je veux commencer à gagner de l’argent d’ici un an par exemple. Donc, vous partagez votre objectif précis.

L’intérêt, c’est qu’on va hacker un petit peu notre psychologie pour faire jouer avec nous un trait humain qui est, je pense, commun à tout le monde. On n’aime pas avoir l’air bête avec les gens.

Le fait de s’engager publiquement, c’est tout bête, mais les gens vont vous demander de temps en temps : tu en es où avec ton projet ? Ça donne quoi ?

Et si vous avez passé les six derniers mois à procrastiner, à ne rien faire du tout, franchement, vous allez vous sentir mal.

Donc, c’est une source de motivation de vous dire : oui, quand même là, ça fait un mois que je n’ai rien fait. Il est quand même temps que je me bouge les fesses parce qu’après, tout le monde va commencer à me poser des questions et je n’ai pas envie de dire à tout le monde que je n’ai rien foutu.

Moi, ça a vraiment été une source de motivation pour moi.

Quand j’ai lancé mon blog des livres pour changer de vie, je me suis lancé le défi de lire un livre par semaine et de faire une chronique par semaine sur mon blog. J’en ai parlé à tout le monde, j’en ai même fait un blog. Et ça m’a vraiment beaucoup aidé.

Là à chaque fois que je vais dans des conférences, il y a des gens qui viennent me voir et me charrier en me disant : alors Olivier, ton livre, ça en est où ?

Parce que pareil pour ceux qui suivent un peu mes vidéos, ça fait déjà un moment que j’écris un bouquin et c’est vraiment une source de motivation pour moi cet engagement public, même si il est déjà pas mal en retard.

C’est quelque chose qui peut fonctionner pour vous. Donc, testez. En plus, c’est vraiment très simple à appliquer.

Cette technique est très difficile, mais ça peut marcher pour certains d’entre vous. C’est humain qu’on se donne des objectifs.

On se dit par exemple : cinq jours par semaine, je vais passer une heure à travailler sur mon blog ou deux heures. Et c’est humain de temps en temps qu’on loupe un jour pour différentes raisons.

Essayez cette règle. Ça peut fonctionner pour vous. Ne ratez jamais deux jours d’affilée.

Vous avez le droit de temps en temps de ne pas accomplir les objectifs que vous vous êtes fixés, ou en tout cas de ne pas essayer, mais ne ratez jamais deux jours d’affilée.

Ça ne marche pas pour les bouquins, quoique vous pouvez essayer de trouver des gens qui lisent le livre avec vous.

Essayez de trouver dans les formations, les évènements, etc., un ami, un copain qui va être dans la même démarche que vous, qui va suivre exactement la même formation. Et vous allez vraiment vous faire un pacte.

Le pacte est le suivant : on se soutient mutuellement et on va se lancer des compétitions amicales de temps en temps.

Il y a quelque chose qui m’avait frappé, un exemple tout bête qui a vraiment fait une différence pour moi.

Il y a quelques années, je me suis mis à la muscu et une salle de sport. Le problème des salles de sport, c’est qu’il faut se motiver. Et j’étais comme vous, j’avais beaucoup de mal à me motiver dans la salle de sport.

Ce que j’ai fait, c’est qu’il y avait un pote qui s’était mis à la muscu en même temps que moi. Je lui dis : écoute, on va faire un truc très simple. Toutes les semaines, le dimanche, on se retrouve à la salle de sport en début d’après-midi.

Et ce simple truc tout bête qui a pris une minute et aucune énergie de notre part a fait une énorme différence dans notre engagement, notre motivation parce que ce n’est plus du tout pareil.

Quand vous dites à votre pote : on se retrouve toutes les semaines à telle heure pour faire ça, si vous n’avez pas envie d’y aller, vous devez l’appeler, lui expliquer pourquoi vous le laissez tomber comme une vieille merde et pourquoi vous êtes en train de procrastiner devant la télé.

Ce n’est plus du tout la même chose parce que quand vous êtes tout seul, c’est facile de vous mettre dans votre fauteuil en disant : je ferai ça demain.

Quand vous êtes engagés auprès d’un ami, ce n’est plus du tout la même chose. Et pourtant, est-ce que c’est quelque chose qui demande beaucoup de temps ? Est-ce que c’est quelque chose qui demande de l’énergie ? Est-ce que c’est quelque chose qui demande du courage ?

C’est super facile à faire et ça fait tout de suite une énorme différence.

Donc, trouvez dans la formation que vous avez envie d’accomplir quelqu’un avec qui vous allez vous lancer dans ce genre de démarche. Et n’hésitez pas à mettre en place des petites compétitions régulières, amicales pour vous stimuler.

Par exemple, dans une formation de blogging, vous pouvez vous dire : on va faire un concours en un mois. La personne qui a fait le plus de podcast ou le plus de vidéos sur sa chaîne Youtube par exemple, ou le premier qui arrive à avoir 1000 abonnés sur sa liste ou sur sa chaîne Youtube reçoit un petit cadeau de la part du perdant.

C’est tout bête la compétition amicale et ça crée vraiment une source de motivation facile qui peut faire la différence.

Alors, commencez simplement. Ça, c’est un état d’esprit tout bête parce que finalement la procrastination, c’est quoi ?

C’est, je me suis dit que j’allais faire mon footing une fois par semaine le dimanche. Le moment arrive, et puis on ne le sent pas.

On est : ah la la, d’abord, je vais prendre un jus d’orange. Mais tiens, attends, il faut que je réponde à ce mail-là. D’ailleurs, il faut que je le fasse et tout ça. Puis finalement, on ne démarre jamais.

Donc, dites-vous simplement quand vous sentez cet état d’esprit arriver : Ok, je fais juste cinq petites minutes. Ou alors, je vais juste mettre ma tenue de sport et après, je peux rester devant la télé toute la journée. Il n’y a pas de souci. Je mets ma tenue de sport.

Vous faites ça, vous commencez. Vous faites la toute première action de cette tâche que vous vous êtes assignée. Et ce n’est pas toujours le cas, mais normalement derrière, vous dites : maintenant que j’y suis, autant le faire tout simplement.

La première action est beaucoup plus simple et ne paraît pas écrasante par rapport à la tâche en elle-même.

Et si pour certaines personnes, le fait de rester chez elles toute la journée devant leur ordi n’est pas forcément très stimulant parce qu’on est chez soi, on a des tas de sources potentielles de distraction, et puis il n’y a personne qui nous regarde, vous pouvez dans des espaces de co-working – aujourd’hui, il y en a partout dans les villes majeures – vous trouver des collègues comme ça avec qui échanger et dans un environnement de travail stimulant. Dans des stars box par exemple.

Récompensez-vous.

Dans chaque objectif que vous vous assignez, il y a des étapes entre le point où vous êtes et le point B où vous voulez arriver. Pensez à célébrer même les micro succès.

Fêtez vos premiers 100 visiteurs par jour. Fêtez vos premiers 100 abonnés sur votre liste email. Fêtez vos 10 premiers articles.

Octroyez-vous quelque chose qui vous fait plaisir. Vous pouvez faire une heure de thé. Vous pouvez vous faire un bon restaurant avec votre conjoint. Vous pouvez partir faire ce week end qui vous fait rêver, etc.

Pensez à vous récompenser, c’est important.

Ça fait une différence énorme de rencontrer des gens qui ont réussi.

Je pense que tous ceux qui sont venus régulièrement dans des évènements peuvent vous le dire, même une fois. parce qu’on a beau voir les témoignages en vidéo, on a beau voir de commentaires de personnes qui se disent que c’est génial, qu’ils avaient appliqué ça et que ça a marché pour eux, il y a un truc humain qui fait que tant qu’on n’a pas vu la personne en vrai, ça n’a pas le même impact.

Puis, quand on va dans les évènements et qu’on voit ces blogueurs qui ont réussi, ces mecs qui ont appliqué la formation et qui ont des résultats, on se dit que ces mecs-là existent vraiment en fait. C’est un truc de ouf. C’est génial.

En plus, on peut leur parler, on peut les toucher et tout. On se rend compte que ce n’est pas des demi-dieux vivants qui brillent la nuit et tout ça. C’est juste des êtres humains avec leurs imperfections, leurs défauts. Et on se dit : Si ce mec-là a pu avoir ces résultats-là, moi je peux le faire aussi.

Et c’est fondamental psychologiquement.

Je me rappellerai toujours la première fois que j’ai rencontré Christian Godefroy. Je me suis dit : waouh ! Ce gars-là doit avoir un million de personnes dans sa liste et je suis en train de lui serrer la main. C’est un truc de fou. Si lui peut le faire, je peux le faire aussi.

Alors, quand il y a des séances de coaching commun, Sébastien appelle ça des scénettes, moi j’appelle ça coaching commun. En gros, ce sont des webinars réservés aux membres de la formation.

Il y a vraiment le point le plus commun, au-delà de la méthode Ikea, de tous les membres de ma formation qui ont réussi. C’est que dans 95% des cas, ils venaient régulièrement aux séances de coaching commun. Ou quand ils ne pouvaient pas être en direct, ils regardaient les enregistrements.

C’est extrêmement important pour rester motivé de voir qu’il y a d’autres membres qui sont en train d’avancer, qui ont les mêmes problèmes que vous, qui sont dans la même démarche et qui peuvent trouver des solutions. Et pourtant, il y a plein de gens qui ne viennent pas.

Donc, venez aux séances de coaching commun, très important, et si vous êtes dans d’autres formations.

Je vais appeler Romain Collignon, Laurent Breillat, Maxence Rigottier et Roman Paillet. Ils sont tous les quatre membres de la formation Blogueur Pro, tous les quatre blogueurs à succès.

Donc, Laurent Breillat de Apprendre la photo, un demi-million d’euros de chiffre d’affaires sur les 12 derniers mois. C’est parti pour le million cette année.

Romain Collignon, là, tu as déjà fait 100 000 euros sur les 6 derniers mois. Donc, tu es parti pour faire 200 000 avec ton blog sur le langage corporel.

Maxence Rigottier, tu fais 100 000 sur les 12 derniers mois ? 70 000. Donc, blogs sur les paris sportifs et la course à pied.

Et Roman Paillet qui est l’apprenti Blogueur Pro parce que tu as fait 10 000 euros sur les 12 derniers mois avec ton blog sur l’acrobatie.

Et je crois que vous avez tous démarré de zéro avec Blogueur Pro. Vous n’avez aucune expérience du web avant.

Laurent Breillat : Déjà, j’ai démarré mon blog avant de démarrer la formation de Blogueur Pro. Donc, on va dire que quand je suis arrivé à la formation Blogueur Pro, mon blog devrait faire en gros 6 mois, un truc comme ça.

J’ai démarré avec les vidéos gratuites d’Olivier au départ. Et comme le disait Olivier, j’ai pris toutes les vidéos gratuites qu’il y a sur Blogueur Pro qui sont encore là. J’ai noté ce qu’il fallait appliquer et puis, j’ai appliqué point par point tout simplement avec la méthode Ikea. Je pense que c’est exactement ce que j’ai fait moi.

Olivier Roland : On va faire un sondage parce que vous n’avez pas tous tout appliqué de ce que j’ai partagé là. Mais je pense que vous avez utilisé quelques-unes. Déjà, qui a utilisé la méthode Ikea ? Ça, c’est clair. Qui est venu régulièrement aux séances de coaching commun ? Alors Maxence, tu es inscrit depuis le début 2011.

Maxence Rigottier : 28 décembre 2010.

Olivier Roland : Il fait partie des tout premiers. Il y a eu genre 45 séances de coaching commun, quelque chose comme ça.

Tu en as loupé combien ?

Maxence Rigottier : Trois, je dirais.

Olivier Roland : il en a loupé trois !

Romain Paillet : Même en Thaïlande, il était une heure du matin. Il vient me voir et me dit : il y a une séance de coaching commun. Tu ne vas pas t’endormir.

Olivier Roland : ça, c’est un peu le gang des blogueurs vraiment pro dans la formation. C’est-à-dire c’est la petite tribu qui se retrouve partout dans le monde, super sympa, qui ont lu « La semaine de 4 heures » et tout.

Donc, tu es vraiment motivé. Aujourd’hui, il fait 70 000 euros.

A la limite, tu n’as plus besoin de venir aux séances de coaching et tu viens toujours. Tu apportes des choses et tu apprends aussi.

Romain, tu me disais aussi que tu regardes les enregistrements tout le temps.

Romain Collignon : Oui. Mais en fait, je me déplace à vélo beaucoup et j’écoute les séances à vélo, au sport. Donc, jamais en live, mais toujours en replay.

Olivier Roland : Ok. Alors qui s’est trouvé un ami de blog dans la formation ?

Romain Collignon : En fait, ce que j’explique, c’est que tout ce que tu expliques ici, je pense qu’on le faisait sans savoir qu’on le faisait. Là aujourd’hui, tu as réussi à mettre des éléments, des points et à l’expliquer. Mais au final, on le faisait sans le savoir.

Olivier Roland : Exactement.

Romain Collignon : Et je pense que c’est bien d’avoir mis des mots derrière et des phrases derrière pour les personnes qui pourraient être un peu perdues.

Olivier Roland : C’est aussi quelque chose d’important que vous pouvez le faire parce que c’est ça le plus gros problème de notre industrie. Les gens n’appliquent pas les formations. Donc, il faut essayer de mettre en place des mécanismes pour essayer d’augmenter un petit peu ce taux.

Regardez les champions dans vos formations et essayez de décortiquer ce qui a fait la différence pour eux. Puis après, retransmettez tout ça à vos élèves.

Vous avez sans doute trouvé des nouvelles choses par rapport à tout ça.

Maxence Rigottier : Et toujours maîtriser les bases.

Laurent Breillat : Clairement, si je prends mes champions à moi, dans les études de cas – puisque les études de cas, je vais chercher les gens qui ont eu des résultats, donc c’est mes champions – systématiquement, ils me disent : je regarde tes vidéos et quand tu dis : faites une pause et faites les exercices maintenant, je faisais une pause et je fais mes exercices maintenant.

Et de toute façon, tu parlais de traversée du désert tout à l’heure et j’ai parlé dans ma formation. Il y a un moment où les gens ont traversé le désert sur le même moment. C’est normal.

Sur les commentaires, ils font : je me prends trop la tête avec mes photos, je pense trop aux réglages, du coup c’est moins instinctif.

Je leur dis que c’est normal, du calme, tout va bien. Il y a du travail pour ça. Ça va aller. Tu vas voir, dans deux ou trois semaines, ça ira mieux. Et systématiquement, ça va mieux.

Et je pense que c’est probablement commun dans plein de domaines. Je le vois dans la formation aussi, il y a les gens qui appliquent vraiment. Ils regardent chaque vidéo chaque semaine. C’est les plus motivés.

Ceux qui sont là au rendez-vous, ils sont inscrits le dimanche sur la vidéo tous les dimanches. Ils sont genre au taquet. Ils attendent le mail, ils vont voir la vidéo directe. En général, c’est ceux qui réussissent le mieux parce que forcément, ils voient la vidéo tout de suite, ils appliquent tout de suite. Ils sont motivés, ils continuent. Et à la fin de la formation, quand on n’a plus de vidéo, ils sont un peu frustrés.

Romain Paillet : Pour rebondir à ce que tu disais, tu disais qu’il faut regarder le cours et ensuite l’appliquer. Je dirais même : quand on prend une formation, il faut appliquer la formation avant d’acheter une autre.

Olivier Roland : Oui, c’est méthode Ikea aussi.

Romain Paillet : C’est très tentant, il y a tellement de formations intéressantes. On se dit : celui-là, il va apprendre le marketing, celui-là va apprendre le truc. Comme ça, je vais avoir toutes les informations possibles et je vais cartonner.

La réalité, c’est qu’une formation si on la sectionne bien, elle suffit amplement. Même s’il y a plein d’autres formations qui apprennent pleins d’autres sujets super intéressants.

Moi, j’ai pris Blogueur Pro et j’ai bossé la seule formation que j’ai achetée, et j’ai appliqué jusqu’au bout parce que je sais que si je commence à en acheter deux, trois, quatre – on en parle souvent avec Maxence – maintenant Maxence, il me disait : je ne vais qu’aux évènements parce que je sais que si j’achète une formation, je n’aurai pas la motivation pour l’appliquer.

Quand on sélectionne une, il faut être sûr et aller jusqu’au bout.

Et même si on n’aura pas toujours toutes les informations, je pense que l’essentiel, c’est d’avancer, d’appliquer. Ça fait la différence.

Olivier Roland : Voilà quelque chose de très important à appliquer pour nous-mêmes et à mettre en place dans nos formations parce que, au-delà du simple côté humain, même du point de vue purement business, plus vous avez de gens qui appliquent vos formations qui ont du succès, plus ça vous fait de gens heureux qui sont prêts à témoigner pour vous et qui vont convaincre pour vous vos prochains clients.

Vous avez aimé cette vidéo ? Cliquez ici pour vous abonner gratuitement à la chaîne Youtube ! 🙂